skip to Main Content
Menu

Chapitre 41 : Les cartes maîtresses

Source : version anglaise

Traducteur Français : Zareik
 Éditeurs : Kayorko & Miss X
Checkeuse : MissZareik

Livre 10 Chapitre 41 : Les cartes maîtresses

        *Bang !* *Bang !* *Bang !* …

Les canons à magycites continuaient d’attaquer, comme si l’argent n’était véritablement pas un problème pour la ville de Cod. Au pied des murs de la ville préfectorale se trouvait une véritable mer de flammes, et le ciel de la nuit était déchiré par d’innombrables flashs de lumière.

Au loin, les commandants des forces alliées, Weiss Porter et Guillermo, avaient les visages barrés d’une ombre.

– Nos cartes secrètes ?

Weiss Porter regarda Guillermo. En ricanant, il dit,

– Seigneur Cardinal Guillermo, je pense que les soldats exténués de la ville de Cod seront aisément vaincus une fois que la Légion Sacrée de l’Église de Lumière attaquera. Vous n’allez même pas avoir besoin de notre aide.

La carte secrète de l’Église de Lumière : la Légion Sacrée !

La Légion Sacrée !

Dans cette région des Terres Chaotiques, l’Église de Lumière avait dépensé une quantité incroyable d’efforts et de matériaux pour cultiver cette puissante légion.

La Légion Sacrée contenait un total de seulement trente mille personnes.

Cinq mille de ces soldats étaient du septième rang, tandis que les vingt-cinq mille restants étaient au moins des guerriers du cinquième rang. Dans d’autres légions, un guerrier du cinquième rang pouvait être considéré comme un soldat d’élite, mais dans cette légion, il ne faisait partie que des plus faibles soldats.

Il fallait savoir que les capacités physiques des guerriers du septième rang leur permettaient à elles-seules de sauter par-dessus les murs de la ville, qui faisaient pourtant trente mètres de haut.

Une telle légion secrète, en arrivant dans la bataille, allait définitivement faire pencher la balance. Cependant, cultiver une telle légion était tout simplement trop difficile. Le prix nécessaire pour les entraîner était bien plus élevé que pour entraîner même une armée d’un million de personnes.

– Si les Saints de Linley brisent notre accord et qu’ils éradiquent notre Légion Sacrée, cela serait terrible, se dit intérieurement Guillermo. Weiss Porter et lui pensaient à la même chose. Ils avaient tous deux peur que les Saints brisent l’accord et arrivent dans la bataille.

Par exemple, les dragons de niveau Saint. Par exemple, Linley et les autres Guerriers Suprêmes.

Si quelques centaines de milliers de soldats se faisaient tuer, l’Église de Lumière et le Culte des Ombres pouvaient facilement en recruter quelques centaines de milliers de plus. Tout ce dont ils avaient besoin était d’un ou deux ans d’entraînement. Mais la Légion Sacrée… chaque soldat représentait des années d’efforts et de dépenses. Chaque soldat perdu ne serait pas aussi facilement remplacé par de l’argent.

– Weiss Porter, est-ce que tu plaisantes ? Le visage de Guillermo se fit grave.

Weiss Porter se mit immédiatement à rire.

– Guillermo, ne t’énerve pas. La Légion des Ombres de notre Culte des Ombres attaquera en même temps.

La Légion des Ombres avait été créée par le Culte des Ombres dans le seul but de contrer la Légion Sacrée. La puissance des deux légions était similaire.

Elles étaient toutes les deux des légions effroyablement puissantes.

Bien qu’elles ne possèdent chacune que trente mille soldats, et qu’ensemble elles ne totalisent que soixante mille guerriers, pour les deux groupes, la valeur de ces légions secrètes n’était en rien inférieure à celle d’une armée d’un million de soldats.

Au sommet des murs de la ville, Linley et Barker regardaient le combat, comme si cela n’avait rien à voir avec eux.

Les gardes de la ville de cette portion du mur avaient tous été renvoyés.

– Il n’y a personne là-bas. Les soldats ennemis voyaient clairement une zone où seulement deux personnes se trouvaient.

– Vite, attaquons là-bas.

