skip to Main Content
Menu

Chapitre 13 : Dix Jours, Dix Nuits


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 4 CHAPITRE 13


         En retournant à l’Institut Ernst, Linley récupéra juste son sac à dos habituel dans sa chambre, puis s’en alla directement vers les montagnes, derrière l’Institut. Dans son sac à dos se trouvait juste ses vêtements, sa magycarte et son ciseau à pierre.

– Deuxième frère, Quatrième frère, prenez soin de Troisième frère, leur demanda Yale.

George et Reynolds acquiescèrent tous les deux. Ils étaient, eux aussi, inquiets à propos de Linley.

– Boss, qu’est-ce que tu vas faire ? Lui demanda Reynolds.

Un éclat glacial joua dans les yeux de Yale.

– Moi ?

– Je vais enquêter et voir pourquoi Alice, cette fille aveugle, a décidé de trahir Troisième frère. Et je vais trouver quel est le petit bâtard qui a osé voler la femme de mon frère. En parlant Yale s’était levé. Je vais à Fenlai. Vous, les gars, aidez-moi à prendre soin de Troisième frère.

– On s’en occupe. Reynolds et George hochèrent tous deux la tête.

Yale s’en alla en direction de Fenlai, emmenant avec lui les gardiens de son clan. Quant à Reynolds et George, au milieu de cette froide nuit d’hiver, ils se dépêchèrent de suivre Linley dans les montagnes.

…….

Yale conduisit ses gardes à travers les plaines enneigées. Rapidement, ils furent de retour à Fenlai. En entrant dans la ville, Yale se dirigea directement vers l’un des quartiers généraux que son clan possédait à Fenlai.

C’était un bâtiment de neuf étages, un hôtel assez connu des habitants de Fenlai.

Derrière l’hôtel, il y avait un certain nombre de petits bâtiments qui étaient fermés au public. Yale s’engouffra tout de suite dans un petit bâtiment de deux étages en briques rouges. Lorsqu’il entra, cinq hommes d’âge mûr vêtus d’habits somptueux se levèrent. En voyant Yale, ils déclamèrent à l’unisson :

– Jeune Maître Yale !

– Walt [Hua’te], où se trouve Second Oncle ? Demanda immédiatement Yale.

Parmi les cinq hommes, il y en avait un qui était nommé Walt. C’était le seul habillé d’une longue robe noire. Walt répondit respectueusement :

– Sa Seigneurie est revenue dans nos quartiers généraux il y a sept jours. Pour l’instant, les affaires dans l’Union Sacrée sont sous ma gestion.

Walt savait très bien que depuis que ce second jeune maître était devenu un élève de l’Institut Ernst, sa position au sein de la hiérarchie du clan avait énormément augmenté.

Yale n’était pas seulement l’un des membres ordinaires du clan, mais l’un des descendants direct de la lignée principale. Même le plus haut superviseur de Walt, le « Second Oncle » en charge de toutes les affaires dans l’Union Sacrée ne pouvait se permettre d’être discourtois avec Yale.

– Jeune Maître Yale, si vous avez besoin que je fasse quelque chose, vous n’avez qu’à me le dire et ce sera fait, annonça respectueusement Walt.

Yale resta silencieux un instant, puis donna des instructions claires et précises.

– Va enquêter pour moi. Dans la rue Sèche, il y a une jeune fille qui s’appelle Alice. Elle devrait avoir seize ans cette année. C’est aussi une élève de l’Institut Wellen. Récemment, elle a été avec un homme. Trouve-moi toutes les informations possibles concernant cet homme.

– Bien, jeune maître Yale. Walt sourit légèrement. Jeune maître Yale, vous aimez cette Alice ? Si vous voulez, je peux…

– Pas besoin. Le visage de Yale était froid et sombre. Ce dont j’ai besoin, c’est d’informations, aussi vite que possible, compris ?

– Oui, jeune maître Yale. Walt pouvait sentir la fureur du jeune maître.

……

La même nuit. Les bougies tremblotaient.

Yale était assis à une table, un verre de vin à la main, le visage toujours aussi sombre. Mais clairement, son esprit était autre part et non sur le vin.

