skip to Main Content
Menu

Chapitre 1 : Délia et Linley


Source : Version anglaise

Traduit par : Zareik
Edité par : MissX et Kayorko
Checké par : MissZareik


PANLONG – LIVRE 10 CHAPITRE 1


        *Whooooosh.* Le vent froid et désolé, soufflait sur le monde, apportant d’innombrables flocons de neige pour le couvrir de son manteau blanc.

Délia, qui portait une robe en fourrure blanche, était debout devant une fenêtre, regardant fixement le monde extérieur. Derrière elle se trouvaient deux créatures magiques. L’une était l’Ours Monde, Hatton. L’autre était le Faucon Mésocyclonique, Parry. Ni l’une ni l’autre des créatures ne faisait un bruit.

Un soupir s’échappa des lèvres de Délia.

– Père, mère… Un sourire amer flottait sur les lèvres de Délia. Elle ne s’était vraiment pas attendue à ce que ses parents la trompe. Ils lui avaient dit que sa grand-mère était gravement malade, mais après qu’elle se soit dépêchée de rentrer le plus vite possible sur le dos du Faucon Mésocyclonique, elle avait découvert qu’en réalité, sa grand-mère se portait tout à fait bien, et était en bonne santé.

Cette nuit-là…

Délia avait demandé avec colère à ses parents,

– Père, Mère, pourquoi m’avez-vous menti juste pour que je rentre à la maison ?

Délia avait à l’origine prévu de rester avec Linley.

Son père, Dylla [Dai’ya] Leon, l’avait regardée et lui avait demandé en retour,

– Délia, es-tu amoureuse de ce Guerrier Dragonblood, Linley ? Depuis que tu es rentrée il y a quelques années, tu as refusé d’accepter tout autre garçon. Était-ce à cause de lui ?

Délia avait été très surprise. Elle n’en avait pourtant jamais parlé avec ses parents.

– Comment le savez-vous ? Leur avait demandé Délia avec surprise.

Sa mère avait soupiré,

– Délia, pourquoi ne nous as-tu pas parlé de tes sentiments ? C’est ton maître, Maître Longhaus, qui nous en a parlé lors de son retour dans l’Empire. Il nous a dit de commencer à préparer votre mariage avec Linley.

Délia, qui était auparavant furieuse, était devenue soudainement toute rouge et quelque peu gênée.

Ses parents s’étaient regardés, avaient secoué leurs têtes et souri amèrement. Son père, Dylla, avait alors dit solennellement,

– Ma fille chérie, je dois te dire qu’il est impossible pour toi et Linley de finir ensembles.

– Quoi ? Délia avait fixé son père avec incompréhension.

Ce dernier avait expliqué sérieusement,

– Délia, le frère de Linley est le mari de la Septième Princesse Impériale de l’Empire O’Brien. Indubitablement, Linley est un Saint qui appartient à l’Empire O’Brien. Et tu devrais comprendre la relation qui existe entre notre Empire Yulan et l’Empire O’Brien.

– Oui, ce sont tous les deux de puissants Empires qui sont ennemis, mais qu’est-ce que cela a à voir avec Linley ? Délia était devenue très perturbée. – Père, se peut-il que tu penses que notre relation avec Linley pourrait impacter le clan ?

– Oui.

Dylla Leon avait hoché la tête.

– Si un clan venait à obtenir une personne de niveau Saint, alors ce clan devrait s’élever et grandir. Si toi et Linley veniez à vous marier… alors que se passerait-t-il si l’Empire Yulan et l’Empire O’Brien venaient à se déclarer une guerre de grande importance ? Notre Empire n’oserait plus faire confiance à notre clan Leon.

Délia s’était tout de suite mise en colère.

L’explication de son père semblait risible.

– Délia, réfléchis. Si tu étais l’Empereur et que tu découvrais que la fille de l’un de tes clans les plus importants s’était mariée à un Saint appartenant au côté ennemi, ne serais-tu pas inquiète à l’idée que ce clan te trahisse ? Lui avait demandé sérieusement Dylla.

Délia avait été surprise.

Il n’y avait rien qu’elle ne pouvait rétorquer, car il y avait déjà eu des précédents historiques comme cela.

