skip to Main Content
Menu

Chapitre 26 : Violet dans le vent de la nuit (Partie 2)


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 3 CHAPITRE 26


      À la nuit tombée.

Les quatre frères du dortoir 1987 marchaient dans les rues silencieuses de l’institut tout en discutant de ce qui s’était passé durant ces deux derniers mois.

– Aussi vicieux que ça ? Reynolds, impressionné, souleva le haut de Linley. En voyant l’ensemble de cicatrices qui se croisaient au travers de son torse, il ne put s’empêcher d’être bouche bée. George qui était à côté, devint aussi silencieux. Seul Yale était encore capable de rire.

– Haha, les gars vous n’avez aucune expérience. Quand j’étais un enfant, j’ai vu bien pire que ça.

– Boss Yale, tu es sérieux ? S’exclama Reynolds qui était toujours abasourdi.

Yale sourit fièrement.

– Bien sûr que je suis sérieux. Et j’en ai vu plus qu’un peu. Par exemple, des prisonniers tués par torture. Ou des personnes qui se battaient contre des créatures magiques avec seulement leurs poings. Des nombreux spectateurs riches aiment venir apprécier ce genre de spectacle. La vue était vraiment sanglante.

En entendant les mots de Yale, Linley fut capable de s’imaginer la scène dans sa tête.

– C’est bien que nous soyons dans l’école, soupira George.

Linley hocha aussi la tête. À cette heure-ci, de nombreux couples pouvaient être aperçus marchant main dans la main dans la rue. La vie d’étudiant était paisible.

– Au fait. Boss Yale, tu n’étais pas supposé passer la nuit avec ta copine ? Pourquoi tu ne te prépares pas à partir ? Demanda soudainement Reynolds.

Yale dit, mécontent,

– Ma copine ? Linley vient juste de rentrer de la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques après avoir rencontré d’innombrables combats sanglants. Et je passerais la soirée avec ma copine ? Reynolds, rappelle-toi de ces mots : tes frères sont comme tes jambes et tes bras tandis que les filles sont comme tes vêtements. Elles ne sont bonnes que pour jouer avec.

Une lueur de contentement apparu immédiatement sur le visage de Reynolds.

– Linley ! Soudain, une voix résonna au loin.

Linley et ses amis tournèrent tous la tête pour regarder une grande, fine et magnifique jeune femme aux cheveux d’or courir joyeusement vers lui. En l’atteignant, elle s’exclama,

– Linley, tu es de retour de la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques ? C’est merveilleux. Tu avais disparu pendant deux mois complets. J’étais si inquiète. Tu es blessé ?

– Délia, je vais bien, répondit Linley tout en riant.

Délia était quelqu’un que Linley avait rencontré après être arrivé à l’école. Ils étaient très proches. Quand il était avec elle, il avait l’impression de pouvoir enfin se détendre totalement, de relâcher toute pression mentale. C’était la même sensation que lorsqu’il était avec ses trois frères.

– Délia, la calèche de notre oncle nous attend dehors. Ne perdons pas de temps. Une voix froide se fit entendre.

En tournant la tête, Linley vit un jeune habillé d’une longue robe qui se tenait au loin. C’était le grand frère de Délia, Dixie, le second génie absolu de l’institut Ernst. Sa tenue était immaculée, sans une seule tache de poussière. Ses yeux étaient très clairs et tranquilles.

– Oh. Après avoir laissé un soupir de déception, Délia regarda Linley. Linley, notre père nous a demandé à Dixie et moi de rentrer. Notre calèche nous attend dehors. Je dois y aller maintenant.

– D’accord Délia. Nous discuterons quand tu rentreras, sourit Linley.

– Oui. Au revoir. Délia était clairement déçue de ne pas avoir eu plus de temps pour discuter avec Linley. Dixie s’approcha aussi d’eux. Il ne jeta qu’un coup d’œil à Délia et celle-ci se mit à marcher pour le rejoindre. Il tourna alors son regard vers Linley.

– Linley, j’ai entendu dire que tu es revenu avec succès de ton entraînement dans les montagnes. Toutes mes félicitations.

Linley était stupéfait.

Dixie était en train de lui parler ?

Sa froideur et sa fierté étaient légendaires dans l’institut Ernst. La plupart des personnes ressentaient une énorme pression face à lui, surtout face à ses yeux froids et clairs, lorsqu’ils tombaient sur eux. Cette pression psychologique était suffisamment forte pour que certains ne puissent pas la supporter.

– Oh, merci, répondit Linley.

Dixie hocha à peine la tête puis escorta sa sœur, Délia, vers les portes de l’école.

.

Austoni regardait Linley avec attention tout en soupirant d’ébahissement,

– Linley, je dois dire que tu es un génie, un vrai génie ! Un jeune de quinze ans, qui est un génie parmi les génies, de l’institut des mages numéro un du continent mais aussi quelqu’un qui a atteint le niveau incroyable d’expert sculpteur en sculpture sur pierre.

