skip to Main Content
Menu

Mother of Learning, chapitre 10


Traducteur : Mithestral


Chapitre 10 : Des détails négligés

Les yeux de Zorian s’ouvrirent brusquement lorsqu’il ressentit une douleur intense au niveau de son ventre. Son corps convulsa en essayant de lutter contre l’objet qui venait de tomber sur lui. Il était maintenant complètement et parfaitement éveillé.

« Bonj- »

« Non ! » l’interrompit Zorian. « Pas bonjour ! Comment est-ce que ça pourrait être une bonne journée ? Je me suis encore fait tué, cette fois par un ver géant. Et me réveiller de cette façon commence à me taper sur les nerfs ! La boucle temporelle n’aurait pas pu commencer un jour plus tard, non ? »

Il regarda sa sœur, attendant une réponse. Elle le regardait aussi d’un air très confus ; elle était probablement également un peu effrayée.

« Euh, quoi ? » demanda-t-elle avec hésitation.

Sans un mot, il la poussa hors du lit. Elle tomba à terre en faisant un bruit sourd et en poussant un cri indigné, et Zorian se dépêcha de se mettre sur pied pour répondre plus facilement à toute violence qu’elle pourrait éventuellement utiliser pour se venger. Il avait appris sa leçon des précédentes boucles et se dirigea ensuite immédiatement vers la salle de bain avant qu’elle ne récupère.

Elle réalisa rapidement ce qu’il allait faire, mais il avait déjà refermé la porte derrière lui. Ses cris d’indignation étaient une douce musique à ses oreilles, car sa mère avait finalement dû intervenir et l’avait grondée.

Peut-être pourrait-ce être une bonne journée, après tout.

Les trains… Zorian n’avait jamais vraiment apprécié les voyages en train, mais depuis qu’il était coincé dans cette boucle temporelle, il avait développé une profonde aversion pour eux. Voyager régulièrement en train était presque aussi pénible que d’avoir Kirielle le réveiller en sautant sur lui au début de chaque recommencement. Il se dit qu’il devrait peut-être tuer un peu le temps en discutant avec Ibery, afin qu’elle soit familière avec lui lorsqu’il prendrait un job à la bibliothèque, mais finalement laissa l’idée de côté. Il avait décidé de ne pas travailler à la bibliothèque cette fois-ci. Cela lui prenait en fait beaucoup de temps, et il avait des projets bien plus prometteurs, comme maîtriser tous les exercices de façonnage dans le livre d’Ilsa afin qu’elle le prenne comme apprenti. Les divinations de bibliothèque étaient utiles, mais pouvoir se débarrasser de Xvim était absolument inestimable.

Il avait également décidé de ne pas être à Cyoria le soir de l’invasion. Pas dans cette boucle, ni dans aucune autre dans un futur proche. Même s’il devait à cause de cela révéler sa situation à Zach, il prendrait le premier train qui quittait la ville le soir du bal. Il savait bien que la chose la plus intelligente et responsable à faire serait de rester dans la ville pour prendre des notes sur ce qu’il se passait, c’est-à-dire à quelle vitesse progressait l’invasion et qu’est-ce qu’il pouvait faire pour la stopper. Il le savait mais… c’était bien trop pour lui. Et pas seulement parce qu’il semblait mourir inévitablement à chaque fois qu’il s’impliquait. La montagne russe émotionnelle de l’évacuation était très difficilement supportable, même si ce n’était qu’un symptôme du véritable problème. Il hésita un moment en essayant justement d’identifier le problème. Toutes les raisons auxquelles ils pouvaient penser n’étaient pas…les bonnes.

Et puis, il réalisa enfin. C’était le sentiment d’impuissance. Chaque fois qu’il pensait à l’invasion, il ne pouvait s’empêcher de penser que les forces envahissantes étaient bien au-delà de ce qu’il pouvait gérer, et que la seule raison pour laquelle il avait survécu aussi longtemps était grâce à la chance. Il trouvait que sa mort la plus récente pouvait être utilisée comme une allégorie de l’invasion entière. Oh, donc tu as repoussé une énorme meute de loups hivernaux assoiffés de sang, tu as rejoint un abri sûr, tu as aidé à contrecarrer une embuscade menée par des traîtres, et tu penses que le pire est passé ? Bien sûr que non, idiot, un ver géant sort soudainement du sol et t’arrache la tête ! Comment était-on supposé lutter contre un truc pareil ? Comment était-il censé lutter contre un truc pareil ?