Dans le passé, la fille d’un noble clan de l’Empire Rohault s’était mariée au roi de l’un des royaumes des grandes plaines de l’Est lointain. Après cela, tout son clan s’était rebellé et avait rejoint le royaume des grandes plaines.

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, l’Empire Rohault n’était pas nécessairement plus puissant que les royaumes des grandes plaines.

Les grandes plaines de l’Est lointain étaient divisées en trois royaumes au total.

Les habitants des grandes plaines étaient extrêmement violents, et étaient tous des guerriers nés. Bien que leurs populations soient bien plus faibles que celles de l’Empire Rohault et de l’Empire Rhine, ces trois royaumes étaient en guerre contre ces deux Empires depuis d’innombrables années sans jamais être vaincus.

– Père, Linley et moi… avait commencé Délia.

Dylla Leon l’avait interrompu.

– Délia. Tu es une enfant brillante. Tu devrais le comprendre toi-même. Notre clan Leon s’est construit depuis un millénaire. C’est pour cela que nous possédons notre statut actuel. Si tu venais à te marier avec Linley, même si Sa Majesté Impériale ne faisait rien à notre clan, indubitablement… la confiance que Sa Majesté Impériale accorde à notre clan s’en retrouverait diminuée !

– Et une fois que sa confiance se retrouverait diminuée, les innombrables descendants de notre clan qui se trouvent dans l’armée et au gouvernement auront beaucoup plus de mal à se faire promouvoir, avait soupiré Dylla Leon. – Délia, j’espère que tu peux prendre en considération les intérêts de notre clan.

– Mais Père, Linley n’appartient pas à l’Empire O’Brien. Il est parti pour les Terres Chaotiques, s’était dépêchée de préciser Délia.

– Les Terres Chaotiques ? Dylla Leon avait été pris par surprise, et la mère de Délia l’avait aussi regardé avec surprise.

Délia avait précipitamment précisé,

– Oui Père. Linley n’est pas attaché à l’Empire O’Brien. Il veut démarrer son propre fief dans les Terres Chaotiques. Dans le futur, il fera partie des Terres Chaotiques. Père… les Terres Chaotiques et notre Empire ne sont pas ennemis, n’est-ce pas ?

Dylla était resté silencieux pendant un instant avant d’acquiescer lentement.

C’était en effet le cas. Dans tout le continent, la seule force digne d’être considérée comme ennemie de l’Empire Yulan était l’Empire O’Brien.

Quant aux Terres Chaotiques, qui aurait considéré ces terres, si chaotiques, et constituées de tant de Duchés comme un ennemi ?

– Si Linley s’établit vraiment dans les Terres Chaotiques, alors ça ne devrait pas être un problème que tu te maries avec lui, avait annoncé lentement Dylla. Ces mots avaient produit une musique divine aux oreilles de Délia, calmant instantanément son cœur agité.

Dylla Leon avait regardé Délia, et dit solennellement,

– Ma fille chérie, je dois te rappeler… ce n’est que lorsque viendra le jour où Linley ne sera plus considéré comme un membre de l’Empire O’Brien aux yeux du clan impérial, que tu seras autorisée à être avec lui. Autrement, tu ne pourras définitivement pas.

– Père, je comprends. Délia aimait ses parents, ses grands-parents, son grand-frère, ses cousins, et le reste de sa famille. Elle ne voulait pas briser ses liens avec eux.

Dylla avait hoché la tête.

– Pour l’instant, reste dans la capitale impériale. Ne vas pas voir ce Linley.

…….

Repensant à cette conversation, Délia soupira gentiment de nouveau. Elle comprenait… Linley était déjà un Saint et possédait une vie éternelle. Elle, en tant que mage du septième rang, possédait une longévité extrêmement longue, qui continuerait à s’allonger, en même temps qu’elle s’entraînerait.

Elle n’était pas trop inquiète pour un an ou deux.

Regardant par la fenêtre vers le Nord, elle vit ces grands flocons flotter lentement dans le vent. Le monde entier semblait si flou, et rien ne pouvait être clairement vu. Mais le regard de Délia semblait percer au travers des murs de la réalité et voir jusque dans les lointaines Terres Chaotiques, la ville de Noire-Terre…

…….

