skip to Main Content
Menu

MGA – Chapitre 51

 

Chapitre 51 : Boussole du Monde Spirituel

 

 

Su Mei était en train de porter actuellement un cheongsam1 rose et ses long cheveux noirs comme jais étaient éparpillés le long de ses épaules. Au-dessus de sa tête, il y avait même un grand arc. Ses vêtements mixés avec son gentil visage étaient vraiment frais, propres, raffinés et c’était un festival pour les yeux.

« Qu’est-ce que c’est chérie? Après avoir été séparés pendant aussi longtemps, tu es déjà en train de penser à moi ? » Voyant que Su Mei était habillée comme cela, Chu Feng ne put pas s’empêcher de la taquiner.

« Me crois-tu si je te dis que si tu m’appelles encore chérie, je vais déchirer ta bouche en plusieurs morceaux2 ? » Su Mei grinça des dents et son gentil visage devint instantanément féroce.

Mais de ce que Chu Feng voyait, la Su Mei qui était comme cela était encore plus jolie donc il rigola et dit, « Pourquoi tu ne m’autorises pas à t’appeler chérie ? Je suis ton amoureux ! »

« Toi bâtard ! »

Les mains blanches comme neige de Su Mei attrapèrent le bras de Chu Feng. Ses deux doigts étaient comme une paire de pinces et ils s’entrecroisèrent soudainement. Le visage de Chu Feng se tordit instantanément, sa bouche s’ouvrit, puis un cri semblable aux lamentations d’un fantôme et aux hurlements des loups résonna dans la taverne.

« Ah~~~~~~~~~~~~~~ »

Après un moment, les deux apparurent sur la route dans l’Ancienne Ville.

Or il se trouvait que beaucoup d’experts étaient rassemblés ici. Quelques personnes voyaient une opportunité d’affaire, et comme ils étaient en train d’attendre des nouvelles sur la tombe, ils sortaient d’étranges mais précieux trésors et les vendaient.

Quand Su Mei apprit cela, son côté curieux qui voulait avoir du bon temps prit Chu Feng et l’amena sur place.

À ce moment, les deux étaient sur les anciennes routes. Un garçon idiot comme Chu Feng était en train de suivre une beauté comme Su Mei et cela attirait beaucoup de regard d’admiration et de jalousie.

Mais, il était évident que Chu Feng ne savait pas qu’il était chanceux quand il l’était. Voyant une tache verte sur son bras, Chu Feng dit avec grief3, « Zut fille, tu es trop féroce. C’est vert maintenant. »

« Humph, allons voir si tu oses maintenant me taquiner ! » Su Mei courba ses lèvres car elle était heureuse et ce du fond du cœur, elle regardait joyeusement partout dans la place. Quand elle parla, elle attrapa la main de Chu Feng et courut vers une rue marchande.

Dans cette rue marchande, les objets disposés étaient tous des bijoux pour les filles. Les matériaux étaient extrêmement uniques et toutes les couleurs qui devraient être là étaient là. Su Mei était profondément attirée par eux et elle s’agenouilla devant le stand puis commença à les sélectionner sérieusement.

La vieille femme qui avait ouvert le stand était extrêmement heureuse et elle commença à vraiment présenter les objets à Su Mei. Regardant le sourire démoniaque de la femme, Chu Feng lui donna une évaluation. Femme d’affaire malicieuse !

Comme il s’ennuyait, Chu Feng lança un regard sur le côté et découvrit un vieil homme mentant tout près.

Le vieil homme était assez sale. Personne ne savait depuis combien de jours ses cheveux n’avaient pas été lavés et ceux-ci étaient collés en masses.

Il avait un visage plein de saleté, des pièces sur tous ses vêtements, et dans ces pièces étaient encore plus de pièces. Il était en train de porter un sac de vêtements et quelque chose d’inconnu était bourré à l’intérieur. L’une des jambes de son pantalon était longue, et l’autre était courte. Il était en train de porter une paire de chaussures usée, et l’avant montrait ses doigts de pied tout en montrant également son talon.

Son stand n’était pas comme ceux des autres personnes qui étaient en train de faire de la publicité partout. Plutôt, il était allongé avec une de ses jambes croisée par-dessus l’autre et il était comme un paresseux. Il ne regardait même pas les clients qui étaient autour.

Bien que le vieil homme ne vende pas proprement, la pile de vieux livres devant lui attira l’attention de Chu Feng.

Actuellement, à la surface, les livres ne paraissaient pas spéciaux. Ils étaient cassés, miteux, épuisés, et il y avait même une couche de poussière dessus. On ne pouvait même pas dire quel était le titre du livre.

Mais Chu Feng, qui avait le pouvoir Spirituel, trouva que dans la pile de livres, il y en avait qui contenaient une étrange fluctuation.

« Vieil homme, combien vends-tu ces livres4 ? » Chu Feng s’avança et demanda.

Le vieil homme ne leva même pas la tête. Il étendit un doigt vers Chu Feng, montrant un 1.

« Une pièce de cuivre ? » Chu Feng essaya.

« Ha ! Est-ce qu’une pièce de cuivre est même assez pour un repas de mendiant ? » Entendant les mots de Chu Feng, le vieil homme s’assit avec un ‘whoosh’5 et était énervé.

