skip to Main Content
Menu

Chapitre 34 : Une bête de somme ?

Source : version anglaise

Traducteur Français : Zareik
 Éditeurs : Kayorko & Miss X
Checkeuse : MissZareik

Livre 10 Chapitre 34 : Une bête de somme ?

        Sous le regard de Linley, l’Ange Déchu à Quatre-Ailes se contenta de sourire.

– Seigneur Linley, vous faites actuellement partie des membres les plus puissants de tout le continent Yulan. Je pense qu’il est très probable que vous ne vous abaissiez pas à m’attaquer.

L’Ange Déchu n’était rien de plus qu’un Saint de niveau moyen après tout.

Même douze ans auparavant, Linley et Bébé auraient pu tuer sans effort cet Ange Déchu à Quatre-Ailes.

– Aide-moi à transmettre un message à O’Casey dans ce cas, demanda Linley en jetant un regard au vieil homme.

– Seigneur Linley, je vous en prie, dites-moi ce dont vous avez besoin, répondit humblement le vieillard.

Linley annonça calmement,

– Il a choisi de s’allier avec l’Église de Lumière. C’est un acte extrêmement stupide. Dans le futur, il le regrettera définitivement.

Le vieil homme acquiesça.

– Je transmettrai définitivement vos mots au Seigneur O’Casey. Cependant, je voudrais aussi vous dire quelque chose, Seigneur Linley. En réalité, dans les Terres Chaotiques, la menace que vous nous posez est encore plus grande que celle de l’Église de Lumière.

– Oh ? Linley se mit à rire.

Il comprenait le sens de ces mots. En ce moment, les seules personnes qui représentaient une menace pour lui sur le continent Yulan était les cinq Saints Parfaits. La compréhension des Lois de Linley n’égalait pas celle des cinq Saints Parfaits. Après tout, que ce soit au niveau des Profondes Vérités de la Terre ou des Profondes Vérités du Vent, il n’avait atteint que le niveau de Higginson et de Hayward.

Cependant, les capacités naturelles des Guerriers Dragonblood étaient tout simplement trop puissantes.

Les Guerriers Dragonblood étaient de base dix fois plus puissants que les personnes ordinaires. C’est pourquoi, même si les cinq Saints Parfaits possédaient une bien meilleure compréhension des Lois… s’ils se battaient les uns contre les autres, il aurait été difficile de décider lequel était supérieur à l’autre.

Ni le Culte des Ombres ni l’Église de Lumière ne possédaient d’experts capables de se battre contre Linley en face à face.

Le fait que Linley soit dans une telle position de force par rapport à eux emplissait l’Église de Lumière et le Culte des Ombres de crainte. Il était donc naturel que ces deux organisations souhaitent secrètement travailler ensemble. Après tout, quel que soit le territoire qu’ils possédaient… c’était les experts de ces organisations qui déterminaient leur destin.

– Je comprends ce que tu veux dire. Linley eut soudain le sentiment que l’Ange Déchu à Quatre-Ailes était plutôt amusant. – Cependant, je n’ai pas vraiment beaucoup d’intérêt à posséder un grand territoire. Votre Culte des Ombres n’a pas besoin de me craindre trop si vous vous alliez avec le Royaume Baruch.

Le vieil homme secoua la tête.

– Seigneur Linley, un expert tel que vous n’est pas intéressé par un pouvoir matériel, mais qu’en est-il de votre petit frère, le Roi Wharton ? Et même si votre petit frère n’y est pas non plus attaché, pouvez-vous m’assurer qu’il en sera de même pour les successeurs de votre frère ? Ils voudront continuellement étendre leur territoire et auront le désir d’unifier la totalité des Terres Chaotiques.

Linley fut brièvement surpris… puis se mit à rire.

– Tu es une personne intéressante, gloussa Linley en lui jetant un dernier coup d’œil, avant de se tourner et de disparaître de la pièce.

