skip to Main Content
Menu

Chapitre 13 : Le Vieux Maître


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 5 CHAPITRE 13


         – Tuer Linley ? Bernard regarda son fils. Kalan, pourquoi devrions-nous tuer ce Linley ? Ce n’est qu’un maître sculpteur. Va-t-il impacter notre clan Debs d’une certaine manière ?

La nouvelle du niveau de Linley ne s’était pas encore répandue dans toute la ville de Fenlai. De plus, Bernard avait récemment était très absorbé par les affaires financières de son clan et n’avait donc pas entendu parler de son rang.

Kalan hocha la tête.

– Père, Linley a dix-sept ans cette année, mais il a déjà produit une sculpture d’un niveau de Grand-Maître. Et plus important… il est le plus jeune prodige actuel du continent en tant que mage. Même en regardant dans toute l’histoire du continent, il reste le second plus jeune prodige. Parce qu’il… est, à dix-sept ans, un mage double-éléments du septième rang.

– À dix-sept ans, un mage double-éléments du septième rang ?

Bernard hoqueta. Son intuition lui disait maintenant que Linley serait en effet une menace pour son clan.

– Ce Linley ne peut pas être autorisé à vivre plus longtemps, dit immédiatement Bernard.

En entendant les mots de son père, Kalan ne put s’empêcher de sourire. Mais, un battement de cœur plus tard, Bernard fronça les sourcils.

– Attends. Si cette personne est si extraordinaire, comment l’Église de Lumière, le Culte des Ombres et les Quatre Grands Empires pourraient ne pas vouloir le récupérer ? C’est très possible que Linley soit déjà en relation avec l’Église de Lumière.

– Kalan, ce Linley ne peut pas être tué de notre main. Les yeux fixés sur son fils, Bernard parla d’un ton sérieux.

– Père, ce n’est qu’un mage double-éléments du septième rang. Un air d’urgence était plaqué sur le visage de Kalan. Soudain, il baissa la voix. Père, nous n’avons pas besoin de nous salir les mains pour se débarrasser de lui. Nous pouvons juste à dépenser de l’argent pour inviter d’autres personnes à le faire. Tout comme nous l’avons fait avec le Ministre de la Justice.

Bernard resta silencieux quelques instants de plus, avant de déclarer,

– Kalan, tu n’as pas besoin de t’impliquer plus dans cette affaire. Je m’occupe de tout ça.

Il n’avait pas dit qu’il s’occuperait de tuer Linley. Cela rendit Kalan extrêmement irritable et incapable de se sentir rassuré.

.

Dans l’obscurité de la nuit. Bernard était arrivé dans une pièce déjà réservée, à l’intérieur d’un hôtel. Un vieil homme aux cheveux blancs était à l’intérieur.

– M. Bernard. En voyant Bernard, le vieil homme eut un grand sourire.

Bernard le salua d’un mouvement de tête.

– M. Bayonet. Cette fois-ci, je suis venu dans le but de chercher votre assistance.

– Dites, dites. Vous êtes un vieux client. Le vieil homme avait toujours un sourire aussi large.

Bernard parla sans détours.

– Deux choses. Premièrement, j’aimerais que vous détruisiez pour moi « l’Éveil du Rêve » qui est actuellement exposée dans la Galerie Proulx. Bernard savait clairement qu’essayer de sortir la sculpture de la galerie serait impossible.

Mais la détruire était une tâche bien plus simple.

– Détruire la sculpture « l’Éveil du Rêve » ? Dit le vieil homme, surpris.

– Quoi donc, est-ce que votre organisation, « Sabre », est incapable d’accomplir cette mission ? Bernard se mit à rire légèrement.

Des quatre majeures guildes d’assassins du continent Yulan, chacune avait sa propre spécialité. Celle-ci, Sabre, possédait une force extrêmement puissante. Tant que le prix était suffisant, ils osaient même assassiner un Cardinal.

Mais, bien sûr, si le contrat portait sur l’assassinat d’un combattant de niveau Saint, cela serait peut-être d’un niveau de difficulté trop élevé.

– Se pourrait-il que même vous, vous soyez effrayé à l’idée d’offenser la Galerie Proulx ? Bernard était quelque peu surpris.