Le combat était si féroce qu’aucun des soldats n’était capable de réfléchir clairement. En voyant une « ouverture » dans la défense des murs, ils chargèrent immédiatement dans cette direction. Mais alors qu’ils grimpaient le long des échelles de siège et qu’ils chargeaient vers Linley et Barker avec leurs armes levées…

*Slash.*

Instantanément, d’innombrables lames de vent formèrent un mur. Les trois guerriers qui avaient été les premiers à charger furent instantanément découpés en petits morceaux. Cette scène… se rejoua encore et encore durant toute la bataille. Personne ne fut capable de s’approcher de ces deux personnes.

– J’ai l’impression d’étouffer, jura Barker en marmonnant.

Il regarda Linley. Celui-ci ne semblait strictement rien ressentir. Barker ne put s’empêcher de demander :

– Seigneur Linley, comment pouvez-vous continuer de simplement regarder ?

– Pourquoi ne le pourrais-je pas ? répondit Linley en regardant en dessous de lui.

– Oh ? Barker le regarda, interloqué.

Linley se mit à rire doucement.

– Je commence maintenant à comprendre ce que ressent le Dieu de la Guerre. Laissons les affaires du monde des mortels se dérouler naturellement. Des personnes vont toujours mourir lors des guerres. Si je n’avais pas fondé le Royaume Baruch, il y aurait peut-être eu encore plus de personnes qui seraient mortes lors de ces guerres chaotiques et incessantes.

Linley regarda en dessous de lui.

– Le monde des mortels possède ses propres règles. Et nous, nous avons les nôtres aussi !

– Je m’en tiendrais à notre accord. Même s’ils parviennent à arriver jusqu’aux mines de gemmes et qu’ils les récupèrent, je n’interférai pas, annonça calmement Linley.

Barker devint frénétique.

– Mais… et pour la bulle dimensionnelle qu’on a trouvée ?

– De quoi as-tu peur ?

Linley se mit à rire doucement.

– Il est impossible pour des personnes qui ne sont pas au niveau Saint d’entrer dans cette pièce. Et quel Saint oserait s’introduire sur mon territoire ?

Linley voyait déjà cette guerre avec un esprit et un regard transcendant. Cela ne lui importait pas réellement de gagner ou de perdre…

Et en plus, la bulle dimensionnelle était inamovible.

– Vous dites la vérité, Seigneur, dit Barker en commençant à comprendre.

En atteignant le niveau Saint, ils avaient acquis une vie éternelle. Ils avaient transcendé la condition des mortels ordinaires. En vérité, les guerres et les affaires des mortels ne les concernaient plus, et les Saints ne faisaient plus réellement partie de ce monde. Mais bien qu’ils comprennent cela dans leurs cœurs, Linley et Barker possédaient tout de même une once d’espoir secret…

Un espoir secret que leur côté gagne la guerre.

– C’est pas bon ça. Le visage de Barker changea soudainement.

Sous la ville, un grand nombre de guerriers d’élite chargeaient vers les murs à grande vitesse. Ils étaient densément rassemblés et devaient être des dizaines de milliers. Ce grand groupe de guerriers d’élite courrait à une vitesse stupéfiante, et à chaque mouvement de leurs jambes, ils avançaient de vingt ou trente mètres. En moins d’une minute, ils allaient arriver au pied des murs de la ville.

– Feu !

Les canons à magycites de la porte Est avaient été déplacés eux aussi. Plus de vingt canons firent feu simultanément, tirant des boules de lumière sur les soldats en dessous.

*Swish !* *Swish !*

La plupart des soldats d’élite esquivèrent immédiatement à toute vitesse, mais les attaques des canons à magycites étaient tout simplement trop rapides. Et malgré le fait que la plupart des soldats d’élite réussirent à éviter le centre des coups de canons, quelques malheureux guerriers moururent tout de même, tandis que d’autres situés en bordure des impacts furent également blessés.

Mais il n’y avait eu le temps que pour un coup de canon !

Les canons n’avaient eu le temps de faire feu qu’une seule fois avant que les soldats d’élite n’atteignent les murs de la ville.

– Il y a tellement de monde. Des dizaines de milliers. D’où sortent tous ces puissants guerriers ? Il y a tellement de guerriers du septième rang, s’exclama Barker avec une pointe de stupéfaction.

Linley remarqua lui aussi le grand nombre de soldats d’élite qui venaient d’apparaître de nulle part. Avec leur puissance, Linley et Barker étaient instantanément capables de jauger le pouvoir de ces soldats.