Une fois qu’il fut parti, le vieil homme laissa discrètement échapper un soupir de soulagement. Bien que du début à la fin, Linley n’ait jamais agi contre lui, juste en se tenant là, il avait donné à l’Ange Déchu un terrible sentiment de crainte… il comprenait que la différence de pouvoir entre eux était tout simplement trop grande.

À l’intérieur de la ville préfectorale de Cod. À cet instant, un grand nombre de citoyens étaient en train d’être évacués. Le prestige du clan royal du Royaume Baruch était très important. Dès que l’ordre tomba et que l’imminence de la guerre approcha, tous les habitants de la ville quittèrent sagement leur foyer.

Bien sûr, de nouveaux foyers seraient arrangés pour eux.

Ce qui était auparavant un hôtel de trois étages était devenu le centre militaire de commande de la ville. Watts se tenait devant une fenêtre au troisième étage, et regardait l’évacuation qui se déroulait. Dans son cœur, il poussait intérieurement un profond soupir. Il savait… que les maisons de ces habitants finiraient forcément par être détruites.

Pour faire de la ville préfectorale de Cod un fort militaire, de nombreuses habitations avaient dû être détruites, et des tunnels et des fossés avaient été creusés un peu partout.

Bien que le Roi ait dépensé une énorme somme d’argent pour reloger ces habitants, ces derniers étaient tout de même profondément attristés de devoir abandonner les maisons qu’ils avaient passées douze années à bâtir.

– Sous l’unification du royaume, leurs vies sont tout de même bien meilleures qu’il y a douze ans. Watts donnait l’impression d’être un homme d’âge mûr, mais en réalité, il avait près de quatre-vingt-dix ans. Il savait très bien à quel point les Terres Chaotiques portaient bien leur nom dans le passé. Rien que les orphelins étaient innombrables. Ce fait seul permettait facilement de comprendre à quel point les guerres avaient été brutales.

Soudainement, quelqu’un frappa à la porte.

– Entrez, dit calmement Watts.

– Monseigneur, le Grand Maréchal est là, annonça immédiatement un soldat en entrant.

– Sa Seigneurie, le Grand Maréchal ? demanda immédiatement Watts. – Vite, amène-moi à lui.

Les citoyens du Royaume Baruch vénéraient tout naturellement les puissants experts talentueux qui soutenaient le royaume. En premier venait bien entendu Linley. Après lui venait Sa Majesté, le Roi Wharton, puis… le chef des cinq dieux du combat, le Guerrier Undying Saint, Barker.

À l’intérieur d’une cour, derrière l’hôtel.

Barker était assis, et appréciait un verre de vin, lorsque Watts accourut et le gratifia d’un salut militaire.

– Seigneur Grand Maréchal !

Barker releva la tête et lui jeta un regard avant de glousser,

– Oh, c’est toi Watts. Viens là. Détends-toi.

Durant les douze dernières années, le Royaume avait découvert de nombreuses personnes talentueuses.

Barker et ses frères passaient normalement leur temps à s’entraîner. Ils s’impliquaient rarement dans d’autres affaires. Watts, cependant, était une personne très prometteuse que Barker avait découverte.

– Tiens, bois, dit Barker en servant un verre de vin à Watts.

Celui-ci demanda,

– Grand Maréchal, cette fois, vous venez nous rendre visite pour… ?

Barker se mit à rire.

– Je ne te l’ai pas dit la dernière fois ? Je t’avais pourtant dit que je t’apporterais un peu plus de trente canons à magycites.

Les yeux de Watts s’illuminèrent immédiatement. Barker continua,

– J’ai amené trente-six canons au total. Ils ont déjà tous été préparés.

– Déjà préparés ? Watts était inquiet. – Mais comment allez-vous les apporter jusqu’ici ? Grand Maréchal, les canons doivent être loin. Cela va prendre du temps de les ramener jusqu’ici. Allons-nous avoir assez de temps ?

Barker secoua la tête et rit de plus belle.

– Pour le bien de ces canons à magycites, j’ai passé toute la journée à voyager.

Watts était confus.

Que voulait dire le Grand Maréchal ?

