skip to Main Content
Menu

LMDAM Chapitre 28

Traduction : Vilipendeur
 Édition : à pourvoir
Révision : à venir

Conjuration

La Maison Martiale des Sept Véritables organisait un examen pour les recrues potentielles lors du printemps et de l’automne de chaque année. C’était un jour d’une importance capitale pour tous ces jeunes du Royaume du Grand Avenir qui cultivaient les arts martiaux.

Pour eux, la Maison Martiale des Sept Véritables était l’objectif final. S’ils l’atteignaient, ils pouvaient devenir des dragons capables toucher les cieux d’un seul bond.

Les ressources avaient une place très importante dans le fait de rejoindre la Maison Martiale des Sept Véritables, mais tout le monde était surtout obsédé par l’héritage et les manuels de techniques antiques.

Les manuels de techniques hérités s’étaient accumulés au cours de nombreuses années. Ils comprenaient l’aboutissement des expériences que tous les précédents aînés des arts martiaux avaient étudiées. Sans ces connaissances, essayer de pratiquer les arts martiaux par soi-même revenait à n’être rien d’autre qu’un idiot racontant des élucubrations dans les rues.

Les manuels de techniques disponibles étaient toujours très populaires et fiables, mais les véritables biens de la plus haute qualité ne pouvaient être trouvés et transmis qu’au sein des sectes.

Cette méthode de transmission était contrôlée de manière stricte par les sectes. S’ils venaient à découvrir ne serait-ce que le moindre indice d’un disciple ayant révélé les secrets de leurs manuels de techniques, alors la destruction de sa cultivation pouvait être considérée comme une punition légère. A l’inverse, il pouvait tout aussi bien être exécuté sur le champ.

C’était très difficile de transmettre des manuels de techniques. Ils étaient extrêmement difficiles à retranscrire et dupliquer. La voie des arts martiaux était profonde et ésotérique. Le flux de l’énergie et les sensations qui l’accompagnaient ; la route de la cultivation. Ces techniques de concentration de véritable énergie étaient indescriptibles avec des mots ; c’est pourquoi les manuels de techniques d’une rareté absolue n’étaient pas consignés dans des ouvrages, il était impossible de les retranscrire sur du papier.

Les manuels de techniques étaient généralement enregistrés sur des feuillets ou des tablettes de jade. Chaque petit feuillet de jade comprenait son lot d’informations acroamatiques et mystérieuses. Même un manuel ne pouvait contenir qu’une idée générale de ce qui était développé à l’intérieur. Si quelqu’un souhaitait engraver ces mystères sur une tablette ou un feuillet de jade, il devait absolument avoir une compréhension complète de ce manuel de technique. Quand bien même, ça restait une tâche véritablement difficile qui nécessitait beaucoup de temps et d’énergie.

Tout le monde ne pouvait d’ailleurs pas comprendre les manuels de techniques. Certains pouvaient être incapables d’en déceler les mystères, peu importe combien de temps ils disposaient des feuillets de jade. C’était comme une banque qui publiait des billets dorés. Ça avait beau être de l’argent, encore fallait-il le savoir pour pouvoir s’en servir comme tel.

De plus, les feuillets de jades qui contenaient ces manuels anciens n’existaient pas en grande quantité, il était impossible de les obtenir sur le marché, peu importe le prix. C’était aussi la raison qui poussait tant de jeunes à tout essayer pour rejoindre la Maison Martiale des Sept Véritables. Les conditions de sélections étaient cependant très sévères, il y avait inévitablement un grand nombre d’artistes martiaux aspirants qui échouaient chaque année.

Lin Ming disposait quant à lui du manuel de Transformation du Corps de la plus haute qualité – les Vertus Chaotiques des Méridiens de Combat. Il n’avait donc naturellement aucun intérêt pour les legs ou l’héritage de la Maison Martiale des Sept Véritables. Il ne désirait  pas non plus rentrer pour Lan Yunyue. Son histoire avec elle ne pouvait plus causer aucune turbulence dans son cœur, maintenant qu’il avait pris la décision de dévouer sa vie à la poursuite du pinacle des arts martiaux.

Lin Ming souhaitait entrer à la Maison Martiale des Sept Véritables pour avoir accès aux ressources d’entraînements. Il ne s’agissait pas d’herbes ou de traitements, mais plus particulièrement de zones spéciales où il était possible de s’exercer. Ces dites zones avaient été créés par le biais de matrices spéciales, ou étaient encore des zones avec des environnements spécifiques formées par des spécialistes du Xiantian. Elles permettaient aux humains de cultiver pour deux fois le résultat et moitié moins d’effort.