– Il y en a autant du septième rang ? On dirait qu’ils sont semblables aux régiments d’élite de Chevaliers de l’Église de Lumière que j’avais vus dans l’Union Sacrée.

– Cela doit être une force d’élite qui a été construite par l’Église de Lumière et le Culte des Ombres, semblable aux Huit Régiments d’Élite. Cela doit être leur véritable force d’élite, ici dans les Terres Chaotiques, soupçonna Linley.

Et c’était effectivement le cas.

*Whossh !* *Whossh !* *Whossh !* *Whossh !*

Un grand nombre de guerriers atteignirent les murs de la ville, et avec un saut soudain, arrivèrent aisément en haut des murs de trente mètres. Les soldats densément rassemblés arrivèrent tous ensemble au sommet des murs, et ils possédaient tous la puissance de guerriers du septième rang.

*Bang !* Des épées et des sabres flashèrent de partout, et du Dou Qi explosa dans toute la zone.

Immédiatement, presque dix ou vingt mille gardes de la ville périrent. Les gardes n’étaient qu’au deuxième ou troisième rang. Ceux du cinquième rang parmi eux étaient considérés comme faisant partie de l’élite. Mais les guerriers qui venaient de sauter jusqu’en haut des murs étaient tous du septième rang, et il y en avait quasiment dix mille d’entre eux.

Un massacre !

Ils ne pouvaient pas répliquer ! Et au même moment…

Un grand nombre de guerriers n’étant « que » au cinquième et sixième rang se mirent à escalader les échelles de siège à toute vitesse.

Bien qu’il y ait des centaines de milliers de soldats en haut des murs Sud, seul vingt ou trente mille soldats pouvaient se battre contre les guerriers du septième rang à un instant donné. Et lorsque les cinquante mille guerriers du cinquième et sixième rang chargèrent eux aussi…

– Nous avons perdu.

Barker soupira.

Après que les soixante mille troupes d’élite de la Légion Sacrée et de la Légion des Ombres aient tout balayé sur leur passage, des centaines de milliers de soldats normaux les suivirent sur les échelles de siège. Toute la longueur des murs Sud de la ville était occupée par d’innombrables ennemis, qui grouillaient vers l’avant comme une marée infinie de fourmis, attaquant la ville intérieure de Cod.

Mais là où Linley et Barker se tenaient, quel que soit le nombre de guerriers qui chargeaient vers eux, ils étaient tous découpés en petits morceaux de chair par les innombrables lames de vent.

– Partons, dit Linley en s’envolant immédiatement des murs.

– On ne peut pas les laisser récupérer les canons à magycites, s’exclama Barker. Son corps puissant flasha le long des murs, et un canon après l’autre disparut dans son anneau inter-spatial. Comment les soldats ennemis pouvaient-ils bloquer un expert de niveau Saint, tel que Barker ?

– Tssss, Barker… Linley secoua la tête et se moqua doucement.

– C’est bon, j’ai tout récupéré, annonça Barker en revenant en volant à côté de Linley.

Ils volaient tous les deux au-dessus de la ville préfectorale de Cod. Ils pouvaient clairement distinguer tout ce qu’il se passait à travers la ville. Watts s’était clairement préparé à cette issue, et un grand nombre de troupes étaient en train de battre en retraite au travers des portes Ouest et Nord.

Au même moment, de nombreux soldats restèrent à l’intérieur de la ville, se préparant à se battre et à empêcher les ennemis de les pourchasser.

Un grand nombre de gardes de la ville fuyaient vers le Nord de la ville.

Watts regardait la lointaine ville préfectorale de Cod et poussa un profond soupir. À la fin, il avait tout de même perdu. Lorsque ces deux terrifiantes légions ennemies étaient apparues, Watt avait tout de suite su qu’il n’avait aucun moyen de les bloquer. L’Église de Lumière et le Culte des Ombres, à eux deux, possédaient soixante mille soldats d’élite, dont dix mille d’entre eux qui étaient au septième rang.

Pour des guerriers du septième rang, les murs auraient tout aussi bien pu ne pas exister.

Comment pouvait-il alors se défendre face à des légions aussi monstrueusement puissantes ?

– Watts, pourquoi es-tu triste ? demanda Gates à côté de lui. – Si nous perdons, nous perdons, c’est tout. Lorsque j’étais dans les Dix-Huit Duchés du Nord, perdre des combats était un événement assez courant. Mais bien sûr… j’étais toujours assez énervé.

