skip to Main Content
Menu

Chapitre 38 : Une fureur explosive

Source : version anglaise

Traducteur Français : Zareik
 Éditeurs : Kayorko & Miss X
Checkeuse : MissZareik

Livre 10 Chapitre 38 : Une fureur explosive

         Les forces de l’Église de Lumière et du Culte des Ombres se trouvaient devant la porte Sud de la ville préfectorale de Cod, telle un océan infini. Les défenseurs de la ville de Cod eux, se tenaient tous sur les murs, en état d’alerte maximum. Ils savaient que la mer humaine qui se trouvait devant eux pouvait soudainement se transformer en vagues puissantes avant de se jeter contre leurs murs.

Une petite partie de l’armée qui se trouvait en contrebas des murs s’était séparée de la force principale.

Ce petit groupe prit alors une route secondaire, et se dirigea vers la porte Est de Cod. Du fait de la géographie locale, l’Église de Lumière ne pouvait attaquer que les portes Sud et Est. Quant aux portes Nord et Ouest, les armées ne pouvaient en aucun cas les rejoindre. Le régiment qui s’était déplacé jusqu’à la porte Est était composé de deux légions.

Ces deux légions venaient conjointement de l’Église de Lumière et du Culte des Ombres. C’était leurs légions d’élite.

Le commandant de la légion appartenant au Culte des Ombres était un homme aux cheveux bleus coupés court et au visage sévère qui regardait les murs de la ville. À côté de lui se trouvait un homme aux cheveux blonds, le commandant de la légion d’élite de l’Église de Lumière.

S’ils arrivaient à faire tomber la porte Est, ils auraient tous deux rendu de grands services et seraient récompensés en tant que tel.

– Seulement cinq canons à magycites, annonça calmement l’homme aux cheveux bleus. Rogers [Luo’jie’si], je te propose cela. Nos soldats vont charger droit devant, et lorsque nous arriverons près des murs, l’avant-garde se resserrera brusquement et nous utiliserons les échelles pour arriver sur les murs. Les autres soldats suivront juste derrière. Tant que nous réussissons à monter sur les remparts de la ville, la ville préfectorale de Cod sera à nous.

Rogers lui lança un regard.

– Brian [Pu’lui’en], on verra qui sera le premier à atteindre les murs.

– Si tu veux. Les yeux de Brian étaient emplis d’arrogance.

Le temps s’écoula lentement. Les deux légions d’élite étaient en train d’attendre tranquillement, prêtes à passer à l’action… lorsque soudainement, ils entendirent le son terrifiant d’un massacre qui commençait. Des canons à magycites commencèrent à tonner, des guerriers se mirent à hurler de rage, des flèches se mirent à siffler dans les airs, et un océan de cris emplit le ciel, à le fendre en deux.

– Ils ont commencé de l’autre côté. Un léger sourire se dessina sur les lèvres de Brian.

Rogers acquiesça à son tour.

– Lorsque nous aurons réussi à franchir la porte Est, notre victoire sera assurée.

D’après leurs plans originaux, ils devaient attendre que le combat à la porte Sud atteigne un sommet de folie… après cinq minutes, Brian laissa soudainement échapper un rugissement furieux :

– À mort !

Les généraux, qui connaissaient le plan depuis longtemps, guidèrent immédiatement leurs soldats pour charger vers les murs de la ville.

Les échelles de quarante mètres de long se mirent à bouger à une vitesse incroyablement rapide vers la porte Est.

Un grand nombre de soldats avancèrent rapidement, les boucliers levés haut au-dessus de leurs têtes.

Les cinq canons à magycites sur le mur Est se mirent à s’illuminer. *Boum !* *Boum !* Ils hurlèrent férocement, et cinq boules de lumière se mirent à jaillir à toute vitesse, explosant au contact du sol. Immédiatement, des soldats moururent à ces endroits, mais les soldats restants n’hésitèrent pas un instant.

Hésiter signifiait mourir.

