skip to Main Content
Menu

Chapitre 2 : Une méthode maladroite (Partie 1)


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Magycio


PANLONG – LIVRE 2 CHAPITRE 2


– Linley, ne te décourage pas. Je voulais seulement dire qu’il n’y a aucun moyen pour toi de la forcer à se soumettre. Je n’ai jamais dit que c’était impossible de l’apprivoiser, se moqua gentiment Doehring Cowart.

– Si c’était une Souris Fantôme adulte, je ne pourrais probablement pas t’aider, mais… ce n’est qu’un bébé Souris Fantôme. En tant qu’Archimage de niveau Saint, j’ai quelques méthodes qui peuvent être efficaces pour apprivoiser un bébé Souris Fantôme. Et en plus, il n’y a pas besoin d’une formation magique de lien d’âme.

L’esprit jusque-là calme de Linley s’emballa de nouveau, et il regarda le vieil homme avec des yeux brillants.

– Papy Doehring, vite, dis-moi quel est ton plan ? Demanda mentalement, Linley, tout excité.

Doehring Cowart répondit avec un sourire d’auto-satisfaction :

– C’est simple. La technique de « lien d’âme » utilisé par la formation magique habituelle créée une relation de maître et serviteur. Et naturellement, si quelqu’un arrive à soumettre une créature magique, il devient qualifié pour en devenir son maître. Pour l’instant, il n’y a aucun moyen pour nous d’initier un lien de maître et serviteur, donc nous devons l’accepter, et … initier un lien d’égal à égal avec la Souris Fantôme.

– Un lien d’égal à égal ? Demanda Linley d’un ton curieux.

– Qu’est-ce que c’est ? Je n’en ai jamais entendu parler.

– C’est normal que tu n’en aies jamais entendu parler. Même cinq mille ans auparavant, à l’époque où je vivais, très peu de personnes avaient connaissance de ce lien d’égal à égal. Les yeux du vieillard se plissèrent alors qu’il souriait. Un lien d’égal à égal signifie que toi et la créature magique, vous partagerez le même statut au sein de votre relation, aucun de vous n’étant le maître ou le serviteur. En fait, un lien d’égal à égal va créer une relation plus intime avec ta créature magique, et elle va du coup t’aider avec bien plus de volonté, créant entre vous une meilleure symbiose.

Linley comprit maintenant.

– Oh ? Papy Doehring, d’après ce que tu viens de dire, il semblerait qu’il y ait beaucoup d’avantages avec ce lien d’égal à égal. Pourquoi la plupart des personnes ne l’utilisent pas ? Demanda Linley.

Doehring Cowart s’esclaffa :

– Parce que ce lien d’égal à égal n’est pas initié par les hommes. Il est plutôt initié par les créatures magiques.

– Initié par les créatures magiques ?! Linley était stupéfait.

Pas étonnant qu’il n’y ait aucun besoin d’installer une formation magique de lien d’âme. Ce lien était initié par la créature magique elle-même. Doehring Cowart continua :

– Chaque créature magique, à sa naissance, possède la capacité d’initier un lien d’égal à égal, mais durant toute sa vie, une créature magique ne peut créer ce lien qu’une seule fois. Ce n’est pas comme une relation de lien d’âme entre un maître et un serviteur, où lorsque le maître supprime la relation entre les deux, quelqu’un d’autre peut utiliser une nouvelle technique de lien d’âme pour apprivoiser la créature encore une fois.

Linley acquiesça.

– Mais c’est extrêmement difficile de convaincre une créature magique d’initier volontairement un lien d’égal à égal, continua plus sérieusement Doehring Cowart.

– Tu dois convaincre la créature magique que tu es comme un membre de sa famille, et la faire se décider à ne plus vouloir se séparer de toi. Seulement à ce moment, sera-t-elle d’accord pour initier un lien d’égal à égal avec toi.

Linley hocha la tête.

– Les créatures magiques adultes possèdent une intelligence très élevée, donc si tu veux la convaincre que tu fais partie de sa famille, c’est quasiment impossible, soupira le vieil homme.

– Mais c’est différent pour les jeunes. C’est comme les bébés humains, qui ne sont pas très intelligents, et peuvent donc être facilement amenés à t’aimer ; simplement, disons, en leur donnant un peu de nourriture qui leur fasse plaisir. L’intelligence des bébés créatures magiques est encore plus faible. Du moment que tu les nourris souvent, ils t’aimeront. Ensuite, passe un peu de temps à jouer avec lui. Et rapidement, cette créature magique bébé t’adorera. C’est particulièrement vrai pour une créature magique qui a été séparé de sa communauté. Ceux-là sont encore plus simples à apprivoiser.

En entendant les mots de Doehring Cowart, Linley sentit comme un lourd poids s’enlever de ses épaules.

– En fait, il s’agit juste de faire comme si on cajolait un enfant, gloussa Linley.

Il avait beaucoup d’expérience dans ce domaine. Depuis sa plus jeune enfance, il accompagnait son petit frère, Wharton, jouant avec lui, et le cajolant. Linley était passé maître dans cet art.

– Linley, ne soit pas trop confiant. Si tu veux réussir à te faire apprécier d’une jeune créature magique, tu dois faire attention à plein de détails. Si tu n’es pas suffisamment attentif, cette petite Souris Fantôme pourrait bien te mordre, lui rappela Doehring Cowart.

– Me mordre ?