Peut-être ne devait-il pas lutter. Tout ce qui concernait l’invasion semblait si… improbable. Presque aussi improbable que Zach devenant un super-prodige en seulement un été, Zorian apprenant les 15 exercices de façonnage dans le livre d’Ilsa en moins d’un mois ou que le voyage temporel soit réel. Peut-être sa théorie qu’il existait un troisième voyageur temporel avait-elle du mérite, et que cette personne était le cerveau derrière toute l’invasion ? Cela expliquerait beaucoup de choses. Mais d’un autre côté… cela apporterait de nombreuses nouvelles question, comme pourquoi ce voyageur temporel hostile ne s’était pas encore occupé de Zach ? La liche avait déjà démontré qu’il était vraiment possible de blesser des personnes comme Zach et Zorian, et elle semblait déjà être dans le camp des envahisseurs.

De toute façon, il avait prévu de ne s’impliquer dans cette histoire d’invasion qu’après avoir appris de vrais sorts, ou après s’être calmé et qu’il se sentait émotionnellement capable d’affronter la situation, peu importe ce qui se réalisait en premier. Ce n’est pas comme s’il arriverait à étudier les détails de l’invasion s’il continuait de mourir au tout début, de toute façon.

Le train arriva finalement à Cyoria, et Zorian commença sa longue marche vers l’académie. Il n’était pas spécialement pressé cette fois, car il avait enfin trouvé un sort pour se protéger de la pluie lors de la boucle précédente, et avait hâte de l’essayer. Enfin, il avait trouvé plusieurs sorts censés le protéger de la pluie et des autres types d’intempéries, mais il s’agissait du seul qui était à sa portée. Ce qui ne le chagrinait pas du tout, car le sort ‘barrière pare-pluie’ était le sort le plus approprié pour ça. Il offrait la meilleure protection, mais demandait par contre une grande quantité de mana à maintenir. Il comprenait pourquoi le coût en mana pouvait être un problème pour ceux qui voulaient utiliser le sort pendant une durée prolongée, mais lui n’en avait besoin qu’une heure ou deux dans une ville de Cyoria exceptionnellement riche en mana ambiant.

Et puis, être enveloppé dans une sphère invisible repoussant l’eau était juste bien plus impressionnant que les protections plus subtiles et sophistiquées. La barrière le protégeait de l’eau en général, pas juste de la pluie, donc il n’avait donc pas non plus à craindre les flaques d’eau. Voir l’eau sur la route se séparer en deux lorsqu’il s’approchait, comme s’il était un genre d’émissaire céleste, l’amusait beaucoup. Cela redorait également un peu son égo, ce dont il avait vraiment besoin après s’être fait surclassé de la sorte lors de l’invasion de la boucle précédente.

Cependant , il n’utiliserait probablement plus jamais ce sort après avoir quitté la boucle temporelle, car un parapluie était plus que suffisant dans la plupart des cas, et ne consommait aucun mana. Mais, en fait, trouver un magasin qui en vendait sur sa route habituelle entre la gare et l’académie se montra particulièrement difficile, ce qui lui suggéra qu’il pourrait avoir besoin de ce sort de temps en temps, car il y aurait forcément des situations dans lesquelles il n’aurait pas de parapluie à portée de main.

Il secoua la tête. Il ne devrait vraiment pas commencer à rêvasser sur ce qu’il allait faire après s’être sorti de la boucle temporelle, car ce n’allait visiblement pas arriver de sitôt.  Il devait se concentrer sur le présent… et qu’est-ce que ça semblait étrange, considérant sa situation. Qu’allait-il faire avec Zach ? Il était vraiment tenté de tout avouer au garçon, afin qu’ils réfléchissent ensemble à comment résoudre ce bordel. Deux cerveaux valaient probablement mieux qu’un, non ? Zach était impulsif, certes, mais il n’aurait pas pu aller si loin s’il n’avait pas eu la tête sur les épaules. Mais il n’était vraiment pas confortable avec cette idée, car il soupçonnait toujours qu’il y avait encore des choses qu’il ne savait pas sur Zach, et il ne voulait pas se lancer dans quelque chose sans avoir un aperçu global de la situation.

