skip to Main Content
Menu

Chapitre 2 : Retour à la maison (Partie 2)


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 4 CHAPITRE 2


      À l’intérieur du manoir du clan Baruch, Hogg était assis dans un fauteuil, plongé dans la lecture d’un livre épais.

– Seigneur Hogg, le dîner est prêt, annonça respectueusement une servante.

Depuis que l’intendant Hiri était parti avec Wharton pour l’Empire O’Brien, le clan Baruch n’avait plus de servants à leur service. Hogg était toutefois le chef du clan de l’antique clan des Dragonblood. Comment aurait-il pu faire le travail d’un serviteur lui-même ? Il s’était donc forcé à engager une servante pour lui.

– Oh. Hogg ferma son livre et jeta un coup d’œil à la servante. Dans son cœur, il soupira. Heureusement, maintenant que les autres nobles savent que mon fils est un mage de génie de l’institut Ernst, ils sont d’accord pour me prêter de nouveau de l’argent. Sinon la vie aurait été plus dure.

Avec les faibles taxes du village, Hogg était à peine capable de payer le salaire de ses gardes ainsi que sa dîme au Royaume. Hogg se sentit mécontent, rien qu’en y pensant. Au moment où le clan lui était revenu, quasiment tous ses objets de valeurs avaient déjà été vendus.

Heureusement…

Lui, Hogg, avait deux fils, deux fils merveilleux.

– Linley est déjà un mage du cinquième rang. Il va bientôt être diplômé. À ce moment-là, je pourrai lui confier la position de chef du clan et je pourrai enfin m’occuper des choses que j’ai toujours voulu faire.

Hogg se leva, prêt à aller dans la salle à manger, quand soudain…

– Seigneur Hogg, seigneur Hogg ! La voix d’Hillman résonna au loin.

Hogg regarda d’un air interrogatif en direction des portes du manoir. Quelques instants plus tard, Hillman apparut avec, à ses côtés, un grand et puissant jeune homme.

En voyant le jeune garçon, un sourire fleurit sur le visage d’Hogg. Il s’esclaffa bruyamment tout en s’avançant.

– Linley, tu es de retour. Haha, c’est merveilleux. C’est une très bonne surprise !

– Agatha [A’jia’sa], s’il te plaît, prépare un plus somptueux dîner. Hogg mit ses mains sur les épaules de Linley. Bien, mon fils. Tu es presque aussi grand que moi maintenant. Mais d’ailleurs, je pensais que tu n’étais autorisé à nous voir qu’à la fin de chaque année. Pourquoi es-tu là ? …

Linley sourit mystérieusement.

– Père, je vous le dirai plus tard, durant le repas.

– Si secret ? Hogg se renfrogna intentionnellement.

Hillman, à côté, se mit à rire.

– Seigneur Hogg, Linley n’a pas voulu me dire non plus, mais il a préparé un cadeau mystérieux pour vous. Je lui ai demandé, mais il a refusé de m’en dire plus.

– Oncle Hillman ! Linley fronça les sourcils en entendant Hillman.

– Bien, je vais me taire, je me tais, rit fortement Hillman.

Les ténèbres tombaient sur le monde, couvrant la terre d’ombres, sauf la salle à manger du manoir du clan Baruch qui était éclairée de nombreuses lanternes. Après avoir fini le dîner, la servante, Agatha, nettoya la table avant de s’en aller, ne laissant que Linley et Hogg dans la pièce. Seulement après cela, Linley plaça le sac à dos devant son père.

– C’est ? Hogg regarda Linley avec suspicion.

– Nous allons l’ouvrir dans une seconde. Linley se leva puis alla fermer la porte de la pièce. Hogg ne put s’empêcher de laisser échapper un petit rire.

– Aussi secret que ça ? Tu as même été jusqu’à fermer la porte.

Linley se rassit, confiant.

– Père, vous pouvez ouvrir le sac maintenant.

– Hrmph, voyons voir ce que nous avons là-dedans. Hogg ouvrit le sac, curieux, mais à sa grande surprise, il y avait un autre sac à l’intérieur. Celui-ci était fermé étroitement et était gonflé des cores magiques qui se trouvaient à l’intérieur.

En posant ses mains dessus, Hogg dit, toujours soupçonneux,

– Quel sac imposant. Ça ne ressemble pas à de l’or à l’intérieur. Serait-ce des cailloux ? Hogg ne comprenait pas ce qui se passait. Tandis qu’il parlait, il ouvrit la poche.

Dès que la poche s’ouvrit…

D’innombrables cores, avec de multiples et merveilleuses couleurs, illuminèrent la pièce. Hogg resta bouche bée à les contempler, sans parler. Le sac était rempli entièrement de cores magiques. De toute sa vie, Hogg n’en avait jamais vu autant.