Barker secoua la main en direction d’un espace dégagé dans la cour.

Instantanément, un canon à magycites après l’autre apparut de nulle part. Ils étaient divisés en quatre rangées, avec neuf canons dans chacune des rangées. Chacun d’eux faisait entre deux et trois mètres de long, et la gueule des canons faisait une cinquantaine de centimètres de diamètre. Les canons étaient recouverts de runes magiques complexes.

Sous la lumière du soleil, les canons à magycites brillaient d’une lueur éblouissante.

Trente-six canons à magycites.

– C’est… c’est… Watts était excité en voyant cela.

– Watts, tu n’as jamais entendu parler des anneaux inter-spatiaux ? ricana Barker. – Heureusement, le mien est plutôt grand. J’ai tout juste réussi à tasser ces trente-six canons. Cependant, pour réussir à les rassembler, j’ai dû parcourir la moitié du continent et j’ai dû voler toute la journée. C’est seulement maintenant que j’ai réussi à tous les rassembler et à les ramener ici.

Ces trente-six canons à magycites étaient tous des canons de gros calibre.

La taille de la bouche des canons et les runes complexes qui les recouvraient étaient la preuve du niveau de ces canons. En général, des canons de ce niveau ne pouvaient pas être achetés aux différents Empires, mais via les connexions du Conglomérat Dawson, ils avaient réussi à en récupérer quelques-uns.

Et en les entassant dans son anneau inter-spatial, Barker avait pu facilement les transporter jusqu’ici.

– Trente-six canons à magycites sont équivalents à trente-six mages du huitième rang, et ils possèdent plus ou moins une force magique infinie, expliqua Barker en riant. La plupart des mages du huitième rang ne peuvent pas lancer plus de trois sorts du huitième rang avant d’épuiser complètement leur force magique.

Même s’ils possédaient de puissants bâtons magiques, ils ne pouvaient tout au mieux en lancer que quatre ou cinq.

Mais ces canons à magycites pouvaient continuer d’attaquer sans cesse, du moment qu’ils possédaient suffisamment de gemmes magyques pour les alimenter.

– Grand Maréchal, avec ces trente-six canons à magycites, si nous les utilisons correctement, ils pourront définitivement égaler l’effet de centaines de milliers de soldats. Le visage de Watts était rempli d’une excitation irrépressible, et il se mit à rire. – Mais bien sûr, cela demanderait suffisamment de gemmes magyques.

Les canons à magycites fonctionnaient à l’argent.

À chaque coup, c’était comme si des pièces d’or étaient tirées de la gueule du canon. Sans une fortune suffisante, qui serait prêt à les utiliser ?

– Ne t’inquiète pas. Bientôt, les magycites vont arriver ici, annonça Barker avec certitude.

– Nos ennemis sont plus d’un million. Lorsque les combats vont démarrer, ces trente-six canons utiliseront définitivement une quantité astronomique de gemmes magyques, dit Watts en regardant Barker. – Seigneur Grand Maréchal, pour amener autant de magycites, cela va sûrement nous demander énormément de gens.

Barker hocha la tête.

Il pouvait stocker les canons à magycites dans son anneau inter-spatial, mais la taille de l’anneau restait limitée. S’il voulait transporter une grande quantité de gemmes, son anneau serait trop petit. Il devrait faire plus d’une dizaine de trajets.

Au niveau des mines de magycites, ils n’avaient plus besoin de prétendre ou de cacher leurs activités, comme l’Église de Lumière et le Culte des Ombres avaient déjà mobilisé leurs armées. Ils minaient à vitesse maximum. Et les mines de gemmes magyques n’étaient pas comme des mines de cuivre ou de fer.

Ces minerais-là avaient besoin d’être fondus pour être extraits. Ce qui nécessitait un travail important.

Alors que les magycites n’avaient besoin que d’être lavées, et pouvaient ensuite être divisées en différents grades. C’était l’un des types de minerai les plus simples à extraire. La seule difficulté tenait… dans la dureté de ces gemmes magyques.

