skip to Main Content
Menu

Chapitre 22 : La Galerie Proulx (Partie 2)


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Magycio


PANLONG – LIVRE 2 CHAPITRE 22


La Galerie Proulx.

Considérée par tous comme la Galerie d’art numéro une en ce qui concernait les sculptures.

Si réputée que des branches de la Galerie Proulx peuvent être trouvées dans toutes les grandes villes du continent de Yulan.

Le public d’un tel lieu n’est pas un public ordinaire. À l’intérieur de la galerie, la grande majorité des personnes présentes sont des personnes cultivées et mesurées. Par exemple, porter des bijoux de manière ostentatoire était vu comme de mauvais goût.

Art et sophistication !

Cet endroit mettait le plus en avant ces deux valeurs-là.

Les frais d’entrée dans la galerie étaient d’une pièce d’or par personne.

Linley et ses frères de dortoir, accompagnés de Cass et des trois gardes, arrivèrent rapidement devant la Galerie Proulx. Les passants s’écartaient sur leur passage ; ils étaient capables de reconnaître les vêtements de l’institut Ernst qu’ils portaient. De plus, la vision du Faucon Éclair aux yeux Bleus sur l’épaule de Cass les rendait immédiatement courtois et polis.

– Oncle Cass, accompagne-nous. Les trois autres peuvent nous attendre dehors, déclara Yale.

Linley, ses trois frères et Cass entrèrent donc dans la galerie. Dans le hall principal se trouvait une large sculpture à forme humaine. Cette sculpture était précisément une sculpture du Grand Maître Proulx.

La galerie était extrêmement silencieuse.

Quasiment tout le monde, quel que soit son statut, parlait à voix basse afin de ne pas déranger les autres.

Yale, Reynolds, George et Linley regardaient une statue après l’autre et dans leurs cœurs, ils trouvaient ces sculptures incroyablement merveilleuses.

– Les expositions au sein de la Galerie Proulx sont divisés en trois salles ; la salle principale, la salle des experts et la salle des maîtres. La salle principale est remplie de sculptures qui ont été créées spécialement pour cette salle afin d’être évaluées puis achetées par les personnes qui les voient. Ces sculptures sont exposées pendant un mois, après cela, la plus haute offre remporte la sculpture. Ces sculptures ordinaires ne valent en général au plus, que quelques pièces d’or. Seules quelques-unes parmi les meilleures d’entre elles valent une douzaine de pièces d’or.

Yale sourit tout en expliquant.

– Mais la salle des experts est différente. Le travail de ces experts est exposé dans de nombreuses pièces individuelles, avec une sculpture par pièce. Globalement parlant, un « expert » est quelqu’un dont le niveau de sculpture a reçu l’approbation générale et dont la plupart de ses sculptures valent autour de mille pièces d’or.

– Quant à la salle des Maîtres, je n’en parle même pas. Elle n’accueille que très peu de sculptures mais toutes sont extraordinaires. Le prix de ces œuvres est extrêmement élevé. Chacune de ces œuvres valent des dizaines de milliers de pièce d’or et certains chefs-d’œuvres valent même des centaines de milliers de pièces d’or, expliqua en détail Yale à ses trois frères de dortoir.

Linley en eut le souffle coupé.

N’importe lequel de ces chefs-d’œuvres de Maîtres Sculpteurs valait plus d’une dizaine de milliers de pièces d’or. Pour un maître sculpteur, l’argent n’avait donc plus aucune signification.

– Mais c’est très dur pour un maître sculpteur de créer un chef-d’œuvre étant donné qu’ils ne peuvent pas faire une seule erreur. Yale soupira tout en parlant. Un chef-d’œuvre qui mérite d’être vénéré à travers les âges demande du talent, de l’habilité, et parfois un trait de génie.

– Les œuvres de la salle centrale sont juste plaisantes pour l’œil, c’est tout. Allons à l’intérieur. Yale les conduit plus loin dans la galerie.

En marchant à l’intérieur de la Galerie silencieuse tout en écoutant la paisible musique de fond, Linley se sentait imprégné par l’art. Et juste à ce moment, Doehring Cowart sortit de l’anneau et commença à examiner les œuvres d’art autour de lui.

– Terrible, terrible. Comment les gens peuvent-ils oser apporter des œuvres d’art d’aussi mauvaise qualité pour les montrer aux autres sans avoir honte ? S’exclama l’Archimage, mécontent.

– Papy Doehring. Linley se tourna vers le vieil homme. C’est juste la salle centrale de la Galerie Proulx. La salle des experts est juste devant, de même que la salle des maîtres.

– La Galerie Proulx ? Commença Doehring Cowart avant de s’arrêter subitement de parler.

– Papy Doehring, papy Doehring ? L’appela mentalement plusieurs fois Linley. Mais voyant que Doehring Cowart était toujours perdu dans ses pensées, Linley arrêta d’essayer de l’appeler. Il suivit Yale, Reynolds et George dans la salle des experts. Cette salle était très différente de la salle centrale et devant chaque sculpture, une petite affiche donnait quelques informations biographiques sur l’artiste l’ayant réalisé.