Soudain, des bruits de pas rapides se firent entendre. Walt entra précipitamment à l’intérieur, accompagné d’une femme ayant une vingtaine d’années, qui semblait aussi froide que la glace. En entrant dans la pièce, Walt s’inclina respectueusement.

– Jeune maître Yale, nous avons enquêté en détail sur cette Alice et son ami.

– Parle, dit froidement Yale.

Walt regarda la femme, qui s’inclina avec respect.

– Jeune maître Yale, cette Alice a deux hommes parmi ses amis proches. Le premier se nomme Linley Baruch et est né dans le village de Wushan…

– Stop. Parle-moi du deuxième. Yale fronça les sourcils.

– Alice est actuellement en couple avec un jeune homme qui se nomme Kalan Debs. Il est né à Fenlai et a actuellement dix-sept ans. C’est un étudiant de l’Académie Wellen, section guerrière, et c’est un guerrier du cinquième rang ! Ce clan Debs est un clan majeur dans le royaume de Fenlai et Kalan Debs est le successeur direct du chef du clan.

– Kalan Debs… le clan Debs ? Yale fronça les sourcils. Juste un petit clan dans un royaume ?

Walt, cherchant à entrer dans les faveurs de Yale dit :

– Dans le royaume de Fenlai, le clan Debs peut être considéré comme un clan majeur. Mais bien sûr, dans le continent dans sa globalité, ce n’est qu’un petit clan sans aucune importance.

– Oh. Je veux punir sévèrement ce clan Debs. Que me recommandes-tu ? Yale regarda Walt droit dans les yeux.

– C’est simple !

Walt se mit à rire.

– Jeune maître Yale, vous ne savez peut-être pas ceci, mais ce clan Debs est en fait le partenaire commercial de notre conglomérat Dawson, ici à Fenlai. Dans le royaume de Fenlai, notre conglomérat fait les gros chiffres d’affaires, tandis que leur clan Debs récupère quelques intérêts. Après toutes ces années, ces intérêts ont fait grossir le clan Debs.

– Oh, ce clan Debs est en fait notre partenaire commercial ici ? Un sourire se mit à apparaître sur le visage de Yale.

Walt acquiesça.

– Oui, jeune maître Yale. Vous devez très bien savoir que notre Conglomérat Dawson ne cherche pas à gagner tous les bénéfices dans chaque affaire. Dans les Quatre Grands Empires, et dans la douzaine d’autres royaumes, nous avons toujours un partenaire commercial. Naturellement, nous devons leur donner quelques bénéfices aussi.

Yale hocha la tête.

Il savait très bien cela. Le clan Dawson contrôlait le Conglomérat Dawson, qui était l’une des trois titanesques unions de marchands dans le continent Yulan. Même les Quatre Grands Empires et les deux alliances n’osaient pas les regarder de haut. C’était la raison pour laquelle Yale avait été capable de s’inscrire à l’Institut Ernst.

Derrière l’Institut Ernst se tenait l’Église de Lumière. Sur le papier, ils clamaient que les inscriptions étaient justes et équitables.

En effet, comment un clan ordinaire aurait pu réussir à faire entrer quelqu’un par une porte dérobée de l’Église de Lumière ?

Toutefois, le credo du Conglomérat Dawson était le suivant :

« Lorsqu’il y a de l’argent à se faire, tout le monde a le droit à une part »

Dans les Quatre Grands Empires, les deux alliances, et les différents autres royaumes et duchés, le Conglomérat Dawson se trouvait toujours quelques partenaires commerciaux, et leur permettaient aussi de se faire des bénéfices.

Être autorisé à travailler avec le Conglomérat Dawson revenait au même que de se laisser entraîner par une massive machine de guerre qui produisait de l’argent. Dans le royaume de Fenlai, le clan Debs ne récupérait seulement qu’une petite partie de ce que le Conglomérat Dawson gagnait, mais c’était suffisant pour faire d’eux un clan fabuleusement riche selon les standards du royaume de Fenlai.

– Jeune maître Yale, il y a toujours de nombreux clans dans le royaume de Fenlai qui ont voulu remplacer le clan Debs en tant que partenaire local. La seule raison pour laquelle nous continuons de travailler avec le clan Debs réside dans le fait qu’ils ont toujours été des partenaires corrects, ce qui explique que nous n’ayons pas donné l’opportunité à d’autres clans de les remplacer. Walt sourit.

