skip to Main Content
Menu

Chapitre 7 : Le voyage (Partie 1)


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 3 CHAPITRE 7


         Revenons quelques semaines en arrière, jusqu’au 5 juin.

Cet après-midi-là, Linley quitta ses trois frères. Son sac de cuir à l’épaule, il se dirigea vers la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques.

……

– Couic couic ! Gazouilla avec joie la petite Souris Fantôme perchée sur les épaules de Linley.

– Boss, on va enfin dans les Montagnes des Créatures Magiques. Wow, je suis tellement excité ! Résonna la voix de Bébé dans l’esprit de Linley. Ce dernier se contenta de sourire. Un rayon de lumière blanche jaillit à ce moment-là, et se transforma en Doehring Cowart.

Il dit à Linley :

– Linley, lorsque tu voyages tout seul, tu dois toujours rester attentif. À n’importe quel moment, tu peux te retrouver nez à nez avec des bandits.

– Je sais, papy Doehring, rigola Linley.

Le vieillard lui avait déjà répété encore et encore les précautions à prendre lors d’un voyage en solitaire. Ce jour-là, il ne portait sur lui qu’un pantalon simple et robuste ainsi qu’un T-shirt sans manches permettant à n’importe qui de deviner facilement sa profession de guerrier rien qu’en observant sa musculature.

D’après l’Archimage, les robes d’un mage auraient été plus encombrantes et l’auraient gêné dans ses mouvements.

Linley avançait rapidement. Bien que la route entre l’Institut Ernst et la chaîne de montagnes soit assez mal entretenue, son endurance de guerrier du quatrième rang lui permit, en seulement une heure, de parcourir aisément quarante kilomètres.

Soudain, il vit trois personnes devant lui.

– Hum ? Le regard de Linley s’arrêta sur une personne en particulier.

Cette dernière était en fait habillé avec une robe d’étudiant de l’Institut Ernst. Parmi les deux autres, l’un était très musclé et portait sur son dos une lame de guerre géante. L’autre était extrêmement maigre et portait au côté une épée courte. L’homme maigre tourna la tête, alerté, et fixa Linley.

Celui-ci ne se donna pas la peine de leur prêter attention, et accéléra simplement, se préparant à les dépasser.

– C’est toi, Linley ? Demanda soudain une voix.

Linley tourna la tête avec surprise. L’homme en robe de mage de l’Institut Ernst sourit et lui précisa :

– Linley, c’est moi, Delsarte [De’sha’te], tu te rappelles ?

– Oh, Delsarte, c’est toi ! Linley s’arrêta soudain.

Linley connaissait en fait ce Delsarte.

Tout comme lui, Delsarte était un mage du vent du cinquième cycle. Bien qu’ils ne puissent être considérés comme des amis proches, ils restaient tout de même des camarades de classe.

Delsarte ramena les deux guerriers avec lui et fit un large sourire :

– Linley, je ne m’attendais pas à ce qu’un mage comme toi s’habille comme ça. Je t’ai à peine reconnu. C’est seulement en voyant la petite Souris Fantôme sur ton épaule que j’ai réalisé que c’était toi.

– Kava [Ka’wa], Matt [Ma’te], laissez-moi vous présenter Linley, un des deux génies de notre institut. Il n’a que quinze ans, mais c’est déjà un mage du cinquième rang. Le présenta avec enthousiasme Delsarte.

Kava était le guerrier puissamment bâti, tandis que Matt était le maigrichon.

– J’ai entendu depuis longtemps Delsarte parler des deux génies absolues de l’Institut Ernst. Je ne m’attendais pas à ce qu’aujourd’hui, on ait la chance d’en rencontrer un, dit courtoisement Matt, alors que les yeux de Kava s’agrandirent.

– Tu es un mage ? Pourquoi es-tu habillé comme un guerrier ?

Linley ne répondit pas.

– Vous vous dirigez aussi vers les Montagnes des Créatures Magiques ?

Delsarte acquiesça.

– Ouaip. Kava et Matt ont voyagé avec moi l’année dernière pour notre entraînement sur le terrain. On forme une bonne équipe. Cette année, on a prévu de partir explorer les bords de la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques. Tu devrais venir avec nous, Linley. En groupe, on est plus en sécurité.

Linley hocha la tête.

– Je vais les accompagner pour l’instant. Delsarte est un camarade de classe donc je devrais pouvoir lui faire confiance. Lorsque nous atteindrons les montagnes, je les quitterai. Après avoir pris sa décision, Linley et le trio de Delsarte se dirigèrent tous ensemble vers les montagnes.

Les quatre voyageaient à une vitesse très rapide.

Même Delsarte, plus faible physiquement, était capable d’avancer rapidement grâce au sort du vent « Supersonique ». Ainsi, le groupe pu avancer rapidement sur la route nue.