Mais le plus important restait les compétences martiales. C’était un élément critique pour un artiste martial car c’était directement lié au niveau de force de combat.

Lin Ming connaissait bien quelques compétences martiales qu’il avait absorbé du fragment d’âme de l’ancien. Il avait pu trouver trois ou quatre compétences martiales à travers les mémoires, mais elles étaient incomplètes. Même si elles étaient incomplètes, elles faisaient en réalité partie des compétences martiale de haut niveau, et ce même au sein du Domaine des Dieux. Il était inutile de dire que ces versions incomplètes surpassaient largement celles du Royaume du Grand Avenir.

Mais ces trois ou quatre compétences étaient malheureusement impraticables dès le début du chemin. Il devrait atteindre le Xiantian pour ne serait-ce que prétendre commencer à les pratiquer. La plus faible de ces compétences martiales était capable, d’après les mémoires, d’anéantir une montagne d’une simple frappe, sans même parler de tuer quelqu’un, il devait être aisé de détruire la capitale du Grand Avenir en entier.

Pour Lin Ming, ce genre de compétence martiale ressemblait plus à un langage alien qu’autre chose.

C’est pourquoi il devait participer à l’examen d’entrée et rejoindre la Maison Martiale des Sept Véritables. Il se devait également d’atteindre les résultats les plus élevés possibles, car les candidats les mieux classés étaient toujours richement récompensés.

Ça pouvait être des remèdes précieux ou de rares trésors. Ces remèdes étaient souvent produis par la secte elle-même – les Sept Profondes Vallées. Même le plus riche des individus de la Ville du Grand Avenir ne pouvait pas en acheter.

Ces récompenses très convoitées faisaient tout autant saliver d’envie les jeunes aristocrates. Lin Ming était pareillement tenté. Sa force avait été faible et ses espoirs minces il y a encore peu de temps, mais désormais la situation avait changée et il aspirait à les remporter.

Lors du premier jour d’automne, la place intérieure de la Maison Martiale des Sept Véritables était déjà noire de monde. L’examen se déroulait tout au long de la journée, de l’aurore jusqu’à la fin du jour, il y avait tout simplement trop de candidats.

Lin Ming et Lin Xiaodong n’avaient pas encore rejoint la place, ils se trouvaient sur la route principale en dehors. Il y avait beau y avoir relativement moins de monde ici, les oreilles de Lin Ming bourdonnaient malgré tout du son des discussions.

« Ils ont dit qu’il y aurait plusieurs talents de haut niveau qui étaient venus cette fois, dont Wang Yanfeng, ce talent de premier ordre. Quinze ans, un talent martial de grade quatre, et sa cultivation en est déjà à la troisième étape de l’Entraînement Physique. Vraiment un homme formidable. »

« N’est-ce pas étrange ? Pourquoi n’a-t-il pas rejoint le Maison des Sept Véritables plus tôt ? Pourquoi est-ce qu’il n’est pas venu au cours de l’examen du printemps ? »

« J’imagine qu’il vise le Domaine Céleste. Vouloir immédiatement rejoindre le Domaine Céleste après avoir intégré la Maison Martiale des Sept Véritables… c’est tellement agressif de sa part ! »

« Hm, le Domaine Céleste c’est totalement impossible. La dernière personne à avoir directement rejoint le Domaine Céleste au cours de ces dernières années fut Qin Xingxuan. Il faut une cultivation à la troisième étape de l’Entraînement Physique au minimum pour rejoindre le Domaine Céleste, et d’habitude, ceux à l’intérieur sont à la quatrième étape de l’Entraînement Physique. Même ce Wang Yanfeng n’a pas les qualifications requises. Je pense plutôt qu’il a attendu aussi longtemps pour viser la première place et s’accaparer les récompenses. »

Le Domaine Céleste…

Lin Ming murmura dans son cœur. Il y a six mois de ça, Zhu Yan avait composé avec son sommet de troisième étape de l’Entraînement Physique pour entrer dans le Domaine Céleste. Sa force était sans aucun doute remarquable, même parmi ceux d’une cultivation équivalente. Il ne pouvait absolument pas être comparé à un sac de viande comme Wang Yigao.

