skip to Main Content
Menu

LMDAM Chapitre 57

Traduction : Vilipendeur
 Édition : à pourvoir
Révision : Tic, Noxvae, Zoro

La guerre du classement

La nuit était déjà bien avancée ; les disciples de la Maison Martiale étaient occupés à s’entraîner dans leur chambre pour les uns, à dormir pour les autres, il ne restait que quelques traînards dans les rues. Lin Ming marchait comme s’il volait à moitié, et arriva rapidement à la pièce d’évaluation de la force.

Il n’y avait personne dans la pièce ; seulement un homme qui gardait la porte, une lampe à la lumière vacillante accrochée derrière lui. Il était étendu sur une chaise branlante, l’air épuisé et somnolant.

Lin Ming le salua en passant à côté de lui pour pénétrer dans la pièce. Une rangée de piliers en pierre servant à mesurer la force se trouvaient à l’intérieur. Ils étaient tous libres ; personne de normalement constitué ne viendrait traîner par ici si tard dans la nuit pour tester sa force.

Lin Ming choisit un pilier en pierre au hasard et se positionna fermement face à ce dernier. Il ferma les yeux, relâcha son corps, et laissa la Formule de l’Authentique Chaos Primordial circuler à l’extrême. Lin Ming frappa soudainement, son poing ressemblait à une étoile filante alors qu’il s’abattait sur le pilier en pierre.

« Peng ! »

Le pilier trembla vivement, et les vibrations se propagèrent même dans le sol en dessous des pieds de Lin Ming. Le faisceau lumineux ne s’arrêta pas tandis qu’il grimpait successivement, deux mille sept cents, deux mille huit cents, deux mille neuf cents, trois mille…

Trois mille deux cents !

« Trois mille deux cents jins ! » haleta Lin Ming, les yeux emplit d’une lumière brillante.

Cinq cents jins d’écart ! La Formule de l’Authentique Chaos Primordial avait augmenté sa force de cinq cents jins, du petit au large succès. Cinq cents jins correspondaient généralement, pour un artiste martial ordinaire, à l’écart entre deux étapes.

Mais la Formule de l’Authentique Chaos Primordial n’était que la partie des Vertus Chaotiques des Méridiens de Combats qui servait à fait circuler la véritable énergie, ce n’était pas tout !

Le manuel des Vertus Chaotiques des Méridiens de Combats méritait véritablement sa réputation de manuel de technique de Transformation du Corps du Domaine des Dieux de qualité supérieure. Lin Ming se souvint que, de ceux qui pratiquaient les Vertus Chaotiques des Méridiens de Combat dans la secte de celui dont il avait obtenu les mémoires, il y avait des concierges qui balayaient le sol à l’entrée et des petits enfants qui jouaient près des cheminées qui avaient une force de plusieurs dizaines de milliers de jins. S’ils atteignaient l’étape du large succès des Vertus Chaotiques des Méridiens de Combats, alors ils pouvaient même détruire des chaînes de montagnes, séparer des mers et briser les cieux, tout cela grâce à leur force.

Atteindre le large succès du premier échelon de la Formule de l’Authentique Chaos Primordial n’est que le premier pas, il y six échelons supplémentaires, tous plus difficiles que le précédent ! Au-delà des Vertus Chaotiques des Méridiens de Combats, et en continuant la Formule de l’Authentique Chaos Primordial, il y a encore les Huit Portes Cachées Intérieures et le Palace des Neuf Etoiles du Dao. A l’heure actuelle je n’ai même pas les qualifications d’un passeur de balai dans l’une de ces anciennes sectes…

L’enthousiasme de Lin Ming s’estompa quelque peu en réalisant cela. La route qu’il avait décidé d’emprunter était immense et lointaine.

Cette nuit-là, la véritable énergie de Lin Ming était fluide puisqu’il venait de progresser à travers le manuel de technique. Il n’était pas fatigué et poursuivit donc sa cultivation.

Après qu’il ait consolidé et stabilisé ses progrès dans la Formule de l’Authentique Chaos primordial, Lin Ming passa le reste de son temps à exercer sa technique d’inscription. L’efficacité de Lin Ming pour dessiner le symbole d’inscription médicinale avait grandement augmenté grâce au large succès du premier échelon de la Formule de l’Authentique Chaos Primordial, et il était désormais capable de persister jusqu’à environ quatre-vingt pourcents du plan complet.

