skip to Main Content
Menu

Chapitre 10 : Oublie ça !


Source : Version anglaise

Traduit par : Zareik
Edité par : Kayorko et MissX
Checké par : MissZareik


PANLONG – LIVRE 10 CHAPITRE 10


        L’Empereur Rande sourit à Délia,

– Délia, Nous ne t’avons pas vue depuis un certain temps. Depuis que tu es rentrée de l’Empire O’Brien, tu n’es jamais venue Nous visiter au palais impérial.

L’Empereur Rande était du même âge que Délia et ils s’entendaient assez bien.

– Maître est assez strict. Je dois m’entraîner dur et étudier la magie, dit Délia en faisant semblant d’être résignée.

Ce qui fit rire l’Empereur Rande.

À ce moment-là, Hatton, l’Ours Monde, dit à l’Empereur Rande,

– Hé, cheveux-bleus. Mon Maître dit que tu peux venir.


L’Ours Monde n’était pas le moins du monde courtois dans ses mots, mais l’Empereur Rande n’en prit absolument pas ombrage.

– Gros Jaune, même si tu ne t’adresses pas à Nous par « Votre Majesté Impériale », tu devrais au moins Nous appeler « Rande ». Comme cela, Nous garderions un minimum de face.

– Est-ce que « Gros Jaune » est un nom que les gens comme toi peuvent prononcer ? Rétorqua l’Ours Monde en tournant la tête, de manière très dédaigneuse.

Rande gloussa, puis, après avoir dit quelques mots à George et Délia, entra dans la pièce qui donnait sur la cour où ils se trouvaient. Maintenant, George et Délia se retrouvaient seuls dans la cour. Délia avait une très bonne impression de George… car c’était l’un des véritables amis de Linley.

Deuxième frère, « George ». C’était le frère le plus rationnel et celui sur lequel on pouvait le plus compter.

Il avait un bon tempérament et ne s’énervait que rarement avec les autres. Il était quelqu’un capable de se lier très rapidement avec les inconnus.

Mais Délia savait très bien que George était aussi une personne extrêmement formidable. À un âge aussi jeune, il était devenu l’un des Grands Secrétaires de l’Empire Yulan. Or dans le monde des conseillers et des bureaucrates, les intrigues étaient sombres et sinistres pour approcher le pouvoir. Qu’une personne atteigne une position aussi puissante et avec autant d’influence, signifiait qu’en secret, George avait sûrement dû user d’un certain nombre de tours lui aussi.

– George, assieds-toi, dit Délia en riant.

George sourit et s’assit.

– Délia, l’an dernier, tu as dû voir Troisième Frère dans l’Empire O’Brien. Oh, par Troisième Frère, j’entends Linley bien sûr.

Dans son cœur, ses chers frères lui manquaient, mais en tant que membre important de l’Empire Yulan, il n’avait tout simplement pas l’opportunité de se rendre dans l’Empire O’Brien et de faire ce qu’il voulait.

– Je sais. Le sourire de Délia était éblouissant. – Linley pense souvent à toi, lui aussi.

George sentit une bouffée de chaleur monter dans son cœur.

Après avoir été séparé de Linley, dix années s’étaient écoulées. George avait maintenant vingt-neuf ans, presque trente. Il avait même deux enfants. Les jours fous de son enfance n’étaient maintenant plus que des souvenirs magnifiques qu’il gardait toujours au fond de son cœur.

Les dix années de bureaucratie qu’il avait passées l’avaient rendu de plus en plus mature, et de plus en plus adroit. Mais plus il était devenu mature, plus le nombre de personnes auxquelles il faisait confiance dans l’Empire Yulan s’était réduit.

– Je me sens très fier de Troisième Frère en voyant ce qu’il a réussir à accomplir, soupira George avec émotion. – Dans tout l’Empire O’Brien, il n’y a très probablement personne qui oserait le contrarier. Dans ce monde, ce n’est vraiment qu’en atteignant le pinacle du pouvoir que l’on peut être confiant.

– Linley est parti dans les Terres Chaotiques, dit Délia.

– Les Terres Chaotiques ?