La voix de basse de Kava gronda :

– Linley, si tu nous rejoins, notre groupe aura deux mages du cinquième rang. Si on s’y met à tous les quatre, on pourrait même réussir à tuer une créature magique du sixième rang. Le core magique d’une créature du sixième rang vaut dans les mille pièces d’or. Si on en tue quelques-unes, on n’aura plus besoin de se préoccuper de nos dépenses pour un siècle.

Pour la plupart des personnes, dix pièces d’or étaient plus que suffisantes pour subvenir à leurs dépenses pendant un an complet.

Un millier de pièces d’or représentaient une somme énorme.

Le cœur de Linley était partagé. Dans son esprit, il se rappela soudain des livres qu’il avait lu à propos des créatures magiques. Ces livres discutaient notamment des noyaux d’énergie que chaque créature magique possédait en elle ; les cores magiques.

– Ces cores magiques passent à l’état solide dans les corps des créatures de rang trois ou quatre. Mais pour les créatures n’ayant pas encore atteint le sixième rang, la valeur de leurs cores n’est pas très importante. Ils valent probablement moins qu’une de mes sculptures, réfléchit Linley.

Cependant, les cores magiques des créatures magiques du sixième rang valaient environ mille pièces d’or.

Selon les estimations de Doehring Cowart, les sculptures de Linley étaient dignes d’être exposées dans le hall des experts, avec une valeur avoisinant les mille pièces d’or chacune. Tuer une créature du sixième rang était bien plus difficile et dangereux que de sculpter.

– Dans ces montagnes, mon intérêt principal est de m’entraîner. Récupérer des cores magiques ? C’est juste un bénéfice en plus. Se dit Linley au fond de lui, en regardant les trois autres.

Delsarte et les autres étaient engagés dans de vives spéculations. Clairement, ils étaient très excités à l’idée de récupérer des cores magiques.

– Les cores magiques des créatures du troisième, quatrième et cinquième rang ne valent pas grand-chose. Même ceux des créatures du sixième rang ne valent qu’un millier de pièces d’or en général, dit Delsarte en secouant sa tête, insouciant. Si nous pouvions tuer une créature magique du septième rang, alors là, on serait riche ! Les yeux de Delsarte brillèrent en disant cela.

Tout comme les humains, pour lesquels existait un grand fossé entre les mages du sixième et septième rang, les créatures magiques du sixième rang étaient bien plus faibles que celles du septième rang.

Le core magique d’une créature magique du septième rang valait des dizaines de milliers de pièces d’or.

– Une créature magique du septième rang ? Avec nos pouvoirs ce serait suicidaire, dit calmement Linley.

Linley avait personnellement été témoin du pouvoir d’un Vélocidragon, une créature magique du septième rang. Il savait qu’avec son pouvoir actuel, il ne pourrait très probablement même pas passer à travers les écailles protectrices du Vélocidragon. Et s’il ne pouvait même pas percer ses défenses, comment pouvait-il espérer tuer une créature magique du septième rang ?

Le plus mince, Matt, acquiesça.

– C’est difficile de dire avec certitude qu’on arrivera à battre une créature magique du sixième rang. Alors se battre contre une créature du septième rang, c’est juste du suicide.

– Je disais juste ça comme ça, dit Delsarte en se grattant la tête et en pinçant les lèvres.

Tandis que les quatre parlaient et riaient, un homme habillé tout en vert, les fixait froidement du regard. Il était caché dans une forêt, à une centaine de mètres derrière eux.

Les lèvres de cet homme bougeaient en continu, semblant murmurer les mots d’une incantation magique. L’arc long dans ses mains était bandé au maximum.

Soudain, une flèche partit en un éclair bleuté. Elle fendit les airs avec une vitesse terrifiante, traversant la centaine de mètres en un clin d’œil.

Linley, qui discutait nonchalamment avec le groupe sentit soudain tous les poils de son corps se hérisser. Son cœur atteint immédiatement un niveau maximum de tension.

– Danger !

Linley sauta rapidement sur le côté.

*Whooosh !* La flèche passa devant lui comme un éclair, traversant les robes et le corps de Delsarte. Elle perça au travers de son torse, laissant derrière elle un trou béant et continua son chemin sur une bonne dizaine de mètres avant de tomber à terre.

Tenant sa gorge entre ses mains, les yeux de Delsarte s’arrondirent. Quelques mots indistincts sortirent en gargouillant de sa bouche tandis que du sang frais jaillit de la blessure sur sa poitrine.

– Urg…argh… Les yeux de Delsarte étaient remplis d’une envie de vivre. Ils étaient aussi emplis d’horreur et de peur, mais le sang continuait de s’écouler du trou béant de sa poitrine. Très rapidement, toute vie quitta les yeux de Delsarte, et il s’effondra au sol.

Linley, Kava et Matt s’aplatirent rapidement dans l’herbe avant de regarder attentivement derrière eux.


Cet article comporte 17 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top