– Que tu aies été capable d’accomplir tout ça, c’est un miracle.

– Même en oubliant le fait que tu sois un mage de génie, rien que dans le monde des artistes de notre époque, les personnes qualifiées pour avoir une salle privée dans le hall des experts ont au moins quarante ans. Tu es le plus jeune d’entre eux. Même dans l’histoire de notre galerie, il n’y a eu que deux sculpteurs de génies comparables à toi. Mais la différence est… que tu n’es pas seulement un sculpteur de génie, tu es aussi un mage de génie. Wow… quel génie.

Linley se sentit embarrassé face aux compliments d’Austoni et ne savait pas quoi répondre.

– Austoni, arrête de perdre du temps. Dépêche-toi et fini. Nous voulons sortir pour nous amuser, l’exhorta Yale.

Seulement à ce moment, Austoni sembla revenir à lui. Il sortit précipitamment une pile de document ainsi qu’une magycarte argentée. En souriant, il la présenta à Linley.

– Linley, cette magycarte a été spécialement construite par la Banque Dorée des quatre Empires. Cela représente ton statut en tant qu’expert sculpteur. Dans le futur, tous les bénéfices de tes ventes seront directement transférés sur cette carte.

– Pour l’instant, cette magycarte argentée n’a pas de propriétaire associé. Utilise ton empreinte digitale pour en devenir le propriétaire. Après ça, tu pourras l’utiliser. Austoni lui donna respectueusement la magycarte puis dit d’une voix impatiente. Linley, puis-je te demander si tu as amené des sculptures avec toi cette fois ?

Linley acquiesça légèrement de la tête.

– En effet. J’en ai amené trois au total.

Le sourire d’Austoni devint encore plus radiant.

.

À la nuit tombée, dans le Paradis de l’Eau de Jade. Linley, George et deux courtisanes étaient ensembles, buvant et riant. Reynolds et Yale s’étaient depuis longtemps retirés dans leurs chambres avec leurs courtisanes respectives.

– Pfff, ces deux-là, Boss Yale et quatrième frère… Linley bu une gorgée de vin tout en parlant à George. Deuxième frère, je commence à avoir un peu la tête qui tourne, je sors dehors pour me rafraîchir.

– D’accord, répondit George qui reprit ensuite sa conversation avec les deux courtisanes.

Linley descendit les marches conduisant à la sortie du Paradis de l’Eau de Jade. En sortant dehors, Linley ressentit la fraîcheur de la nuit le fouetter ; cela l’aida à clarifier son esprit. Comparé à l’intérieur du Paradis de l’Eau de Jade, l’extérieur était plus calme et plus tranquille. Linley se mit à errer lentement, sans but précis, dans les rues de Fenlai.

Il y avait des maisons de nobles alignées dans la rue mais, comparés à la route de la Feuille Verte, les bâtiments de cette rue, la rue Sèche, étaient clairement d’un niveau inférieur. Et sur le balcon d’une de ces bâtisses à deux étages en particulier, Alice se tenait debout, profitant de l’air nocturne.

Les yeux fixés sur la brillance de la lune dans le ciel vide, Alice avait ses pensées tournées vers Linley, la personne qui lui avait sauvé la vie.

Au moment où elle s’était mise à désespérer, il était descendu des cieux et avait vaincu le Cochon de Guerre Sanguinaire et l’avait sauvée. Cette action l’avait profondément secouée. Ces événements avaient laissé une impression profonde sur son âme.

– Grand-frère Linley est un peu taciturne mais quand il se met à discuter de magie, il est plutôt beau garçon. Un léger sourire apparut sur le visage d’Alice à ce souvenir.

Soudain, Alice vit une silhouette marcher dans les rues en contrebas. Elle lui sembla vaguement familière. Après avoir regardé de plus près, elle le reconnut immédiatement et son visage s’éclaira. Elle se dépêcha de le saluer avant de crier,

– Grand-frère Linley, grand-frère Linley !

Linley, qui marchait dans la rue tout en profitant de l’air nocturne, regarda en l’air avec suspicion en entendant son nom appelé.

Sur un balcon, un peu plus haut, se trouvait une ombre habillée en violet, illuminée par la lumière de la lune. Les vêtements violets semblaient flotter dans la nuit et, sous la brillance de la lune, ils semblaient rayonner. De longs cheveux flottaient en compagnie de ces vêtements violets. Soudain, Linley eut l’impression de sentir l’odeur d’Alice.

Cette odeur était si hypnotique…

– Alice… Linley ne put s’empêcher de marcher en direction du balcon.


Cet article comporte 14 commentaires
    1. Linley hocha aussi la tête. À cette heure-ci, de nombreux couples pouvaient être aperçus marchant main dans la main dans la rue. La vie d’étudiant était paisible.
      cette fois c’est « aperçus » qui est en noir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top