S’il était capable de poursuivre ainsi, alors Lin Ming parviendrait à compléter le Symbole Inférieur de Guérison de l’Esprit avec sept ou huit jours supplémentaires.

La cultivation effrénée de Lin Ming consommait de nombreuses pierres de véritable énergie. Lin Ming en avait déjà utilisé trois rien qu’au cours de cette nuit. Bien qu’il en ait parié dix avec Zhang Cang, Lin Ming n’envisageait pas la défaite, et il n’était par conséquent pas du tout effrayé de les utiliser.

Lin Ming se frotta le nez en regardant les trois pierres fendues dont la lueur s’était évanouie. Il les utilisait bien trop rapidement, mais d’ici un mois, quelqu’un serait assez gentil pour lui en donner vingt autres. S’il avait su plus tôt qu’il les utiliserait aussi rapidement, alors il aurait jugé qu’un mois était trop long. Deux semaines auraient parfaitement fait l’affaire.

Lin Ming serra fortement les lèvres. Qui sait comment réagirait Zhang Cang s’il savait ce que pensait Lin Ming ?

Le matin du jour qui suivit, Lin Ming se leva de bonne heure pour assister aux cours, comme à son habitude. Il écouta l’aîné dispenser sa leçon sur les principes de base. Mais aujourd’hui il rencontra également une vieille connaissance ; une qu’il ne souhaitait pas particulièrement croiser en personne – Lan Yunyue. Il y avait entre six cents et sept cents disciples dans la Maison Martiale des Sept Véritables ; il était logique qu’il la rencontre tôt ou tard.

Lin Ming ne lui prêta aucune attention, il était parfaitement concentré sur les propos de l’aîné au sujet de l’arme du jour – la lance, ses compétences et son usage.

Lin Ming écoutait avec grand intérêt. A la fin du cours, Il resta plongé dans ses pensées alors que l’aîné était déjà parti ; ce dernier lui avait donné de nombreuses inspirations.

Lorsqu’il se réveilla finalement de sa transe, le reste des disciples avait déjà quitté le Hall de Lecture Martial, excepté Lan Yunyue. Elle s’assit à côté de lui, comme si elle était perdue dans ses pensées.

Lin Ming commença à rassembler ses affaires, s’apprêtant à partir, mais Lan Yunyue lui chuchota alors soudainement :

« Lin Ming, peux-tu attendre un instant ? »

Les mouvements des mains de Lin Ming ralentirent.

« Est-ce que je peux t’aider ? » demanda-t-il.

Le ton avait beau être poli, il y avait une trace du goût de l’aliénation dans les mots de Lin Ming, ce qui fit pousser un léger soupir à Lan Yunyue.

« Félicitations pour la première place », dit-elle.

« Merci. »

« … »

Il y eut alors un long silence, et l’atmosphère commença à devenir embarrassante.

« J’… j’ai entendu que tu allais affronter Zhang Cang dans un mois ? »

Les yeux de Lin Ming tressautèrent.

« Les nouvelles se répandent aussi rapidement ? Bien, oui, j’ai vraiment passé un pari avec Zhang Cang », dit-il.

L’annonce d’un évènement comme le combat entre le nouveau disciple à la première place et un ancien disciple ne pouvait que se répandre comme un feu sauvage. En plus de cela, Zhang Cang et Liu Mingxiang faisaient délibérément en sorte d’en faire la promotion autant que possible.

Lan Yunyue se mordit la lèvre, hésita, puis chuchota silencieusement :

« Zhang Cang est un camarade de longue date de Zhu Yan… »

Lin Ming fut surpris ; Lan Yunyue était plus sensible et prévenante au sujet de ces affaires qu’il ne l’avait pensé. Elle avait déjà correctement déduit que Zhu Yan était derrière tout cela.

« Je sais », répondit faiblement Lin Ming.

« Alors tu… »

Lan Yunyue ne savait pas comment elle devrait le dire, mais aujourd’hui elle voulait inciter Lin Ming à ne pas prendre part à ce match. Les mots étaient sur le bout de sa langue, mais pourtant elle avait peur que Lin Ming ne fasse la sourde oreille devant ses suppliques.