George fronça les sourcils. Il se rappelait bien de la profonde animosité qui existait entre Linley et l’Église de Lumière. En particulier, avec les personnes de haut rang de l’Église de Lumière. Or George savait très bien à quel point l’Église et le Culte des Ombres étaient puissants dans les Terres Chaotiques. Étant donné le tempérament de Troisième Frère, il ne serait définitivement pas intéressé par juste prendre le contrôle de plusieurs territoires. Ça veut dire…

George regarda Délia, et murmura,

– Troisième Frère va commencer son combat contre l’Église de Lumière ?

Délia fut intérieurement surprise. George était véritablement formidable.

– En effet, confirma Délia. Linley lui avait parlé de cela depuis longtemps.

George commença à s’inquiéter. Il connaissait bien le tempérament de son troisième frère. Dans le passé, Linley avait été prêt à tout abandonner pour se venger. Si cela avait été lui, George, il aurait définitivement continué d’endurer jusqu’à ce qu’il soit certain de sa victoire. Et alors, il aurait frappé.

– Est-ce que Troisième Frère a confiance dans ses chances de réussir ? demanda George en regardant Délia. – L’Église de Lumière n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît.

Délia se mit à rire en le regardant.

– George, Linley n’est pas non plus aussi simple qu’il n’y paraît.

George rit à son tour. En effet. Bien qu’il soit un génie, George n’avait jamais imaginé qu’après leur séparation, Linley atteindrait une puissance telle qu’il pourrait se battre contre Haydson à armes quasiment égales. En particulier, cette Souris Fantôme, Bébé… George se sentait complètement muet d’admiration. Ce petit chenapan, Bébé. Il est monstrueusement puissant. Quel monstre…

Peu de temps après, l’Empereur Rande sortit.

– George, allons-y, dit l’Empereur à George, qui se leva immédiatement. L’Empereur Rande sourit à Délia, qui les raccompagnait jusqu’à la porte. – Délia, si tu es libre, tu peux venir quand tu veux au palais impérial. Tu manques beaucoup à la Troisième Princesse.

Délia rit de bon cœur,

– Je viendrai définitivement faire un tour.

– Alors, il n’y a pas besoin que tu nous raccompagnes plus loin, dit l’Empereur Rande en riant, avant de partir avec George à ses côtés.

……

Le palais impérial. Dans le bureau de l’Empereur Rande. Seules trois personnes étaient présentes : l’Empereur Rande, son domestique personnel du palais, et le chef du clan Leon.

– Dylla. L’Empereur reposa la plume qu’il venait d’utiliser pour signer un document, et releva la tête pour sourire à Dylla Leon. – Aujourd’hui, Nous vous avons convoqué à propos de votre fille, Délia.

Dylla Leon regarda l’Empereur Rande,

– Votre Majesté Impériale, que voulez-vous dire ?

L’Empereur sourit,

– Si Nos souvenirs sont bons, votre fille n’est toujours pas mariée.

– En effet, confirma Dylla Leon.

Est-ce que l’Empereur s’était pris d’affection pour sa fille ?

L’Empereur Rande hocha la tête.

– C’est exact. En toute honnêteté… Nous apprécions beaucoup Délia. Que pensez-vous de cela. Aidez-Nous à dire quelques mots en Notre faveur à Délia, et voyez si elle consentirait à se marier à Nous. Mais bien sûr… vous devez la laisser prendre sa décision elle-même.

Dylla dit respectueusement,

– Ne vous inquiétez pas, Votre Majesté Impériale. Votre serviteur demandera définitivement à Délia.

L’Empereur hocha la tête et sourit en le regardant.

– Dylla, vous devez comprendre que lorsque Nous n’étions qu’un prince, Nous devions avoir des enfants avant de pouvoir monter sur le trône. Nous n’avons pas une grande affection envers cette femme. Que ce soit par sa lignée ou par sa personnalité, Délia est bien supérieure à elle. Si Délia acceptait de se marier à Nous… Nous promettons qu’elle pourra devenir Impératrice.

Le cœur de Dylla Leon trembla.

Impératrice ?

Si sa fille venait à finir comme concubine ordinaire, il n’y aurait eu aucun besoin que le clan Leon accepte. Mais l’Impératrice… c’était une autre histoire.

Dylla Leon savait très bien que l’Empereur Rande était une personne extrêmement juste et extrêmement courageuse. S’il disait que Délia allait devenir Impératrice, il ferait définitivement en sorte que cela arrive.

– Bien, vous pouvez vous retirer maintenant, dit l’Empereur Rande avec un léger rire.

