skip to Main Content
Menu

Long Live Summons! Chapitre 22

<– Chapitre précédent | IndexChapitre suivant –>

Traduction : Ishamael
Check : P’tit Lu

Chapitre 22 – S’il te plait, ne tombe pas si facilement amoureuse de moi

La voleuse marmonna « ridicule » et enleva la main de Yue Yang de son épaule. Puis elle se leva et commença à partir.

« Comment ça ridicule ? L’amour passionné et romantique entre un homme et une femme est la chose ayant le plus de sens dans le monde. » Yue Yang la suivit rapidement, ne la quittant pas d’une semelle. En même temps, il rigola, « Frère, ne sois pas embarrassé. Si tu ne connais rien des compétences au lit, je peux t’apprendre. Même si je ne peux pas dire que j’aie tant d’expérience que ça, on peut faire des recherches sur le sujet ensemble… Si tu as quoi que ce soit à dire, dis-le… Ne sors pas ta dague. »

La voleuse fulminait de rage, et commença à bouger rapidement.

Avec un geste de sa main, la dague flasha devant Yue Yang.

Il regarda la dague tenue contre sa gorge, et leva humblement ses deux mains, indiquant qu’il abandonnait.

« Dégage ! Je ne suis pas le même genre de personne que toi. » La voleuse essayait autant que possible de contenir son envie de tuer ce merdeux, en prononçant froidement ces mots à travers ses dents.

« Pas possible ? Tu n’aimes pas les femmes ? » Dit Yue Yang avec une expression sérieuse, « Pourrais-tu être le légendaire homme chi chi ? »

« Homme chi chi ? » La voleuse demanda, confuse.

« Dans ce monde, les gens sont divisés entre ‘offensifs’ et ‘défensifs’. Les offensifs sont chargés de semer les graines, ce qui est un travail ardu. De l’autre côté, les défensifs sont justes chargés de gémir de plaisir. C’est un travail génial et confortable… Aiya, ne me frappe pas. » Yue Yang n’avait même pas fini sa phrase avant de recevoir le poing de la voleuse dans la face.

« Laisse-moi t’avertir, si tu me vois de nouveau dans le futur, garde tes distances. Sinon, je te tuerai. » Dit la voleuse sur un ton indigné. Cependant, Yue Yang devait avouer que son apparence quand elle était énervée était plutôt attirante.

Il y avait des gens comme ça dans ce monde ; peu importe s’ils rigolaient ou fulminaient, ils étaient toujours attirants.

On ne pouvait pas s’empêcher de les aimer.

Mais il y avait aussi des gens qui étaient l’exact opposé. Peu importe qu’ils soient heureux ou en colère, ils étaient dans tous les cas dégoûtants. Les gens n’avaient aucun autre choix que de vomir en les voyants. S’ils essayaient de les regarder trop longtemps, ils auraient l’envie irrépressible de se cogner la tête contre le mur pour se tuer.

Yue Yang sentait que cette voleuse était le premier type de personne, et du genre que les gens aimaient de plus en plus. Quand il la vit s’énerver, il n’avait pas peur d’elle ; à la place, son sourire se fit encore plus grand et il dit, « Ne t’inquiètes pas, je me cacherai loin. Sinon, j’ai peur que quelqu’un aimant les hommes comme toi tombe amoureux de moi. »

À la base, elle voulait envoyer Yue Yang voler avec un coup de pied puis partir, mais après avoir entendu ces mots, elle commença à douter de la santé mentale de ce merdeux.

« Qu’est-ce que tu as dit ? Que je vais finir par tomber pour toi ? » Elle répéta, comme si elle n’en croyait pas ses oreilles.

« Bien sûr, un bel homme aussi extraordinaire que moi est accueilli par les femmes et beaux hommes. Mais s’il te plait prends note : bien que je sois aimé par tout le monde, je n’aime que les belles femmes. Je n’ai aucune attirance pour les beaux hommes, donc s’il te plait ne tombe pas amoureux de moi. » Yue Yang, le nez en l’air, faisait l’éloge de lui-même.

« … » La voleuse perdit presque l’équilibre en entendant ces mots.

Elle avait déjà rencontré des narcissiques, mais c’était la première fois qu’elle en rencontrait un d’un tel niveau.

Même les murs de Pierre Blanche étaient comme une feuille de papier comparé à ça. Elle se disait que même si tous les narcissiques du monde étaient combinés en une personne et comparés à ce merdeux, leur narcissisme n’atteindrait même pas un dixième de celui de ce merdeux.

La voleuse était secrètement heureuse de ne pas être narcissique. Sinon, elle se serait probablement sentie bien inférieure par rapport à lui, au point de se tuer avec sa propre dague…

Seuls les cieux savent comment il pouvait y avoir une existence aussi anormale en ce monde.

C’est vrai, à part anormal, il n’y avait pas d’autres termes pour décrire ce narcissique extrême à l’esprit pervers se tenant juste devant elle, avec un large sourire sur son visage.

