skip to Main Content
Menu

Chapitre 7 : La ville de Fenlai


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Magycio


PANLONG – LIVRE 2 CHAPITRE 7


      Reparlons un peu des lieux du continent de Yulan. L’Union Sacrée et la Sombre Alliance ont une frontière commune entre eux ainsi qu’avec la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques. Le royaume de Fenlai est quant à lui, le royaume principal de l’Union Sacrée.

Et la ville de Fenlai est, à son tour, la capitale du royaume de Fenlai, ce qui en fait, concrètement, la capitale de l’Union Sacrée.

Elle porte d’ailleurs le surnom de « Capitale Sacrée » de l’Union Sacrée, et cela, parce que le quartier général de l’Église de la Lumière se trouve dans la partie Ouest de la ville.

La ville est divisée en deux parties ; les quartiers Est et les quartiers Ouest. Les quartiers Est sont gouvernés par le roi de Fenlai tandis que les quartiers Ouest sont gérés par l’Église de la Lumière. Et comme la ville de Fenlai est la capitale du royaume ainsi que la Capitale Sacrée, l’opulence de la ville n’est égalée que par très peu de villes sur tout le continent.

Plus d’un million de citoyens vivaient dans cette immense ville. Sur le continent de Yulan, dans son ensemble, elle pouvait être considérée comme faisant partie du top cinq des mégalopoles.

À la nuit tombée, Linley et Hillman arrivèrent aux abords de la ville.

– Ouaah.

Tout en marchant le long de la rue du Pavillon Parfumé, la rue principale de l’Est de la ville, Linley ne pouvait empêcher ses yeux de s’écarquiller. Linley avait demandé à la petite souris de se cacher sous ses vêtements, mais elle jetait des coups d’œil furtivement depuis son col. Elle commença alors à couiner d’excitation.

Heureusement, la route était emplie de bruits de toutes sortes et personne ne les entendait.

– Chuut ! Linley tapa gentiment sur la tête de la petite souris, qui immédiatement devint silencieuse. Mais à travers son lien mental avec Linley, elle continuait d’exprimer son excitation.

La rue du Pavillon Parfumé était entièrement construite avec des pavés symétriques de calcaire, elle était suffisamment large pour permettre à plusieurs calèches de se croiser simultanément. De chaque côté des pavés, se trouvait des hôtels, des magasins de vêtements, d’armes, des boîtes de nuit et toute autre sorte de magasins. Ajouté à cela, les deux côtés de la route étaient entourés de pins et de cyprès.

De riches dames et demoiselles, toutes vêtues des vêtements à la dernière mode, discutaient et souriaient tout en marchant le long de la rue.

En voyant la réaction de Linley, plusieurs des demoiselles les plus proches commencèrent à glousser silencieusement entre elles tout en pointant Linley du doigt. Clairement, la réaction de Linley était celle d’un « campagnard » qui arrive dans la ville pour la première fois de sa vie. Les nobles de la capitale avaient un sentiment de supériorité, acquis par leur naissance, envers ces « campagnards ».

– Hmph. Qu’est-ce qu’elles sont mal élevées. Linley fronça les sourcils, mécontent d’être pointé du doigt et moqué par ces jeunes femmes nobles.

Ayant été éduqué par son clan depuis sa naissance, Linley fit rapidement disparaître l’excitation de son visage. Son visage paraissait maintenant calme ; du moins, superficiellement.

– Linley, que penses-tu de la ville de Fenlai ? C’est la plus grande ville de notre Union Sacrée. Hillman marchait à côté de Linley. Il observait les quelques guerriers et mages qu’il croisait. Il ne put s’empêcher de soupirer.

– Linley, dans la ville de Fenlai, les guerriers et les mages puissants sont choses communes.

Linley rit tout en hochant la tête :

– Dans les livres que j’ai lu sur la ville de Fenlai, ils disaient que c’est la capitale politique, économique et culturelle de l’Union Sacrée entière.

– C’est le paradis pour les personnes riches et les personnes avec un statut, acquiesça Hillman avant de soupirer.

Le Pavillon Parfumé, débordant d’activités, était souvent traversé par d’opulentes calèches. Après s’être baladé pendant un petit moment dans la rue, Hillman et Linley se dirigèrent vers une ordinaire chambre d’hôte pour y poser leurs affaires.

Il y avait un petit restaurant aux abords de cette chambre d’hôte et Linley et Hillman décidèrent de manger là.

À la nuit tombée, dans la chambre d’hôte.

Linley et Hillman avaient pris une seule chambre pour tous les deux. Dès la porte franchie, la petite Souris Fantôme, Bébé, sauta des vêtements de Linley et commença à tourner autour de lui tout en couinant avec force.