Yale, Linley et les autres entrèrent dans les petites pièces individuelles d’exposition.

Bien qu’il ne connaisse pas grand-chose à la sculpture, Linley pouvait clairement sentir que le niveau de sculpture de cette pièce était plus élevé que celui de la salle centrale. Les œuvres semblaient avoir en elles une certaine grâce immatérielle.

Au moment où Linley commençait à s’immerger dans ces œuvres, la voix de Doehring Cowart se fit de nouveau entendre dans son esprit.

– Pas mal. Ces œuvres peuvent au moins être considérées comme pas mauvaises, admit dans un soupir l’Archimage. Mais comparées au travail de Proulx, elles en sont encore loin.

Linley était sans voix.

– Papy Doehring, comment ces personnes pourrait même imaginer se comparer au Grand Maître Proulx ? Linley secoua sa tête et ne put s’empêcher de rigoler. Proulx était le plus grand sculpteur de l’histoire du continent après tout.

Doehring Cowart fronça les sourcils. Tout en caressant sa barbe, il dit, mécontent :

– Qu’est-ce qu’il y a ? Tu crois que Proulx était un Grand Maître dès sa naissance ? Lui aussi a commencé comme un sculpteur ordinaire avant de s’améliorer et de devenir une personne connue que tout le monde admire.

Linley se tut.

Il y avait une certaine logique aux mots de Doehring Cowart.

Après avoir fini d’admirer la salle des experts, Linley et ses trois amis se dirigèrent vers la dernière salle.

– Rappelez-vous, quand vous serez dans la salle des maîtres, ne touchez à rien. Si vous cassez quoi que ce soit, ce serait un désastre, leur rappela Yale.

Ils entrèrent dans la salle des maîtres en silence.

La salle était extrêmement grande mais seules quelques sculptures étaient exposées à l’intérieur. Après tout, le nombre de maîtres sculpteurs ayant existé était limité et chacun d’entre eux n’avait que quatre ou cinq œuvres d’art d’exposées. Dans toute la salle, il n’y avait en tout qu’une trentaine d’œuvre de visibles.

Mais, bien qu’il n’y ait que peu de sculptures d’exposées, quand Linley et ses amis les virent, ils ressentirent l’esprit et l’âme de ces sculptures. Elles semblaient presque vivantes.

– Oh, pas mal, pas mal. Je ne pensais pas qu’en cinq mille ans, l’art de la sculpture sur pierre atteindrait un tel niveau, dit Doehring Cowart, admiratif. Si ces maîtres s’améliorent un peu, ils atteindront même le niveau de Proulx.

Silencieusement hypnotisés par les œuvres, Linley et les autres sentirent leurs esprits s’élever.

..

À la nuit tombée. Aux portes de l’institut Ernst. Linley et ses trois frères de dortoir descendirent de la calèche.

– Deuxième frère, troisième frère, vous deux, argh. J’avais prévu qu’on s’amuse ce soir à Fenlai, mais vous… ah, les gars, vous êtes trop sérieux. J’allais déjà dans des endroits comme ça quand j’avais six ans. Yale grommelait en continu, mécontent.

– Complètement d’accord. Complètement, dit Reynolds sur le côté.

George et Linley se regardèrent. Ils eurent un petit rire d’excuse.

– Vite, ouvrez la porte ! Un cri furieux mêlé d’urgence résonna.

Linley et ses amis ne purent s’empêcher de se retourner pour regarder. Ils virent un jeune aux cheveux bouclés qui portait un autre garçon en sang accompagnés d’une jolie fille. Le visage du jeune en sang était blanc comme un linge. Son bras gauche était cassé et l’os était visible. Son torse était de plus couvert de marques de griffes.

– On dirait bien que d’autres étudiants qui sont allés dans la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques reviennent blessés. Il s’agit de quel groupe ? Ça ne fait même pas un an qu’on est ici et on a déjà vu tant d’élèves de haut niveau qui revenaient blessés…

La Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques se situait à l’Est de l’Union Sacrée.

La chaîne de montagnes ne se trouvait pas loin de l’institut Ernst, à environ cent kilomètres. Les personnes en bon état physique avaient même l’habitude de courir entre les deux pour s’entraîner.

– Depuis que je suis à l’académie, j’ai vu tant de créatures magiques. Wow, j’ai vu des créatures volantes, des félins, toute sorte de créatures. Mais la plupart des personnes qui en possèdent sont des professeurs ou des étudiants de cycle six, soupira George d’admiration.

Au moment où les quatre frères arrivèrent à la porte principale, soudainement –

– Linley.

Une voix familière se fit entendre. Tournant sa tête avec surprise, le visage de Linley s’illumina de joie.

– Oncle Hillman.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top