« Je sais que tu n’es pas enclin à m’écouter, mais… je suis déjà ici depuis six mois, et j’ai vu beaucoup des matchs entre les nouveaux et les anciens disciples. Les nouveaux disciples ne gagnent quasiment jamais face aux anciens. Tu as beau être le nouveau candidat à la première place, Zhang Cang est aussi connu comme quelqu’un de féroce au sein du Hall de la Terre. Et sa main sera cruelle à cause de Zhu Yan. »

Lin Ming sourit.

« Tu dis que je ne suis pas enclin à t’écouter, est-ce que ça signifie que tu ne veux pas que je prenne part à ce match ? J’ai déjà accepté le pari, et il m’est désormais impossible d’éviter ce rendez-vous, autrement quoi je serais déjà parti en courant avant que la bataille ne commence, mais ça irait à l’encontre de ma voie des arts martiaux. »

« Mais… très bien… » soupira Lan Yunyue.

Elle savait pertinemment qu’il n’était pas possible de faire changer d’avis Lin Ming après qu’il ait pris une décision.

« Merci pour ton conseil. Je vais m’en aller », dit Lin Ming en ramassant ses affaires et en quittant le Hall de Lecture Martial.

Laissée seule, Lan Yunyue resta silencieusement assise. Elle était incapable d’identifier ce qu’elle avait dans son cœur à cet instant. Il était impossible de changer les positions de Zhu Yan, et il était tout aussi impossible de changer celles de Lin Ming. Ils se battraient tôt ou tard, mais pour Lan Yunyue, Zhu Yan était supérieur à tous les niveaux. La bataille finirait par avoir lieu, et il n’y aurait qu’un seul perdant1

Le temps fila comme l’eau de la rivière. Cela faisait déjà quatre jours que Lin Ming était arrivé à la Maison Martiale des Sept Véritables. Ce matin-là, Lin Ming avait reçu un avis de rassemblement, et il arriva en avance sur le terrain martial.

Les nouveaux disciples du Hall de la Terre s’étaient rassemblés entre eux. Après qu’ils soient tous arrivés, un homme aux cheveux rouges qui portait un sabre d’escrime apparut sur le terrain de tournoi. C’était l’instructeur de première classe du Hall de la Terre de Lin Ming, Hong Xi.

Il dégageait une sensation d’un pouvoir vif, brave, et férocement écrasant. S’il avait été dans l’armée, il aurait été un général absolu, tuant courageusement tous les ennemis sous sa lame, entraînant ses troupes avec rigueur, et se pliant aux lois martiales sans sourciller.

Après que Hong Xi soit arrivé sur le terrain de tournoi, il regarda la foule, et prit la parole d’une voix ferme et puissante :

« Aujourd’hui a lieu la guerre du classement ! Vous tous, suivez-moi ! »

« Guerre du classement ? »

Ils savaient déjà qu’ils auraient à participer tôt ou tard à la guerre du classement de la Matrice des Dix Mille Morts après avoir rejoint la Maison Martiale des Sept Véritables. Ça allait finalement commencer !

Qui des vingt nouveaux disciples du Hall de la Terre n’était pas un génie de sa génération ? Ils attendaient ce moment avec impatience ; c’était l’occasion de prouver leur valeur. Ils aspiraient tous à gravir les rangs de la Pierre de Classement et à obtenir plus de ressources.

Ces génies refusaient d’accepter un statut inférieur à d’autres. Ces individus étaient tous de jeunes enfants pleins d’ambitions suffisantes. Ils avaient mis de côté tout le reste, attendant cette guerre du classement pour émerveiller le monde d’un exploit unique et brillant.

« Heh heh, c’est finalement l’heure de la guerre du classement. Je ne regrette pas de m’être déplacé », dit un jeune armé d’un long couteau. Il avait des cicatrices d’une quinzaine de centimètres sur le torse, et il faisait craquer ses articulations.

  1. Les paris sont ouverts, sans mauvais jeu de mots, haha !
Cet article comporte 8 commentaires
  1. merci pour le chapitre

    (et super, quand j’ai recu la notif du chapitre je me sus précipité dans ma chambre chercher ma tablette, dans ma hate j’ai pas pris le temps d’allumer la lumière, résultat : un écran tactile HS (heureusement que y’a un clavier fourni xp))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top