– Bien Votre Majesté Impériale. À cet instant, le cœur de Dylla Leon était toujours aussi excité.

En rentrant chez lui, il envoya immédiatement une personne aller chercher Délia. Celle-ci ne souhaitait pas rentrer à la maison. À chaque fois qu’elle rentrait, ses parents essayaient de la pousser à se marier. Bien que Délia ait continué d’insister sur le fait que Linley était maintenant en dehors de l’Empire O’Brien et que son mariage avec Linley ne poserait donc plus de problème au clan, il était clair que ses parents n’aimaient pas vraiment Linley.

Aux yeux de Dylla, le frère de Linley s’était marié avec Nina, la Septième Princesse Impériale, tout de même. Il existait donc une relation indéniable entre Linley et l’Empire O’Brien.

……

– Quoi ? Délia bondit immédiatement sur ses pieds, et regarda ses parents avec stupéfaction.

Sa mère se dépêcha de dire,

– Délia, l’âge de Sa Majesté Impériale est proche du tien, et c’est l’un des Empereurs les plus compétents et les plus courageux de toute l’histoire de l’Empire Yulan. Tu t’entends bien avec lui en plus. Si tu venais à te marier avec Sa Majesté Impériale… ce serait merveilleux à la fois pour toi et pour le clan.

– Ce serait merveilleux pour le clan, mais comment cela pourrait-il être merveilleux pour moi ?

Délia ne pouvait s’empêcher d’être furieuse.

Elle n’avait pas imaginé que la raison pour laquelle ses parents l’avaient convoquée si précipitamment était de discuter de cela avec elle.

– Délia, se peut-il que Sa Majesté Impériale ne soit pas assez talentueuse ? Tu ne l’apprécies pas ? demanda précipitamment Dylla.

Délia lui répondit avec colère,

– Père, qu’est-ce que le talent de Sa Majesté Impériale a à voir avec moi ? Non, ce n’est pas que je ne l’apprécie pas. Mais il y a beaucoup de monde que j’apprécie. Cela veut-il dire que je dois tous les épouser ? Me marier avec quelqu’un n’a rien à voir avec le fait que je l’ « apprécie » ou pas, compris ?

– Délia, les sentiments que Sa Majesté Impériale a pour toi sont réels. Il a dit que tant que tu te mariais avec lui, dans le futur, il te fera définitivement Impératrice, dit immédiatement Dylla.

– Et l’Impératrice actuelle, que va-t-elle devenir ? demanda Délia en fronçant les sourcils.

Dylla rit calmement,

– Cette Impératrice était quelqu’un avec laquelle il s’était marié que lorsqu’il n’était qu’un prince. Elle n’est pas très douée, et provient d’un clan noble ordinaire. Il y a de nombreuses personnes qui sont mécontentes du fait qu’elle soit Impératrice. Il sera facile pour Sa Majesté Impériale de la remplacer.

– Humph !

Debout, Délia regarda son père droit dans les yeux.

– Père, peut-être que pour toi, la position d’Impératrice est très importante, mais pour moi, elle ne vaut rien de mieux qu’un tas de fumier.

Délia, furieuse, commençait même à proférer des obscénités.

Dylla Leon fut si furieux, qu’il se leva d’un bond en frappant du poing sur le bureau.

– Délia, comment peux-tu dire des choses pareilles ?

– Père, continua Délia en regardant son père. – N’essaye pas de te montrer brave devant ta fille. Laisse-moi être claire pour toi aujourd’hui… en ce qui concerne Sa Majesté Impériale, tu peux l’oublier ! Même si je meurs, je ne me marierai pas avec lui. Je ne me marierai avec personne d’autre que Linley.

Dylla contempla sa fille avec incrédulité. Sa fille avait vraiment osé lui parler sur ce ton ?

– Je suis désolée, père, s’excusa ensuite Délia en prenant une profonde inspiration.

– Kof… kof… Dylla Leon, furieux, se mit à tousser. Sa femme s’approcha immédiatement pour le soutenir, mais Dylla regarda Délia avec colère. – Délia, tu n’es plus une enfant. Ne sois pas si immature et bornée. Ça suffit. Rentre et réfléchis-y.

Délia regarda son père, au visage rouge, qui toussait, puis se tourna en silence et partit.