Yale comprit l’intention de Walt.

– Change immédiatement notre partenaire local ici à Fenlai. Quant au clan Debs ? Réprime-les ! La voix de Yale était aussi froide que la glace.

– Bien, jeune maître Yale, répondit Walt avec respect.

Ce n’était rien de plus qu’une histoire de partenaire commercial dans un petit royaume. Même Walt, qui était juste le bras droit du Conglomérat Dawson ici à Fenlai, avait l’autorité nécessaire pour prendre cette décision. Sans parler de Yale, un membre du clan faisant partie de la branche principale de la famille.

– Pauvre clan Debs, se dit intérieurement Walt.

…….

Dans les montagnes derrière l’Institut Ernst. La neige avait tout recouvert d’un linceul blanc. Parmi la forêt compacte, il y avait plusieurs grandes pierres. Linley se tenait silencieusement, dans une clairière, les yeux fermés, sur le sommet d’une de ces pierres géantes.

La Souris Fantôme, Bébé était à côté de lui, debout dans la neige, protégeant silencieusement Linley.

George et Reynolds se regardèrent avec inquiétude.

– George, il fait quoi Linley ? Il est resté sur son rocher depuis une journée et une nuit. Et lorsqu’on l’appelle, il ne répond pas. Et il n’a toujours rien mangé ni bu. Si ça continu… Reynolds commençait à être dans tous ses états.

George secoua lentement la tête.

– Ne sois pas impatient. Troisième frère est un mage du sixième rang et un guerrier. Son corps est extrêmement fort et résistant. Il a été fortifié par l’absorption des essences élémentaires de la nature. Même s’il continue pendant plusieurs jours sans boire ni manger, cela ne devrait pas être un problème pour lui. Continuons de le regarder pour l’instant. J’ai confiance en Troisième frère, je sais que ce n’est pas le genre de personne à abandonner comme ça.

Reynolds hocha légèrement la tête.

Aucun d’entre eux n’avait la moindre idée de ce qu’il se tramait dans la tête de Linley.

Doehring Cowart était là aussi, à côté de Linley. Reynolds et George ne pouvaient toutefois, bien entendu, pas le voir. Le vieux mage regardait Linley en silence. Dans son cœur, il était intérieurement surpris.

– Ce Linley semble avoir atteint un royaume mental plus élevé. En tant que grand maître sculpteur, Doehring Cowart était capable de deviner l’état dans lequel Linley était entré.

Linley fixait ce rocher. Il faisait plus de deux mètres de haut et trois de large.

Il contemplait les lignes du rocher, ses arêtes rocheuses et ses motifs anguleux, extrêmement complexes, qui le couvraient. Mais alors que Linley continuait de les fixer, un certain nombre de ces lignes et motifs semblèrent s’échapper du rocher et se matérialiser dans son esprit.

Ces lignes et motifs semblaient former cinq formes humaines.

Soudain, ces cinq images se transformèrent en Alice. Plusieurs scènes apparurent ainsi dans l’esprit de Linley. Dans sa représentation mentale, ce rocher se transforma soudain en plusieurs sculptures. Et finalement, il se transforma en cinq statues de femme.

– George, regarde ! Troisième frère a bougé ! S’exclama Reynolds avec surprise.

Linley venait de récupérer son ciseau plat dans son sac. Une fois l’outil placé dans sa main droite, Linley se mit soudainement à bouger. Le ciseau droit se transforma en une ombre et, immédiatement, la roche en excès se mit à voler du rocher.

Son âme ne faisait plus qu’une avec la terre ; elle ne faisait plus qu’une avec le vent.

L’âme de Linley pouvait clairement sentir chaque petite crevasse, chaque petite ligne de ce rocher. Il maniait le ciseau plat comme s’il était le vent, faisant s’envoler les morceaux de roche en excès du rocher. Chaque coup de son ciseau semblait parfait dans son mouvement, pas trop imposant, ni pas assez, précis à la perfection.

