skip to Main Content
Menu

LMDAM Chapitre 52

Traduction : Vilipendeur
 Édition : à pourvoir
Révision : Tic, Zoro, Noxvae

Les jeunes de la Famille Lin

« Je peux te prêter un feuillet de jade contenant le manuel martial qui est transmis dans ma famille, les Neuf Chemins de la Vérité, mais seulement pour six heures. Je peux également te donner 5 000 liangs d’or ! Il y a néanmoins une condition ; tu ne peux pas, quoi qu’il arrive, pas mentionner que je t’ai laissé regarder les Neuf Chemins de la Vérité, ou m’associer à quoi que ce soit en rapport à cela. Sans quoi, non seulement je vais avoir des soucis, mais la Famille Wang te traquera pour t’éliminer », dit Wang Yanfeng à voix basse.

La Pilule de Moelle du Dragon d’Or Pourpre ne pouvait pas être achetée avec simplement de l’or, et quand bien même, Wang Yanfeng ne possédait que quelques milliers de liangs d’or. Il avait par conséquent proposé la technique secrète de sa famille, les Neuf Chemins de la Vérité, pour piquer l’intérêt de Lin Ming.  C’était un manuel de technique transmis de génération en génération au sein de la Famille Wang ; c’était particulièrement précieux et conservé comme un secret absolu vis-à-vis de toute personne étrangère.

Wang Yanfeng supposait que Lin Ming ne connaissait seulement que quelques mantras du cœur, et aucune compétence ou technique martiale. Personne ne remarquerait rien si Lin Ming gardait ça pour lui. Wang Yanfeng se disait que Lin Ming ne pouvait pas être assez stupide au point de laisser les autres découvrir qu’il avait appris une technique martiale interdite de la Famille Wang, et ainsi faire l’amère expérience de se faire traquer à mort par la Famille Wang. Il était donc prêt à prendre ce risque pour se sortir de son désespoir.

Wang Yanfeng estimait que Lin Ming, avec son talent naturel inférieur, ne serait pas capable de comprendre grand-chose en six heures.

« Les Neuf Chemins de la Vérité ? Et je ne peux l’avoir que pendant six heures ? » se moqua Lin Ming.

De telles conditions ne valaient même pas la peine d’être regardées. Comparé aux Vertus Chaotiques des Méridiens de Combats, les Neuf Chemins de la Vérité n’était rien d’autre que de la bouse.

« Je vais malheureusement décliner. Je ne suis pas le moins du monde intéressé. »

Le sang lui monta à la tête et Wang Yanfeng devint rouge comme une tomate.

« Lin Ming, sais-tu seulement dans quelle situation tu es !? Il t’est impossible d’atteindre la troisième étape de la Transformation du Corps avec ton talent inférieur, quand bien même tu prendrais la Pilule de Moelle du Dragon d’Or Pourpre ! Mais si tu pratiques un peu les mantras du cœur des Neuf Chemins de la Vérité, ta capacité à contrôler ta véritable énergie s’améliorera et les bénéfices seront infinis. Cette rare technique martiale transmise dans ma Famille Wang ne peut même pas s’acheter avec des millions de piles d’or ! »

« La Maison Martiale des Sept Véritables ne manque pas de mantras du cœur, et ils sont également bien plus profonds que les Neuf Chemins de la Vérité, cela de plusieurs fois. Pourquoi serais-je intéressé par quoi que ce soit en ta possession ? » dit Lin Ming.

« Humph. La Maison Martiale des Sept véritables a effectivement des mantras du cœur de haut niveau, mais ces manuels de techniques de haut niveau ne sont accessibles qu’aux disciples principaux. Sais-tu seulement ce qu’est un disciple principal ? Ce sont les véritables disciples sélectionnés pour les Sept profondes Vallées. S’ils n’y a pas d’accidents, ce sont des individus destinés à rejoindre les Sept Profondes Vallées dans le futur. Même frère apprenti supérieur Ling Sen du Domaine Céleste n’a pas les qualifications pour les connaitre. D’aussi loin que je le sache, il n’y a qu’une poignée de disciples principaux. Excepté Qin Xingxuan, la plupart ne viennent même pas du Royaume du Grand Avenir, mais de mystérieuses familles de cultivateurs martiaux. Tu penses avoir le moindre espoir ?! Tu rêves ! Si je m’attendais à une telle audace… ! »

Les larges sectes étaient particulièrement strictes concernant la transmission de leurs manuels de techniques. C’était parce que ces techniques martiales constituaient la pierre angulaire de leur pouvoir. Même au sein de la Maison Martiale des Sept Véritables, la majorité des disciples ne pouvait qu’apprendre des manuels de techniques de seconde zone. C’était un fait connu de Wang Yanfeng.