Il décida d’attendre de voir de quelle façon Zach interagirait avec lui avant de prendre une décision.

« Zorian ! Par ici ! »

Zorian observa le joyeux Benisek qui lui faisait frénétiquement des signes de la main et se demanda ce qu’il devait faire. Il ne voulait pas vraiment lui parler. Benisek était peut-être son ami le plus proche parmi les étudiants de l’académie, mais il était également assez agaçant parfois, et ce n’est pas comme s’il pouvait informer Zorian de quelque chose qu’il ignorait. Au final, il soupira de dépit et traîna des pieds jusqu’au souriant garçon. Boucle temporelle ou non, il se sentait mal de snober quelqu’un de visiblement aussi heureux de le voir, surtout qu’il avait une vraie amitié avec Benisek.

Il trouva assez intéressant le fait que Benisek était déjà présent à la cafétéria cette fois, car ce n’était pas le cas dans les recommencements qu’avait vécu Zorian jusqu’à maintenant. Ce genre de divergences inexpliquées arrivait tout le temps, ce qui était prévisible, car il y avait au moins deux voyageurs temporels dans la boucle, ce qui changeait des événements cruciaux et d’autres sans conséquence. Mais il était quand même surprenant de voir un changement aussi tôt dans la boucle. Cela ne faisait qu’un jour qu’il était arrivé à Cyoria, et en général, il se passait une semaine avant que le cours des événements ne change de manière importante, même si beaucoup de choses continuaient de se répéter. Par exemple, la plupart des enseignants avaient un plan de cours fixe, et en déviaient rarement. De même, pour autant qu’il sache, Fortov était toujours venu le voir pour la pommade anti-rougeurs, même si l’accident avec Ibery arrivait en toute fin de boucle. Ce qui suggérait, maintenant qu’il y pensait, que l’incident n’était peut-être pas aussi accidentel qu’il n’y paraissait. C’était vraiment suspect qu’un accident soit si insensible aux autres changements…

« Tu viens d’arriver à Cyoria, pas vrai ? » demanda brusquement Benisek lorsque Zorian s’assit en face de lui.

Zorian acquiesça avec hésitation. Benisek n’était en général aussi excité que lorsqu’il parlait d’une fille très attirante, ou quand il avait entendu un ragot énorme. Zorian espérait qu’il s’agisse du second cas, car il était hors de question qu’il écoute Benisek dans le cas contraire.

« Tu ne vas pas croire ça ! » s’exclama Benisek. « Tu connais Zach ? Tu sais, Zach Noveda, dernier membre de la Noble Maison Noveda ? Il était en cours avec nous ces deux dernières années. »

Bien sûr il s’agissait de Zach. Il aurait dû s’en douter.

« Bien sûr que je le connais, » dit Zorian. « Il est… assez mémorable. »

« Tu trouves ? » dit Benisek en clignant des yeux, avant de secouer la tête. « Enfin, je veux dire, il l’est, mais je ne m’attendais pas à ce que tu t’en rappelles, puisqu’il est en quelque sorte un mage exécrable et que tu ne lui as jamais vraiment parlé. »

Zorian haussa les épaules. Pour être honnête, il était très rare pour lui d’oublier le nom de quelqu’un, peu importe son niveau d’interaction avec cette personne, ou la durée depuis la dernière fois qu’il l’avait vue. Même avant la boucle temporelle, Zorian aurait su de qui parlait Benisek.

« Bref, » continua Benisek, « Zach s’est échappé du manoir familial hier. »

« Euh, quoi ? » demanda Zorian, incrédule. « Qu’est-ce que tu entends par ‘échappé’ ? Pourquoi aurait-il besoin de s’échapper de sa propre maison ? »

« Eh bien, c’est un peu la question, pas vrai ? » répondit Benisek. « Apparemment, il s’est disputé avec son gardien légal, et ça a dégénéré en un vrai duel magique. Un duel dont, écoute-moi bien, Zach est sorti vainqueur ! La moitié du manoir a été réduite en morceaux, et Zach s’est enfui dans la ville et n’a toujours pas été retrouvé. Ils le cherchent partout ! »

« Heu… wow.. » dit Zorian, ne trouvant pas de mots. À quoi est-ce que ça rimait ?