Quelques fois, le ciseau plat bougeait lentement, tandis qu’à d’autres moments, il bougeait très rapidement. Quelques fois, il laissait des traces et des lignes qui coulaient à travers la pierre ; tandis qu’à d’autres moments, il coupait directement un morceau entier de roche.

– Je me rappelle encore à quoi tu ressemblais cette année-là, cet air d’effroi que tu avais lorsque tu as été attaquée par ce Cochon de Guerre Sanguinaire.

Une image mentale parfaite de cette scène et d’Alice se forma dans l’esprit de Linley. Toutes ses émotions et ses sentiments étaient concentrés dans son ciseau. La neige commença à se poser et à s’agglomérer autour de Linley et, tandis qu’elle tombait, Linley sentit son âme fusionner avec la terre et le vent, comme jamais auparavant. L’essence élémentaire de la terre et du vent entrèrent rapidement dans le corps de Linley.

Linley ne pensait à rien d’autre. À cet instant, il était entièrement concentré sur ces sentiments passés.

Lentement, les pierres les plus à gauche de la statue se mirent à se transformer en l’image d’une femme. La structure basique de la sculpture commençait à prendre forme. Linley ne s’arrêta ni pour manger ni pour boire, il continuait de sculpter sans s’arrêter. De temps en temps, il maniait son ciseau plusieurs dizaines de fois à la suite. D’autres fois, il passait plusieurs minutes à sculpter attentivement une simple et parfaite ligne.

…….

Linley, totalement immergé dans sa sculpture et dans ses souvenirs d’Alice, ne remarqua absolument pas que c’était la première fois qu’il entrait dans une telle osmose depuis qu’il avait commencé à sculpter.

Auparavant, que ce soit dans ses débuts ou ses jours plus récents, Linley n’avait encore jamais été immergé complètement dans la sculpture.

Au minimum, il passait plusieurs jours à sculpter une statue. Il pouvait s’arrêter à n’importe quel moment et continuer plus tard.

Cette sorte d’unité absolue avec la nature fit grandir l’énergie spirituelle de Linley à une vitesse terrifiante, encore jamais observée.

À cet instant, la croissance de l’énergie spirituelle de Linley était mille fois plus rapide que celle d’une personne ordinaire.

– Il est totalement devenu un avec la nature, et a atteint le niveau où il s’est oublié. Quelle merveilleuse surprise. Les yeux de Doehring Cowart s’illuminèrent.

Un jour passa après l’autre et Linley restait absorbé dans son travail. L’essence élémentaire de la terre et du vent continuaient de se déverser en continu dans son corps, lui redonnant l’énergie qu’il perdait.

Quasiment en un clin d’œil, dix jours passèrent comme ceci.

*Puff !*

La neige tourbillonna soudain vers l’extérieur dans toutes les directions avec Linley en son centre.

Le ciseau droit posé au creux de sa main, Linley contempla silencieusement la sculpture géante face à lui. Il avait mis tous ses efforts dans cette sculpture. C’était la plus grande sculpture qu’il ait jamais réalisée et c’était aussi sa plus grande réussite.

Cette sculpture était faite de cinq images de femme. Dans chacune des cinq images, la femme était la même. Alice.

Il y en avait une qui montrait son air d’effroi qu’elle avait eu face au danger.

Il y en avait une qui montrait l’air adorable de son visage lorsqu’elle discutait secrètement sur le balcon.

Il y en avait une qui montrait l’air de timidité de son visage lorsqu’ils avaient commencé leur relation.

Il y en avait une qui montrait l’air de passion qu’elle avait eu lorsqu’ils étaient au plus fort de leur relation.

Et il y en avait une qui montrait ce soupçon de froideur sur son visage lorsqu’ils avaient rompu !

– En l’espace d’une année, tout s’est passé comme si ce n’était rien d’autre qu’un rêve. Mais maintenant, le rêve s’est terminé. Appelons donc cette sculpture l « Éveil du Rêve ».

Les yeux fixés sur sa sculpture, Linley sentit son esprit s’apaiser comme jamais auparavant. C’était comme si toutes ses émotions précédentes avaient été incrustées à l’intérieur de cette sculpture.

L « Éveil du Rêve ». La sculpture venait d’être mise au monde !


Cet article comporte 14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top