skip to Main Content
Menu

Chapitre 24 : Pur Ciseau à Pierre


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Magycio


PANLONG – LIVRE 2 CHAPITRE 24


      Un certain nombre de jours plus tard, à l’Institut Ernst.

C’était le matin. Linley avait fini son petit déjeuner, et partait vers les contreforts de la montagne, se préparant à débuter son entraînement.

La petite Souris Fantôme, sur les épaules de Linley, observait les alentours avec attention. Comme il y avait un certain nombre de personnes à l’Institut qui possédaient un compagnon magique, personne ne prêtait d’attention particulière au compagnon magique de Linley. Mais juste à ce moment…

– C’est Linley, le meilleur mage des premières années, s’exclama une voix claire non loin.

Linley ne put s’empêcher de regarder en direction de cet éclat de voix, et vit deux jolies filles discutant entre elle tout en le fixant. Lorsque Linley se tourna vers elles, ces dernières commencèrent à glousser tout bas.

– Me voilà devenu célèbre, se moqua intérieurement Linley.

Lors des derniers jours, il s’était souvent retrouvé face à de nombreuses personnes parlant de lui. Depuis qu’il avait vaincu Rand, le vainqueur du tournoi des premières années, tout le monde s’était mis tacitement d’accord pour admettre qu’il était le vrai expert numéro un des premières années.

– Tiens, qui est-ce, devant ? Linley vit soudain apparaître une mince silhouette devant lui.

Des cheveux blonds coupés courts, avec un corps aussi fin que celui de Reynolds. Une aura froide émanait de cette personne alors qu’il marchait calmement sur la route, en sens inverse.

– Dixie ? Les pupilles de Linley se contractèrent.

Dixie avait neuf ans aussi, et était en fait plus jeune que Linley d’un mois. Il n’avait que neuf ans et était pourtant déjà un mage du troisième rang. Et bien qu’il soit de plus en plus difficile de progresser vers les rangs supérieurs, un mage de neuf ans et du troisième rang était toujours très impressionnant.

– C’est Dixie. J’ai entendu dire, qu’hier, à l’évaluation annuelle des capacités magiques, Dixie avait déjà les capacités nécessaires pour être un mage du quatrième rang, dit un petit groupe de jeunes filles de dix-sept, dix-huit ans.

La plupart des étudiants du troisième cycle avaient plus de seize ans et seul Dixie avait 9 ans, il était une exception.

– Un mage du quatrième rang !

Linley sentit son cœur rater un battement. Ils avaient tous les deux neuf ans. Mais Dixie était déjà un mage du quatrième rang, alors que Linley n’en était qu’au deuxième rang.

Avec une attitude toujours aussi glaciale, Dixie croisa Linley, sans même lui jeter un regard.

Le génie absolu, Dixie. Personne de son âge ne pouvait rivaliser avec lui.

Une lumière blanche jaillit de l’anneau Panlong, et Doehring Cowart apparut à côté de Linley, souriant.

– Linley, en fait, il n’y a pas une si grande différence entre vous deux. Lorsque Dixie s’est inscrit, son énergie spirituelle était déjà 68 fois plus grande que celle de ses semblables. Cela veut dire qu’avant même de s’entraîner, son énergie spirituelle avait déjà atteint le niveau d’un mage de rang trois. C’est pourquoi durant sa première année, tout ce qu’il a eu à faire c’est d’accumuler suffisamment de force magique pour pouvoir devenir un mage du troisième rang. Maintenant qu’il est à l’Institut depuis presque deux ans, il est donc tout à fait normal pour lui d’être devenu un mage du quatrième rang.

Linley comprenait bien cela au fond de son cœur.

Cette personne avait tout simplement trop de talent naturel. Il était né avec une énergie spirituelle phénoménale, et une affinité élémentaire tout aussi exceptionnelle. Et clairement, il avait dû accumuler de la force magique très vite aussi.

– Bien que sa vitesse d’entraînement soit rapide en ce moment, je m’attends à ce qu’il ait besoin de trois ou quatre ans de plus avant qu’il n’avance du quatrième rang au cinquième. Et pour passer du cinquième au sixième, il aura sûrement besoin de quatre ou cinq ans.

– Pour l’instant, tu es un mage du deuxième rang, alors qu’il est au quatrième rang. Mais je suis sûr que dans dix ans, tu l’auras rattrapé, dit avec confiance le vieux sage.

Mais Linley n’y croyait pas.

– Papy Doehring, plus on a de talent naturel, plus on progresse vite. Il a plus de talent et deux rangs de plus que moi. Comment pourrais-je bien le rattraper en dix petites années ? Linley n’était pas fou. Ses études à l’Institut lui avaient fait comprendre ô combien c’était difficile de passer d’un rang au suivant.

Auparavant, Doehring Cowart avait dit à Linley qu’il deviendrait un mage du sixième rang en l’espace de dix ans, mais Linley avait toujours eu quelques réserves à propos de cette déclaration. Après tout, à l’heure actuelle, son rythme d’amélioration était clairement insuffisant.