Plus une magycite était de qualité, plus elle était résistante ; bien plus que des pierres ordinaires.

Et des outils ordinaires n’étaient absolument pas suffisants pour les extraire.

Les mineurs avaient tous été spécialement sélectionnés. Ils devaient posséder au moins la force d’un guerrier du troisième rang. Leur force, combinée à des outils d’extraction spéciaux, leur permettait tout juste d’extraire les gemmes.

*Clang !* *Clang !* *Bang !* …

Des bruits d’excavation résonnaient en continu. De nombreuses personnes étaient en train de miner. Et bien qu’ils ne soient pas très rapides chacun, lorsque l’on considérait l’ensemble des mineurs, des sacs entiers de gemmes magyques se remplissaient et devaient être constamment évacués de la mine, avant d’être répartis en différentes piles.

Cela faisait deux mois qu’ils avaient commencé à miner.

Et malgré cela, ils n’avaient fini de miner qu’une partie du gisement.

– Qu’est-ce qui se passe ? Ils nous ont dit d’apporter des énormes coffres d’acier et de les remplir de magycites. Avec des coffres aussi gros, ils vont finir par peser plusieurs milliers de tonnes. Comment on va pouvoir les transporter ensuite ?

Les gardes de la mine regardaient les énormes coffres d’aciers qui faisaient cinquante mètres de long, trente mètres de large, et trente mètres de haut. Ils étaient tous interloqués.

Ces coffres étaient très résistants. Pourquoi utiliser de tels coffres en acier pour stocker des gemmes magyques ?

Bien qu’une magycite en elle-même ne soit pas si lourde, un coffre entier devait définitivement peser plusieurs milliers voire plusieurs centaines de milliers de tonnes. Une telle quantité… comment des gardes ordinaires allaient-ils pouvoir les bouger ? Cela ne serait pas si compliqué s’ils étaient divisés en plusieurs coffres plus petits, mais le tout ensemble…

Pas même un anneau inter-spatial ne serait capable de contenir une telle quantité.

Après avoir miné pendant deux mois, la quantité de magycites qu’ils avaient extraites avait finalement rempli le grand coffre. Ils utilisèrent une grande quantité de chaînes en acier pour fermer convenablement le coffre. Chaque chaîne faisait un mètre d’épaisseur, et il y en avait au moins une douzaine autour du coffre.

– Bientôt, il y aura un dragon géant qui va venir bouger le coffre. Vous tous, restez silencieux. Ne faites pas trop de bazar, ordonna l’officier militaire en charge de la garde.

Un dragon géant ?

Tous les soldats levèrent immédiatement la tête vers le ciel et se mirent à attendre.

Il était tard dans la nuit. La pleine lune était haute dans le ciel étoilé.

Et effectivement, un gigantesque Wyrm Tyrannique de plus de cent mètres de long apparut dans le ciel. Les soldats en dessous sentirent le monde s’obscurcir, et la prestance naturelle et imposante du Wyrm Tyrannique fit accélérer les battements de cœur de chacun des soldats. Le Wyrm Tyrannique de cent mètres de long atterrit au sol.

– Le Maître me fait moi, un noble de dragon de niveau Saint, porter des choses pour lui. Pffff… Plaket, le Wyrm Tyrannique poussa un soupir intérieur.

Ses yeux flamboyants, de la taille d’un petit chariot, balayèrent les soldats environnants. Ses puissantes narines reniflèrent, puis ses deux griffes draconiques attrapèrent les solides chaînes. Le gigantesque Wyrm Tyrannique souleva aisément dans les airs le coffre d’acier qui pesait des milliers de tonnes. Sous la pâle lueur de la lune, il s’envola avec l’énorme coffre en direction du sud, vers la ville préfectorale de Cod.

Cet article comporte 6 commentaires
  1. passez de « roi » a livreur a domicile…je peut comprendre ces sentiments^^

    sinon impatient de voir le chapitre 43 ces l’un des plus amusant je trouve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top