skip to Main Content
Menu

Chapitre 18 : L’esprit de l’anneau Panlong (Partie 1)


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Magycio


PANLONG – LIVRE 1 CHAPITRE 18


         Pendant ce temps, l’homme en robe grise se tenait toujours droit sur le dos du Dragon Noir, qui lui-même tournait en rond dans le ciel. Un sourire confiant était visible sur son visage tandis qu’il regardait l’homme en robe verte se battre contre le géant de terre.

*Sschhhhwiing !*

Un son perçant résonna lorsque, finalement, l’épée de l’homme en vert trancha la tête du géant. *Booum !* La tête du géant se sépara en deux, mais son corps ne s’écroula pas pour autant. Ses poings de la taille d’une petite montagne s’écrasèrent directement sur le corps de l’épéiste.

– Ah ! L’épéiste cracha du sang et son visage pâlit.

La tête du géant brisée commença à ce moment à se reformer et à se régénérer comme si rien ne s’était passé.

– Dillon, tu ferais mieux de me le donner. Le protecteur du monde que j’ai invoqué n’est pas quelque chose que tu peux vaincre, énonça calmement l’homme chevauchant le Dragon Noir.

L’homme en robe verte regarda froidement l’homme en gris avant de dire d’une voix féroce :

– Rudi, si je ne peux pas le garder, alors tu ne l’auras pas non plus ! Une lumière verte éblouissante commença alors à jaillir de ses mains. Voyant cela, le mage qui était calme quelques instants plus tôt, devint immédiatement anxieux.

– Arrête !

– « Explose ! »

Les bras de l’épéiste devinrent soudains aussi éblouissant qu’un soleil. Une explosion put se faire entendre et immédiatement tout disparu.

– Dillon, tu… ! L’homme en gris pointa avec rage l’homme en vert, mais devant le fait accompli, ne sut pas quoi ajouter.

Le visage de l’épéiste était devenu blanc comme un linge tandis qu’il regardait fixement son adversaire dont le visage était devenu tout aussi pâle.

– Maintenant, personne ne l’a. Rudi, tu m’as blessé, mais si tu veux réellement me tuer, ce sera quand même quasiment impossible pour toi ! Avec un dernier ricanement, l’homme en vert se transforma en un rayon de lumière puis disparu à l’horizon.

L’homme à robe grise le regarda partir. Il fronça les sourcils mais ne donna pas de signe de poursuite.

Le géant de terre qui avait été invoqué disparu progressivement.

– La Sainte Épée Stellaire, Dillon ? Dommage. Je ne peux pas encore le tuer, murmura à voix basse l’homme en gris. Comme ayant entendu le souhait de son maître, le Dragon Noir, fit, à ce moment, battre ses grandes ailes avant de s’éloigner à l’horizon.

En un instant, les deux combattants Saints avaient disparu.

Seul le village de Wushan, dévasté, témoignait du combat titanesque qui venait de se passer. Pas loin d’un millier de maisons s’étaient écroulées, et des cris de douleur, de fureur et de désespoir résonnaient dans l’air. En l’espace de quelques minutes, le village qui était paisiblement installé ici s’était transformé en champ de ruines.

………..

Dans la cours du manoir des Baruch, il n’y avait plus que Hogg.

Il était assis à une table, la tête entre les mains et le front plissé. En tant que représentant et chef du village de Wushan, il était de son devoir de prendre soin de ses habitants. Il était en train de réfléchir aux jours à venir, aux coûts et réparations à prévoir.

*Tap, tap, tap*. Oncle Hiri émergea de la salle de vie du manoir :

– Seigneur.

– Comment se porte Linley ? Demanda Hogg en se tournant.

Hiri fit un petit rire :

– Pas d’inquiétudes, monseigneur. J’ai déjà lavé et nettoyé les blessures de Linley avant de refaire son bandage. Je lui ai fait avaler un gros repas avant de le changer et de le mettre au lit. Quand il se réveillera, il se sentira bien mieux.

Seulement après avoir entendu ça, Hogg se sentit rassuré et acquiesça. Son front restait toutefois toujours plissé d’inquiétude.

– Seigneur, êtes-vous inquiet pour les habitants de Wushan ? Demanda Hiri.

Hogg acquiesça. Avec une grimace, il dit :

– Oncle Hiri, la plupart des habitants ne sont pas comme nous. Les hommes du village ne seront pas trop touchés vu que la plupart d’entre eux sont des guerriers du premier ou du second rang, mais ce n’est pas le cas des femmes. Et au vu du nombre de blocs de roche qui sont tombés du ciel, cela m’étonnerait qu’ils aient pu tout bloquer.

Hiri acquiesça en entendant l’explication d’Hogg.

Le nombre de personnes capables d’utiliser le Dou Qi dans le village pouvait être compté sur les doigts d’une main. Et quelques minutes plus tôt, des milliers de rochers étaient tombés du ciel. Si les habitants n’avaient pas eu le temps de se cacher dans des caves ou d’utiliser des boucliers pour se protéger, dès que les rochers avaient commencés à tomber, alors…

– Il n’y a rien que nous puissions faire maintenant hormis attendre le rapport d’Hillman.

Hogg se sentait impuissant.

Après un long moment, des bruits de pas pressés purent se faire entendre à l’entrée du manoir.

– Hillman, quelle est la situation du village ? Demanda rapidement Hogg.

