skip to Main Content
Menu

Long Live Summons! Chapitre 01

Traduit depuis l’anglais : http://shiroyukitranslations.com/2015/06/02/lls-chapter-1-into-another-dimension/

Les images sont tirées du Manhua.

IndexChapitre suivant –>

Chapitre 1 – Dans une autre Dimension
NDT : La première partie est vraiment étrange, chaotique … Mais il semblerait que cela soit dû à l’auteur, puisque Shiroyukineko, la traductrice chinois->anglais, a fait la même remarque.

Yue Yang a vu une personne voler dans le ciel, a levé la tête vers le ciel et crié, « Chéri, sors vite pour voir Dieu ! ». L’ombre transportait une épée et chutait alors qu’il volait, comme s’il allait tomber. Yue Yang cria encore, « Mon pote, ne vole pas trop vite, ton pantalon est en train de tomber … »

La personne volant dans le ciel s’écrasa au sol tête la première…Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Yue Yang, un lycéen normal, ne s’est même pas embêté à demander si la personne qui est tombée allait bien, mais à la place ramassa l’épée qui brillait d’une lumière dorée. Il cria, « Maître, cette épée volante est un trésor, vous allez la casser si vous volez comme ça. Qu’est-ce qu’il se passera si elle frappe accidentellement des enfants ? Même si ça n’arrive pas, c’est aussi mauvais si elle frappe les fleurs ou l’herbe. Et si vous laissiez votre disciple prendre soin de cette épée ? Et de la bourse magique ? Un immortel aussi puissant et intelligent que vous ne devrait pas transporter une vieille bourse comme ça à votre taille … Ce disciple va vous aider à les garder en sécurité … »

Le vieux prêtre Taoïste qui est tombé au sol toussa presque du sang. Ayant vécu pendant des milliers d’années, c’était la première fois qu’il rencontrait une personne aussi effrontée qui l’a désigné comme son maître.

‘Maître, votre disciple a atteint un âge mariable, mais n’a toujours pas de touche. Est-ce que vous auriez une petite-fille à tout hasard ? Je me moque de son apparence ou de son âge, je ne suis pas difficile … », Yue Yang gloussa de façon obscène. Finalement, le prêtre enragé ne pouvait plus le supporter et lui donna un coup de pied au cul, criant : « Dégage ! Dégage merdeux ! »

Juste comme ça, Yue Yang était expulsé dans une autre dimension …

*********

« Ah ! Ses yeux ont bougés, il est réveillé !  Xiao San-gege est finalement réveillé ! »  Les yeux de Yue Yang n’étaient pas totalement ouverts quand il entendit une voix claire à son oreille.

« Shuang Er, ne sois pas grossière avec ton frère… » Puis, il entendit une voix chaude et gentille qui transportait un air d’amour maternel avec elle.

lls1-1Quand Yue Yang ouvrit ses yeux, le vieux prêtre Taoïste n’était plus là, à la place une adorable et énergique fille surgit devant lui. C’était était une petite fille portant une robe chinoise bleu-vert, ses pâles bras sortant des manches. Ses cheveux étaient noués avec des rubans rouges des deux côtés et descendaient jusqu’à sa taille. Son poignet blanc perle était orné d’un bracelet en argent avec une cloche.

La petite fille tendit malicieusement la main pour pincer le nez de Yue Yang.

Alors que son doux et souple bras bougeait, la cloche sur son bracelet tintait, sonnant comme ses gloussements.

Hein ?

Yue Yang se sentait bizarre. Est-ce que cette fille est la petite-fille du vieux prêtre Taoïste ? Une lolita de si bonne qualité ! Alors qu’il se préparait à la draguer, une paire de bras attrapa soudainement cette fille malicieuse par derrière et la retint, tapant légèrement sur ses petites mains. Pensant que cette punition pour être malicieuse était suffisante, elle fut alors noyée dans l’étreinte de ces bras. Elle n’était pas effrayée et pensait que c’était fun ; gloussant dans l’étreinte de sa mère. Grimaçant à la vue de la scène en face de lui, Yue Yang pensa à l’étrangeté de tout ça. Son regard balaya la pièce et se fixa sur la femme derrière la petite fille, et son cœur laissa inconsciemment s’échapper un petit soupir.