« Même si beaucoup de beaux hommes se sont confessés à moi, mon cœur ne peut être pris que par de magnifiques femmes. »

« Ne t’inquiète pas, je n’aimerais jamais un crapaud extraordinaire comme toi. » La voleuse ricana et le compara à un crapaud voulant manger la chair d’un cygne, perdu dans ses fantasmes.

« Je suis rassuré alors. Je suis toujours inquiet à propos de ça. Maintenant que c’est tout bon, puisqu’il semblerait que tu n’aimes pas les hommes. Tout comme moi, tu aimes les belles femmes. Hu, maintenant que je suis enfin soulagé de cette pression vu que je sais que tu aimes les femmes, et pas les hommes, tout va mieux. C’est parfait, on a un langage commun, et les mêmes goûts. Viens viens viens, allons vivre une aventure ensemble. J’ai, moi qui suis extrêmement instruit sur les filles et qui ai de multiples talents, toujours voulu écrire un livre pour démystifier les mystères des filles et guider les millions de jeunes perdus dans ce monde. Il me manquait juste un compagnon. » Yue Yang tapota sa poitrine, et exagéra combien il était rassuré. Il posa ensuite ses mains sur les épaules de la voleuse, comme s’il avait trouvé un compagnon heureux de l’accompagner dans ses batailles.

« Je dirais qu’un érudit aux talents multiples comme toi devrait être capable de finir ce livre sur les mystères des filles seul. J’ai des choses à faire, donc je ne t’accompagnerai pas. » La voleuse sourit froidement, ressentant un profond dédain pour ce type, pensant qu’il n’avait rien d’autre que des pensées perverses dans son esprit.

« Il semblerait que tu doutes de mon véritable talent. Tu m’as ne m’as pas du tout compris. Si tu pouvais comprendre ne serait-ce qu’un pourcent de mes vastes connaissances, je suis sûr que tu serais captivé. Avant, j’avais juste peur que tu m’aimes bien que je sois un homme, et donc pour essayer de préserver notre relation d’amis, je n’ai pas révélé mes pensées. Est-ce que tu comprends maintenant ? Frère, est-ce que tu pensais vraiment que je n’étais qu’une personne normale ? Non, je suis un génie. » Les mots de Yue Yang étaient à deux doigts de littéralement écrire le mot ‘génie’ sur son front.

« Tu es un génie ? Plutôt un simple idiot. »

Elle n’avait jamais vu un narcissique aussi arrogant de toute sa vie, à tel point qu’il se qualifie de génie.

Si tous les génies étaient comme lui, la race humaine aurait déjà été complètement éradiquée.

« Puisque tu as juré que tu ne seras jamais captivé par moi, je peux simplement te montrer certaines choses… Je n’ai pas d’autres choix que de te laisser découvrir combien je suis formidable. Laisse-moi te dire, les gens normaux ne sont rien comparé à moi ; même le Poète Immortel, Li Bai, plagie souvent mes poèmes, tout comme le Sage Poète, Du Fu. Sinon, comment en serait-on venu au point de dire que ‘les œuvres littéraires de Li Bai et Du Fu projettent leur radiance au loin’ ? Ce que tu ne sais pas, c’est que c’est grâce à moi qu’ils en sont là. Tu comprends maintenant ? » Dis sincèrement Yue Yang, ayant l’air sûr de lui-même. Son expression était tout aussi sérieuse. La voleuse le fixa pendant un moment ; est-ce que ce merdeux pouvait vraiment écrire des poèmes ?

« Le Poète Immortel, Li Bai ? C’est qui ? » Elle n’avait jamais entendu parler de ce Dieu de la Poésie.
(NDT : https://fr.wikipedia.org/wiki/Li_Bai)

« Petite, tu dois bien étudier et t’améliorer tous les jours. Ne même pas savoir qui est Li Bai, non, ça ne va pas le faire. » Yue Yang tapota l’épaule de la voleuse, parlant comme s’il était un vieux sage, avec une expression disant que tu le regretterais plus tard si tu étais paresseux maintenant.

« Qu’est-ce qui est si bien à propos de ce Poète Immortel ? Pourquoi j’aurais besoin de le connaitre ? » Elle ricana. Mais ses mots semblaient manquer de la confiance qu’elle avait plus tôt.

« Est-il possible que tu n’aies jamais entendu ‘Pensées d’une nuit calme’ qu’il m’a copié ? C’est une œuvre classique. Comment peux-tu ne jamais en avoir entendu parler ? » Son expression était comme s’il venait juste de rencontrer une étrange créature qui ne pouvait pas lire.

« ‘Pensées d’une nuit calme’ ? Jamais entendu parler. C’est quel genre de poème ? » La voleuse essaya de s’en souvenir, mais ne pouvait pas trouver le moindre souvenir à propos de ce poème.

<– Chapitre précédent | IndexChapitre suivant –>

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top