skip to Main Content
Menu

LMDAM Chapitre 32

Traduction : Vilipendeur
 Édition : à pourvoir
Révision : Noxvae, Albo

Utiliser le pouvoir des autres pour opprimer

Zhao Mingshan était bouche bée en regardant Lin Ming. Il se souvint que celui-ci avait prononcé ces mots un peu plus tôt :

« Vous voulez m’attacher, mais si vous le faites, les conséquences ne seront définitivement pas à votre avantage. »

Devant un soutien si éminent, Zhao Mingshan n’avait pas d’autre choix que de baisser la tête et se soumettre à ce garçon. Ça avait beau être une perte de face particulièrement lourde, ce n’était rien comparé au fait de préserver sa propre petite vie.

La complexion de Zhao Mingshan changea immédiatement. Il s’efforça de maintenir un large sourire avant de se répandre en excuses :

« Il semblerait que nous ayons pêché, par mégarde, deux rois dragons. Ces deux frères, comprenez bien qu’il ne s’agissait  que d’un stupide malentendu. J’espère que vous ferez preuve de pitié et serez à même de passer outre mes transgressions. Vous autres, détachez immédiatement ces deux camarades ! »

Bien qu’il n’ait pas encore été détaché, le bâillon de Lin Xiaodong lui avait été ôté, et il était un peu perplexe par rapport à la situation. Mais Lin Ming l’avait habitué à tout un tas de surprises au cours des derniers jours, il s’adapta donc rapidement.

Etait-ce grâce au maître élusif et mystérieux dont Lin Ming avait parlé ?

Un être suprême d’une telle puissance était un concept complètement étranger pour Lin Xiaodong. Mais quoi qu’il en soit, avec un tel individu pour les protéger, il savait ne pas avoir besoin de craindre ces idiots.

« Allez-vous faire foutre, vous et toutes vos familles bande de petits connards ! » Lin Xiaodong laissa échapper une série d’épithètes tandis que les policiers tentaient, non sans mal, de défaire les cordes qui entravaient sa corpulente personne. Ils furent poussés sur le côté alors que Lin Xiaodong se laissa glisser.

« Vous pensez que vous pouvez m’attacher pour me laisser partir quand bon vous semble ? »

Lin Xiaodong avait souffert d’une perte de face, mais maintenant qu’il avait récupéré la main, il comptait naturellement leur rendre la pareille.

Zhao Mingshan ne pouvait rien faire d’autre que d’écouter et souffrir en silence. Il s’efforça de nouveau à sourire avant de parler :

« Petits frères, j’ai été aveuglé par ma bêtise, pourriez-vous être miséricordieux et oublier les mésaventures du jour ? Je vous serais très reconnaissant si vous acceptiez, d’une manière ou d’une autre, que l’on vous indemnise… »

Lin Xiaodong le regarda de côté. Ces hommes du Département de la Police n’avaient qu’un maigre salaire avec un tout petit peu d’or obtenu à grandes peines. Lin Xiaodong n’était pas le moins du monde intéressé par cet argent, alors à quoi bon le lui proposer ?

A ce moment-là, Lin Xiaodong aperçu Wang Yigao sur le côté. Ce dernier était en train de profiter de la situation pour filer comme un voleur.

« Stop ! Qui a dit que ce gamin pouvait partir ! Reviens-ici tout de suite ! » dit Lin Xiaodong énervé.

Wang Yigao faillit tomber de son cheval en entendant ces mots. La tournure des évènements l’avait terriblement effrayé. Son père attendait qu’il rentre à la maison pour le punir, c’était un cauchemar absolu.

Désormais, rien que le fait de voir Lin Ming le faisait frissonner d’effroi. Il ne pensait même plus à se venger, il ne ferait rien d’autre que prendre ses jambes à son cou s’il avait encore une fois le malheur de rencontrer Lin Ming. Sans compter le fait qu’il avait peur de Lin Ming, Wang Yigao ne savait pas quel genre de support ce dernier pouvait avoir. Peu importe ce que c’était, c’était bien mieux que tout ce qu’il avait lui.

En perdant le dernier de ses avantages, Wang Yigao réalisa finalement qu’il était complètement inférieur à Lin Ming.

« Toi… qu’est-ce que tu veux ? »

« Vous voulez vous en aller comme si de rien était ? Croyez-vous seulement qu’une chose aussi simple puisse avoir lieu dans ce monde ? » Lin Xiaodong eut une inspiration soudaine.

 Il se retourna vers un groupe de policiers :

« Vous là, frappez le. »

Wang Yigao trembla en entendant Lin Xiaodong. Zhao Mingshan grimaça ; il ne savait même plus s’il allait parvenir à préserver sa vie. Wang Yigao risquait vraiment de mourir s’il se faisait encore blesser.

Zhao Mingshan regarda Lin Ming d’un regard supplicateur.

« Considère tout ça comme terminé. Il n’y a aucun intérêt à s’occuper de ce genre de personne », dit finalement Lin Ming.

« Lorsque tu es venu chercher des ennuis, j’ai vu qu’il y avait quelqu’un d’autre qui m’épiait depuis la carriole bleue. Etait-ce Zhu Yan ? » demanda-t-il à Wang Yigao.

Wang Yigao sentit le sol s’effacer sous ses pieds. Avait-il des yeux derrière la tête ?

Il craignait déjà largement Lin Ming, mais cette peur était en train de se développer à mesure que la terreur emplissait ses yeux.

Il continua de ne rien dire, Lin Ming fit donc un pas en avant dans sa direction.