Tandis qu’il disait ces mots, Linley avait déjà laissé derrière lui les portes de l’Institut et était entré dans les contreforts de la montagne. En traversant la forêt, le vieil homme dit soudain :

– Linley, approche-toi du flanc de la montagne.

– Du flanc de la montagne ? Linley était confus.

– Ne pose pas de question. Lorsque tu y seras, je t’expliquerais, rigola le vieillard.

La majorité de la montagne était couverte d’herbes folles et de nombreuses espèces différentes d’arbres. Mais après un certain temps, Linley trouva un endroit satisfaisant aux yeux du vieil Archimage. L’endroit en lui-même était un pic montagneux qui s’élevait à des centaines de mètres d’altitude. Linley se tenait au pied de ce pic.

– Papy Doehring, que veux-tu que je fasse ici ? Demanda Linley.

S’esclaffant, Doehring Cowart répondit :

– Linley, tu ne crois pas en ma parole lorsque je t’ai dit que je te ferais atteindre le même niveau que lui en dix petites années ? Haha… Linley, en tant que tout puissant Archimage de niveau Saint, j’ai en fait, en ma possession, une méthode pour augmenter ton énergie spirituelle.

– Une méthode pour augmenter mon énergie spirituelle ? La transe méditative n’est pas suffisante pour ça ? Linley regarda avec surprise son mentor.

Ce dernier lui répondit calmement.

– Linley, je dois admettre que la transe méditative donne d’excellents résultats. Mais après avoir médité, tu es extrêmement fatigué.

– Bien sûr que je suis fatigué. La transe méditative implique que j’utilise mon énergie spirituelle en continu. Seulement après l’avoir totalement épuisée, je l’autorise à se rétablir. Ça serait bizarre si ce n’était pas fatiguant. Expliqua Linley en fronçant les sourcils.

Doehring Cowart dit d’un air fier :

– Mais ma méthode est différente. Elle ne coûte pas d’énergie spirituelle du tout. En fait, c’est comme une sorte de divertissement.

– Un divertissement ? Linley était abasourdi.

– Exactement. Je te parle de : La sculpture sur pierre ! Un air de fierté apparu sur le visage du vieux sage.

– La sculpture sur pierre ? S’exclama Linley, ébahi. Tu veux dire, comme les sculptures de la galerie Proulx ?

Doehring Cowart sourit et dit :

– Tout à fait. Lorsque les autres sculptent la pierre, ils dépensent beaucoup d’énergie et s’épuisent. Mais ma méthode de sculpture est différente. Bien qu’elle soit fatigante au début, après avoir acquis une certaine expérience, elle aura d’excellents résultats.

– Réellement ? Linley n’osait pas vraiment y croire.

Le vieillard le regarda de haut.

– Linley, tu ne me crois pas ? En tant que vénérable Archimage de niveau Saint de l’empire Pouant, par le passé, j’ai réalisé plusieurs sculptures pour lesquels des nobles offraient des centaines de milliers de pièces d’or. Mais comment moi, un Archimage de niveau Saint, pouvait accepter de me séparer de ces sculptures, dont j’étais le plus fier.

– Tu étais si doué ? Mais alors, comment ça se fait que je n’ai jamais entendu ton nom parmi les autres grands maîtres sculpteurs, alors ? Demanda avec suspicion Linley.

Doehring Cowart répondit, un peu gêné.

– En fait, j’ai caché toutes mes œuvres dans un coffre souterrain dont personne n’avait connaissance. Après cinq mille ans, je ne suis même plus vraiment sûr de savoir où il se trouve. Cinq mille ans étaient suffisants pour qu’une mer se transforme en plaine. Tout l’empire Pouant avait disparu. Qui donc pouvait bien savoir où était le coffre maintenant.

– Oh non, alors personne n’a jamais entendu parler de toi ? Quel dommage ! S’exclama Linley, d’un ton moqueur.

– Tu ne me crois pas ? Doehring Cowart le fixa avec agacement. À mon époque, quand Proulx n’était qu’un jeune garçon, il est venu me voir et m’a sincèrement supplié de l’autoriser à voir mes sculptures. Après avoir analysé mes sculptures, ce gamin, Proulx, a eu un déclic mental qui lui a finalement permis de devenir un grand maître sculpteur. D’une certaine manière, il peut même être considéré comme un de mes étudiants.

Linley était stupéfait.

– Proulx ? Linley était vraiment terrifié maintenant.

Proulx, l’homme qui avait été acclamé à travers les âges comme le plus grand des sculpteurs de l’histoire entière, pouvait être considéré comme un élève de Doehring Cowart ?

– Bien sûr, si l’on peut décrire les travaux de Proulx comme une recherche de la perfection, mes travaux personnels sont une recherche d’un extrême différent. J’ai nommé ma méthode de sculpture « Pur Ciseau à Pierre ». Cette méthode est totalement différente de toutes les autres méthodes de sculpture. Elle poursuit un but totalement différent. Au début, elle est très fatigante, mais lorsque tu la maîtriseras, tu réaliseras alors ses véritables bénéfices. Un air de confiance absolu était visible sur le visage de Doehring Cowart.

