skip to Main Content
Menu

LMDAM Chapitre 31

Traduction : Vilipendeur
 Édition : à pourvoir
Révision : à venir

Regretter la capture

Dès lors qu’il vit les deux policiers s’approcher avec des cordes, Lin Ming secoua ses manches :

« Vous voulez m’attacher, mais si vous le faites, les conséquences ne seront définitivement pas à votre avantage», dit-il froidement.

Tu penses que tu peux t’en sortir ? N’y pense même pas ! Une fois entre mes mains, tu ne t’échapperas pas, haha !

Wang Yigao s’extasiait intérieurement de voir la situation tourner à son avantage. Il était celui qui avait été blessé, mais il arborait un sourire disgracieux ; ses ricanements suggéraient clairement qu’il souhaitait que Lin Ming subisse un genre d’accident une fois en prison…

Wang Yigao tourna la tête et vit que Zhao Mingshan le regardait, le visage d’une complexion laide et écœurée. Wang Yigao toussota :

« Frère Zhao, je vais vous laisser mener votre enquête. J’étais juste en colère et j’ai réagi de manière excessive. Cette petite ordure était juste trop arrogante », dit-il embarrassé.

Lin Ming dépoussiéra ses vêtements avant de s’adresser à Zhao Mingshan :

« Il est de votre responsabilité que d’assurer la sécurité publique au cours de l’examen d’entrée de la Maison Martiale des Sept Véritables. Lorsque quelqu’un a essayé de m’empaler de sa lance, vous n’êtes pas venus, puis, lorsqu’on a essayé de manigancer contre moi en envoyant un groupe d’idiots me tabasser dans l’objectif de me laisser pour mort, vous n’êtes pas venus non plus. Pourtant, lorsque j’ai finalement décidé de me défendre avec la lance, là vous avez décidés d’apparaître ? Vous n’essayez alors même pas d’interroger les témoins et vous décrétez de manière parfaitement partiale que je suis le coupable, est-ce que vous fous fichez de moi ? »

Lin Ming parla posément, prenant le temps d’appuyer sur chaque mot d’un ton accusateur. Le cœur de Zhao Mingshan se serra, ce gamin avait des tripes. Comment pouvait-il rester si calme dans une telle situation ? Sur quoi pouvait-il bien s’appuyer ?

Zhao Mingshan regarda Lin Ming et décida qu’il ne pouvait pas se permettre d’ergoter avec cet enfant, pas plus qu’il ne pouvait laisser traîner d’avantage la situation, il haussa le ton :

« C’est une mission officielle ! Les gens comme toi n’ont pas leurs mots à dire dans le processus. Attachez-le ! » dit-il énervé.

La corde était déjà fermement enroulée autour du cou de Lin Ming lorsqu’il prononça son ordre. Lin Ming avait beau être capable, Zhao Mingshan était déjà à la quatrième étape de la Transformation du Corps, il ne résista donc pas.

A ce moment, un cri familier se fit entendre à travers la foule :

« Poussez-vous, laissez-moi passer ! »

Lin Ming fut surpris de voir un jeune rondouillard se tordre et se presser pour se frayer un chemin à travers la foule. Il avait une belle boîte de déjeuner dans les mains. Il s’agissait ni plus ni moins de Lin Xiaodong. Il était allé chercher à manger tandis que Lin Ming était resté à méditer, il venait seulement de revenir pour tomber sur cette agitation.

Lorsque Lin Xiaodong vit la corde qui était enroulée autour du cou de Lin Ming, son cœur s’enflamma soudainement :

« Merde ! Pourquoi l’avez-vous attaché bande d’enfoirés ?! »

Zhao Mingshan ne savait pas d’où sortait ce brave garçon rondouillard, il s’apprêtait à donner l’ordre de l’empêcher d’interférer lorsqu’il aperçut, du coin de l’œil, de légères étincelles de lumière. Il vit que quelques flammes s’étaient embrasées dans les mains de Lin Ming.

Un talisman de transmission sonore ?

Les yeux de Zhao Mingshan s’écarquillèrent. Les talismans permettaient d’enregistrer des voix afin de les transmettre ; ils étaient utilisés pour communiquer. Ce garçon venait manifestement d’en utiliser un à leur insu, enregistrant tout ce qui avait été dit pour l’envoyer à quelqu’un.

Ce type !

Zhao Mingshan fut parcouru d’un inexplicable frisson en regardant ce jeune. Il l’avait offensé en ce jour, ce dernier ne manquerait pas de se venger. Il allait visiblement devoir tolérer les plans idiots de Wang Yigao et le laisser le tuer, sans quoi ses troubles futurs seraient sans fin.

Mais… A qui avait-il envoyé le talisman ?

Lin Ming avait naturellement envoyé le talisman à Monsieur Muyi. Lin Ming et lui étaient devenus de bons amis il y a peu de temps, en échangeant des conseils à propos des techniques d’inscription. Muyi lui avait dit  qu’il garantirait sa sécurité aussi longtemps que les Quartiers du Maréchal existeraient. Il n’avait qu’à lui envoyer un talisman pour le prévenir s’il rencontrait un quelconque problème.