« Comme tu dis, » approuva Benisek. « Je suis pas sûr de vouloir croire la version officielle par contre. Enfin, je veux dire, y’a pas moyen que Zach puisse gagner contre son gardien dans un duel magique ! Tesen Zveri est un mage du 7ᵉ cercle, et Zach a à peine réussi sa certification ! Mais bon, il y a bien quelque chose qui a dû détruire le manoir Noveda… »

« Comment est-ce que tu sais ça ? » demanda Zorian.

« C’est dans tous les journaux, » répondit-il. « En plus, tout le monde en parle. J’arrive pas à croire que l’un de nos camarades est impliqué dans un truc du genre. T’en penses quoi toi ? »

« Ben… honnêtement je sais pas quoi en penser, » dit Zorian.

Et il répondait honnêtement. Il ne doutait pas une seconde que Zach puisse battre, même écraser son gardien. Peu importe qu’il soit un mage du 7ᵉ cercle, il s’agissait d’un homme politique, pas d’un mage de combat. Mais pourquoi Zach avait-il voulu faire ça ?

« J’imagine qu’il ne viendra pas en cours cette fois-ci alors, » pensa Zorian tout haut. Après, cela ne le surprendrait pas spécialement de voir Zach se pointer en cours comme si de rien n’était.

« Je pense pas, non, » répondit Benisek en riant.

« Est-ce qu’il a tué quelqu’un ? » demanda Zorian. Benisek secoua la tête pour signifier que non. « Donc il n’a concrètement rien fait de bien sérieux. Qu’est-ce qu’il risque en se rendant ? »

« Eh bien, Tensen doit pas être très satisfait de lui en ce moment, et il est trop influent pour être malmené de la sorte, même pour Zach, » expliqua Benisek. « En plus, attaquer l’un des Doyens d’Eldemar est un crime finalement assez sérieux, et Tensen pourrait vraiment rendre les choses compliquées pour Zach s’il décidait d’obtenir justice. Je ne pense pas qu’il le ferait, car ça ne ferait qu’attirer encore plus l’attention sur ce qu’il s’est passé. Toute l’histoire est un immense scandale politique pour lui. J’imagine que Zach reviendra dans un mois, après s’être calmé, et Tensen, dans sa grande générosité, le pardonnera.

Zorian resta silencieux. Zach lui avait dit qu’il était rare pour lui de passer les boucles à Cyoria, et encore plus rare qu’il se rende en cours. Il s’était vraiment montré présomptueux en pensant que Zach serait dans le coin cette fois-ci. Zach avait probablement trouvé Zorian intéressant lors du recommencement précédant, mais probablement pas si intéressant. Mais c’était quand même très étrange. S’il avait voulu partir pour faire son truc de son côté, n’aurait-il pas simplement pu sortir du manoir comme il l’avait fait précédemment ? Qu’il l’aurait stoppé ? Son gardien ? Pourquoi est-ce que Tensen ferait ça ? L’homme était visiblement assez détaché de ses fonctions de gardien, comme l’avait prouvé les absences répétées de Zach lors des deux premières années d’étude, ainsi que ses notes catastrophiques.

Il n’y avait pas de réponses évidentes, et Zorian ne se sentait pas de se lancer à la recherche de Zach. Il ne le trouverait probablement pas, même s’il essayait, et n’avait pas vraiment de raison de le faire.

Contrairement à échapper aux griffes impitoyables de Xvim. Qu’y avait-il de plus important que cela ?

Le reste de la boucle fut agréablement tranquille. Il n’y avait pas de Zach, car le garçon n’était jamais venu en cours et personne n’arrivait à le retrouver. Au bout d’une semaine, les journaux arrêtèrent d’écrire sur le sujet car il n’y avait pas de nouveau développement justifiant d’y passer du temps, et les rumeurs dans les cercles étudiants se turent peu après. De son côté, Zorian se lança à corps perdu dans la maîtrise des exercices dans le livre d’Ilsa. Il négligea presque tout le reste, séchant les cours dès qu’il pensait pouvoir s’en sortir impunément. Akoja était furieuse, car apparemment, il plombait les statistiques de présence de la classe, et même Ilsa l’interpella sur la question. Heureusement, Zorian avait les meilleurs notes de la classe dans toutes les matières malgré ses nombreuses absences, ce qui diminua l’impact des critiques d’Akoja. Il avait également réussi à convaincre Ilsa qu’il travaillait sur un projet personnel qui lui prenait énormément de temps, et qu’il ne séchait pas les cours sans raison comme l’avait suggérait Akoja. Il la rassura en expliquant que son projet serait fini d’ici la fin du mois, et qu’il retournerait normalement en cours après le festival d’été. Elle lui fit promettre de lui montrer ce sur quoi il travaillait lorsqu’il aurait terminé, et il accepta avec enthousiasme.

