skip to Main Content
Menu

Chapitre 31 : Mine de gemmes magyques

Source : version anglaise

Traducteur Français : Zareik
 Éditeurs : Kayorko & Miss X
Checkeuse : MissZareik

Livre 10 Chapitre 31 : Mine de gemmes magyques

        – Oui, Chef. Le jeune homme réprima son excitation, et se força à continuer d’inspecter la zone avec son chef.

– Ici aussi. Les yeux du chef s’illuminèrent.

– Chef, il y a aussi des gemmes magyques ici. Une centaine de mètres plus loin, le jeune homme, Kaya, était extrêmement excité. Le vétéran regarda autour de lui, puis courut rejoindre Kaya, si excité qu’il commençait même à haleter.

– Kaya, c’est clairement une mine de gemmes magyques. Nous venons de découvrir qu’elle fait au moins plusieurs centaines de mètres de large. Une mine de gemmes aussi énorme est quelque chose d’extrêmement rare sur le continent Yulan.

Kaya acquiesça en hochant plusieurs fois de suite la tête.

Les gemmes magyques. Un seul sac de cela valait plus qu’un millier de sacs d’or. Cela représentait définitivement une somme énorme.

Kaya regarda son chef, puis les environs. En voyant que personne n’était là, il baissa immédiatement le ton, et murmura,

– Chef, on est tous les deux riches. On a réussi à trouver tellement de gemmes autour de nous. Juste dans cette zone, il doit y en avoir au moins pour plusieurs centaines de millions de pièces d’or en gemmes.

Le chef inspecteur était aussi un expert. Il pouvait naturellement dire lui aussi à quel point cet endroit était précieux et pouvait rapporter gros.

– Kaya, qu’essayes-tu de dire ? Il pouvait déjà voir un air d’avidité apparaître dans les yeux de Kaya.

Celui-ci réprima son excitation et se dépêcha de dire,

– Chef, réfléchissez-y… quel est notre salaire annuel ? Alors que maintenant, tant qu’on n’en parle à personne et qu’on reste discret, on peut sortir un sac plein de gemmes et le revendre. Et on sera riche ! On pourrait même devenir deux des personnes les plus riches du continent juste avec cette mine.

Plus il y pensait, plus il devenait excité.

Il n’y avait rien qui pouvait être fait. Les gemmes magyques étaient une denrée rare, et il y avait de nombreux moyens de les vendre. De plus, même les gemmes les moins précieuses valaient dix pièces d’or. N’importe qui pouvait deviner la valeur d’une telle mine de gemmes.

– Kaya, calme-toi. Même si tu as de l’argent, il faut être vivant pour en profiter. Alors que Kaya commençait à s’exciter, les mots de son chef lui firent l’effet d’une douche froide.

Le jeune homme frissonna, puis regarda son chef.

– Chef, qu’est-ce que vous voulez dire ?

Ce dernier répondit sérieusement,

– Tu devrais savoir que nous sommes étroitement surveillés. Et les gens qui nous surveillent ont toujours peur qu’au moment de trouver des mines précieuses, on se serve secrètement dedans avant de les avertir. Le royaume est extrêmement strict dans cette supervision.

Kaya renifla et rit.

– Chef, de quoi avez-vous peur ? Oui, il y a des superviseurs, mais tout ce que nous avons à faire, c’est de se servir une fois et de ne jamais revenir.

– Tu es encore trop jeune, le rabaissa le chef. – Tu devrais savoir que chaque jour, il y a des archives des zones que nous explorons qui sont conservées dans les quartiers généraux. Si nous disparaissons, ils viendront définitivement ici pour étudier la zone. Et à ce moment-là, ils découvriront forcément la mine.

– Et deuxièmement… le chef regarda Kaya solennellement. – Le royaume possède un certain nombre d’experts. Une fois que le royaume aura découvert ce que nous avons fait, ils nous poursuivront définitivement. Et nos familles se retrouveraient très probablement au milieu de cette affaire.

Kaya se rappela soudainement que son chef avait une bonne petite famille là-bas, dans la ville de Baruch.