Quelle magnifique femme …

Une jeune femme de trente ans était assise en face de Yue Yang.

Elle avait des traits délicats, son teint blanc comme la lune et ses yeux clairs. Sa petite bouche fleurit en un sourire qui était aussi gentil et raffiné que l’eau qui coule.

Ses cheveux noirs brillants étaient coiffés en chignon, décoré d’une simple broche ornée d’un phœnix violet, simple et élégant. En regardant l’ensemble, son apparence semblait encore plus magnifique et emplie de sagesse. Parée d’une robe bleu ciel et d’un bracelet de jade sur le poignet qui caressait la petite fille, c’était une vue magnifique pour Yue Yang !

Si je peux me marier à une femme pareille, je ne voudrais rien d’autre.

lls1-3La magnifique femme vit que Yue Yang était réveillé et son sourire disparut. Son teint blanc-jade était empli d’une expression peinée et coupable, « San-er, ne sois pas si irréfléchi la prochaine fois. Qui t’a donné l’idée d’aller te noyer toi-même dans la rivière quand tu as des difficultés ?  Heureusement on a réussi à te sauver à temps, sinon, comment je … comment je pourrais faire face à ma grande sœur ? Quand grande sœur t’a confié à moi, Si Niang, je te considérais déjà comme mon propre enfant. San-er, tant d’années sont passées, je n’ai jamais pu me résoudre à te punir. Cette fois tu as fait une grosse erreur et si je ne te fais pas te souvenir de la leçon d’aujourd’hui, ce serait comme abandonner ma grande sœur. Le mois prochain, attends que ton Quatrième Oncle rentre et demande lui une correction pour ta punition. »

La petite fille fit un petit mouvement avec son nez et continua, « Demande lui une correction, « papapa », laisse le te frapper jusqu’à ce que tes fesses soient gonflées ! »

Ah ?

Yue Yang était perplexe. Quand a-t-il essayé de se noyer ?

Où est-ce ? Où est-ce que le vieux prêtre Taoïste l’a envoyé, le confond-elle avec quelqu’un d’autre ?

Une étrange pensée passa dans son esprit : Est-il possible que quelqu’un me ressemblant se soit noyé avec moi dans la rivière, et que cette magnifique femme m’ait sauvé à la place de l’autre gars, laissant ce type malchanceux se noyer et devenir de la nourriture pour poissons ?

Son front suait à grosse gouttes en pensant à ça.

Ce malentendu est trop gros !

L’homme qui a été transporté dans une autre dimension était effrayé par le fait qu’il puisse dire les mauvaises choses s’il ouvrait sa bouche. Il n’osait pas expliquer le malentendu, sans parler du fait de demander où il était.

Si elle découvrait qu’il n’était pas son précieux San-er, elle pourrait le renvoyer dans la rivière. C’est mauvais.

La magnifique femme regardait le nerveux Yue Yang, dont le front était couvert de gouttes de sueur et le visage pâle. Elle pensait qu’il se sentait coupable et avait l’air vraiment mignon, alors sa voix devint plus gentille, « San-er, c’est bon si tu comprends tes erreurs. Les jeunes ne devraient pas avoir peur de faire des erreurs, mais c’est un problème s’ils n’apprennent pas en en faisant. Si Niang t’as regardé grandir et sait que tu sais ce qui est bon ou mauvais pour toi. C’est juste que le fait que la fille de la famille Xue ait rejeté les fiançailles t’as trop affecté et t’as fait agir bêtement. San-er, même si la fille de la famille Xue est belle, si son cœur ne t’a pas accepté oublie ces fiançailles. Si tu ne peux pas partager les problèmes et le bonheur avec ta femme et vous supporter l’un l’autre dans les temps difficiles, alors tu ne devrais même pas te marier. Regarde notre famille Yue, nous sommes l’une des quatre grandes familles. Il y a tant de filles dans ce monde, pense-tu que tu ne pourras pas en trouver une ? »

« Oui … » Yue Yang décida de se faire passer pour l’imbécile qui s’est noyé dans la rivière. Une fois la crise passé, il attendrait une opportunité pour tout expliquer.

