skip to Main Content
Menu

Chapitre 5 : Croissance (Partie 2)


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Magycio


PANLONG – LIVRE 1 CHAPITRE 5


Le temps passa rapidement, et en un clin d’œil, la vieille horloge dans le hall sonna onze fois. Il était maintenant 11h du matin.

Est-ce que Hogg est là ? Demanda une voix claire. Le manoir des Baruch n’ayant pas de gardes, le propriétaire de cette voix était clairement déjà arrivé à l’intérieur du manoir.

Hogg fronça les sourcils, et replaça l’épais tome devant lui.

Linley, nous allons nous arrêter ici pour aujourd’hui.

Révélant un soupçon de sourire, Hogg se tourna et s’en alla vers le hall de réception.

Ah, Hogg, mon cher ami ! L’autre jour, j’ai entendu le chant d’un pinson, et j’ai su que quelque chose de bien allait m’arriver. Et effectivement, à midi, j’ai reçu ta missive. Dès que je l’ai lu, j’étais fou de joie.

Cher Philippe, de même je suis ravi de te voir. Hillman, va me chercher la sculpture en pierre, le « Lion Féroce ». Philippe, entre, allons dans le hall principal pour attendre. La sculpture sera là très vite.

En entendant ces mots, Linley sentit son cœur se serrer.

Heureusement, le clan Baruch était très ancien, et du fait de son âge, avait accumulé de nombreux objets rares et précieux.

Malheureusement, cet énorme butin ne pouvait résister éternellement aux multiples années d’enchères et de ventes. Aujourd’hui, le nombre d’objets précieux que possédait le clan avait déjà été énormément réduit. Linley ne pût s’empêcher de fixer la vieille horloge. Je me demande combien de temps il reste avant qu’on ne doive la vendre, elle aussi.

Un homme d’une cinquantaine d’années ayant des cheveux longs et dorés entouré d’une aura de noble, entra dans le Hall à la suite d’Hogg. Linley en déduisit immédiatement que cette personne devait être « Philippe ».

Oh, cet adorable enfant doit être ton fils, n’est-ce pas, Hogg ? Philippe fit un chaleureux sourire en direction de Linley. Linley Baruch, c’est bien ça ? Puis-je vous appeler Linley ?

Ce serait un honneur pour moi. Linley plaça sa main droite contre cœur et s’inclina respectueusement.

Qu’il est adorable. Philippe semblait très content.

À ses côtés, Hogg gloussa.

Philippe, arrête de perdre ton temps avec cet enfant. Regarde, le « Lion Féroce », que tu as longtemps désiré, vient d’arriver. Au moment où il disait ça, Hillman entra dans le Hall. Il portait la large sculpture et la posa très facilement.

C’était une sculpture en pierre d’environ cinq cents kilos, mais entre les mains d’Hillman, elle semblait n’être qu’un jouet, révélant clairement sa force.

M. Hillman, votre force m’impressionnera toujours. Mon propre manoir ne possède personne d’aussi féroce que vous, et cela, bien que je contrôle douze villages. Philippe sourit en même temps qu’il parla, mais la signification implicite de ses mots était claire ; il voulait inviter Hillman à venir travailler pour lui.

Hillman répondit froidement : Le village de Wushan est ma maison, sir.

Pardonne-moi. Philippe s’excusa rapidement.

Philippe se tourna pour regarder Hogg : Hogg, je dois dire, bien que j’aime cette sculpture de pierre énormément, la qualité de taille de ce « Lion Féroce » ne peut être considéré comme faisant partie des meilleures, et encore moins comme faisant partie des chefs-d’œuvre de ces grands-maîtres sculpteurs.

Philippe, si tu ne souhaites pas l’acheter, alors, ne l’achète pas. Hogg fut succinct dans sa réponse.

Les yeux de Philippe ne purent s’empêcher de se rétrécir avant qu’il ne glousse : Haha… Hogg, ne soit pas en colère. Je ne dis pas que je ne veux pas l’acheter. Je dis seulement la vérité. Je t’achète cette sculpture pour cinq cents pièces d’or. Qu’en dis-tu ?

Cinq cents ? Hogg fronça les sourcils.

Ce prix était bien plus bas que ce que Hogg attendait. Il avait espéré pouvoir la vendre pour au moins huit cents pièce d’or.

Dans le continent de Yulan, une pièce d’or est équivalente à dix pièces d’argent, qui sont, elles- mêmes équivalentes à cent pièces de cuivre. Le roturier moyen est capable de gagner entre vingt et trente pièces d’or par an. Même le soldat moyen dans l’armée, ne gagne qu’une centaine de pièces d’or par an.

Ce prix est trop bas. Hogg secoua sa tête.

Hogg, tu dois savoir que dans les plus de dix mille ans du continent de Yulan, il y a eu d’innombrables sculptures de créées. La valeur d’une sculpture dépend directement de son sculpteur. Quant à la qualité de cette sculpture… Hm, eh bien, disons que, je l’aime juste bien. Cinq cents pièces d’or est réellement ma plus haute offre. Si cela ne te convient pas, garde-la.