Mais lui, Kaya, était différent. Ses parents étaient décédés depuis longtemps, dans des guerres chaotiques. Il était seul, et ne s’était pas encore marié. Il n’avait rien qui le retenait. Il se sentait… capable de récupérer une énorme fortune afin de pouvoir vivre ensuite une vie de luxe.

– Kaya, continua le chef. – Si nous rapportons cela au quartier général, ils nous récompenseront pour avoir découvert la mine.

– Et quelle va être notre récompense ? se moqua Kaya. – S’ils nous donnent dix mille pièces d’or, ce sera bien le maximum.

En réalité, dix mille pièces d’or représentaient déjà une somme énorme. Une famille ordinaire n’utilisait que quelques douzaines de pièces d’or par an. Dix mille pièces d’or était suffisantes pour permettre à une famille ordinaire de vivre pour une centaine d’années. Mais pour profiter de la vie d’un magnat… dix mille pièces d’or n’étaient vraiment rien.

– C’est difficile à dire. Ça dépendra de la taille de la mine. Si elle est suffisamment large, ils pourraient nous donner plusieurs dizaines de milliers de pièces d’or, voire une centaine de milliers de pièces d’or, dit le chef en essayant de le persuader. – Kaya, l’or que nous donne le royaume, nous pourrons le dépenser sans aucune crainte, et nous n’aurons pas à quitter notre maison.

Kaya regarda les gemmes magyques dans le trou qui se trouvait à leurs pieds, puis se tourna vers le chef. Après avoir hésité mentalement longuement, il finit par hocher lentement la tête.

Un léger sourire apparut sur le visage du chef.

Il pensait à sa femme et à ses trois enfants. Il ne voulait vraiment pas forcer ses enfants à fuir avec lui.

Mais juste à ce moment, une dague aiguisée jaillit vers lui. Les yeux de Kaya étaient emplis d’un soupçon de folie. – Meurs !

Mais, alors que la dague fonçait vers le chef, Kaya découvrit soudainement qu’il ne pouvait plus pousser plus loin son arme.

Car le chef l’avait attrapé par la main.

Le visage de Kaya changea instantanément.

Le chef le regardait froidement. Puis, il exerça une certaine pression avec sa main. *Crack !* La main et le poignet de Kaya se brisèrent. Il hurla sauvagement, tout en attaquant de sa main gauche. Malheureusement pour lui… il n’était qu’un guerrier du troisième rang, tandis que le chef était au cinquième rang.

La différence était trop grande.

*Bang !*

Le chef, avec un simple coup de poing, frappa Kaya dans la poitrine. Un bruit de brisement d’os se fit entendre tandis que Kaya fut envoyé voler au loin, avant de s’écraser au sol. La poitrine de Kaya était creusée et du sang coulait de sa bouche.

– Vous… La vie de Kaya s’écoulait hors de son corps. Il ne pouvait pas l’accepter… il avait pris par surprise le chef alors qu’il était aussi près. Clairement, le chef avait dû s’y attendre.

Celui-ci soupira en regardant Kaya.

– Kaya, si j’avais vingt ans de moins, et que rien ne me retenait, j’aurais peut-être fait le même choix que toi, et j’aurais peut-être préféré m’échapper avec un trésor pour devenir riche et m’installer dans un coin bucolique. Nan, vraiment, je comprends ce que tu ressens.

Le chef avait deviné que Kaya allait l’attaquer, et était donc resté sur ses gardes, et le Dou Qi dans son corps avait été activé lui aussi.

Kaya écouta ces mots, puis ses yeux devinrent vitreux. Son corps n’était plus secoué par un seul signe de vie.

Le chef soupira de nouveau, et secoua la tête en regardant le corps de Kaya. Mais il ne s’en formalisait pas trop ; lorsqu’il avait été jeune, le Royaume Baruch n’avait pas encore été fondé. Il avait tué un certain nombre de personnes, et il s’y était habitué. Pour permettre à une personne de vivre une bonne vie, bien trop de monde perdait la vie.