Lin Ming avait cependant les Vertus Chaotiques des Méridiens de Combats. Sans parler des manuels de haut niveau de la Maison Martiale des Sept Véritables, même les arts secrets du maître d’une large secte n’avaient pas de quoi lui faire ressentir le moindre soupçon de jalousie.

« Le fait de ne rien attendre ne signifie pas que je n’ai pas d’espoir. Je suis désolé mais j’ai des choses à faire. Je m’en vais », dit Lin Ming.

« Toi ! Bien ! Très bien ! Tu penses que tu es si exceptionnel par rapport à moi simplement parce que tu as tout juste réussi à me battre la dernière fois ? Attend seulement de voir comment je vais récupérer tout ce que tu m’as pris. Je vais t’écraser sous mon talon ! Tu penses que tu peux devenir un disciple principal par tes propres efforts ? Te fous pas de moi ! Je vais attendre et te regarder devenir un marchepied pour d’autres. Plus tu t’élèveras, plus ta chute sera misérable ! »

Lin Ming ignora complètement les vociférations indignées de Wang Yanfeng. Il l’avait déjà vaincu. Dans son esprit, il pouvait être plus faible que d’autres, il pouvait être plus faible que Zhu Yan, que Qin Xingxuan, ou encore Ling Sen, mais il ne se laisserait jamais ressentir inférieur à quelqu’un qu’il avait déjà battu. Si un jour Lin Ming était défait par quelqu’un qu’il avait déjà vaincu, alors il réfléchirait à ses erreurs.

Lin Ming déplaça toutes ses possessions dans sa nouvelle résidence juste avant le zénith. Les terres de la Maison Martiale des Sept Véritables étaient immensément vastes, et ils avaient suffisamment de place pour accorder une chambre unique à chacun des disciples du Hall de la Terre.

La chambre de Lin Ming était située dans un petit recoin dans les montagnes reculées. L’arrière de la bâtisse faisait face aux montagnes, et il y avait une piscine profonde sur le côté, à la propreté parfaite. Des arbres centenaires formaient un immense toit, plongeant la zone dans l’ombre. C’était calme et rafraichissant, et cela même en été. L’endroit était idéal pour cultiver en paix.

Lin Ming était satisfait de sa nouvelle chambre. Il s’assit sur le lit, les jambes croisées, et commença à lire le contenu du feuillet de jade.

Le feuillet de jade détaillait les règles, systèmes et fonctionnements de la Maison Martiale des Sept Véritables, dont les violations, les règlements, les punitions, les règles pour les défis, les heures de classe, l’organisation pour l’entraînement, etc.

L’intérêt de Lin Ming fut piqué en découvrant tout cela. Les ressources représentaient la raison principale pour laquelle il avait rejoint la Maison Martiale des Sept Véritables.

La Maison Martiale des Sept Véritables comptait de nombreux disciples ; ils étaient classés en fonction de leurs succès personnels dans la Matrice des Dix Mille Morts.

Plusieurs centaines d’années auparavant, la secte des Sept Profondes Vallées fut fondée par sept experts suprêmes. Parmi eux, il y en avait un qui excellait dans la création et la construction de matrices magiques. Les connaissances propres aux matrices furent transmises au fil du temps parmi les générations au sein des Sept Profondes Vallées. Ils utilisaient de manière occasionnelle des matrices mortelles illusoires pour évaluer les disciples. La Maison Martiale des Sept Véritables étant sous la gouvernance des Sept profondes Vallées ; ils avaient naturellement des avantages et des coutumes partagés avec eux.

La matrice magique utilisée pour le classement s’appelait la Matrice des Dix Mille Morts. Une fois à l’intérieur, les artistes martiaux devaient combattre des vagues infinies d’ennemis, l’une après l’autre. Il y avait des bêtes féroces tout comme des humains parmi ces ennemis.

Le classement final était fonction du nombre total et de la cultivation des ennemis éliminés.