– Non. Évidemment qu’une branche de la Galerie Proulx ne nous pose pas de problème. Continuez et dites-moi votre seconde demande, dit soudainement le vieil homme aux cheveux blancs.

Une guilde d’assassin, de par sa nature, offensait de nombreuses personnes. Ils osaient même aller contre l’Église de Lumière. Qui n’oseraient-ils pas offenser ?

Bernard réprima la curiosité dans son cœur.

– La seconde chose. J’aimerais que vous assassiniez Linley.

Le vieil homme se mit alors à rire d’impuissance. En secouant la tête, il dit à Bernard.

– M. Bernard, s’il vous plaît, pardonnez-nous mais nous ne sommes pas capables d’accepter ne serais-ce qu’une seule de vos requêtes. Mes plus profonds regrets.

– Incapable d’accepter ? Bernard se leva furieusement avant de regarder le vieil homme avec incrédulité. M. Bayonet, je connais la force de votre organisation. Depuis quand êtes-vous devenus réticent à l’idée d’accepter une mission aussi si minime que celle-ci ? Bernard ne pouvait pas accepter qu’il ait fait tout ce chemin pour parvenir à ce résultat.

Après tout, leur organisation avait même osé assassiner des ministres importants des Quatre Grands Empires et des Cardinaux de l’Église de Lumière. Mais ils n’osaient pas assassiner Linley ?

– Ce n’est pas que nous n’osons pas, c’est que nous ne voulons pas accepter ces missions. Quant à la raison du pourquoi, notre organisation n’a pas besoin de vous le dire, n’est-ce pas ? L’expression du visage du vieil homme était devenue glaciale.

Bernard se dépêcha de sourire.

– Pardonnez-moi, M. Bayonet. Puisque vous ne voulez pas accepter mes requêtes, je me retire donc.

Le vieil homme hocha la tête.

Une fois Bernard parti, le vieil homme aux cheveux blancs se leva lentement tout en murmurant pour lui-même,

– Ce Bernard. De toutes les missions qu’il aurait pu nous demander, pourquoi fallait-il qu’il nous demande de détruire une sculpture ? Et même d’assassiner Linley ? Je dois absolument rapporter ça au Vieux Maître. J’imagine que lorsqu’il apprendra que nous avons refusé ces missions, il sera ravi.

Le vieil homme aux cheveux blancs était l’un des fondateurs de l’organisation du Sabre.

Toutefois, parce qu’il était maintenant trop vieux, il ne partait plus en mission lui-même. Il passait la plupart de son temps à profiter de tout ce que la grande ville de Fenlai avait à offrir. En de rares occasions, il recevait des visiteurs des familles nobles les plus fortunées.

Quant au « Vieux Maître » dont il parlait…

À l’intérieur de l’organisation du Sabre, le Vieux Maître était un personnage de légende. Même quand le dirigeant du Sabre rencontrait le Vieux Maître, il était très respectueux envers celui-ci et l’appelait « Vieux Maître ». Dans toute l’organisation, il n’y avait peut-être personne de plus ancien que lui.

À l’intérieur de la Galerie Proulx. Lors du quatrième jour d’exposition de la sculpture « l’Éveil du Rêve ».

Au milieu du hall des maîtres, quelque chose de bizarre se passait. D’après les règles imposées par la galerie, les visiteurs n’étaient autorisés qu’à trois minutes de visite avant de devoir quitter la pièce. S’ils voulaient voir de nouveau la sculpture, ils devaient se remettre dans la file d’attente.

Mais, à l’intérieur du hall des maîtres, un invité particulier était déjà là depuis près de deux heures. Cela allait totalement à l’encontre des règles !

Cet invité paraissait avoir entre trente et quarante ans. Il portait une longue robe noire et ses bras étaient cachés à l’intérieur de ses manches qu’il avait croisés devant sa poitrine. Il semblait complètement absorbé dans la sculpture, « l’Éveil du Rêve ».

À ce moment, il y avait plusieurs des puissants gardes qui surveillaient la sculpture qui s’étaient mis à discuter de cet homme aux cheveux bruns, à voix basse.

– Quelle sorte de relation a cet homme avec M. Austoni ? Il nous a dit de ne pas le déranger. Le fait qu’il puisse rester là, dans le hall des maîtres, pendant si longtemps va à l’encontre de toutes les règles qu’on nous a donné.