– Tellement rapide ! Le commandant de la porte Est avait déjà découvert la vitesse stupéfiante des ennemis qui chargeaient vers eux. Les canons à magycites n’avaient tonné que trois fois avant que les ennemis n’arrivent à moins de cent mètres des murs. – Attendez une seconde ! Il venait soudainement de découvrir que les soldats ennemis les plus rapides venaient de former d’un seul coup une unité avec une parfaite coordination.

Clairement, il devait s’agir de guerriers d’élite. Ils venaient très probablement de joindre leurs forces pour créer une brèche dans le mur.

– Humph. On dirait qu’ils ont vraiment… Le visage du commandant révéla un sourire froid.

– Préparez tous les canons à magycites ! hurla fortement le commandant, et instantanément… quinze emplacements de plus pour des canons à magycites apparurent dans les murs de la ville. Combinés aux cinq précédents, cela faisait un total impressionnant de vingt canons à magycites. Ils s’illuminèrent tous au même moment.

En voyant quinze canons de plus apparaître, les visages de Brian et de Rogers, les deux commandants des légions, changèrent instantanément.

– Non ! Le visage de Brian était furieux, et il rugit avec une rage d’incompréhension.

*Boum !* *Boum !* *Boum !* *Boum !*

Vingt canons à magycites libérèrent simultanément leurs fureurs terrifiantes. Leurs cibles étaient clairement ces soldats d’élites spéciaux qui chargeaient à l’avant des lignes ennemies. Une série d’explosions à faire trembler la terre retentit.

– Non ! se mirent à crier de rage et de fureur de nombreux guerriers, en voyant la lumière des canons à magycites se diriger vers eux à toute vitesse.

Mais les coups de canons étaient tout simplement trop rapides. Avec un flash de lumière, les coups s’écrasèrent au sol, ne laissant aucune chance d’esquiver aux guerriers. Les soldats dans cette zone furent réduits en morceaux, tandis que d’autres furent gelés sur place, d’autres finirent brûlés vifs, et d’autres encore empoignaient leurs membres manquants et criaient misérablement…

En un clin d’œil, plus de trois mille personnes moururent, et plusieurs milliers furent gravement blessées.

C’était terrifiant.

De nombreux guerriers étaient stupéfaits ou abasourdis. De plus, la plupart de leurs morts représentaient l’élite de l’élite. Les soldats restants se mirent à sentir la peur monter dans leur cœur.

– Chargez ! Tuons ces bâtards, et vengeons nos camarades ! hurlèrent quelques guerriers avec fureur en continuant leur charge.

– Si nous arrivons à atteindre les murs, nous avons gagné !

Mais avant que les échelles n’aient même la chance d’être posées, sur les murs, un grand nombre de soldats se mirent à verser des seaux d’huile, directement sur les corps des attaquants.

– Ah !!! De nombreux soldats agrippèrent leurs visages en tremblant de tous leurs membres, et se mirent à tomber des échelles.

– Feu !

Un ordre glacial retentit, et non seulement les vingt canons à magycites libérèrent une fois de plus leur pouvoir de mort… mais d’autres soldats se mirent aussi à tirer des flèches enflammées sur les ennemis. De nombreuses personnes en dessous avaient été couvertes d’huile bouillante, et maintenant, des flèches enflammées leur tombaient dessus.

Quelques personnes qui n’avaient été que brûlées par l’huile, mais pas tuées, furent soudainement transformées en torches humaines.

Le sol au pied du mur s’était transformé en une mer de flammes.

De nombreux guerriers étaient devenus des boules de feu humaines, et ils poussaient tous des cris torturés avant de s’effondrer, morts. Les soldats derrière eux n’osèrent plus avancer, car devant eux se trouvait une mer de flamme. Cependant, à ce moment-là, les vingt canons à magycites attaquèrent une fois de plus, et tuèrent à nouveau un millier de soldats.

Des explosions firent trembler le camp ennemi.

Rogers et Brian étaient sur le point de devenir fous. Ils hurlèrent avec rage :

– Retraite, retraite, vite, on bat en retraite !

En un clin d’œil, plus de dix mille soldats étaient morts de leur côté. Et plusieurs milliers d’autres étaient blessés.