Le fait de se concentrer sur sa tâche donna des résultats rapidement : il avait maîtrisé la lévitation verticale et la lévitation en point fixe avant la fin de la boucle. Il ne s’embêta pas à montrer ces exercices à Xvim, qui le faisait toujours travailler sur le stylo tournant, car il doutait obtenir une réaction quelconque. Rien ne semblait satisfaire ce type.

Il n’avait pas été présent le jour de l’invasion, évidemment. Sans l’anneau de Zach, il était encore plus inutile au combat qu’il ne l’avait été dans la boucle précédente, donc il n’aurait probablement pas survécu très longtemps. Il avait pris soin de travailler quotidiennement les invocations de combat que Zach lui avait appris, espérant un jour arriver au même niveau de magie réflexe qu’avait démontré Zach. Cela lui demanderait évidemment des années d’entraînement, mais mieux valait commencer aussi tôt que possible. Il n’avait pas non plus quitté la ville en train, comme habituellement. Il marcha à bien jusqu’à l’une des collines surplombant la ville et observa Cyoria.

Regarder l’invasion progresser depuis son point de vue fut non seulement plus facilement supportable pour Zorian que d’être dans le feu de l’action, mais était également très instructif. C’était très intéressant de voir comment se développait l’invasion de manière générale. Il semblait y avoir trois étapes, donc la première consistait évidemment en un tir d’artillerie camouflé. Les fusées explosives visaient essentiellement trois zones cruciales : l’hôtel de ville, la base militaire locale, et un groupe de bâtiment que Zorian ne reconnaissait pas. L’académie ne semblait pas être l’une des cibles principales, probablement parce que les envahisseurs voulaient la conserver relativement intacte. À part l’explosion initiale, les zones d’impact semblaient faire apparaître des élémentaires de feu dont il fallait s’occuper. Heureusement, de nombreux bâtiments à Cyoria étaient protégés contre le feu, car Zorian ne doutait pas une seconde que la ville aurait été ravagée en quelques minutes par un incendie dans le cas contraire. Une fois que les élémentaires de feu avaient eu quelques minutes pour créer leur désordre, des monstres commencèrent à sortir des égouts pour se propager dans toute la ville, avant que les lanceurs de sorts n’arrivent enfin.

La bataille faisait encore rage lorsque l’horloge montra minuit et deux minutes, et la vision de Zorian s’obscurcit totalement.

En fait, l’armée de monstre était l’élément le moins destructeur de l’invasion. Si seulement il pouvait, d’une façon ou d’une autre, empêcher le premier barrage de sorts de détruire la majorité des défenses de la ville dès le départ, ou au moins tuer de nombreux mages qui suivaient la vague de monstres… Enfin, ça serait quelque chose pour quand il en aurait les moyens.

Les trois recommencements suivants se passèrent de façon relativement identique, et commençèrent tous avec Zach qui affrontait son gardien et s’échappait dans la nuit. Ce n’était apparemment pas un acte isolé, mais c’était devenu une routine. Les détails exacts variaient, certes, mais à chaque fois il malmenait Tesen avant de s’en aller dieu sait où. Malheureusement, Zorian ne put trouver aucune information substantielle sur Tesen. Il était un homme politique très important, et donc pas forcément très approchable, et aucun moyen d’information dont Zorian disposait ne pouvait expliquer l’apparente hostilité de Zach à son égard.

Son travail avec le livre d’Ilsa progressait rapidement, mais il commençait sincèrement à s’en lasser. Il ne pouvait faire qu’un certain nombre de répétitions d’exercices de façonnage avant de perdre tout enthousiasme. En plus, Ilsa lui avait dit que la plupart des étudiants n’en apprennent que 6 par an en moyenne, et il était déjà à bien plus, ce qu’il attribuait à l’attention très particulière qu’il avait mis sur ce sujet. Combien de personnes pouvait prétendre réussir à concentrer toute leur énergie sur des exercices de façonnage ? Il y avait tellement de choses à faire pour un étudiant typique que les exercices de façonnage étaient probablement tout en bas de leur liste de priorités.