Gates s’était lui aussi résigné.

Lorsque ces soixante mille soldats d’élite avaient attaqué, combien d’entre eux avait-il pu tuer à lui tout seul ? Après tout, ils ne se contentaient pas simplement de courir vers lui et d’attendre qu’il les tue.

– Si j’étais un Archimage Saint, ça aurait été merveilleux. J’aurais juste eu à jeter un sort interdit, et je les aurais tous exterminés, marmonna Gates pour lui-même.

À ce moment-là, Linley et Barker volèrent vers eux. Ils avaient aperçu Gates, Boone, Ankh, et Hazer, et étaient donc venus vers eux en volant. Après avoir atterri, Linley demanda à Watts,

– Combien de personnes as-tu assigné à l’arrière-garde pour contenir l’ennemi ?

– Cent mille personnes, répondit Watts.

– Nous avons au total cent cinquante mille soldats qui sont en train de battre en retraite, et aucun d’entre eux n’est blessé. Quant aux cent mille autres restants, la moitié d’entre eux est blessée. En utilisant les pièges et les tunnels secrets que nous avons creusés avant, ils devraient être capables de stopper les forces ennemies pendant une heure.

– Une heure ? demanda Linley.

– C’est cela. Une heure. Après cela, mes hommes vont envoyer une flèche [signalante], et tous les soldats se rendront immédiatement, expliqua Watt en soupirant. – Il n’y a rien à faire. S’ils se battaient jusqu’à la fin, ils mourraient tous.

Linley hocha la tête pour soutenir sa décision.

Dans les Terres Chaotiques, il était courant que les soldats vaincus se rendent.

– Une heure sera plus que suffisante pour que nous nous séparions d’eux, dit Watts.

Il y avait deux cent mille soldats stationnés au niveau des mines de gemmes magyques, et les défenses avaient été préparées depuis bien longtemps. Watts et ses hommes avaient fui tôt dans la matinée, tandis que dans l’après-midi, les cent cinquante mille survivants étaient arrivés aux mines. Dès qu’ils étaient arrivés, ils avaient immédiatement été renvoyés dans les zones administratives pour se reposer et manger.

À la tombée de la nuit. Dans une tente.

Linley, Barker, et les autres étaient assis ensembles, et dînaient. À ce moment-là, quelqu’un arriva. Il s’agissait de Délia, et sa venue stoppa les mouvements de tout le monde. Même Barker, Gates, et Boone se levèrent immédiatement pour l’accueillir.

– Linley, comment peux-tu continuer à manger ? Délia semblait être dans tous ses états.

– Qu’y a-t-il ? demanda Linley en la regardant.

Délia s’exclama,

– Les forces de l’Église de Lumière et du Culte des Ombres sont presque arrivées. Qu’allons-nous faire ?

– Qu’allons-nous faire ? Que pouvons-nous faire ? Linley secoua la tête, impuissant. – Délia, en ce moment, un grand nombre de personnes sont en train de miner aussi vite que possible. Nous avons déjà fini d’excaver un quart de la totalité des gemmes présentes dans la mine.

C’était une méthode comme une autre.

Miner autant que possible.

Mais soudainement…

– Boss. Bébé apparut soudainement au milieu de la table du dîner. Il fixa Linley de ses petits yeux ronds. – Les ennemis ont envoyé tellement de monde. Boss, j’ai déjà ramené Zassler ici. Laisse-le jeter un seul sort interdit, comme la « Calamité des Morts-Vivants », pour invoquer une armée d’un million de mort-vivants en une seule fois. Exterminons-les !

À ce moment, la porte de la tente s’ouvrit.

Un vieil homme portant une robe noire entra. Il était aussi maigre qu’un squelette. Il s’agissait du Nécromancien Archimage Saint, Zassler.

– Seigneur Linley, je suis prêt à obéir à vos ordres à n’importe quel moment. Dès que vous m’en donnerez l’ordre, aucun des soldats à l’extérieur ne survivra. Les yeux de Zassler brillèrent d’une froide lueur verte. L’armée de mort-vivants de Zassler ne contenait pas seulement des mort-vivants ordinaires. Elle incluait aussi des morts-vivants du neuvième rang, et même quelques-uns de niveau Saint.

Exterminer cette armée d’un million de personnes était aussi simple que de bouger la main !

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top