skip to Main Content
Menu

MGA – Chapitre 64

Chapitre 64 : Les flammes déchaînées du Paradis Brûlant

 

« Qui…qui es-tu ? »
Le chef de l’école des Milles Vents dit ces mots tout en tremblant.

En regardant l’homme d’âge moyen habillé comme un mendiant devant lui, il était vraiment terrifié, à tel point qu’il ne le comprenait pas lui même. Bien que le mendiant n’émettait pas une once d’aura et ressemblait à une personne normale, le chef de l’école était profondément terrifié simplement en regardant ses yeux. La peur pénétrait ses os.

Spécialement, avant. Bien qu’il n’ait pas vu comment il était arrivé à cet endroit, il sentait en son for intérieur qu’il venait du ciel. Ce qui signifiait que la personne devant lui était un expert du Domaine Paradis.

Le Domaine Paradis. Un domaine que personne n’avait atteint dans la Province Azur. Seul le suzerain des Neuf Provinces de la Dynastie Jiang avait un caractère suffisamment fort. C’était indubitablement le domaine qui ne pouvait être atteint que par les experts du sommet des Neuf Provinces.

Mais, de ce qu’il en savait, même à la cour impériale, les personnes qui atteignaient le Domaine Paradis étaient des personnes âgées dont l’age était similaire au sien. Mais devant lui, la personne n’était clairement que dans la cinquantaine. C’était extrêmement difficile pour lui d’accepter qu’il soit arrivé au Domaine Paradis à cet âge.

« Tu ne devrais pas l’attaquer. »
La personne ressemblant à un mendiant parla d’une voix très ferme, comme s’il dégageait l’aura d’un roi dominant le Monde.

« Je ne devrais pas attaquer qui ? Est… Est-ce garçon ? »

« Dé…Désolé, je ne l’avais pas reconnu et je ne savais pas qu’il était en contact avec vous. J’espère que vous pouvez être généreux et épargner ma vie. »

Après tout, il était le chef de l’école des Milles Vents. Très rapidement, il se rappela que Chu Feng était assez différent des autres. Si Chu Feng était en contact avec la personne devant lui et qu’il avait tenté de tué Chu Feng avant, alors il était vraiment aux portes de la mort.

« S’il vous plaît, épargnez-moi…épargnez-moi… »

En réfléchissant à tout cela, le chef de l’école des Milles Vents s’agenouilla et frappa continuellement sa tête sur le sol. Il ignora complètement sa grande position et son statut. Sa vie étant en danger, il choisit de tout abandonner et cela incluait sa dignité.

*Brrrrrhrrrr*

Juste à cet instant, un bruit de pas résonna au loin, tel le tonnerre. Après un moment, du sable s’éleva partout. Jetant un coup d’œil, des silhouettes densément regroupées courraient follement en direction de la tombe. D’après leurs vêtements, c’était l’armé de l’école des Milles Vents.

L’école des Milles Vents et l’école du Dragon Azur étaient très différentes. Bien qu’elles étaient assez proches du désert, les nouvelles de la tombe étaient un piège arrangé par le professeur de l’école du Dragon Azur, Zhuge.

Donc, l’objectif de l’école du Dragon Azur était déjà clair avant même leur arrivée. Les disciples principaux collectaient les trésors de différents endroits de la tombe mais personne n’entrait dans le brouillard. À l’instant où ils avaient fini de collecter les trésors, ils se repliaient.

Le chef de l’école des Milles Vents qui ne connaissait pas la vérité continuait d’envoyer des personnes une fois la tombe ouverte. Il envoya beaucoup de personnes qui voulaient monopoliser les trésors de la tombe. Mais, il n’aurait jamais pensé qu’ils étaient dans le piège de Zhuge donc ils subirent de lourdes pertes.

L’armé de l’école des Milles Vents qui approchait ne connaissait pas la vérité. Il s’agissait des troupes de renfort qui venaient juste d’arriver. Mais après avoir vu cette scène, ils restèrent sans voix.

« Qui es-tu pour oser nuire au chef de notre école ? »

Les professeurs principaux de l’école des Milles Vents reconnurent leur propre chef d’un regard. Mais, quand ils virent qu’il était agenouillé sur le sol tout en suppliant pour le pardon, ils devinrent furieux et énervés. Sans même y penser, ils commandèrent l’armé et chargèrent vers lui.

Devant cette scène, le chef de l’école des Milles Vents ne s’en préoccupa même pas un peu. Il continua de frapper sa tête vers le mendiant et espérait qu’il puisse obtenir le pardon. Il savait que la personne devant lui n’était pas un personne que l’on pouvait vaincre par le nombre.