– Ne t’inquiète pas de ça. Protégeons juste en silence la statue.

– De quoi as-tu peur ? La galerie a posé plusieurs formations magiques autour de la sculpture. C’est totalement impossible de la voler, surtout au vu de sa taille. Comment une sculpture aussi grande pourrait-elle être volée sous nos yeux ?

Les gardes étaient tous d’une humeur assez relâchée.

Après tout, voler la sculpture serait extrêmement difficile tandis que l’abîmer ne serait d’aucun bénéfice pour personne. Qui ferait une chose pareille ?

– Woah, quelle sculpture excellente. Elle a vraiment une certaine saveur. L’homme de trente à quarante ans leva un sourcil en inspectant calmement la sculpture. Il relut alors l’introduction associée à l’œuvre. Un jeune de dix-sept ans. J’attends déjà avec impatience de voir ses futurs progrès.

Le temps passa. Les groupes défilaient dans la pièce des maîtres.

Mais l’homme continuait de rester au même endroit, inspectant avec attention les moindres détails de la sculpture, « l’Éveil du Rêve ».

– Quelles lignes fluides et propres, sans aucun signe d’hésitation. Une lueur légèrement enchantée était visible sur le visage de l’homme. Si hypnotisant. Et cette fille ! Ses traits uniques ont été complètement cernés par le sculpteur au point qu’elle est presque plus attirante qu’une personne réelle.

À l’intérieur du hall, les groupes de visiteurs continuaient d’arriver et de repartir.

De nombreux visiteurs avaient fait plusieurs fois la queue pour pouvoir observer la sculpture de multiples fois. Une sculpture d’un Grand-Maître, telle que celle-ci, était une œuvre qui pouvait être admirée une journée entière sans pour autant s’en lasser.

– Le temps est écoulé ! Groupe suivant ! Annonça un employé de la Galerie Proulx à voix haute. Instantanément, un groupe de personne commença à se diriger vers la sortie tandis que le groupe suivant commençait à arriver. Et juste à ce moment de léger désordre…

*Boom !* *Boom !* *Boom !*

Plusieurs explosions se firent entendre et, soudainement, les murs du hall des maîtres furent recouverts d’un épais brouillard. Les visiteurs se mirent à courir dans tous les sens, à crier et à maudire furieusement les autres. L’air était rempli de vacarme.

À ce moment, les gardes chargés de la protection de la sculpture devinrent tout de suite nerveux.

– Ce n’est pas bon. En voyant ce spectacle, ils savaient tous d’une certaine manière que quelque chose allait arriver.

– Bon sang.

L’homme habillé de la longue robe noir, jura d’une manière ennuyée. Ses yeux, qui étaient jusque-là vague, s’éclaircirent et il se mit à regarder autour de lui. À ce moment, quatre silhouettes floues chargèrent vers la sculpture, « l’Éveil du Rêve ».

Lorsque les quatre silhouettes floues chargèrent vers la sculpture, les gardes avaient déjà tous sorti leurs armes tandis que de nombreux experts de la Galerie Proulx, qui étaient jusque-là cachés non loin, chargeaient en direction des intrus. Si la sculpture actuellement exposée dans leur galerie était détruite, ce serait un véritable désastre pour eux !

*Whooosh !*

L’une des quatre silhouettes floues bougeait d’une manière extrêmement bizarre. Comme une feuille de papier, il flottait, évitant facilement les tentatives de blocage des gardes. Au même moment, il sortit une dague noire avant de donner un coup en direction de la sculpture.

Au vu de son pouvoir d’attaque, avec ce simple coup, la sculpture serait complètement détruite.

*Thud !*

L’« Éveil du Rêve » se mit soudain à briller. La dague atterrit sur la lumière entourant l’œuvre sans pour autant l’endommager.

– Une protection de lumière ? Murmura la silhouette. La dague dans sa main s’éclaira alors d’une couche de couleur sang et il donna un nouveau coup en direction de la sculpture. Instantanément, un son clair résonna et le sort de protection de lumière se désintégra complètement.