Au sein de cette kyrielle d’ennemis, le plus faible correspondait à un artiste martial à la deuxième étape de la Transformation du Corps. Vaincre un ennemi correspondant à ce niveau rapportait un point, un au sommet de la Deuxième Etape en rapportait cinq, un à la Troisième Etape en rapportait dix, un au sommet de la Troisième Etape en rapportait cinquante, un à la Quatrième Etape en rapportait cent, un au sommet de la Quatrième Etape en rapportait cinq-cents, et ainsi de suite…

Les premiers ennemis qui apparaissaient lorsqu’un artiste martial entrait pour la première fois dans la Matrice des Dix Mille Morts étaient à la deuxième étape de la Transformation du Corps, et après eux, ceux qui leurs succédaient devenaient de plus en plus difficile à gérer. Les ennemis à la quatrième étape de la Transformation du Corps finissaient par apparaître les uns après les autres, sans cesse, et cela jusqu’à la mort.

Le résultat final correspondait aux points accumulés par le participant avant de mourir, et le chiffre correspondant s’inscrivait sur la Pierre de Classement.

Posséder un classement élevé apportait de nombreux avantages… Par exemple, des Pilules du Rassemblement de l’Âme. Ceux qui se classaient après la deux-centième place en recevaient une tous les trois mois. Mais ceux qui se classaient dans les dix premiers en recevaient dix chaque mois. Dix Pilules du Rassemblement de l’Âme équivalaient à 2 000 liangs d’or. C’était une somme que même les jeunes riches de l’aristocratie ne pouvaient pas se permettre de négliger.

En vérité, les Pilules du Rassemblement de l’Âme n’étaient que secondaires, après tout, c’était quelque chose qu’il était possible d’acheter, à condition d’avoir les moyens, avec de l’argent. Mais il y avait également d’autres ressources mises à disposition que même les plus riches ne pouvaient pas acheter, par exemple, les manuels de techniques antiques. Ceux qui se plaçaient dans les deux cents premiers pouvaient choisir un manuel de technique parmi les plus basiques et préliminaires. Quant à ceux qui arrivaient à se hisser dans les dix premiers, ils pouvaient librement entrer dans certaines pièces secrètes de la Maison Martiale des Sept véritables et y choisir le manuel de technique de leur choix.

Le premier pouvait même, de son côté, avoir la chance d’apprendre les manuels principaux de techniques les plus farouchement gardés par la Maison Martiale des Sept Véritables. Ces derniers étaient des manuels de techniques principaux seulement accessibles aux disciples principaux. Même les jeunes de la Famille Royale et des plus grandes familles n’avaient aucune possibilité de les étudier.

Bien entendu, Lin Ming n’était pas plus intéressé que ça par les manuels de techniques, mais plutôt par les ressources.

Les Sept Profondes Vallées était une secte qui excellait dans la création de matrices magiques. Lors de la fondation des Maisons Martiales des Sept Véritables, les Sept Profondes Vallées avait envoyé des experts Xiantian pour mettre ces matrices magiques en place dans les Maisons Martiales, afin de permettre aux disciples de s’y entraîner. Il était possible, par le biais de ces matrices, de s’entraîner deux fois mieux en dépensant moitié moins d’efforts. Mais le nombre de ces matrices était limité, et elles nécessitaient, en outre, une quantité massive de pierres de véritable énergie pour être activées et maintenues en fonction. Tout le monde ne pouvait par conséquent pas entrer dans ces matrices magiques mortelles, les qualifications requises correspondaient au classement.

Le classement était par conséquent l’élément suprême au sein de la Maison Martiale des Sept Véritables. Plus quelqu’un disposait d’un rang élevé, plus il avait de ressources à sa disposition. Les forts devenant plus forts et les faibles devenant plus faibles. Ici, tous les disciples étaient des talents ; ils n’avaient pas d’autre choix que de se hisser en piétinant les autres pour avoir une chance de resplendir.

Je suis désormais officiellement un disciple de la Maison Martiale des Sept Véritables. Il va d’abord falloir que je me classe convenablement dans le Matrice des Dix Mille Morts si je souhaite obtenir suffisamment de ressources, mais… mon symbole d’inscription médicinale n’est pas prêt. Si je commence à m’entraîner dès maintenant, je devrais être capable de commencer à en tracer un d’ici deux semaines. Ça vaut le coup d’y consacrer ce temps si c’est pour arriver à déployer le potentiel maximum de la Pilule de Moelle du Dragon d’Or Pourpre et de la Pilule Ecarlate du Serpent Doré, se dit Lin Ming avant de reprendre sa pratique de l’inscription.