– Ce sont des cores magiques ? Les yeux d’Hogg étaient ronds tandis qu’il regardait Linley avec stupéfaction. Puis il déglutit doucement. Hogg avait déjà vu de nombreux cores par le passé, mais, jamais n’en avait-il vu autant au même endroit. Tant de cores magiques dans une même poche était une vue, effectivement, frappante.

Linley hocha la tête.

– En effet. Cette poche est quasiment remplie exclusivement de cores magiques. Il y a aussi quelques pierres de mage dedans. D’après ce que j’ai lu, tout l’ensemble devrait valoir au total, environ 70,000 pièces d’or.

– Soixante-dix mille pièces d’or ? Hogg sentit son cœur battre frénétiquement.

Durant toutes ces années, il avait souffert des restrictions de l’argent. Même maintenant, si quelqu’un lui demandait 500 pièces d’or, il aurait probablement dû aller emprunter de l’argent. Il était facile d’imaginer dans quel état il était.

Soixante-dix mille pièces d’or !

Quelle sorte de richesse cela représentait-il ? Une telle somme pouvaient définitivement permettre au clan Baruch, au complet, de se nourrir pendant une centaine d’années.

– Bien sûr, 70,000 n’est que l’estimation officielle. Je pense qu’ils peuvent atteindre 80,000 pièces d’or, dit Linley, honnêtement.

Les yeux fixés sur les cores magiques, Hogg eut l’impression qu’il était dans un rêve. Son corps entier flottait.

– Haaaaah. Haaaaaah

Hogg prit deux longues inspirations avant de réussir à se calmer.

– Linley, où as-tu eu tous ces cores magiques ? Hogg pensa finalement à ça. Il regarda Linley avec un regard meurtrier. As-tu été dans la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques ?

Linley acquiesça.

– Oui, père. Je les ai tous eu de là-bas.

– Tu…tu… Hogg se mit en colère. La Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques est l’un des endroits les plus dangereux de tout le continent. Y entrer n’est pas une chose facile. Pourquoi n’en as-tu pas discuté avec moi avant d’aller à l’intérieur ? Sais-tu à quel point c’est dangereux à l’intérieur ?

Juste après avoir fini de parler, Hogg rit de lui-même.

Linley avait été à l’intérieur, après tout. Il savait définitivement à quel point cet endroit était dangereux.

Hogg baissa son regard puis se tut. En voyant Linley avec une expression « je me fais gronder » sur son visage, il ne put s’empêcher de soupirer et de secouer sa tête.

– Linley, ce n’est pas que je veuille, moi, ton père, te crier dessus. Mais tu dois savoir que tu es actuellement un mage à l’institut Ernst. Dans le futur, ton potentiel est illimité. Le fardeau pesant du clan Baruch reposera sur tes épaules. Après tout, ton frère est encore jeune. Qui sait combien de temps il lui faudra avant qu’il ne devienne un vrai guerrier Dragonblood ? Tous mes espoirs reposent sur toi maintenant, ainsi que les espoirs du clan Baruch. C’est pourquoi tu ne peux pas traiter ta vie à la légère.

Linley n’osa pas répondre.

– Retire tes vêtements. Laisse-moi voir si tu as des blessures, dit soudainement Hogg.

Retirer ses vêtements ?

Linley hésita. Les autres ne pouvaient pas le voir quand il avait ses vêtements, mais Linley savait très bien à quel point le croisement de ses cicatrices était terrifiant à voir.

Hogg fronça les sourcils.

– Retire-les.

Après avoir hésité quelques longues secondes, Linley se déshabilla, retirant son haut. Sur son torse robuste, se trouvaient d’innombrables cicatrices et même plusieurs blessures qui paraissaient presque fatales !

En voyant les terribles cicatrices sur le corps de Linley, Hogg sentit son cœur trembler.

Hogg tendit une main tremblante pour toucher le torse de son fils. La vue de ces blessures quasiment mortelles, le fit s’arrêter, interdit. Quelle était la douleur qu’il avait dû endurer ? De combien de combats mortels son fils avait-il dû réchapper ? Hogg ne voulait même pas y penser.

– Linley, tu… Hogg s’étrangla.

– Père, regardez, je vais bien, dit immédiatement Linley pour le conforter.

Le regard de Hogg retomba sur la pile de cores magiques qui représentaient une énorme somme d’argent avant de retourner aux cicatrices présentes sur le corps de Linley. Son corps entier se mit alors à trembler.

Il était rempli de haine !

Haine envers lui-même, pour son inutilité, pour son inaptitude !

Après avoir prit une longue inspiration, Hogg se tut, les yeux levés au ciel. Finalement, il dit d’une faible voix,

– Linley, tu as passé ta journée complète sur la route. Tu dois être fatigué. Va te reposer.

– Oui, père.

Linley partit silencieusement, laissant Hogg assit, seul dans la salle à manger, éclairé par les bougies.


Cet article comporte 12 commentaires
    1. Je viens de t’envoyer le chapitre 5 en avant-première (comme tu es le premier à avoir commenté sur l’un des 3 chaps ! 🙂 )
      Well done !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top