– Je sais, je sais, tu es affamé. Mange ça. Linley déposa deux morceaux de canard cuit, qu’il avait ramené du restaurant, sur le sol. Bébé commença immédiatement à les dévorer.

– Linley, couche-toi tôt ce soir. Demain matin, tu devras participer à l’évaluation pour le recrutement des mages, lui conseilla Hillman.

– Compris Oncle Hillman. Tout en parlant, Linley marcha jusqu’à la fenêtre avant d’ouvrir celle-ci en grand.

Le bâtiment faisait trois étages de haut et Linley était installé au dernier étage. La vue était impressionnante. Il n’y avait pas un seul bâtiment de cette hauteur dans le village de Wushan, alors que c’était chose commune pour la ville de Fenlai. La capitale avait même sept ou huit hauts grattes-ciels.

Observant la rue à travers la fenêtre, Linley vit que les rues étaient encore bondées de gens.

– Pfiouu. Ça fait bien longtemps que je n’avais pas été dans une ville aussi grande. Une lumière brillante sortie de l’anneau Panlong avant de se transformer en une silhouette aux cheveux blancs. Doehring Cowart et Linley avaient, côte à côte, leur attention fixée sur la rue en contrebas.

– Papy Doehring, l’accueillit immédiatement Linley.

– Linley, comment ressens-tu le fait d’être dans une aussi grande ville ? Sourit le vieil Archimage.

– Ça ne change pas grand-chose, répondit Linley en faisant la moue.

Doehring Cowart soupira bruyamment :

– Tu n’es là que depuis quelques heures. Tu ne sais pas encore comment les grandes villes comme celle-ci fonctionnent. Cet endroit possède d’innombrables endroits somptueux pour dépenser de l’argent, comme les larges ventes aux enchères, où plusieurs magnats sont prêts à dépenser des centaines de milliers de pièces d’or ou même des millions de pièces d’or juste pour acheter un seul objet.

– Un million de pièce d’or ? Linley sentit sa gorge s’assécher.

À quel point cette somme était énorme ? Même toutes leurs possessions familiales, mises en commun, n’atteignaient probablement pas un total d’un million de pièces d’or.

– Il y a de nombreuses familles riches ici. L’argent, le pouvoir, la beauté… Les combats pour toutes ces choses sont féroces. Tous les jours, des personnes meurent ici. Les pauvres qui fouillent les poubelles pour pouvoir manger, trouvent parfois des corps qui appartiennent souvent à des familles nobles.

Doehring Cowart eut un petit rire.

– Mais pour pouvoir vivre dans un monde comme ça, tu dois avoir un certain pouvoir.

– Ne compte pas sur la gentillesse et la bonté des autres. Tout dépend de toi, et seulement de toi seul. Le vieux mage regarda Linley.

Les dracocytes présentes dans les veines de Linley le rendaient impatient de se battre.

– Si quiconque me menace ou menace ma famille, je les tuerais, dit Linley d’un air résolu. Après avoir lu de nombreux livres d’histoire sur les montés et les chutes des familles nobles, Linley savaient clairement que montrer de la pitié à ses ennemis revenait au même que de se suicider.

Si tu laisses un ennemi s’échapper, il reviendra peut-être un jour assassiner ta famille.

– Toutefois, pour l’instant, je suis faible. Linley se rappela, à ce moment, son arrivée dans la ville et le moment où les jeunes demoiselles nobles s’étaient moquées de lui. Aux yeux des personnes de la classe supérieure, il n’était rien d’autre qu’un pauvre campagnard parmi d’autres.

Avec un sourire calme, Linley s’assit dans son lit puis entra en transe méditative avant de commencer à rassembler de l’énergie.

La transe méditative était un bon moyen d’entraîner son énergie spirituelle. Cela marchait de cette manière : cela utilisait différentes méthodes pour épuiser l’énergie spirituelle de la personne à son minimum, avant d’ensuite la récupérer !

Dans son dantian au milieu de son torse…

Un brouillard de poussières de couleur terre tourbillonnaient à l’intérieur de son dantian. Ce brouillard de particules était la force magique dérivée de l’essence élémentaire terrestre. Selon Doehring Cowart, du premier au sixième rang, la force magique apparaîtrait comme un brouillard. Puis, plus le mage progresserait, plus la qualité de sa force magique augmenterait et sa densité augmenterait aussi.

Et, une fois le rang sept atteint, la force magique du mage se condense alors en liquide.

C’est pourquoi, entre le sixième et le septième rang, il y avait un bond majeur à faire !

– Ce gamin, Linley, est si persévérant. Même pendant la nuit, il entraîne son énergie mentale. À la vue de la position de Linley, les jambes croisées et les yeux fermés, Hillman ne pouvait s’empêcher de le féliciter silencieusement. L’énergie mentale était quelque chose d’extrêmement important pour les mages et pour les guerriers.