« San-er, c’est bon si tu comprends. Si Niang est soulagée maintenant. » La magnifique femme était préparée à le convaincre pendant un moment, mais contre toute attente le garçon s’est calmé après avoir sauté une fois dans la rivière. Elle pensa que les miracles existent bel et bien.

La magnifique femme dit alors à Yue Yang de bien se reposer.

Elle relâcha la petite fille et se leva, se préparant à quitter la pièce.

Yue Yang poussa un soupir de soulagement dans son cœur, il a heureusement réussi à cacher la vérité. Mais maintenant il doit trouver un moyen de s’échapper, juste au cas où le type qui s’est noyé ne soit pas mort et revienne. Tout serait dévoilé.

La magnifique femme attrapa la main de la petite fille et marcha vers la porte, avant de se retourner soudainement et de demander, « San-er, peux-tu me promettre que tu ne feras rien d’irréfléchi ? Tu as peut-être l’air faible, mais ton esprit est fort. Même si tu as l’air agréable vu de l’extérieur, je sais combien tu es têtu. S’il te plait ne fais pas encore de bêtises une fois que j’ai le dos tourné … Tu ne feras plus rien d’irréfléchi, pas vrai ? »

« Non, » Yue Yang remua sa tête comme un tao.
NDT : Un tao, c’est ça : https://en.wikipedia.org/wiki/Pellet_drum

Pourquoi se suiciderai-t-il ? Il doit toujours trouver le vieux prêtre Taoïste pour se venger !

La magnifique femme regarda le visage de Yue Yang qui était empli de sincérité, et son cœur s’apaisa, « Si Niang te croît, San-er. N’essaye plus jamais de te suicider. Tes parents ne sont plus là. Ton quatrième oncle n’a pas de fils et je suis infertile, Bing-er est une fille et Shuang-er est encore trop jeune. Ton père et ton quatrième oncle n’ont personne d’autre pour perpétuer la lignée, donc c’est à toi de le faire. Souviens t’en, d’accord ? »

Yue Yang transpirait à grosses gouttes, pensant : non, tu ne peux pas me confier ça, je ne suis pas ton San-er. Ton San-er est déjà devenu de la nourriture pour poisson… J’ai peur que cette histoire de perpétuer la lignée ne soit jamais accomplie …

Mais il ne pouvait bien sûr pas le dire à voix haute. Il hocha simplement la tête en murmurant un petit « Oui ».

La petite fille commençait à s’ennuyer, elle lâcha donc la main de la femme et s’échappa en un instant.

La magnifique femme appela la petite fille, mais elle n’écouta pas, elle se mit donc à la poursuivre. Alors qu’elle passait le pas de la porte, elle se retourna encore et dit avec inquiétude, « San-er, ne soit pas trop déprimé. Même ton imbécile d’oncle n’a réussi son premier contrat qu’un mois avant son vingtième anniversaire. N’as-tu pas encore trois mois ? Tu as travaillé dur pendant tant d’années. Ce n’est pas encore la fin, veux-tu abandonner maintenant ? Personne de notre famille n’a jamais échoué à faire un contrat avec un grimoire d’invocation. Crois-moi, tu ne seras pas une exception… Je pense que tes parents ont peut-être scellé ton grimoire quand tu étais petit. Ils ne voulaient pas que tu fasses un contrat avec un grimoire alors que tu étais si jeune pour ensuite devenir arrogant. Continue à t’entraîner dur, d’accord ? Avec le talent dont tu as fait preuve depuis que tu es petit, comment pourrais-tu ne pas établir de contrat ? Crois-moi, tu as le sang de tes parents qui coule dans tes veines, tu seras certainement une personne talentueuse et extraordinaire dans le futur. Tu réussiras, donc tu ne dois pas te décourager et essayer encore plus … ! »

Contrat avec un grimoire ?

Qu’est-ce que c’est qu’un grimoire d’invocation ?

Peut-être que la ligné du type noyé était bonne, mais il n’était pas lui, il était juste une personne normale.