Bien qu’il soit brave et courageux, Lin Ming n’était pas une tête brulée se laissant dicter sa conduite par des pulsions sans prendre en considération les répercussions éventuelles. Il avait prévu un plan pour se préparer à la situation dans laquelle il était avant de frapper Wang Yigao. Lin Ming n’allait pas laisser une petite affaire comme celle-ci l’arrêter dans ses projets, il allait simplement devoir rendre la faveur à Muyi dans le futur.

Indépendamment du fait qu’il était dans le gouvernement et qu’il était le tuteur du Prince Héritier, Muyi n’était pas un officiel de la cour. Il restait un aventurier à l’intérieur de son cœur, de ceux qui accordaient plus de valeur à la loyauté et à l’amitié qu’à quoi que ce soit d’autre. Muyi n’était pas un homme à parler ou à acquiescer facilement ou de manière inconsidérée à quelque chose. Lorsqu’il avait demandé à devenir un ami de Lin Ming, il l’avait fait avec toute la conviction de son cœur.

Muyi comprit rapidement ce qui était en train de se passer en entendant l’enregistrement du talisman de transmission sonore. Il soupira avec dégoût. Il avait toujours tenu en petite estime les officiels du gouvernement ou les officiers inférieurs qui ne reculaient devant rien pour obtenir les faveurs des puissants. Sans parler du fait que Lin Ming était son ami, ce dernier était épaulé par un maître insondable. Muyi avait beau ne pas être directement relié à cette affaire, il n’allait pas hésiter à s’en mêler.

Muyi faisait preuve de négligence par rapport à tout ce qui touchait aux absurdités bureaucratiques, il ne connaissait donc pas beaucoup de puissants individus capables de directement résoudre cette situation. Le seul à même de le faire qui lui vint à l’esprit était son élève – le Prince Héritier Yang Lin.

Il envoya donc un talisman de transmission sonore à Yang Lin. Ce dernier avait toujours eu un profond respect et une admiration sans bornes à l’égard de son professeur. Il ne rechignerait pas un instant à accéder à une requête de Muyi. Yang Lin envoya donc immédiatement un message personnel au ministre du Département de la Police.

Le Roi et le Prince Héritier utilisaient tous les deux un talisman de transmission sonore unique en or violet. A cet instant, le ministre était en train de passer du bon temps dans les bras d’une concubine, lui murmurant à l’oreille et riant sottement. Il tomba de sa chaise aussitôt qu’il vit l’éclair d’or violet.

Ce message provenait du talisman de transmission sonore du Prince Héritier.

Le ministre eu l’impression qu’on l’avait frappé sur la tête avec un rocher après avoir pris connaissance du contenu du message. Ses jambes se liquéfièrent et il ouvrit la bouche en suffoquant :

« Pardonnez ce modeste de ne pas avoir été strict, ma surveillance a fait preuve de lacunes. » chaque mot qu’il prononça firent palpiter son cœur.

Il savait pertinemment quel genre d’individu était Zhao Mingshan. Il faisait partie de la garde du palace du Général Wang tandis que les origines sociales du jeune garçon étaient indéterminées. La manière dont Zhao Mingshan s’était occupé de la situation était prévisible, mais… ce garçon était, contre toute attente, l’un des hommes du Prince Héritier.

Zhao Mingshan, tu es vraiment le bâtard de ta mère ! M’entraîner moi, ton père, dans un tel désordre…

« Sans blague ! Pourquoi est-ce que vous l’attachez ? » maugréa Lin Xiaodong entre deux halètements.

Zhao Mingshan fit un geste de la main en direction de Lin Xiaodong :

« Faire obstruction au travail des agents de police et insulter leur capitaine ! Policiers, attachez le pour moi ! »

Zhao Mingshan envoya deux policiers attraper Lin Xiaodong. Ils étaient à la deuxième étape de la Transformation du Corps et n’étaient pas des sacs à patates comme Wang Yigao ; ils avaient de solides fondations et de bonnes compétences de combat.

Lin Xiaodong n’en était qu’à la Première Etape. Mais bien qu’il ne puisse pas résister, il essaya tout de même de se débattre.

« Vous osez lever la main sur moi !? Souvenez-vous bien de ma tête ! Je vous rendrai la monnaie de votre pièce ! » cria-t-il énervé.

« Faites le taire ! » dit Zhao Mingshan d’un air frénétique.

Un homme bâillonna Lin Xiaodong avec une bande de tissu. Le flot continu d’insultes s’évapora pour laisser place à des gémissements inaudibles.

« Allons-y ! »

Ils partirent aussitôt que Zhao Mingshan en donna l’ordre et commencèrent à descendre la rue au trot, avec Lin Ming et Lin Xiaodong attachés chacun sur le dos d’un cheval. Ils parcoururent plusieurs kilomètres en peu de temps.