Regardant toujours Linley, un sourire vit le jour sur le visage du vieil homme aux cheveux blancs.

– Mais bien sûr, dans le passé, j’étais le seul membre de cette école. À partir de maintenant, tu en seras le second membre.

Dans son cœur, Linley avait une confiance absolue en son papy Doehring, c’est pourquoi il décida d’étudier la sculpture avec lui.

Et en plus…

Si les mots de son tuteur se vérifiaient et qu’il pouvait devenir de plus en plus fort, tout en apprenant à devenir un maître sculpteur, cela lui permettrait de soutenir financièrement son petit frère juste avec ses compétences de sculpteur.

– L’histoire dans nos archives ne remonte qu’à seulement une dizaine de milliers d’années, tout au plus. Durant de nombreuses années, avant même que le système d’écriture ne soit inventé, la sculpture sur pierre existait déjà, raconta Doehring Cowart avec un soupir. Il y a des centaines de milliers d’années, voire des millions d’années auparavant, nos ancêtres enregistraient leurs souvenirs et leurs idées au travers de la sculpture. C’est la méthode la plus ancienne qui existe pour enregistrer une culture et l’histoire.

Linley acquiesça aussi.

Il n’y avait aucune forme de culture qui était plus ancienne que la sculpture sur pierre.

– À travers les âges, sculpter a toujours été quelque chose de très dur à réaliser. Et créer une sculpture avec une aura unique a toujours été encore plus dur. Et plus quelque chose est compliqué à réaliser, plus c’est précieux, soupira avec émotion le vieillard.

Linley ne pouvait qu’être d’accord avec ces mots.

– Si tu veux peindre une toile d’un seul coup de pinceau, tu peux facilement le faire. Mais si tu veux graver de la même manière, d’un seul coup, ce serait extrêmement difficile à faire, parce que la pierre est trop rigide.

– L’apparence d’une pierre, sa qualité, son grain et sa coloration n’impacte pas seulement son aspect visuel, mais aussi son potentiel tout entier, et sa forme véritable. Nous utilisons des ciseaux et des burins pour enlever les parties excessives et pour permettre à sa beauté naturelle d’être révélée. C’est cela la sculpture sur pierre.

– La voie de la sculpture est vraiment une voie où l’on contrôle l’espace et l’apparence. Lorsque l’on sculpte, on doit graver depuis l’extérieur vers l’intérieur, un pas après l’autre, pour dégager lentement une « forme » de ce tout. Et alors, lentement, on retire ces parties en trop, et l’on permet à cette forme de devenir de plus en plus claire. Ceci permet au sculpteur de sentir naturellement son œuvre d’art évoluer de façon magnifique.

.

Une fois lancé, Doehring Cowart ne pouvait plus s’arrêter de parler de sculpture.

Mais Linley pouvait clairement sentir à quel point son maître révérait cet art.

– La plupart des méthodes de sculpture sur pierre utilisent de nombreux outils différents, comme des gradines, des burins, des rifloirs, des chasses, des pointerolles, des ciseaux à tête plate, triangulaire, des marteaux, des scies, et j’en passe. Tout ça parce que la pierre est très rigide et dure. Donc, ils utilisent le burin pour dessiner grossièrement la forme, le ciseau à pierre pour les coups initiaux, celui à tête triangulaire…

En l’écoutant parler, Linley commença à comprendre un peu mieux les bases de la sculpture sur pierre.

Puis le vieil homme s’esclaffa soudain.Flat knife

– Mais ma méthode de sculpture est totalement différente des autres. Parce qu’elle repose sur l’utilisation d’un seul outil ! Le ciseau à pierre ! C’est pourquoi j’ai nommé ma méthode de sculpture, « Pur Ciseau à Pierre » ! 

(NDT : Voici une photo d’un Ciseau à Pierre – ça ressemble à un ciseau à bois mais pour la pierre, malin ! ^^)

– Comment c’est possible ? Tu sculptes juste en utilisant un seul outil ? S’exclama tout de suite Linley. Mais, tu viens de dire à l’instant que beaucoup plus d’outils étaient nécessaires. Par exemple, les écailles d’un poisson. Comment tu pourrais utiliser un ciseau à pierre pour graver ça ? C’est impossible, non ?

– FAUX ! Même si les autres ne peuvent pas le faire, nous autres, mages de terre, le pouvons !

Doehring Cowart dit avec confiance :

– Les mages de terre peuvent complètement sentir la totalité de la forme d’une pierre. Avec suffisamment de force dans le poignet, nous pouvons sculpter en utilisant juste un simple ciseau. Mais bien sûr, la méthode du « Pur Ciseau à Pierre » n’est pas si facile. Aujourd’hui, ta mission est d’aller acheter un ciseau à pierre suffisamment aiguisé. À partir d’aujourd’hui, je passerais trois heures par jour à te guider pour que tu apprennes à sculpter la pierre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top