skip to Main Content
Menu

Chapitre 10 : Le Manuel Secret d’Entraînement des Dragonblood (Partie 1)


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Magycio


PANLONG – LIVRE 2 CHAPITRE 10


     Le village de Wushan. Le manoir du clan Baruch.

Hogg venait de finir de déjeuner peu de temps auparavant, et était assis dans un fauteuil, tranquillement en train de lire un livre.

Deux silhouettes indistinctes entrèrent soudainement dans le manoir. C’était Linley et Hillman, qui étaient revenus en toute hâte de Fenlai. À cet instant, leurs visages montraient clairement leur excitation, et Linley commença à crier depuis l’entrée :

– Père, je suis de retour !

– Seigneur Hogg. Hillman était aussi excité que Linley.

Hogg leva la tête. Voyant la joie visible sur les visages de Linley et Hillman, il eut une prémonition positive. Il se leva immédiatement. Regardant Linley et Hillman, sa voix trembla un peu en demandant :

– Comment s’est passé le test d’aptitude magique ?

Le clan Baruch avait été sur le déclin depuis trop longtemps. Cet ancien clan avait besoin d’un puissant personnage pour le restaurer comme à ses anciens jours de gloire !

– Seigneur Hogg, l’Institut Ernst ! C’est l’Institut Ernst ! Linley a été accepté à l’Institut Ernst ! S’exclama Hillman.

Hogg sembla s’être transformé en statue. Sur le moment, Hogg ne parvint à penser à rien, comme si son cerveau était coupé de tout apport d’oxygène.

– Ernst… seigneur ? Seigneur ? L’appela deux fois Hillman.

Hogg regagna petit à petit ses facultés mentales, puis se précipita soudain vers Linley et Hillman. D’un ton de profonde incrédulité, il demanda :

– Ernst, tu viens bien juste de dire l’Institut Ernst ? Les yeux de Hogg étaient prêt à jaillir de leurs orbites.

– Père, voici la lettre d’acceptation de l’Institut Ernst. Linley donna directement l’enveloppe d’acceptation à son père. Hogg fut stupéfait une fois de plus, puis il accepta rapidement l’enveloppe rouge, et sortit la lettre qu’il parcourut attentivement.

Plusieurs noms en rouge brillant sortaient du lot : « Institut Ernst » « Linley ».

– Haha, hahahahaha ! Anciens du clan Baruch, il y a de nouveau de l’espoir pour notre clan ! Hogg leva soudain la tête vers le ciel et partit dans un grand éclat de rire sauvage, si fort que son corps entier en trembla, si fort que des larmes se mirent à couler. Il y a encore de l’espoir pour notre clan Baruch !

Cet éclat de rire sauvage, et ces larmes stupéfièrent Linley.

– Père… Dit Linley d’une voix douce, comme s’il avait peur de perturber son père.

Linley n’avait jamais vu son père agir aussi librement avant, et les larmes de son père firent trembler le cœur de Linley.

L’intendant Hiri arriva à ce moment. Il fut lui aussi stupéfait par la réaction de Hogg. Il n’avait aucune idée de ce qui venait d’arriver.

Hogg prit une profonde inspiration, puis regarda Linley, les yeux emplis d’une excitation à peine contenue :

– Bien, bien.

– Hillman, Oncle Hiri ! Hogg regarda les deux autres.

– Ce soir, nous faisons un banquet. Allez, faites les préparatifs ! Ce soir, je suis très, très heureux, extrêmement heureux même. Pour avoir eu un tel fils, même si je meurs, je serais capable de me tenir fièrement devant les ancêtres du clan.

– Oui, seigneur Hogg, répondirent Hillman et Hiri.

– Couic, couic ! Soudain, la petite Souris Fantôme « Bébé » s’extirpa des vêtements de Linley. Elle sauta sur l’épaule de Linley pour fixer Hogg, ses petits yeux pleins de colère.

Sentant mentalement les émotions de la petite Souris Fantôme, Linley ne savait pas s’il devait rire ou pleurer.

Ce qu’il venait de se passer, c’est que « Bébé » s’était endormi contre la poitrine de Linley, et le rire explosif de Hogg l’avait brutalement réveillé. Un bébé Souris Fantôme passait une bonne partie de son temps à faire la sieste, et détestait en être sorti brutalement. À cet instant, elle était naturellement extrêmement furieuse.

– Une Souris Fantôme. Une créature magique, Souris Fantôme ? Voyant la petite Souris Fantôme avec Linley, l’expression du visage de Hogg changea drastiquement.

– Père. Linley avait peur que son père ne réagisse trop vite, donc il expliqua rapidement :

– Cette petite Souris Fantôme et moi avons déjà passé un pacte de lien d’âme.

Hogg sembla avoir été frappé par la foudre. Il regarda Linley d’un air incrédule pendant un long moment.

– Tu, tu as réussi à soumettre et apprivoiser cette créature magique, cette Souris Fantôme ?

Les deux manières d’apprivoiser une créature étaient 1) La soumette par la force, et 2) Utiliser une formation magique de lien d’âme.