Philippe, qui venait de se tourner pour regarder la vieille horloge dans le hall, gloussa soudain. Ses yeux étincelèrent et il dit :

– Hogg, si par contre, tu es prêt à me vendre cette horloge, je serais prêt à te l’acheter pour milles pièces d’or.

Le visage de Hogg se ferma.

– Ahem, deux mille pièces d’or serait possible aussi. Ce serait mon maximum, ajouta rapidement Philippe.

Hogg secoua sa tête fermement :

Cette vieille horloge n’est pas à vendre ! Quant à la sculpture, six cents pièces d’or. Prends-la ou oublie que je t’ai proposé de la vendre.

Philippe étudia Hogg avec attention pendant quelques instants puis gloussa.

D’accord, Hogg. Je vais te laisser un peu de dignité¹. Va pour six cents pièces d’or. Intendant, apportez-moi six cents pièces d’or.

Son domestique, qui avait attendu dehors durant tout ce temps, arriva immédiatement avec l’argent.

Six sacs d’or jaune.
– Six cents pièces, Hogg. Tu peux compter si tu veux, sourit Philippe.

Hogg souleva les sacs. Juste en se basant sur le poids, Hogg était certain qu’il y avait réellement six cents pièces d’or à l’intérieur, cent par sac. Hogg sourit et hocha la tête.

Philippe, que dis-tu de rester ce soir et de dîner avec nous ?

Désolé, j’ai encore des choses à faire chez moi, répondit en riant Philippe.

L’intendant de Philippe ramena deux guerriers puissamment bâtis pour porter la sculpture, ce qu’ils s’empressèrent de faire, non sans difficultés.

Après que Philippe et ses serviteurs soit partis, Hogg regarda fixement les six sacs, le regard vide. Cette fois-ci, il avait vendu la sculpture de pierre. La prochaine fois ? Bien que le manoir ait encore de nombreuses choses, tôt ou tard, il n’y aurait plus rien à vendre.

Père, je veux apprendre à sculpter pour devenir un sculpteur ! Dit soudainement Linley.

Linley savait très bien que dans le continent de Yulan, les maîtres-sculpteurs reconnus

pouvaient produire des œuvres valant des milliers de pièces d’or chacune. Certaines des sculptures les plus fameuses pouvaient même atteindre une centaine de milliers de pièces d’or. Et même en ignorant l’argent, le niveau social de ces sculpteurs était aussi très élevé.

Si je peux devenir un maître-sculpteur, alors… alors père n’aura plus besoin de vendre les biens de la famille. C’est ce que Linley était en train de penser.

Sculpter ? Hogg regarda Linley, ses yeux étaient froids.

Linley, sais-tu que parmi les centaines de millions d’habitants de l’Union Sacrée, il y a au moins plusieurs millions de personnes qui étudient la sculpture. Pourtant, dans tout l’Union Sacrée le nombre de maître-sculpteurs peut se compter sur les doigts d’une main. De plus, si tu n’as pas un bon professeur, tu ne peux tout simplement pas réussir par toi-même.

Le cercle interne des sculpteurs n’est pas un endroit auquel les gens ordinaires peuvent accéder. Tout le monde ne parle que des œuvres fabuleuses de quelques maîtres, mais sais-tu que la majorité des sculpteurs ne gagnent que quelques dizaines de pièces d’or par an ?

La voix d’Hogg était très intense.

Linley fut si effrayé, qu’il s’agenouilla immédiatement. Juste avant, il n’avait parlé que parce qu’il pensait que la sculpture aurait pu améliorer leur situation familiale. Il ne pensait pas que son père parlerait autant et le reprendrait si sévèrement.

Assez. Le hall ancestral a besoin de nettoyage. Après le déjeuner, reviens ici et nettoie-le, dit Hogg, froidement.

Oui, père, dit Linley, respectueusement.

Regardant Linley, Hogg soupira dans son cœur. Sculpter ? Oh, mon fils. Sais-tu que dans le passé, j’ai aussi pratiqué la sculpture ? J’ai passé dix années complètes de ma vie à essayer d’apprendre. Mais malheureusement, mes sculptures ne valaient rien, pas même une pièce de cuivre. Hogg aussi, avait à un moment aveuglement rêvé de devenir maître-sculpteur pour améliorer la situation du clan.

Mais dans son cœur, il se sentait impuissant. Malgré ses dix années d’apprentissage, ses sculptures ne valurent rien. La hiérarchie des sculpteurs pouvait être décrite comme une pyramide.

Les sculpteurs connus étaient tous en haut de la pyramide. Ils pouvaient profiter d’un statut social élevé et chacune de leurs sculptures se vendaient pour des centaines de milliers de pièces d’or.

A l’opposé, la situation des innombrables sculpteurs inconnus au pied de la pyramide faisait peine à voir. La plupart de leurs œuvres étaient achetées par des roturiers pour quelques pièces d’argent pour décorer leurs maisons.


1 Traduction de l’anglais : “I will give you some face” ce qui signifie que Philippe va faire quelque chose pour laisser à Hogg sa dignité, son honneur. Concept asiatique récurrent dans ce type d’histoire. La plupart des personnages sont fiers et leur honneur et apparence sont tout pour eux. Ils veulent paraître forts et puissants. Donc si quelqu’un te sauve la face, c’est que c’est un nice guy !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top