– Pas bon. Les quatre gardes commençaient à désespérer. Même la protection magique qui avait été installée par un mage de lumière du septième rang venait d’être facilement détruite. Et, parce que la situation était trop chaotique, les nombreux experts de la galerie n’étaient pas encore arrivés.

Et les gardes postés à côté de la sculpture étaient bloqués, pour leur part, par les trois autres silhouettes.

L’homme dans la longue robe noire n’avait, quant à lui, toujours pas bougé. Soudain, une lueur féroce apparut dans les yeux de l’homme qui avait jusque-là un regard tranquille.

*Swish !*

Un doux son pu se faire entendre tandis qu’au même moment la silhouette floue avec la dague tressaillit. Puis, avec un léger bruit, il se sépara soudainement en deux morceaux et du sang frais se mit à jaillir des deux parties de son corps. De même, les trois personnes bloquant les gardes se retrouvèrent soudainement découpées en deux. Tous aussi mort qu’un mort pouvait l’être.

.

Peu de temps après, la Galerie Proulx retourna à la normale et l’homme en longue robe s’en alla tranquillement de la galerie. À l’extérieur, une calèche l’attendait ainsi qu’une autre personne.

C’était la personne que le père de Kalan, Bernard, avait appelé « M. Bayonet ».

En voyant l’homme de trente à quarante ans s’approcher de lui, le vieil homme dit immédiatement d’une voix respectueuse,

– Vieux Maître.

– Mm. Tu as fait du bon travail cette fois. L’homme en longue robe se mit à rire tout en le complimentant. Il ajouta ensuite, d’une voix mécontente. Je ne pensais pas que la Rose Sanglante tomberait si bas. Se peut-il qu’ils ne sachent pas que c’est un énorme péché d’essayer de détruire une telle œuvre d’art ?

L’organisation de la Rose Sanglante, comme l’organisation du Sabre, était l’une des quatre principales guildes d’assassins du continent.

– Vieux Maître, où devrions-nous aller maintenant ? Demanda M. Bayonet.

L’homme réfléchit pendant un moment avant de dire,

– Cela fait un ou deux ans que je n’ai pas visité le Paradis de l’Eau de Jade. Dans le passé, je demandais toujours à ces filles de venir plutôt chez moi. Cette fois… je vais visiter le Paradis de l’Eau de Jade en personne. Seulement après que j’aurais passé quelque temps avec ces jeunes demoiselles me sentirais-je, moi, jeune à nouveau. Haha… Il se mit à rire bruyamment.

– Bien, Vieux Maître, dit le vieil homme aux cheveux blancs, courtoisement. Intérieurement, M. Bayonet était en réalité curieux d’une chose ; quel âge exactement cet homme d’âge moyen pouvait-il bien avoir ? Lui-même avait été personnellement entraîné par le Vieux Maître comme de nombreux assassins avant lui dans l’organisation du Sabre et il savait donc qu’il était bien plus vieux que ce qu’il paraissait.

Du premier groupe d’assassins qui avait été entraîné par le Vieux Maître, tous avaient déjà été tués ou étaient morts de vieillesse !

– À quoi penses-tu ? Bouge ! La voix de l’homme sortit de l’intérieur de la calèche.

M. Bayonet se mit immédiatement à faire avancer la calèche avant de se diriger vers le Paradis de l’Eau de Jade.


Cet article comporte 34 commentaires
    1. Bravo ! Là, je dois dire que ce n’est pas de la chance, mais bien du talent dont tu fais preuve ! 😀
      Il n’y a eu que 6 personnes qui ont commenté dans la minute !
      Ceci mérite bien ton chapitre supplémentaire !

  1. bande de monstres je croyais être puissant mais vous étiez là à observer dans l’ombre tels des charognards. Trop de puissance je fuis la chasse au trône

  2. Merci pour le chap’
    C’est énorme la course tous les jours pour avoir la première place ça serait marrant sur le forum de tenir un classements xD

    1. C’est une bonne idée, tiens ! ^^
      Tu peux ouvrir une discussion à ce sujet dans les discussions générales/panlong
      Par contre, ce sera à vous de le faire le classement, et nous, on ne fera que vérifier que personne n’essaye de tricher ! 😉

  3. Merci pour le chapitre encore une fois 🙂 Linley s’est trouvé un excellent admirateur, je sens une rencontre rapide entre ces deux là^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top