Naturellement, Hogg connaissait très bien le niveau de la force physique de Linley. Il savait aussi que le rang le plus faible des Souris Fantôme était le troisième rang. Et de plus, il n’y avait aucun moyen pour Linley d’avoir pu mettre en place une formation magique de lien d’âme, donc cela n’aurait simplement pas du être possible.

– Oui, père, je l’ai apprivoisé, dit sérieusement Linley.

Hogg eu l’impression que son propre fils avait beaucoup changé, voire totalement changé !

– Seigneur Hogg, Linley a réellement apprivoisé cette Souris Fantôme. J’en suis le témoin. Cette petite Souris Fantôme est aussi la raison pour laquelle, ces derniers jours, Linley a souvent attrapé des animaux sauvages pour nourrir cet “adorable animal de compagnie” qu’il avait dans l’arrière-cour, expliqua Hillman.

– Il nourrissait cet “animal de compagnie” ? Hogg réfléchit un instant, puis fixa Linley, incrédule :

– Une créature magique, une Souris Fantôme. C’est ça l’ « animal trop mignon » dont tu me parlais en disant que tu le nourrissais dans l’arrière-cour ?

Linley acquiesça honnêtement.

Hogg fut bouche bée. L’ « animal trop mignon » était en fait une créature magique ?

Bien qu’il ait de nombreuses questions sur comment Linley avait pu créer un lien d’âme avec la petite Souris Fantôme, Hogg ne s’inquiétât pas trop à ce propos. Pour l’instant, il était d’une humeur extrêmement joyeuse.

– Bien, assez parlé de ça. Oncle Hiri, Hillman, gérez les gardes pour faire le nécessaire. Ce soir, j’organise un magnifique banquet, s’esclaffa bruyamment Hogg. À cet instant, son rire était totalement libre de tout souci.

Linley fixa son père. D’aussi loin qu’il se souvienne, il n’avait jamais vu son père aussi heureux.

.

Ce soir-là.

C’était extrêmement bruyant dans le manoir du clan Baruch. Même la dizaine de gardes et leurs familles avaient tous été invité. Il y avait cinq tables pleines placées dans la cour principale du manoir, et tout le manoir était rempli de rires et de joie.

– Hum, c’est bon, c’est bon. Le petit Wharton attrapa d’abord ça, puis ça, et ça, mangeant, tout excité.

– Jeune maître Linley, félicitation pour avoir été admis à l’Institut Ernst. Dans le futur, le jeune maître Linley sera sans aucun doute, un puissant magicien, gloussa un garde du clan en portant un toast à Linley poliment.

Durant ce banquet, Linley était au centre de toutes les attentions.

En entendant que Linley venait d’être admis à l’Institut Ernst, tout le monde était devenu très excité. N’importe qui pouvait facilement comprendre qu’entrer à l’Institut Ernst signifiait aussi avoir une certaine destinée. Dans le futur, Linley ne serait sûrement pas limité par leur petit village de Wushan.

– Grand frère, vu qu’ils te portent tous un toast, moi aussi je veux te porter un toast, s’exclama le petit Wharton en attrapant son verre de jus de fruit.

Voyant les mains pleines de graisse du petit Wharton, Linley eu un petit rire. Mais il leva tout de même son propre verre de jus de fruit et le tapa doucement contre le verre de petit Wharton.

– Allez, on est frères ! Linley sourit et leva aussi son verre.

.

Tard dans la nuit, dans le hall des ancêtres de la famille Baruch. Seul Linley et son père étaient présents.

La porte du hall des ancêtres était fermée, et une rangée de bougies éclairait le hall entier, le faisant paraître vivant. Hogg fixait la tablette spirituelle, au milieu du hall. D’une voix basse, il dit :

– Linley, après que le cinquième Guerrier Dragonblood soit né, notre clan Baruch commença à décliner, génération après génération, au point même où notre héritage ancestral fut perdu. À chaque fois que je pense à cela, je ne peux m’empêcher de me sentir absolument honteux. Nous sommes supposés être le noble clan Dragonblood !

Linley se tenait derrière lui, sans faire un bruit.

Il se sentait honteux lui aussi.

Un ancien clan qui avait perduré pendant cinq mille ans. Le clan des Guerriers Dragonblood. Linley était fier dans son cœur. Mais leur héritage ancestral avait été perdu.

– Linley. Hogg se tourna soudain, et regarda Linley solennellement.

– À compter d’aujourd’hui, je ne te traiterai plus comme un enfant. Je te regarderai comme le pilier le plus solide pour le futur de notre clan Baruch ! A partir de maintenant, les espoirs futurs de notre clan reposeront entièrement sur toi.

– Oui, père. Linley acquiesça résolument.

– Attends ici un instant. Je vais chercher quelque chose. Hogg se tourna soudain et entra dans une pièce cachée à côté du hall des ancêtres. Peu de temps après, il revint avec un livre épais entre ses mains.

– Linley, prends ça, et lis-le attentivement. Tu dois tout mémoriser.

– C’est…

Linley regarda suspicieusement le livre épais qu’il venait juste d’accepter. Il n’y avait pas de titre sur la couverture, mais lorsqu’il l’ouvrit, quatre mots étaient imprimés en grand sur la première page : Manuel Secret d’Entraînement Dragonblood.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top