Le chef recouvrit immédiatement le trou avec la terre qu’ils avaient creusée, puis se tourna et partit rapidement vers la ville voisine de Nifeng.

La nouvelle que la petite ville de Nifeng, qui appartenait au Royaume de Baruch, avait découvert une mine de gemmes magyques se répandit rapidement dans tout le royaume. La zone autour de la mine fut immédiatement scellée par des milliers de soldats, pour empêcher toute personne de s’en approcher. Ils attendaient silencieusement les ordres de la capitale.

Mont Noir-Corbeau.

Wharton courait rapidement au milieu de la montagne. Il traversa les bois touffus, puis suivit le ruisseau qui menait à l’espace d’entraînement de Linley.

– Grand frère, appela Wharton.

Linley, qui était en train de méditer au centre du lac, ne put s’empêcher d’ouvrir les yeux au son de cette voix. En voyant Wharton, un léger sourire flotta sur ses lèvres.

– Wharton, qu’est-ce qui t’amène ici en courant ?

– Grand frère, viens avec moi, se dépêcha de dire Wharton.

– Petit Wharton, qu’est-ce qu’il y a ? demanda Bébé en sortant la tête d’un bois.

Wharton expliqua,

– Grand frère, au niveau de nos frontières à l’Est, nos gens ont découvert une grande mine de gemmes magyques. Pour l’instant, la mine fait au moins un kilomètre de large. Et c’est juste la couche à la surface. Pour sa taille exacte… c’est difficile à dire. Mais même si elle ne fait qu’un kilomètre de large, elle vaut au moins plusieurs milliards de pièces d’or !

– Oh ? Linley fut choqué. – Il y a une mine aussi grande que ça ?

Les gemmes magyques n’étaient pas comme du fer ou du cuivre. Elles se formaient généralement après d’innombrables années d’accumulation d’énergie élémentaire. Elles la comprimaient sans cesse… avant de finalement prendre forme. Certaines mines de gemmes magyques ne faisaient que quelques douzaines de mètres de diamètre.

– Allons-y, grand frère, répéta Wharton.

– D’accord, d’accord, je te suis.

Dès que Linley eut fini de parler, Bébé se rajouta au groupe.

– J’arrive, moi aussi !

Wharton se mit immédiatement à rire.

– Si tu viens, je n’aurais pas besoin de me transformer.

Étant au neuvième rang, Wharton ne pouvait pas voler, à moins d’être dans sa forme de Corps de Dragon. Mais cela détruirait encore une fois ses habits.

– D’accord, accepta facilement Bébé.

Son corps se mit immédiatement à grandir. Wharton sauta sur son dos, et ils partirent rapidement tous les trois vers l’Est. La vitesse de vol actuelle de Linley et de Bébé était si rapide qu’en autant de temps qu’il fallait pour boire une tasse de thé, ils avaient traversé les plus de trois cents kilomètres qui les séparaient de la ville de Nifeng.

– En dessous, dit Wharton en pointant du doigt une grande zone protégée par une garde serrée.

Linley hocha légèrement la tête, et ils descendirent immédiatement. En voyant des gens approcher en volant, les soldats n’osèrent pas être trop imprudents. Leur chef accourut. Malheureusement, il n’avait jamais vu Wharton auparavant.

– Êtes-vous… le Seigneur Linley ?

En voyant Bébé rétrécir puis sauter sur les épaules de Linley, de nombreux soldats laissèrent échapper des cris de surprise. Cette souris noire de niveau Saint était quasiment devenue l’emblème de Linley ! Il était devenu une figure légendaire du Royaume Baruch, son support spirituel !

L’influence de Linley était incroyable.

– En effet. C’est moi Linley. Et voici Wharton, votre Roi, dit Linley en riant doucement.

Wharton tendit un bras avec résignation, qui se couvrit immédiatement d’écailles azure. C’était plus convainquant que n’importe quelle preuve verbale. Une transformation en Guerrier Dragonblood… seuls les descendants du clan Baruch pouvaient faire cela.

– Votre Royale Majesté. Seigneur Linley.