À l’extérieur de Noire-Terre, un groupe de soldats après l’autre faisait des tours de terrain, et à côté de chaque escouade se trouvait un officier militaire qui hurlait constamment,

– Plus vite, plus vite ! Ne traînez pas ! Bon dieu, si vous finissez à la traîne, pas de petit-déjeuner pour vous !

Sur une petite butte de terre à côté, le quatrième des frères Barker, Boone, et le cinquième, Gates, n’étaient vêtus que d’un pantalon, et gardaient le torse nu. Ils regardaient l’entraînement se dérouler en contrebas.

Depuis leur arrivée, Noire-Terre n’avait attaqué aucune autre ville. Ils n’avaient fait que s’entraîner. Les villes autour de Noire-Terre avaient toutes senti que Noire-Terre allait être une menace pour elles, et les différents gouverneurs des villes étaient tous sur les nerfs. Mais en même temps, ils n’osaient pas non plus attaquer en premier.

Soudainement, Linley arriva. Il jeta un regard vers les soldats qui s’entraînaient, tout en se dirigeant vers Gates et Boone.

– Seigneur, qu’en penses-tu ? demanda fièrement Gates.

Linley hocha la tête avec satisfaction.

– Très bien. Oh, au fait. Quand avez-vous prévu de commencer à attaquer les villes environnantes ? Linley n’y connaissait absolument rien en ce qui concernait les tactiques militaires. La seule chose qu’il savait était qu’à moins que les choses n’arrivent à un point critique, il n’avait aucun besoin de s’impliquer.

Boone rit à cœur ouvert,

– Seigneur, nous n’avons encore attaqué personne, mais il y a déjà des personnes des villes aux alentours qui se sont rendues et qui ont promis qu’elles allaient saboter leurs villes de l’intérieur.

– Oh, vraiment ? s’exclama Linley en se mettant à rire à son tour.

Gates se dépêcha de rajouter,

– Bien sûr, comment est-ce qu’on pourrait inventer ça ? Seigneur, pensez-y. Maintenant que la puissance de nous cinq, les frères Barker, s’est répandue à travers les Terres Chaotiques, quasiment toutes les villes aux alentours sont terrifiées par nous. Pour s’occuper de ces villes, on n’aurait même pas besoin de mobiliser nos armées après tout. Juste avec nous cinq, on pourrait facilement tout massacrer sur notre passage jusqu’au gouverneur pour gagner ces villes.

Linley rit de nouveau de bon cœur.

Pour ces petites villes, un simple expert pouvait décider de tout. Par exemple, l’armée de la ville de Noire-Terre ne comptait que quelques milliers de personnes. Un guerrier du neuvième rang pouvait aisément tuer toutes ces personnes. Ou plus simplement, il pouvait directement tuer le chef de l’armée adverse et forcer les autres à se rendre !

Cependant, attaquer un Duché était différent.

Chaque Duché possédait environ une centaine de milliers de guerriers. De même, si dans le futur, ils en venaient à se battre contre l’Église de Lumière, peut-être que l’ennemi posséderait un grand nombre de soldats. Contre ces vagues humaines d’ennemis, combien de personnes un seul expert du neuvième rang pouvait-il tuer ? Cependant, dans ce type de situation, un mage était extrêmement utile.

Mais tant qu’il n’y avait pas de Mage de niveau Saint d’impliqué, lorsque deux armées s’engageaient dans de grands combats, la qualité et les capacités des soldats de chaque armée étaient d’une importance capitale.

– À quoi les entraînez-vous ? demanda Linley en fronçant les sourcils devant toutes ces escouades éparpillées un peu partout sur le terrain d’entraînement.

Boone expliqua,

– Seigneur, c’est l’entraînement que l’on donne aux brigades de taille moyenne. Chaque bataillon est séparé en brigade de trois cents personnes qui vont s’entraîner ensemble. Chaque brigade possède un capitaine et six lieutenants qui sont en charge de superviser et d’entraîner les autres. C’est une méthode très efficace d’entraînement.

Gates et Boone avaient déjà entraîné des soldats auparavant dans les Dix-Huit Duchés du Nord. Ils connaissaient les méthodes les plus adaptées à chaque situation.

Après avoir fait un tour de Noire-Terre pour se tenir au courant de la situation, Linley retourna sur le Mont Noir-Corbeau.