« Oui, ou non ? » dit-il froidement.

Le cœur de Wang Yigao s’arrêta, il serra des dents, puis il acquiesça.

« Ce qui s’est passé aujourd’hui est également de son fait ? »

Wang Yigao acquiesça de nouveau.

« Bien. Tu peux partir. »

Lin Ming s’attendait déjà à ce que ce soit le cas. Zhu Yan souhaitait qu’il n’entre pas dans la Maison Martiale des Sept Véritables. Wang Yigao n’était qu’un pion qu’il avait utilisé pour tenter d’empêcher Lin Ming de prendre part à l’examen d’entrée ; Lin Ming ne souhaitait plus se donner la peine de s’occuper d’un petit joueur comme ça. Après tout, le père de Wang Yigao était tout de même général. Lin Ming savait rester discret, et il avait quand même dissimulé de la véritable énergie dans Wang Yigao qui le laisserait cloué au lit pour un certain temps.

Zhao Mingshan soupira de soulagement en entendant Lin Ming. Il s’empressa d’aller personnellement les détacher.

Lin Xiaodong fit tourner ses poignets potelés en regardant Zhao Mingshan qui était descendu d’un cheval à la crinière noire. Lin Xiaodong avait l’œil aiguisé quand il s’agissait d’argent, il lui suffit d’un regard pour savoir que ce cheval était d’une espèce supérieure. Ils étaient loin d’être comparables aux chevaux de neige blanche des Quartiers du Maréchal, mais leur valeur approchait tout de même les 500 liangs d’or.

« Nous allons bien, pas besoin de nous raccompagner. Laissez-nous deux chevaux. Celui-ci avec une crinière noire m’a l’air par mal. Je vais le prendre. »

Zhao Mingshan grimaça en l’entendant dire cela. Il chérissait par-dessus tout ce cheval, c’était sa précieuse merveille. Mais il serra des dents et prit sur lui-même :

« Si ces deux frères aiment mon cheval, n’hésitez pas à l’utiliser. »

« Haha. Alors ne m’objectez pas d’être impoli », répondit Lin Xiaodong. Il mit le pied à l’étrier et se hissa sur le dos du cheval à la crinière noire.

« Heh heh, allons-y ! »

Alors qu’ils quittaient les lieux, Lin Xiaodong était d’excellente humeur.

« Putain, c’était encore mieux que de gagner de l’argent ! Je ne me suis jamais senti aussi bien de toute ma vie. Non seulement cet idiot de « Gao Yiwang » a reçu une bonne leçon, mais j’ai même obtenu le cheval personnel du capitaine. Haha, c’est ça qu’ils appellent la belle vie ! »

Lin Ming lui sourit en retour :

« Nous avons utilisé le pouvoir et l’influence de quelqu’un d’autre aujourd’hui, mais tout le monde peut se reposer sur ses connections pour faire ça. Si l’on veut vraiment se sentir bien, alors il nous faut devenir fort par nous-mêmes, afin de dépendre de notre propre force pour intimider le reste du monde. Après quoi personne n’osera nous ennuyer. Ça, c’est une sensation qui doit être agréable. »

« Intimider le reste du monde ? Haha, Frère Lin, je n’ai définitivement pas de grands rêves comme toi ; ça me va parfaitement de me reposer sur le pouvoir et l’influence des autres. Que dis-tu de ça Frère Lin ? Tu me protègeras lorsque ton nom sera connu à travers le monde. Je l’utiliserai pour effrayer ceux que je rencontre. »

« Entendu ! » Lin Ming se mit à rire aux éclats.

Ils avaient parcouru trois ou quatre kilomètres le long de la route après avoir été arrêtés. Ils galopèrent avec leurs chevaux et furent rapidement de retour sur la place. La foule était toujours aussi dense ; il semblait que l’Epreuve de Force venait de débuter.

Lin Ming avait oublié la carriole bleue jusqu’à l’apercevoir de nouveau. Mais Zhu Yan en était désormais descendu. Il se tenait appuyé sur une longue épée tout en le fixant d’un regard glacial.

« Il semblerait que je t’ai sous-estimé. Tu es quelque peu talentueux. »

Zhu Yan avait, l’espace d’un instant, transmis sa voix directement à Lin Ming. Ils étaient distants de 200 mètres, mais c’était comme si Zhu Yan avait été à côté de lui.

C’était un message envoyé avec de la véritable énergie. Ca nécessitait un très haut degré de contrôle de sa véritable énergie pour être réalisé. Zhu Yan devait avoir atteint le sommet de la troisième étape de la Transformation du Corps au cours des six derniers mois.

« Ne pense pas que tu as quoi que ce soit de spécial juste parce que tu as atteint la deuxième étape de la Transformation du Corps. Tabasser quelques mauviettes inutiles de ton niveau n’a rien d’un accomplissement. Tu as dit qu’un jour tu me surpasserais ? Bien. Je t’attendrai. Je te laisserai découvrir l’écart qu’il y a entre toi et moi, tu comprendras bien vite que tu n’es pas destiné à devenir une élite de ce monde.

« Une élite de ce monde ? »

Lin Ming regarda Zhu Yan et se mit à sourire :

« Certainement pas de ce monde… »

Cet article comporte 15 commentaires
  1. SALUT moi poster commentaire pour dire j’adore novel continue traducteur toi faire bon boulot 🙂 ps: vraiment bon travaille a tous les traducteurs

    1. Hey, moi répondre à commentaire, car commentaire faire sourire moi. Moi remercier pour retour et souhaiter bonne lecture à tous 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top