« Même si je ne te tue pas, il ne va pas te pardonner. Je vais t’envoyer faire un voyage, ce sera mieux que lui faisant une action à ton encontre. »

Le mendiant ouvrit lentement ses yeux. Soudainement, la cicatrice sur son front commença à émettre une lueur rouge comme une flamme. Pendant que ses cheveux s’agitèrent, un énorme boom résonna. Dans une circonférence d’un mile, le désert devint un océan de flammes.

L’océan de flammes s’éleva dans les airs, atteignant une douzaine de pieds de haut. Les flammes croissantes étaient tantôt comme un énorme dragon, tantôt comme un tigre féroce, et continuèrent de rugir tout en se précipitant autour du désert.

Elles avalèrent l’armé de l’école des Milles Vents quasiment en un éclair. Les personnes auparavant agressives étaient telles des fourmis sur du pain chaud. Ils perdirent instantanément toutes leurs habilitées et commencèrent à rouler leur corp dans les flammes en hurlant sans cesse de douleur.

En un instant, une multitude de cries résonnèrent de toutes parts. Même le chef de l’école des Milles Vents n’avait aucun moyen de résister à une température si terrifiante et élevée.

Mais, le mendiant fou n’était pas affecté par les flammes. Ses vêtements ne brûlaient même pas et il marchait calmement dans les flammes.

Malgré ses vêtements inadéquates et ses cheveux en bataille, personne n’avait une aura comparable à la sienne. Il était comme un roi, il ressemblait à un roi dominant le monde.

« Je suis les flammes déchaînées du Paradis Brûlant et je peux brûler toutes choses vivantes. Je suis un saint du Paradis Brûlant et je souhaite unir le monde. Je suis le fils sacré du Paradis Brûlant et je suis invincible… »

« Ahh~~ »

Soudain, un éclair passa dans les yeux de l’expert qui possédait une présence anormale . Il commença brusquement à hurler d’une douleur si grande qu’il voulu mourir. Ses deux mains étaient en train d’attraper ses longs cheveux et il commença à se rouler dans les flammes. Il utilisa son corps pour percuter le sol et la force de son pouvoir fit même trembler le désert.

Personne ne savait combien de temps cela dura avant qu’il ne se calma lentement. Les flammes commencèrent aussi à disparaître progressivement et la cicatrice entre ses sourcils retrouva également son aspect normal. Même son aura de roi avait disparu.

Ses yeux n’étaient plus féroces, ils étaient redevenus ternes. Son expression étaient extrêmement tendue comme s’il était terrifié par quelque chose. Il courut et cria tout en tremblant de gauche à droite.

« Je devrais mourir, je devrais mourir, je ne devrais pas être entré dans votre territoire, s’il vous plaît pardonnez-moi, s’il vous plaît pardonnez-moi, je ne veux pas mourir… »

« J’ai promis que je le protégerais, je vais le protéger sans faillir aussi longtemps que vous me laisserez partir, je ferais n’importe quoi pour vous… »

Plus tard dans la journée, le désert entier devint une zone interdite. Bien qu’il n’y avait plus de flammes, la zone gardait une température tellement élevée que personne ne pouvait y marcher. La soudaine arrivée de l’énorme feu devint aussi une information choquante et cela commença rapidement à se répandre dans l’Ancienne Ville.

« Laissez-moi y aller, je dois le trouver. »

« Su Mei, calme-toi. La tombe est déjà devenue une zone interdite. Même les experts du Domaine Profond ne peuvent pas s’en approcher donc tu n’as aucun moyen d’entrer. »

« Laissez-moi partir ! Trois jours sont passés et Chu Feng n’est toujours pas rentré. Les gars n’êtes-vous pas nerveux ? Il a risqué sa vie pour tous nous sauver ! » À l’entrée de l’Ancienne Ville, Su Mei était retenue par Bai Tong et les autres. Son visage reflétait toute son angoisse et sa colère.

« Hey, qu’est-ce que vous faites ? Pourquoi est-ce si vivant ici ? »
Or, à cet instant, une voix résonna soudainement et quand tout le monde leva la tête pour regarder, ils se réjouirent.

Ils virent que Chu Feng se tenait debout à proximité en souriant et les regardait en plissant les yeux. Mais, à ce moment là, Chu Feng était dans un état si pitoyable qu’il ressemblait à un mendiant.

« Chu Feng. »
Mais personne n’aurait jamais imaginé que même si Chu Feng était dans un tel état, Su Mei pourrait l’ignorer et sauterait dans ses bras et l’enlacerait fortement. Sur le coin de ses yeux, il y avait même des larmes de joie.

Cet article comporte 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top