Linley regarda la Souris Fantôme au loin. Le son de son masticage de roches pouvait s’entendre de loin. La Souris Fantôme mâchait cela aussi facilement que Linley mâchait du pain. Linley ne doutait absolument pas du tranchant des dents de cette petite souris.

– Je dois faire quoi, alors ? Linley perdit immédiatement toute confiance en lui.

– Du calme. Si tu suis ma méthode, tu n’auras aucun soucis. Si tu suis l’ « idée maladroite » que j’ai, tout ce dont tu auras besoin, ce sera du temps et de la patience. Ne t’excite pas, et soit patient. Doehring Cowart commença doucement à lui expliquer son « idée maladroite ».

– Linley, une Souris Fantôme est omnivore, elle mange de tout. Des os, des pierres, de la viande. Mais sa nourriture préférée reste la viande, et plus particulièrement, la viande rôtie. Je sais ça grâce à l’expérience des anciens.

– Du coup, va sur le Mont Wushan tuer quelques bêtes, puis place la viande rôtie loin de lui, sur le sol. Rappelle-toi, n’essaye pas de t’approcher. À chaque fois qu’il viendra manger, attends que ce soit lui qui approche, ricana le vieillard.

– Si tu essayes de l’approcher, cela l’incitera peut-être à t’attaquer par peur ! Mais s’il s’approche de toi, alors, il n’y aura aucun danger.

– Cette méthode n’est peut-être pas parfaite, mais au moins, elle est sûre, dit Doehring Cowart avec un sourire.

Linley comprit.

Cette méthode était effectivement un peu maladroite, mais aussi très simple et directe.

– Papy Doehring, est-ce que cette Souris Fantôme ne va pas s’en aller ? Linley s’inquiétait que la souris disparaisse durant le moment où il serait parti chasser. Il n’y aurait alors plus rien qu’il ne puisse faire.

– Qui peut le dire ? Tout en revient à ta chance. Mais je pense que si tu te dépêches, elle n’ira nulle part, le rassura Doehring Cowart.

– D’accord, je vais aller tuer quelques bêtes sauvages. Linley hocha la tête puis partit en courant vers le Mont Wushan. Ses foulées étaient impressionnantes, mais étonnamment, elles ne faisaient aucun bruit. C’était la preuve de ses capacités en tant que mage terrestre.

Après avoir dépassé la porte du fond du manoir, Linley commença à courir à un rythme normal, et ses pas commencèrent à se faire entendre de nouveau.

– Jeune maître Linley, vous allez encore jouer dans les montagnes ? Oncle Hiri, un balai à la main, balayait le sol. Il vit Linley et lui sourit.

– Ouaip, acquiesça Linley en accélérant.

Durant les six mois qui avaient précédé, Linley allait quasiment chaque après-midi sur le Mont Wushan pour s’entraîner à la magie. Personne d’autre ne savait qu’il s’entraînait à la magie, bien entendu. Mais tout le monde savait que, les après-midi, Linley aimait passer son temps libre à jouer dans les montagnes.

…….

L’automne. La plupart des arbres du Mont Wushan avaient perdu leurs feuilles, mais il restait un certain nombre de conifères, ainsi que quelques érables couverts de leurs feuilles rouge carmin.

Une ombre, agile et vigoureuse, pouvait être aperçu, en train de traverser les forêts montagneuses. Linley courait silencieusement mais toujours agilement et rapidement. Après avoir absorbé de l’essence terrestre pendant six mois, Linley ne possédait pas seulement de la force magique ; mais sa force physique en elle-même avait augmenté aussi.

À ce moment, le corps de Linley pouvait être comparé à celui des enfants de 15-16 ans du village, et il possédait la force d’un guerrier du premier rang.

Il y avait de nombreux écureuils et lièvres sur le Mont Wushan mais très peu de bêtes sauvages. C’était la raison pour laquelle la plupart des adultes ne s’inquiétaient pas trop lorsque leurs enfants allaient jouer dans la montagne. Après tout, le Mont Wushan n’était qu’une assez petite montagne, avec très peu d’animaux, et encore moins de créatures magiques.

Les pas de Linley se stoppèrent net, en voyant à quelques dizaines de mètres, un lapin couleur sable ruminer de l’herbe.

Même un lapin sauvage très prudent n’était pas le moins du monde capable de détecter Linley.

– Les lapins sauvages ont un temps de réaction très rapide, et courent très rapidement. Il vaut mieux que j’utilise la magie. Linley commença tout de suite à chanter les mots d’une incantation magique.

Linley sentit qu’au centre de sa poitrine, une bouffée de force magique de terre commençait à vibrer. La plupart des guerriers conservent leur Dou Qi approximativement 10 centimètres sous le nombril, mais les mages emmagasinent leur force magique directement au milieu de leur poitrine, au centre de leurs pectoraux. Et l’énergie spirituelle était, bien sûr, stockée dans leur tête.

Qu’une incantation magique soit marmonnée ou criée ne faisait pas beaucoup de différence. La seule chose qui comptait était que l’énergie magique soit bien guidée par l’énergie spirituelle.

En quelques secondes, Linley finit son incantation, et ses yeux brillèrent en regardant le lièvre.

Magie de Terre, du premier rang : Pic de Terre !

*Poof !*

Un pic de terre acéré jaillit juste en dessous du lapin sauvage, perçant directement sa poitrine. Un sang écarlate coula, teintant sa douce fourrure. Choqué par l’attaque, le lièvre commença immédiatement à s’agiter, mais tout ce qu’il réussit à faire, c’est à perdre son sang encore plus vite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top