Hillman laissa échapper un soupir de douleur.

– Nous venons juste de faire un rapide décompte. Un peu plus de trois cents personnes sont décédés et plus de mille sont blessés. La population totale du village était de seulement cinq mille habitants. Cela voulait dire que le ratio de touchés est d’environ 20% ! C’était vraiment un désastre !

– Autant de touchés ? Hoog ne put s’empêcher de se sentir responsable.

La nourriture est primordiale pour n’importe quelle ville ou nation, et leur village n’était pas une exception. Le fait que leur force de travail ait diminué aussi drastiquement et qu’ils se retrouvent avec autant de blessés et de personnes handicapés à vie…la situation économique de leur village allait devenir de pire en pire dans le futur.

-Humph ! Hogg laissa échapper un long soupir.

Il ne pouvait que diminuer les taxes, mais dès le départ, le taux des taxes du village était déjà très bas. En plus, la propre survie de son clan était aussi en jeu. Comment pouvait-il aider les roturiers du village ? La situation était différente des autres villes où les taxes sont si hautes que de nombreux roturiers meurent d’épuisement ou finissent dans la misère.

– Seigneur Hogg, tous les habitants de Wushan apprécient beaucoup votre gentillesse et votre générosité. Tous savent tout ce que vous faites pour nous. Ne vous sentez pas coupable, je vous prie, dit Hillman.

Hillman était lui-même né à Wushan.

Avec son statut de guerrier du sixième rang, même à la capitale, il aurait pu devenir le garde d’une famille de nobles. Mais, parce que Hillman se sentait reconnaissant envers le clan Baruch pour leur générosité, il avait directement décidé de devenir le capitaine de la garde du vieux clan Baruch, après s’être retiré de l’armée,

– Hillman, va avec le reste des gardes aider les villageois qui en ont encore besoin. Oncle Hiri, va te reposer, ordonna Hogg.

– Bien, monseigneur, dit Hillman.

Le majordome, Hiri, après s’être incliné respectueusement, partit. Une fois Hillman partit, de nouveau, la seule personne présente était Hogg.

..

Dans la chambre de Linley.

Hiri avait demandé à tout le monde de laisser Linley tranquille pour le laisser récupérer de sa blessure à la tête. Tandis que le village de Wushan était frappé par un tourbillon d’activités, la chambre de Linley était quant à elle, silencieuse et paisible. Linley était déjà complètement immergé dans le monde des rêves.

*Ding !*

Un son ressemblant à un carillon se fit entendre, en même temps qu’une lumière apparue, du torse de Linley. Et soudain, un nuage de lumière entoura l’anneau Panlong, qui commença à s’élever dans les airs avant s’arrêter dix centimètres plus haut.

L’anneau paraissait trembler de plus en plus fort et la brillance de l’anneau commençait aussi à augmenter.

Heureusement, personne n’était présent dans la chambre de Linley. Si quelqu’un rentrait à ce moment, il n’en aurait pas cru ses yeux. Linley, le seul présent, était toujours paisiblement endormi et ne se rendit compte de rien.

*Ting !* La brillance entourant l’anneau commença soudain à diminuer et se transforma en un unique trait de lumière qui sortit de l’intérieur de l’anneau. La lumière se condensa en une silhouette, à côté du lit de Linley.

Cette silhouette était celle d’un vieil homme au visage aimable et souriant habillé d’une robe blanche et affublé d’une longue barbe blanche. [NDE: c’est le Père Noël!! NDC : et si vous lisez le manwha, il a une plastique irréprochable !]

À ce moment, l’anneau Panlong retomba directement sur la poitrine de Linley, retournant à son état d’origine. Les paupières de Linley bougèrent puis s’ouvrirent lentement. À la vision d’un vieil homme, qu’il n’avait jamais vu auparavant, au pied de son lit, il ne put s’empêcher de sursauter.

– Vous… vous êtes qui ?!

– Salut gamin. Je m’appelle Doehring Cowart [De’lin Ke’wo’te]. Je suis un ArchiMage de niveau Saint venant de l’empire Pouant [Pu’ang], annonça le vieil homme, avec un sourire.

Les yeux de Linley s’arrondirent.

– Vous…vous êtes un mage instructeur de niveau Saint ?

Le vieil homme aux cheveux blancs acquiesça, confiant.

– Impossible. Papy, tu viens juste de dire que tu viens de l’empire Pouant. Mais l’empire Pouant a été éradiqué il y a plus de cinq mille ans. Linley était très familier avec l’histoire du continent et il savait très bien que l’empire Pouant avait cessé d’exister avant même que leur clan n’existe. À l’heure actuelle, l’empire Pouant ne faisait partie d’aucun des quatre grands empires du monde.


Cet article comporte 5 commentaires
  1. aaaa la suite la suite (euh perso un vieux barbue devant mon lit en plein milieu de la nuit s’en mange une direct de les dents) encore merci pour le chapitre =)

    1. Oui, ils se sont permis quelques libertés dans le webtoon/manga. Le changement de sexe de Doehring Cowart n’est pas la seule différence d’ailleurs… l’histoire varie aussi dans son déroulement. J’en avais parlé à un moment dans les chaps mystère que je fais à chaque fois (c’est le chap suivant le dernier chap publié – genre hier c’était sur Dillon et Rudi). Tu n’avais probablement pas commencé à le lire à ce moment donc tu n’avais pas vu 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top