Dans la matinée du jour qui suivit, Lin Ming se réveilla aux aurores et prit le temps de se laver. Aujourd’hui avait lieu le jour officiel d’enseignement de la Maison Martiale des Sept Profondes Vallées.

L’enseignement ne comprenait pas l’explication des manuels de techniques. Mais seulement des conseils de cultivation, des connaissances élémentaires et basiques, comment prendre soin du corps et ainsi de suite. La Maison Martiale des Sept Véritables était très flexible dans les aspects généraux du programme. Les élèves pouvaient assister et prendre part à sept ou huit cours différents. Libre à chaque disciple de choisir selon ses propres intérêts, voir même au hasard, sachant qu’ils pouvaient tout aussi bien n’en choisir aucun et ne pas s’ennuyer avec ce sujet.

Lin Ming savait que la leçon d’aujourd’hui portait sur des explications concernant les techniques de fondations du corps, il l’avait lu dans le feuillet de jade.

Bien qu’il ait hérité d’un manuel de technique du plus haut niveau, les connaissances basiques faisaient cruellement défaut à Lin Ming. Il n’avait, après tout, jamais reçu aucun entraînement d’arts martiaux digne de ce nom, d’où l’importance que revêtaient ces leçons à ses yeux.

Celle d’aujourd’hui avait lieu dans le Hall de Lecture de la Maison Martiale des Sept Véritables. Lorsqu’il y arriva, Lin Ming découvrit que la salle était déjà remplie de monde qui attendaient, assis ; il devait y avoir autour de soixante-dix à quatre-vingt personnes.

Il n’y avait effectivement pas que les cinquante-trois nouveaux disciples, mais également des anciens venus écouter la leçon.

Le Domaine Céleste et le Hall de la Terre de la Maison Martiale des Sept Véritables comptaient, à eux deux, deux cents trente disciples. Le Hall Humain en comptait quant à lui environ quatre cents. Le nombre total de disciples dépassait les six cents. Parmi eux, il y en avait des dizaines qui avaient utilisé leurs relations pour entrer. Mais ça ne signifiait pas pour autant qu’ils n’avaient pas leur place à côté des autres talents.

Chaque artiste martial pouvait étudier à la Maison Martiale des Sept Véritables pour une période de cinq ans, au plus. Toutefois, s’il n’avait pas vingt ans à la fin de cette cinquième année, alors il pouvait demander à rester une année de plus, à condition qu’il soit diplômé après cette année supplémentaire.

Ce n’était, en définitive, qu’une question de force, il était ainsi possible d’être diplômé bien plus tôt. Mais la majorité des étudiants choisissaient de rester au cours des cinq années complètes, considérant que la majorité des ressources disponibles par le biais de la Maison Martiale des Sept Véritables n’existait pas en dehors.

Après être arrivé au Hall de Lecture Martial, Lin Ming déambula à la recherche d’une place où s’asseoir. Tandis qu’il cherchait, il remarqua plusieurs personnes dont le regard était posé sur lui.

Lin Ming se retourna et vit que ces gens qui le regardaient avaient des visages souriants et joyeux.

Mmm ? Est-ce qu’ils le connaissaient ?

« Tu es Lin Ming ? » demanda un beau jeune homme tout de bleu vêtu, un sourire enjoué aux lèvres.

« Mmm, puis-je demander qui vous êtes? »

« Laisse-moi me présenter. Je m’appelle Lin Wu, et voilà ma petite sœur Lin Fengyuan », le jeune homme en habit bleu se tourna vers une délicate jeune fille qui se trouvait à côté de lui.

Lin Wu, Lin Fengyuan, se pourrait-il…

Lin Ming était surpris, il ouvrit la bouche pour demander :

« Vous êtes les jeunes descendants directs de la Famille Lin de la Ville du Mûrier Vert ? »

« C’est exact, nous sommes tous une seule famille », dit Lin Wu en souriant.

La Famille Lin était une grande famille respectée de la Ville du Mûrier Vert. Bien qu’ils n’avaient pas de titre de noblesse, leur famille avait des générations d’histoires d’affaires commerciales et disposaient donc d’un héritage important. Au sein d’une famille aussi large, le fait qu’il y ait quelques talents remarquables dans la Maison Martiale des Sept Véritables pouvait être considéré comme normal. Quelques mois plus tôt, Lin Ming avait emprunté un laissez-passer pour entrer dans le Hall de la Cithare ; ce dernier lui avait été prêté par Lin Xiaodong.

Cet article comporte 8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top