.

Tôt, le lendemain matin, à l’est de la ville de Fenlai, sur la rue des Feuilles Vertes. Les constructions de chaque côté de cette rue étaient somptueuses. Certaines d’entre elles étaient d’ailleurs en réalité possédées par le royaume lui-même. Et le bâtiment le plus haut parmi ces constructions ? C’était la cathédrale de l’Église de Lumière.

L’Église de Lumière contrôlait l’Union Sacrée entière, ses six royaumes et quinze duchés.

L’Empereur Sacré de l’Union Sacrée avait un statut extrêmement élevé. Il avait le pouvoir de destituer n’importe quel roi parmi ces différents royaumes ! C’est pourquoi, dans la ville de Fenlai, le plus haut bâtiment était en réalité la cathédrale.

Ce matin-là, de nombreuses personnes étaient rassemblées à l’entrée de ladite cathédrale. La grande majorité des personnes étaient habillés avec des vêtements onéreux, mettant en valeur leurs statuts de noble. D’innombrables calèches remplissaient l’espace devant la cathédrale et les nombreux nobles étaient en train de parler entre eux.

Linley et Hillman venait eux aussi d’arriver à la cathédrale.

– Oncle Hillman, il y a tant de monde aujourd’hui ici. De nombreux nobles ont même amené leurs enfants, rigola Linley. La petite Souris Fantôme qui était cachée sous les vêtements de Linley jetait parfois un coup d’œil pour observer les alentours.

Hillman sourit calmement,

– Les nobles ? Tous les étudiants de l’Institut Ernst peuvent facilement devenir Comte dans n’importe quel royaume.

– Comte dans n’importe quel royaume ? Linley comprit soudain.

Ce n’était pas dur d’obtenir un titre de noblesse de la part d’un royaume, mais devenir un noble impérial était bien plus difficile. Après tout, chacun des quatre grands empires était équivalent à l’Union Sacrée dans son ensemble. Le royaume de Fenlai ne pouvait se comparer à eux.

– Oh, Seigneur Doyle [Dao’er], vous êtes venu aussi ?

– Eber [Xi’bo], je suis là pour ma fille, bien sûr. Hess [he’si], viens saluer Oncle Eber.

Pas loin de là, un groupe de nobles discutait entre eux. Les frais pour participer à l’examen du test étaient, à eux seuls, de dix pièces d’or. Et si l’étudiant était ensuite accepté dans une académie de magie, alors il aurait ensuite à payer les frais d’inscription qui étaient bien plus élevés. La plupart des académies de magie faisaient payer cent pièces d’or par an ! Les familles ordinaires ne pouvaient tout simplement pas se permettre ce type de frais. Mais si leurs enfants étaient sélectionnés, ils seraient naturellement capables de trouver une famille noble pour les prendre sous leur tutelle.

Toutefois, toutes les académies de magie n’étaient pas aussi chères.

Par exemple, l’académie numéro un, l’institut Ernst. Parce qu’ils n’acceptaient que peu d’étudiants, tous les étudiants venant de l’Union Sacrée n’avaient pas besoin de payer de frais du tout ! Après tout, toutes les personnes admises dans cette école étaient des génies. Dans le futur, leurs possibilités de carrière seraient illimitées.

– Hmph. Ces roturiers et campagnards sont venus aussi. Ne sont-ils pas juste en train de rêver, se moqua un noble, au loin.

Il y avait quelques roturiers parmi la foule d’une centaine de personnes et même quelques nobles de campagne tel que Linley. Habituellement, ces nobles venant de la campagne étaient aussi vu de haut par ces personnes. Les nobles de la capitale étaient arrogants et regardaient de haut quasiment tout le monde.

– Linley, ne fait pas attention aux gens de leur espèce, dit Hillman à voix basse.

Après avoir jeté un coup d’œil au groupe des nobles, Linley fit entendre un petit rire.

– Oncle Hillman, je ne fais pas attention à des personnes comme eux. Sous la tutelle de son père, Hogg, Linley avait appris à ignorer ce type de personne arrogante et égocentrique.

La place entière était clairement délimitée en deux camps. Un côté avec les nobles qui discutaient entre eux et un autre côté avec les roturiers et les nobles de campagne.

À ce moment, deux guerriers en armure étaient postés devant la Cathédrale, empêchant quiconque de rentrer.

Après quelques instants, un officiel en robe noire sortit par les portes. Il s’arrêta face à la foule, sourit puis annonça d’une voix claire :

– La cérémonie de test va commencer. Tous les recruteurs des différentes écoles de magie sont prêts. Toutes les personnes qui sont là pour le test, s’il vous plaît, suivez-moi dans le hall principal.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top