S’il a quoi que ce soit d’extraordinaire, ça ne peut être que ses compétences avec les jeux vidéo, surtout ceux d’outremer.

Yue Yang ne savait pas comment faire un contrat avec quelque grimoire, mais après avoir écouté la magnifique femme, il pouvait deviner que celui qui lui ressemblait avait décidé de se suicider parce qu’il avait abandonné tout espoir.

Ce type n’avait aucun parent et n’arrivait pas à faire un contrat avec un de ces grimoires, puis sa fiancée a refusé l’engagement. Il a dû penser que la vie était trop dure et s’est noyé.

Le plus triste était que, bien qu’il ait essayé de se noyer, celui qui a été sauvé est en fait quelqu’un d’autre lui ressemblant… Au final c’est lui qui a été ramené ici, et ce pitoyable gars de presque 20 ans a probablement obtenu un ticket gratuit pour le fond de l’océan.

La seule chose que Yue Yang ne comprenais pas était comment s’est-il retrouvé dans la rivière ?

Est-ce à cause de ce vieux Prêtre Taoïste qui m’y aurait envoyé ?

Pourquoi l’enverrait-il là-dedans ? Ou bien est-ce que ce vieux schnock voulait qu’il renaisse en tant que ce type pitoyable ?

Yue Yang y pensa jusqu’à ce que des gouttes de sueur coulent de son front.

Cette blague va trop loin …

« San-er, tu devrais te reposer. C’est ce que je pense … Même si tu ne peux pas former de contrat avec un grimoire, tu es toujours mon précieux San-er. Je te considère comme mon propre fils, donc même si nous devons utiliser tout notre fortune nous penserons à quelque chose pour ton futur. Ton quatrième oncle ne le dit peut-être pas à voix haute, mais il pense la même chose. San-er, concentre-toi juste sur ta guérison. Peut-être que demain tu pourras soudainement réussir à faire un contrat. » La magnifique femme lui demanda alors à plusieurs reprises de se reposer avant de se retourner et de sortir de la pièce.

Yue Yang était touché par ses mots.

Bien que ses inquiétudes n’étaient pas vraiment pour lui, elle était vraiment gentille avec ce pauvre gars. Il pensait que c’était stupide de sa part de se suicider.

Une si bonne belle-mère, on ne pourrait pas en trouver une autre dans le monde.

Au lieu de chérir ce qu’il avait, ce pitoyable type s’est noyé à cause de ses fiançailles ratées. Que ça lui serve de leçon ! Le cœur de Yue Yang n’était plus objectif. Il avait désiré une personne qui l’aime autant mais ne pouvait même pas en avoir une.

Il regarda la magnifique femme quitter la pièce et poussa un soupir de soulagement. Si seulement il était ce San-er et avait une si gentille belle-mère. Malheureusement il n’était pas ce pauvre gars.

Allongé dans son lit, son regard tomba sur la table, où se trouvait un gros livre à la couverture dorée.

Il avait l’air d’être en bronze, sa couleur délavée avec l’âge. Il était étrangement épais, deux ou trois fois plus épais qu’un livre normal. La couverture était pleine d’étranges et anciens personnages.

Yue Yang senti une étrange attraction envers ce livre.

C’était comme si une entité inconnue l’attirait lentement. Ce genre de sentiment était juste comme quand on installe un jeu, attendant impatiemment de pouvoir cliquer sur le bouton « Jouer »… Yue Yang tendit sa main inconsciemment, essayant de toucher cet étrange livre doré. Et à son insu, le moment où ses doigts le touchèrent, ce dernier brilla soudainement d’une lueur dorée.

Toute la pièce était remplie d’une lumière dorée.

lls3-1Sous une lumière si intense, Yue Yang utilisa son autre main pour couvrir ses yeux. Il ne pouvait presque pas les ouvrir à cause de la forte luminosité.

Soudainement, un flot de connaissance jaillit brutalement dans son cerveau. Il était si fort qu’il ne pouvait être stoppé. Yue Yang n’avait pas le temps de réagir alors que son cerveau se remplissait complètement d’étranges connaissances. Et le livre émettait toujours une forte lumière, comme s’il y avait encore plus de connaissances à transmettre.