« Vieil homme, donc tu veux un ‘tael’ d’argent ? » Bien que Chu Feng était poli en surface, il était en train de maudire dans son cœur, « Avec une apparence comme la tienne, même si tu dis que tu es un mendiant, tu seras insultant pour les mendiants. »

« Une Perle Spirituelle et tu peux tout prendre ! » Le vieil homme dit ces mots extrêmement clairement.

« Zut ! Pourquoi ne pas me voler au lieu de cela ? Tu factures autant pour ces livres cassés ? » À cet instant Chu Feng s’énerva également.

Mais le vieil homme ne s’en préoccupa pas. Il s’allongea sur le sol une fois de plus et dit une phrase, « À prendre ou à laisser. »

Après cela il se murmura à lui-même, « Mes livres sont l’héritage de mon ancêtre. Dans certains d’entre eux il doit y avoir des trésors, mais c’est juste que les personnes normales ne peuvent pas voir la différence. Si ce n’était parce que les jours sont durs à supporter, je n’aurais jamais sorti ces livres pour les vendre. »

« Ancêtre ? Tu es assez ridicule. Qui est ton ancêtre ? » Juste à ce moment, Su Mei s’avança aussi.

« Mon ancêtre vient d’un endroit spécial. Il est un World Spiritist ! » Le vieil homme dit fièrement.

« World Spiritist ? Quel vantard ! » Su Mei ne le croyait évidemment pas.

« Tu peux me croire ou pas. À la fin, quelqu’un qui sait ce qu’il fait va acheter cela. » Quand il parla il ferma les yeux.

Entendant les mots du vieil homme, le cœur de Chu Feng se resserra. Si ce qu’il disait était vrai, alors ce que sentait Chu Feng devait très certainement être le reste d’un World Spiritist.

« Su Mei, as-tu une Perle Spirituelle ? Prêtes-en moi une ! » Chu Feng se mordit les dents et dit cela à Su Mei.

« Qu’est-ce que tu es en train de faire ? Vas-tu vraiment être piégé par ce vieil homme ? » Voyant cela, Su Mei était un peu réticente.

« Si tu en as une, s’il te plaît prête-la-moi ! » Chu Feng étira sa main vers Su Mei.

« Toi idiot. Je ne t’ai jamais vu aussi stupide. » Bien qu’elle dise cela, Su Mei prit tout de même une Perle Spirituelle dans sa bourse de hanche et la donna à Chu Fen.

« Merci. » Chu Feng prit la Perle Spirituelle et la donna au vieil homme, « Vieil homme, je vais t’acheter tes livres ! »

« Wow ! C’est effectivement une Perle Spirituelle. Tu es une fille assez riche. » Le vieil homme attrapa la Perle Spirituelle et commença à l’inspecter attentivement. Après avoir cogné sur la perle avec sa main droite pendant un bon moment, il l’embrassa avec plein d’amour.

« Il semble que c’est la première fois que tu vois une Perle Spirituelle hein ? » Voyant le vieil homme excité, Su Mei était très mécontente.

D’un autre côté, Chu Feng ne dit rien. Il enveloppa la douzaine de livres avec le vêtement utilisé pour le stand de rue et il les mit sur son épaule.

Mais juste quand Chu Feng était prêt à partir, le vieil homme prit quelque chose de son sac de vêtement cassé.

« Héhé, petit frère, tu as assez de perception. Etant ton admirateur, je vais te donner un cadeau. »

C’était un disque violet. Le disque était créé avec un type spécial de bois. Sur les quatre côtés, nord, est, sud, et ouest, on avait écrit dessus. Sur la gauche et la droite, vie et mort, bonne chance et mauvaise chance étaient gravés dessus. Il y avait un symbole étrange gravé sur le milieu du disque de bois.

« Qu’est-ce ? » Su Mei l’attrapa et l’inspecta curieusement.

« Eh, petite fille. Cette chose vient d’un endroit spécial. C’est essentiel pour les World Spiritists. Cela peut prédire la vie et la mort, la bonne chance et la mauvaise chance. C’est appelé la Boussole du Monde Spirituel ! » Le vieil homme dit comme s’il savait tout à propos de l’objet.

« Oh ? C’est assez incroyable. Comment utilise-t-on cette chose ? » Su Mei demanda de près.

« C’est… C’est une chose pour World Spiritist donc comment je saurais ? Héhé, vous deux étudiez le de vous-même. J’espère que l’on se verra encore ! »

Le vieil homme toucha ses perles sèches et roula ses yeux, comme s’il était effrayé que Chu Feng reviennent sur son achat. Puis il se tourna et s’enfuit.

« Regarde ! Je savais que c’était un escroc ! » Voyant les pas du vieil homme qui était comme une étoile filante, Su Mei piétina le sol de colère.

 

 

  1. Une sorte de tenue traductionnelle féminine ici
  2. là c’est pas mal d’interprétation dans cette phrase, mais sinon cela faisait une répétition, « I’will tear your month apart » soit littéralement, « Je vais déchirer ta bouche séparément » qui je trouve est moins cool que ce que j’ai traduit.
  3. Un grief est un motif de plainte, de reproche.
  4. Je pense que c’est une petite erreur de traduction le traducteur a mis How are you, soit comment vas-tu ce qui n’a pas trop de sens donc je pense que c’est How mutch are you soit combien vends-tu
  5. le bruit fait par un train ou par le crissement de pneu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top