C’est pourquoi il se trouvait actuellement dans le bureau d’Ilsa, essayant de voir s’il pouvait obtenir quelque chose d’elle avant d’avoir effectivement terminé le livre complet.

« Que puis-je pour vous, monsieur Kazinski ? » demanda Ilsa.

« Eh bien, je suis un peu inquiet sur le programme que vous avez détaillé lors du premier cours, » commença Zorian. « Je ne suis pas certain d’apprendre quoique ce soit d’intéressant, car j’ai déjà une maîtrise solide sur tous les sujets que vous avez abordés. »

Ilsa haussa les sourcils. Hé, ça avait marché sur Kyron, pourquoi ça ne marcherait pas aussi sur Ilsa ?

« Je vois, » répondit-elle après une seconde de silence. « Est-ce que cela vous dérangerez de passer quelques tests rapides pour confirmer vos affirmations ? »

Zorian était confiant de pouvoir répondre à toutes les questions qu’elle pouvait lui poser, et accepta. Elle fouilla dans un de ses tiroirs et en sortit deux tests différents. Le premier était une copie conforme du test qu’Ilsa donnait à la classe à chaque recommencement la veille du bal du festival d’été, et Zorian le remplit en moins de dix minutes, presque de mémoire. Le second était bien trop dur, couvrant des sujets très avancés qu’ils n’avaient jamais traités en classe. Zorian ne réussit à remplir que le quart des questions avant la fin du temps réglementaire, et il savait que pas toutes ses réponses n’étaient justes.

Ilsa parcourut rapidement les deux tests avant d’acquiescer.

« Vos connaissances théoriques sont plutôt lacunaires, » dit-elle avec un soupir très théâtral, et Zorian dut se retenir pour ne pas se plaindre. C’était n’importe quoi ! Elle lui avait donné le second test juste pour être sûre qu’il échoue ! « Tenez, je vais vous donner une liste de lectures additionnelles à faire pendant votre temps libre. »

Deux minutes plus tard, elle jeta quasiment Zorian dehors, avec un bout de papier dans la main sur lequel était griffonnées quelques références. Il regarda la liste, très tenté de l’incinérer sur le champ. Il était censé commencer à travailler les variations de l’exercice de création de flamme de toute façon. Mais il ne le fit pas. Il ne s’avouerait pas si facilement vaincu ! S’il avait survécu au mentorat de Xvim pendant si longtemps, il arriverait à lire quelques manuels théoriques. Il serait de retour. Elle pouvait en être certaine.

« Bonjour, frérot ! Bonjour, bonjour, BONJOUR ! »

« Bonjour, Kiri, » répondit Zorian d’un ton plaisant. « Merci de m’avoir réveillé. »

Kirielle le regarda d’un air bizarre pendant quelques secondes avant de souffler de déception devant son manque de réaction. Elle descendit de son lit. Bon sang, il aurait dû essayer ça il y a bien longtemps.

« T’es pas marrant, » l’accusa-t-elle.

Zorian se contenta d’acquiescer.

« Maman veut te parler, » dit-elle. « Mais tu pourrais me montrer de la magie avant de partir ? Steuplaiiiiiiiiiit ? »

Eh bien… pourquoi pas ? Il lança rapidement le sort ‘lanterne flottante’, créant un orbe de lumière au-dessus de sa paume. Il fit voler l’orbe un peu partout dans la chambre, et invoqua le sort deux fois de plus, en changeant la couleur de l’orbe.

Les livres qu’Ilsa lui avait donné à lire étaient remplis essentiellement de détails super ennuyeux, mais ils lui apprirent quand même quelque chose d’intéressant. Toutes les variations qu’il s’était entêté à travailler avaient apparemment un autre but que de simplement améliorer ses talents de façonnage. Ils lui permettaient en effet d’ajuster certains sorts en fonction de ce qu’il voulait . La variation de l’exercice d’émission de lumière qui lui demandait de produire de la lumière colorée lui permettait de changer la couleur de l’orbe luisant du sort lanterne flottante. S’il arrivait à maîtriser tout un tas d’exercices liés à l’émission de lumière, les invocations liées à la lumière seraient bien plus puissantes et consommeraient moins de mana. Ce principe s’appliquait également aux autres groupes de sorts. Ainsi, les exercices liés au feu amélioraient les invocations basées autour du feu ou de la chaleur, et les exercices de lévitation amélioraient les sorts de télékinésie. Il était immédiatement moins las de devoir faire tous ces exercices de façonnage quand il apprit cela. En fait, s’ils étaient vraiment aussi utiles, il irait probablement en chercher d’autres une fois qu’il aurait fini le livre d’Ilsa.