Le pire, c’était que les vingt canons à magycites continuaient de tirer.

Les vingt canons avaient supprimé tout le courage et le moral qu’avaient pu posséder les soldats.

Cinq canons à magycites ne pouvaient tuer qu’un millier de soldats en un coup et, tant qu’ils survivaient à trois coups, ils se retrouveraient au pied du mur. Mais vingt canons étaient différents… l’attaque combinée de ces canons était totalement capable de tuer toute l’avant-garde d’élite des attaquants.

La puissance des vingt canons à magycites était tout simplement trop grande.

Même en battant en retraite à toute vitesse, les vingt canons à magycites furent tout de même capables de tirer deux fois encore.

Les attaques magiques étaient en effet très puissantes. Par exemple, les « Anneaux Brûlants de Feu » étaient semblables à des ondes de feu flamboyantes.

Malheureusement, bien qu’elles soient aussi belles que dans un rêve, elles étaient aussi meurtrières que la lame d’un boucher.

– Une centaine de milliers de soldats… vingt mille morts. Et dix mille autres blessés. La voix de Rogers était très faible. – En si peu de temps, notre moral a été complètement détruit. Les guerriers n’ont plus le courage de charger de nouveau vers les vingt canons à magycites.

Avec leurs boucliers, ils pouvaient bloquer les flèches ennemies.

Mais ces boucliers n’étaient absolument pas capables de bloquer des coups de canons, et encore moins ceux de canons de gros calibres.

– Vingt. Pourquoi y a-t-il vingt canons à magycites ? S’exclama furieusement Brian. – Lorsque le Seigneur Cardinal nous a envoyé ici, n’a-t-il pas dit qu’il n’y en aurait que cinq ? Si nous avions su qu’il y en avait vingt, nous n’aurions pas été envoyés mourir comme cela !

Les canons à magycites étaient tout simplement trop terrifiants.

Tant que l’ennemi se trouvait à portée, des vies se perdaient. De plus, le temps de rechargement entre chaque coup était très court. Tant qu’ils étaient chargés avec suffisamment de gemmes magyques, ils pouvaient attaquer constamment. Ils étaient bien plus terrifiants que vingt mages du huitième rang.

– On rentre, ordonna immédiatement Rogers en regardant les soldats autour de lui.

Brian serra les poings, n’acceptant pas ce qu’il venait de se passer.

– Les enfoirés. On a été piégé. Les gens de Cod sont vraiment des bâtards. Rentrons.

Ils avaient perdu trente pourcents de leur puissance d’attaque. S’ils attaquaient de nouveau, ils ne pourraient plus rassembler que la moitié de leurs troupes initiales.

Mais l’ennemi n’avait pas perdu un seul guerrier.

Bien sûr, l’ennemi avait dû dépenser une somme incroyable. À chaque fois que les canons à magycites tiraient, une quantité effarante de pièces d’or étaient dépensées. Combien de royaumes étaient capables de se permettre de faire feu continuellement avec vingt canons à magycites, comme ils venaient de le faire ?

Ce qui était vrai était faux. Ce qui était faux était vrai.

L’Église de Lumière et le Culte des Ombres avaient voulu jouer au plus malin, mais malheureusement pour eux, la ville préfectorale de Cod avait caché le nombre réel de canons à magycites. Ils possédaient un total de trente-six canons, mais n’en avaient sorti que quinze dans un premier temps.

D’après leurs plans, la porte Est en avait vingt, tandis que la porte Sud en possédait seize.

Le combat de la porte Est se termina rapidement, mais celui de la porte Sud était extrêmement brutal.

– En place. Un grand nombre de soldats sur les murs du côté Sud se laissèrent tomber au sol, de grands arcs bandés, les bras tendus. Les énormes arcs étaient terrifiants. Chacun des soldats ici présents pouvait aisément soulever plusieurs centaines de kilos.

Et pourtant, ils devaient utiliser leurs deux mains et leurs deux pieds pour bander ces arcs, ce qui laissait imaginer la puissance contenue dans chacun de ces arcs.

– Feu !