De nombreuses voix les saluèrent.

Wharton dit calmement,

– Ça suffit. Continuez de monter la garde. Mon frère et moi allons scanner la zone.

– Bien. Les soldats autour d’eux relevèrent la tête et bombèrent le torse, le dos bien droit. Ils voulaient tous faire bonne impression devant leur Roi et devant ce Saint légendaire, Linley. Pendant ce temps, Linley avait déjà commencé à scanner spirituellement la zone.

Wharton, à côté de lui, se contentait de regarder Linley.

– Qu’est-ce que c’est grand.

Linley fut abasourdi en plongeant profondément dans le sol avec son sens spirituel. L’énergie spirituelle pouvait aisément traverser des barrières matérielles, mais elles finissaient tout de même par restreindre l’énergie spirituelle bien plus que l’air. Après tout, dans les airs, l’énergie spirituelle pouvait scanner jusqu’à dix kilomètres à la ronde.

Mais des barrières solides et matérielles abaissaient cette distance à un kilomètre.

– Grand frère, qu’y a-t-il ? demanda doucement Wharton.

Linley fit un léger sourire.

– On dirait… qu’il va falloir que je prenne cela un peu plus au sérieux.

Wharton fut stupéfait.

Il comprit immédiatement le sens des mots de Linley. Ce gisement était si grand qu’un scan rapide de la part de Linley n’était pas suffisant pour en inspecter totalement la taille.

– L’énergie spirituelle de grand frère est capable de recouvrir une très grande zone, même au travers du sol. Quelle est la taille exacte de ce gisement au juste ? Le cœur de Warton commença à trembler.

Linley était maintenant capable d’utiliser son énergie spirituelle pour scanner plus facilement.

Cependant, un tel scan était très taxant en énergie spirituelle. C’est pourquoi, à moins qu’il n’y ait une raison particulière, les experts utilisaient rarement leur énergie spirituelle sur une grande distance.

Finalement…

Linley finit d’inspecter le terrifiant gisement de gemmes magyques.

– Qu’est-ce que ça fait peur. Quel gisement effroyablement grand. Linley venait de découvrir… que la mine de gemmes magyques avait une forme ronde, et ovale. Mais bien sûr, autour de l’« ovale », il y avait quelques petits gisements éparpillés aléatoirement.

L’un des gisements voisins était d’ailleurs assez proche du sol, à peut-être seulement trois ou quatre mètres de sa surface.

Ce gigantesque gisement faisait plus de vingt kilomètres de large !

Même quelqu’un comme Linley qui s’était entraîné toute sa vie, ne pouvait s’empêcher de sentir les battements de son cœur s’accélérer. Linley soupira, puis regarda Wharton. Ce dernier demanda à voix basse,

– Grand frère, alors, c’est comment ?

Linley alla immédiatement sur le côté.

– Viens ici pour en parler.

Wharton et Linley allèrent dans une zone éloignée et tranquille.

– Grand frère, ça fait quelle taille ? Wharton était un peu excité.

Linley répondit sérieusement.

– Très grand… plus grand que n’importe quel gisement précédemment découvert sur le continent. Au moins dix fois plus grand.

Wharton fut abasourdi. Après tout, dans le passé, il y avait déjà eu des gisements qui faisaient un ou deux kilomètres de large. Pour que celui-ci soit dix fois plus grand que ça…

– Ce gisement de gemmes magyques fait au moins vingt kilomètres de large. En plus, il est très profond aussi… d’après mes calculs, ce gisement devrait valoir au moins plusieurs centaines de milliards de pièces d’or. Linley sentit son cœur trembler simplement en imaginant ce nombre.

Plusieurs centaines de milliards de pièces d’or ?

– Par les cieux. Wharton eut du mal à respirer d’un seul coup.

Cet article comporte 6 commentaires
  1. Merci pour ces chapitres !

    J’adore, le mec au début on lui donne un nom , un niveau de puissance même une situation sociale genre il va avoir un impact sur l’histoire et BAM il meurt sans aucun respect XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top