« Encore ! Encore ! » réclama Kiri.

Il distrait Kiri avec quelques orbes supplémentaires avant de sortir discrètement de la chambre pour se rendre dans la salle de bain avant que Kirielle ne réalise quoique ce soit. Pourquoi insistait-elle autant pour s’y rendre en premier, déjà ? C’était excessivement mesquin, même pour elle. Il fallait quand même qu’il lui demande lors d’un futur recommencement.

Malheureusement, il oublia complètement qu’il avait rempli sa chambre d’orbes lumineux de plusieurs couleurs quand Ilsa arriva, donc ça ne le dérangea pas de l’inviter dans sa chambre. Il se dépêcha de balayer sa main devant lui pour dissiper les orbes, mais il était trop tard. Ilsa les avait déjà vus, et le regardait d’un air curieux.

« Ce n’est pas vraiment un sort de seconde année, » remarqua Ilsa en le regardant intensément.

« Daimen peut être un excellent professeur quand il s’y met, » expliqua Zorian avec un sourire gêné, utilisant sans aucune pudeur la renommée de Daimen pour se sortir de cette situation. Montrer des sorts du premier cercle à des mages non certifiés était illégal, mais si Zorian avait appris une chose dans sa vie, c’était que Daimen pouvait presque toujours s’en sortir impunément.

« Et vous savez comment produire quelque chose d’autre que de la lumière blanche, » remarqua Ilsa. « Impressionnant. J’imagine que ceci devrait être facile pour vous, alors. »

Elle lui tendit un parchemin très familier, et Zorian s’apprêtait à l’inonder de mana pour briser le sceau quand il réalisa que quelque chose clochait. Ilsa le regardait comme un aigle qui observait sa proie. Elle n’avait jamais montré autant d’intérêt pour l’ouverture du parchemin, donc pourquoi cette réaction cette fois-ci ? Il analysa le parchemin pendant quelques secondes, incapable de voir de différences avec le parchemin habituel. Même les symboles sur le sceau étaient les mêmes. Attendez…

Quelques instants plus tard, il se rappela où il avait déjà vu les symboles inscrits sur le sceau et eut le désir de se frapper le crâne contre le mur. Comment… pourquoi… ces sournois petits…

Il l’avait mal fait ! Pendant tout ce temps, il s’était contenté d’injecter du mana pour briser le sceau, au lieu de le canaliser d’une manière très particulière afin d’ouvrir le sceau en le gardant intact ! C’était marqué, directement sur le satané sceau ! Cela demandait un contrôle du mana plus fin que de simplement le forcer, mais ce n’était rien dont il n’avait pas déjà été capable avant la boucle temporelle ! Pendant tout ce temps, il pensait que les symboles n’avaient qu’une nature décorative, alors qu’il s’agissait d’instructions. Des instructions écrites dans une forme assez obscure, certes, mais quand même. Comment avait-il pu rater ça ?

Il dirigea son mana pour le guider sur les côtés du sceau, et ce dernier s’ouvrit sans aucune résistance.

« Très bien, » dit Ilsa avec un sourire. « Peu d’étudiants ont un tel contrôle de leur magie à cet âge. Je vois que quelqu’un suit de près le chemin emprunté par Daimen. »

Zorian lui fit également un sourire poli. Ne pas grimacer… il ne doit pas grimacer…

« Malheureusement, je suis un peu pressée, donc nous allons devoir continuer cette conversation plus tard, » dit-elle. « Venez me voir dans mon bureau quand vous arriverez à Cyoria. Maintenant, au sujet de vos options…. »

Ilsa le regarda. Il la regarda en retour. Elle jeta un œil sur les deux tests complètement remplis sur son bureau avant de porter à nouveau son regard interrogateur vers lui. Zorian resta silencieux.