Son esprit semblait comprendre une quantité innombrable de choses, mais semblait aussi ne pas les comprendre. Il ne pouvait pas saisir l’ensemble et n’était pas capable de comprendre clairement les connaissances qu’il avait apprises.

Maintenant Yue Yang était dans une situation où il semblait comprendre mais ne comprenait pas, tout semblait clair mais pas trop clair, un état si confus.

Il semblait y avoir un changement dans son corps, comme si un mystérieux pouvoir qui sommeillait en lui pendant tout ce temps s’était réveillé. La révélation était comme des anges messagers chantant devant les portes du paradis, faisant trembler Yue Yang de tout son corps.

Bien que ses oreilles ne l’entendent pas, son cœur entendait la « voix » très clairement. En effet, un mystérieux pouvoir l’appelait depuis l’intérieur de son corps. Mais il ne comprenait pas ce qu’il voulait dire et n’entendait que l’appel de ce mystérieux pouvoir. C’était une expérience si unique, la voix étant encore plus divine que le chant d’un ange, il s’immergea complètement dedans. Le genre de voix si magnifique qu’elle peut apaiser votre âme, comme la berceuse d’une mère que vous entendez enfant alors que vous êtes malades. Des milliers de mots ne suffiraient pas à décrire ce sentiment … Au même moment, au sein de sa conscience, Yue Yang vit une épée volante émettant une étrange lumière. Elle tournait mystérieusement d’elle-même, l’étrangeté  de l’ensemble ne pouvait être décrit avec des mots.

L’épée volante était alors tenue dans les mains d’une fée. C’était comme si elle chantait et dansait gracieusement, bougeant librement dans cet espace vide.

Que, qu’est-ce que c’est que ça ?

La lumière dorée engloutissant Yue Yang disparut lentement, retournant de là où elle est venue, brillant à peine entre ses doigts et le livre.

Le silence revint alors que le mystérieux appel disparaissait. Cette épée volante commença aussi à disparaitre dans laisser de traces. Yue Yang revint soudainement à la réalité et fut surpris de voir ses doigts émettre de la lumière.

Yue Yang se figea et remua ses doigts. La lumière dorée disparut lentement.

Cependant, le livre de couleur bronze qui avait l’air très lourd se mit à flotter dans les airs et s’arrêta devant lui. L’impression que Yue Yang en avait n’était pas celui d’un lourd livre doré, mais quelque chose qui était une part de lui, comme un bras où une jambe.

La magnifique femme se tenait à la porte, complètement stupéfaite, son visage plein de larmes.

Elle s’appuya sur le cadre de la porte, utilisant la porte pour supporter son corps tremblant. Puis son corps sembla perdre ses forces alors qu’elle se laissait tomber au sol.

Elle avait tout vu, son visage montrant une expression de surprise heureuse. Ses larmes coulaient comme un ruisseau, tombant sur ses vêtements.

« San-er, as-tu réussi à établir un contrat avec un grimoire d’invocations ? Ce, c’est vrai ? Est-ce que je rêve ? Mon dieu, c’est grâce à la bénédiction de grande sœur. Grande sœur, est-ce que tu as vu que San-er a réussi à faire un contrat ? Je l’avais dit, San-er n’est pas un bon à rien … Dieu merci, je vous remercie du fond du cœur pour notre San-er…. » La magnifique femme s’agenouilla au sol, ses émotions se déversant de façon incontrôlées. Elle pria sincèrement, remerciant les cieux pour leur bénédiction.

Son front blanc était devenu rouge à cause de ses prières, et le sol humide à cause de ses larmes.

Mais la magnifique femme ignora la douleur et continua de prier et de remercier.

Yue Yang arriva vite et essaya d’aider Si Niang à se lever. Même s’il était un imposteur, il était quand même ému par la magnifique femme.

A la porte, la petite fille était revenue aussi, ses mains tenant un gros moulin à vent rouge. Elle pencha sa tête et demanda, « Maman, pourquoi tu pleures par terre ? »

IndexChapitre suivant –>

Cet article comporte 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top