Lorsque l’ordre tomba, d’innombrables flèches massives s’abattirent comme la pluie depuis les murs de la ville, créant un hurlement terrifiant en pleuvant sur les soldats en dessous. Les boucliers ordinaires n’étaient d’aucune utilité. Les flèches énormes les traversaient comme s’ils étaient faits de papier, et s’enfonçaient dans les chairs des porteurs de boucliers.

Instantanément, un grand nombre de soldats s’effondrèrent.

Mais bien qu’un grand nombre d’entre eux soient morts, d’autres chargèrent immédiatement à leur place.

Un grand nombre d’échelles s’étaient déjà mises en place contre les murs de la ville, et des soldats se préparaient à monter dessus. Les six canons à magycites qui étaient auparavant cachés se révélèrent et seize canons à magycites rugirent sauvagement, crachant des brillantes boules de feu sur le sol, tuant des hommes en masse.

Cependant les forces de l’Église de Lumière et du Culte des Ombres étaient tout simplement trop nombreuses.

Elles étaient comme les vagues incessantes de l’océan !

– Battons en retraite pour l’instant. Si nous continuons à nous battre comme cela, tout ce que nous allons faire, ce sera une guerre d’usure. Trop de personnes mourront, dit Guillermo en fronçant les sourcils. En très peu de temps, ils avaient déjà perdu plus d’une centaine de milliers de personnes. Mais bien sûr, la ville préfectorale de Cod avait elle aussi perdu des soldats de son côté, plus de dix mille.

Le principal problème restait que les seize canons à magycites tuaient trop de monde. Et bien sûr, il y avait aussi ces gigantesques flèches et les rochers qu’ils faisaient tomber.

Ceux qui se trouvaient en haut des murs possédaient toujours un avantage non négligeable.

– J’ai un mauvais pressentiment, dit Weiss Porter en fronçant les sourcils quand il vit les seize canons à magycites rugir. – Il n’y aurait dû avoir que dix canons, mais maintenant, il y en a six de plus qui viennent d’apparaître. J’ai peur… pour la porte Est.

Le cœur de Guillermo se mit à trembler lui aussi.

– Es-tu en train de dire qu’il y aura plus de canons qui vont apparaître sur leur côté aussi ? s’exclama Guillermo, avant de secouer la tête. – Ce n’est pas obligé. Peut-être qu’ils ont tout simplement bougé les canons de la porte Est vers la porte Sud.

– J’espère que c’est le cas. Weiss Porter ne s’inquiétait pas du nombre de soldats qui allaient mourir.

Tout ce qu’il voulait était la victoire.

– Seigneur Cardinal. Un Brian échevelé et Roger arrivèrent en courant rapidement vers eux.

– Que se passe-t-il ? Dès que les Cardinaux virent les deux hommes, ils surent que les choses ne s’étaient pas bien passées.

Brian jura avec fureur.

– Seigneur Cardinal, qui nous a fourni les estimations des forces ennemies ? Ce sont des enfoirés de bâtards. Il n’y avait pas cinq canons à magycites, il y en avait vingt ! Vingt p*tains de canons à magycites ! Mes camarades… avec seulement quelques coups, vingt mille d’entre eux sont morts, et on a plein de blessés aussi. Nos légions ne comptent que cent mille hommes. Nous avons instantanément perdu trente pourcents de notre puissance. En plus… les élites de nos légions, ceux qui avaient le courage de charger devant, ils sont morts encore plus vite. Nos soldats n’ont plus aucune envie de se battre maintenant. Ils sont tous terrifiés.

Le visage de Weiss Porter changea.

Il comprenait tout maintenant.

En fixant du regard la lointaine ville de Cod, il marmonna entre ses dents serrées.

– Alors, vous vous êtes foutus de nous. Vous nous avez amenés à attaquer la porte Est, avant de changer les cinq canons à magycites en vingt ? Les yeux de Weiss Porter étaient rouges de rage. – Guillermo, oublie les plans et les stratagèmes. Demande à tous les experts du neuvième rang de charger, maintenant !

Cet article comporte 7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top