– Qu’est-il arrivé à mes parents ? Délia pouvait encore se rappeler comment, lorsqu’elle était encore une enfant, son père et sa mère la traitaient comme un trésor précieux. Tout ce qu’elle voulait, son père le faisait. Il l’avait même laissé grimper sur son dos pour jouer une fois.

Ses souvenirs d’enfance étaient si magnifiques, et ses parents étaient si parfaits.

Mais maintenant…

Délia tenait beaucoup à sa famille. Ses parents, son grand frère, sa grand-mère, le reste de sa famille… Délia avait toujours espéré qu’elle soit capable d’être avec Linley, tout en gardant ses relations avec son clan.

– Je vais attendre un peu plus longtemps. Je vais attendre que Linley ait fondé son Duché. À ce moment-là, l’attitude de père changera. Délia choisit de continuer à endurer.

……

Dans le mystérieux village de montagne. Dans la grande prairie devant la cave. Desri, Hayward, Miller, Pennslyn, et les autres étaient assis autour d’une table en pierre, à boire du vin tout en regardant Linley et Higginson s’entraîner ensemble. Quant à Reynolds et Monica, ils se trouvaient sur le côté, assis dans l’herbe.

– Monica, tu n’étais pas en train de me raconter des histoires avant quand tu parlais de ta mère ? demanda Reynolds avec perplexité en regardant Pennslyn.

Monica ne savait pas quoi dire non plus.

Par le passé, sa mère avait toujours été assez froide et distante. Sa mère ne venait pas du Temple de la Déesse Gelée pour rien… Cette sorte d’arrogance froide était inscrite jusque dans ses os. Mais durant les derniers jours, Pennslyn avait traité Linley et Reynolds incroyablement bien.

Reynolds avait même commencé à suspecter que Monica lui ait menti à son propos.

– Je ne comprends pas non plus. Monica était vraiment sans voix.

À ce moment, Linley maniait son épée lourde d’adamantine, tandis que Higginson maniait une épée longue argentée. Ils combattaient tous les deux, et Linley avait commencé à utiliser ses « Profondes Vérités de la Terre ». Bien qu’il n’emploie pas toute sa force, cela restait tout de même suffisant pour faire soupirer Higginson de surprise.

– Bizarre, bizarre, soupira Higginson avec admiration. Je n’ai jamais vu une attaque aussi bizarre.

Linley regardait Higginson avec impuissance lui aussi. Combattre un expert des Lois de la Lumière était une véritable sinécure. Car une fois qu’une personne atteignait un certain niveau dans les Lois de la Lumière, ses capacités d’auto-régénération devenaient extrêmement terrifiantes. Même un bras cassé se réparait de lui-même en un instant.

– Linley, maintenant, je vais te montrer mon attaque ultime, annonça Higginson en souriant.

Linley fut surpris. Jusqu’à maintenant, Higginson avait montré une vitesse qui était encore plus rapide que celle d’Olivier. Mais il ne faisait que s’amuser ?

– Le nom de cette technique s’appelle « Épée Illusoire du Vide ». En tenant son épée longue argentée dans ses mains, Higginson se transforma soudainement en une ligne de lumière blanche et apparut devant Linley en un clin d’œil. Une couche de Dou Qi noir-azur ondulait autour de lui, et son épée d’adamantine était prête, elle aussi.

Linley prêta une attention particulière à l’épée.

Pourquoi était-ce appelé « Épée Illusoire du Vide » ?

*Tremblement…* L’espace lui-même se mit à trembler et à onduler autour de l’épée. L’épée longue argentée apparut clairement devant les yeux de Linley, mais la chose étrange, c’était qu’il avait l’impression que l’épée longue s’était transformée, et que l’espace autour d’elle s’était aussi transformé en de nombreuses couches. C’était comme si l’espace lui-même était devenu chaotique.

– Tu as perdu.

Avant même que Linley ait la possibilité de réagir, l’épée s’arrêta devant les yeux de Linley. Celui-ci n’avait même pas eu la possibilité de résister ou de bloquer.

– C’est… L’esprit de Linley était totalement obnubilé par cette épée. Il avait l’impression d’avoir soudainement découvert quelque chose. Il descendit immédiatement par terre et ferma les yeux pour se mettre à méditer. Sans plus de préoccupation pour les gens autour de lui, il se mit à essayer de retrouver ce sentiment.


Cet article comporte 6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top