Laissant dans son sillage comme une trace éphémère de fumée bleue, Linley retourna en courant rapidement dans les profondeurs du Mont Noir-Corbeau. Il vivait actuellement au milieu d’un magnifique lac, dans lequel se trouvaient plusieurs rochers en son centre qui couvraient une surface d’une douzaine de mètres carrés. Linley avait trouvé ces rochers non loin et, d’un simple coup d’épée, avait coupé leur sommet afin d’obtenir une surface plate, avant de les bouger au centre du lac pour s’en servir de base.

Au milieu du lac, les rochers ne dépassaient que de cinquante centimètres de la surface de l’eau. Là, sur ces rochers, Linley s’était construit une maison en bois.

– Bébé, qu’est-ce que tu es en train de nous faire ?

Linley marchait sur l’eau, arrivant gracieusement au milieu du lac. Mais alors qu’il avançait, il découvrit soudain que Bébé creusait sur le côté de l’un des rochers.

– Boss ! Bébé tourna la tête et cria joyeusement en voyant Linley, tout en continuant de frapper de ses petites griffes aiguisées le bord d’un rocher, envoyant des débris un peu partout.

– Je suis en train de faire un escalier. Je vais mettre quelques marches ici. Comme ça, si plus tard, je veux aller dans l’eau, je peux choisir de soit rester sur les marches, soit m’allonger dans l’eau. Ça va être bien. Boss, ne suis-je pas, moi Bébé, tout simplement le plus intelligent ?

Linley se mit à rire de bon cœur.

*Slash* *slash* En balayant le rocher de ses griffes, Bébé creusa peu à peu six marches, chacune faisant environ dix centimètres de haut, et dont la dernière se trouvait directement dans l’eau. Bébé posa son derrière sur la dernière marche qu’il venait de creuser, et pataugea joyeusement dans l’eau.

Linley gloussa. En voyant les pierres qui traînaient autour du lac, Linley bougea une main…

*Whoosh !* Un vent soudain se mit à hurler, et une terrifiante tornade apparut, soulevant un rocher de la taille d’un humain avant de le déposer devant Linley. Les environs magnifiques du Mont Noir-Corbeau avaient rendu Linley très calme et apaisé, mais il ne pouvait s’empêcher de penser à la personne qui occupait son cœur.

Les lèvres de Linley s’incurvèrent légèrement, et un soupçon de sourire apparut sur son visage.

D’un mouvement de poignet, il récupéra son ciseau droit et se mit à graver une sculpture. Des morceaux de roche se mirent à voler un peu partout. Lentement… une silhouette humaine se mit à apparaître dans le rocher. Bébé, ses petites pattes reposant sur ses marches, leva la tête pour regarder ce que sculptait Linley.

– Oh ho, Boss, tu sculptes une femme ? Haha, je sais, ça doit être Délia ! ricana Bébé.

Mais Linley était totalement absorbé par sa sculpture. Son ciseau droit flashait aussi vite que l’éclair, portant en lui la douce grâce du vent. Ayant déjà atteint le niveau de grand-maître, Linley était maintenant tout à fait capable de sculpter tout ce qu’il désirait.

Linley était entièrement concentré sur sa sculpture, et les détails se mirent à apparaître…

Du matin jusqu’à trois heures de l’après-midi du jour suivant. Après avoir passé plus d’un jour et d’une nuit, Linley reposa enfin son ciseau droit.

– Pffff, soupira lentement Linley, afin de faire partir la fine couche de poussière qui restait sur la sculpture. La femme qu’il avait sculptée possédait une aura unique et héroïque. Tout particulièrement ses yeux… ils donnaient l’impression que la sculpture de pierre était réellement vivante.

Linley contempla la sculpture avec satisfaction, puis se tourna pour regarder vers le Sud-Ouest. Dans son for intérieur, il se disait, Délia, tu devrais avoir reçu ma lettre à présent.


Cet article comporte 12 commentaires
    1. En plus, quelle que soit la fatigue du traducteur, le chapitre garde sa qualité ! Il me faudrait un nouveau chapitre à chaque fois que j’en lis un parce que je ne vais pas non plus tenir le coup jusqu’au prochain chapitre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top