Wang Yigao se trouvait derrière eux, il rit soudainement :

« Frère Zhao, faisons les descendre, trainons les tout du long. »

Il voulait traîner les deux hommes derrière les chevaux galopant. C’était intéressant, mais Zhao Mingshan ne répondit pas. A cet instant, une lumière rouge s’illumina soudainement face à lui. C’était un talisman de transmission sonore.

Le talisman de transmission sonore transmettait directement les sons à l’esprit, les personnes alentours ne pouvaient pas les entendre.

L’éclat s’évanoui. La voix du ministre du Département de la Police résonna dans l’esprit de Zhao Mingshan de manière tonitruante :

« Arrête tes conneries et écoute moi ! Relâche ces gens ! Sais-tu seulement qui est derrière ce garçon ? Le Prince Héritier en personne ! As-tu sérieusement pour projet de faire une foutue révolte contre moi !? Tu as carrément osé t’en prendre à quelqu’un qui fait partie des gens du Prince Héritier !? Par ta putain de mère, sais-tu seulement épeler le mot « mort » ?! Si t’as envie de crever, ne m’entraîne pas avec toi ! Zhao Mingshan, je te jure que je te tuerai en personne si j’ai des problèmes à cause de tout ça !! »

Zhao Mingshan s’était fait sermonner si vertement qu’il s’sentait sa tête sur le point d’exploser. Son corps se figea et son esprit s’évanouit… Prince Héritier ?

 Il interrompit immédiatement les chevaux et regarda Lin Ming bouche bée. Lin Ming le regardait également, indifférent et avec le même regard calme qu’il arborait depuis le début.

Zhao Mingshan se remémora le talisman de transmission sonore que Lin Ming avait envoyé… il était adressé au Prince Héritier !?

Quel genre d’existence était le Prince Héritier ? Lui n’était qu’un jeune capitaine de police. Il ne rencontrerait probablement jamais rien en rapport avec le Prince Héritier de toute sa vie. Son cœur était paralysé par des mots ineffables.

Il comprit finalement la signification du regard de Lin Ming.

« J’insiste, Frère Zhao, c’est le bon moment. Il n’y a personne qui regarde, traînons les en avançant, ils ne devraient quoi qu’il n’arrive pas en mourir, heh heh », dit Wang Yigao en arborant un sourire.

C’est ta foutue mère que je vais traîner !

Zhao Mingshan eut une folle envie de dégainer son épée pour couper Wang Yigao en deux lorsqu’il l’entendit prononcer cette absurdité. Il ne se serait jamais retrouvé dans une situation aussi délicate sans cet idiot.

« Pied à terre ! Relâchez-les. »

Ses hommes furent choqués en entendant Zhao Mingshan donner cet ordre. Wang Yigao tout autant.

Les relâcher ?

Wang Yigao n’était pas complètement idiot. Il repensa à ce talisman de transmission sonore ; était-ce en rapport ?

Zhao Mingshan n’ajouta pourtant rien après son ordre. Wang Yigao était particulièrement mécontent de la tournure nouvelle que prenait la situation et s’apprêtait à désapprouver, mais à cet instant, un autre talisman de transmission sonore s’embrasa face à lui. Dès lors qu’il entendit le message, Wang Yigao sentit ses forces l’abandonner. C’était le talisman de transmission sonore personnel de son père. Il ne contenait que quelques mots :

« Rentre sur le champ ! »

Wang Yigao était capable de ressentir le ton glacial dans les mots de son père. Il avait une seule certitude, une fois rentré, un monde de peines s’abattrait sur lui.

Comme l’une des parties prenantes était quelqu’un en rapport avec le Prince Héritier, et l’autre le fils du Général Wang, le Département de la Police avait naturellement envoyé un talisman de transmission sonore au Général Wang pour lui expliquer la situation. Ce dernier n’avait jamais été autant en colère. Le trône était en train de changer, la période était délicate, et ce Wang Yigao venait de décider d’ennuyer le Prince Héritier. Le Général ne savait pas quel genre de liens ce garçon avait avec le Prince Héritier. Cependant, un petit évènement comme celui-ci était suffisant pour amener le Prince Héritier à choisir quelqu’un d’autre pour le remplacer dans sa fonction. Il désirait ardemment tuer ce bon à rien de fils !

Zhao Mingshan vit Wang Yigao se pétrifier de terreur en recevant le talisman de transmission sonore. Il se mit à aboyer envers ses hommes :

« Pourquoi est-ce que vous les retenez encore ? Relâchez-les immédiatement ! »

Les hommes commencèrent à paniquer après s’être fait réprimander par leur capitaine. Ils s’apprêtaient à défaire les cordes lorsque Lin Ming se moqua :

« Vous vouliez m’attacher, alors vous m’avez attaché. Désormais vous souhaitez me détacher ? Je vous l’avais déjà dit ; si vous le faites, les conséquences ne seront définitivement pas à votre avantage. »

Cet article comporte 14 commentaires
  1. merci j’avais le sourire jusqu’au oreilles tous le long du chapitre

    quel joie de voir wang ce ridiculiser une fois de plus XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top