Zorian trouva assez agréable le fait d’impressionner quelqu’un à ce point. Apparemment, Ilsa n’était pas aussi insensible à ses démonstrations de talent que ne l’était Xvim.

« Je dois bien admettre que je ne m’attendais pas à ce niveau de connaissances et de façonnage quand je vous ai demandé de venir me voir, » dit-elle pensivement. « Le second examen que je vous ai donné est celui que je donne généralement aux étudiants à la fin de l’année, et vous n’avez fait que deux erreurs. En plus, vous connaissez 10 différentes variations des trois basiques, ce qui est astronomique pour un étudiant de troisième année. »

Elle tapota son stylo sur la table, perdue dans ses pensées.

« Vous avez peut-être effectivement trop avancé pour ce que je prévois d’enseigner à vos camarades cette année, » admit-elle finalement. « Mon cours est essentiellement dans le cursus pour s’assurer que les étudiants n’ont pas de lacunes énormes dans le façonnage et sur les connaissances théoriques, ainsi que pour leur enseigner quelques sorts d’utilité générale aux mages. Vous êtes bien au-delà de ça. Que vais-je bien pouvoir faire de vous ? »

« Me transférer de Xvim afin que vous puissiez personnellement enseigner à un étudiant si prometteur ? » essaya Zorian.

Elle rit.

« Désolée, » dit-elle. « Vous êtes bon, mais pas si bon. En plus, vous devriez avoir moins de mal que les autres victi – heu les élèves de professeur Xvim. À cause de vos talents de façonnage, et tout ça. »

« Vous seriez surprise d’apprendre à quel point cela lui importe peu, » soupira Zorian.

« Oh, quoi, monsieur Kazinski. Vous n’avez même pas eu la moindre séance avec lui, » le réprimanda-t-elle. « Je suis certaine que les rumeurs que vous avez entendues sont largement exagérées. »

« C’est ça, » dit Zorian, incapable de s’empêcher de rouler des yeux. « Pouvez-vous au moins me donner une permission écrite de ne pas assister à vos cours ? Vous avez dit vous-même que je n’apprendrais rien, de toute façon. »

Ce n’était pas vraiment ce que Zorian recherchait, mais il se dit que c’était mieux que rien. Cela lui donnerait quelques heures de libre en plus dans la semaine, ce qui ne lui serait pas spécialement utile pendant qu’il se trouvait dans la boucle temporelle (auquel cas il pouvait juste sécher les cours s’il lui fallait du temps) mais serait agréable si jamais il en sortait. En plus, une permission écrite lui permettrait d’éviter les pleurnichements d’Akoja.

« Non, » dit Ilsa. « J’ai besoin de vous en classe, ne serait-ce que pour motiver le reste des étudiants. Ne vous en faites pas, je m’assurerai que vous ne vous ennuyiez pas en cours. »

Merde. Peut-être n’aurait-il pas dû lui demander ça…

« En attendant, je vais vous faire une faveur, » continua Ilsa. « Je suis personnellement un peu trop occupée pour vous enseigner, mais je vais voir si je peux trouver un autre professeur qui voudra bien vous donner quelques instructions. Y a-t-il un domaine dans lequel vous êtes particulièrement intéressé ? Personnellement, je vous recommande de vous intéresser soit aux divinations, soit aux altérations, mais vous êtes libres de choisir autre chose. »

« Les formules de sorts, » dit fermement Zorian.

« Oh ? Ambitieux, » remarqua Ilsa. « C’est un sujet difficile. En tout cas, vos talents en façonnage ne vous seront d’aucune utilité. »

« J’en suis sûr, » confirma Zorian. Les formules de sorts l’avaient fasciné depuis qu’il avait commencé à apprendre la magie, donc il n’allait pas manquer ce genre d’opportunité.

« Très bien, » dit-elle en haussant les épaules. « Je ne prévois pas de problème dans ce cas. Je suis certaine que madame Boole sera ravie d’avoir un étudiant aussi talentueux et déterminé. »

‘Madame Boole’ ? Comme dans Nora Boole, la maniaque aux cheveux oranges qui voulait que ses étudiants lisent douze livres en une semaine et leur donnait des tests de progression de 60 questions toutes les deux séances ? Zorian s’empêcha de soupirer. Pourquoi ne pouvait-il pas avoir un mentor normal, pour une fois ?


Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top