Alors qu’il était perdu dans ses pensées, Lin Ming sentit le regard de quelqu’un se poser soudainement sur lui. Est-ce qu’on l’observait ?

Il y avait de nombreuses personnes qui le regardaient au sein de l’épaisse foule, une personne ordinaire n’aurait pas pu découvrir ces gens et leurs intentions. Mais Lin Ming avait pratiqué la Formule de l’Authentique Chaos Primordial, par conséquent, sa perception était parfaitement affûtée, et malgré le fait qu’il y ait autant de gens, il était capable de ressentir l’œil froid qui le fixait du regard.

Il fit mine d’être nonchalant alors qu’il tournait la tête. Il y avait une carriole bleue vers l’endroit d’où provenait ce regard, mais la toile de cette carriole se rabattit aussitôt que Lin Ming s’était tourné pour regarder dans la direction où elle se trouvait.

Lin Ming soupira dans son cœur. Il n’avait pas encore commencé l’examen qu’il semblait déjà y avoir des personnes en train de comploter contre lui…

A ce moment-là, dans la carriole bleue, un jeune en habits de soie et un autre au regard maussade étaient assis. Il s’agissait de Wang Yigao et Zhu Yan.

« Il… il ne nous découvrira pas. » Wang Yigao avait été effrayé par Lin Ming la dernière fois. Il avait beau crier à qui voulait bien l’entendre qu’il voulait se venger, il était effrayé par Lin Ming. Ces trois mouvements qui l’avaient fait perdre lui avaient laissé une marque sombre dans le cœur et avaient entamé sa confiance en lui.

« Cesse d’être aussi effrayé et suspicieux ! Il y a plein de monde ici, ça n’est pas comme s’il avait des yeux derrière la tête. Ce type… il a même réussi à percer jusqu’à la deuxième étape de l’Entraînement Physique », dit froidement Zhu Yan.

L’écart entre la première et la deuxième étape de l’Entraînement Physique n’était pas petit. Un jeune de quinze ans capable de réaliser cela n’était pas si simple, en particulier si l’on considérait le pauvre milieu familial de Lin Ming et son simple Talent de Grade 3.

 « Je pense qu’il a juste dû pratiquer comme un malade, il n’y a pas d’autres moyens. Même moi je n’ai atteint la deuxième étape qu’à seize ans. Il a dû se surmener, son corps doit être en piteux état. Quel idiot, il ne sera pas différent d’un légume d’ici quelques années », pesta vicieusement Wang Yigao.

Zhu Yan méprisa ce flagorneur1 dans son cœur. Il avait beau avoir utilisé autant de remèdes, il n’avait atteint la deuxième étape qu’à seize ans. Pas seulement ça, son niveau de combat était complètement faible et désordonné. Zhu Yan ne se fatiguerait même pas à lui prêter de l’attention s’il n’était pas le fils du commandant de l’armée de la Ville du Grand Avenir.

« Le bon sens voudrait qu’il ait été incapable d’atteindre cette étape. Il finira tôt ou tard par être handicapé en surmenant son corps et en accumulant les blessures internes. Mais avec le support de 1 000 liangs d’or, rien n’est moins sûr… » dit Zhu Yan.

Le visage de Wang Yigao devint rouge vif. Il avait pensé que Zhu Yan n’était pas au courant de cette histoire de pari, mais il semblait déjà l’être. Y avait-il encore quelqu’un qui ne le sache pas ?

Diable ! Soyez maudits ! Il avait réellement déshonoré sa grand-mère.

Zhu Yan ne prêta aucune attention à Wang Yigao. Son expression était morose. De manière générale, dès lors que la cultivation d’un jeune de seize ans atteignait la troisième étape de l’Entraînement Physique, alors il entrait directement dans la Maison Martiale des Sept Véritables. De nombreux disciples étaient admis de la sorte parmi les familles estimées. Ce n’était pas très difficile pour eux, au regard du support colossal qu’ils recevaient en terme de rares et précieuses herbes médicinales.

La Maison Martiale des Sept Véritables ne se préoccupait pas du support familial. Ça faisait après tout partie de la force d’un artiste martial. L’origine familiale était équivalente au talent. Peu importe que ça soit par vertu ou par talent, par vertu ou par des remèdes les aidant, c’était des maîtres potentiellement capables d’étendre la force et l’influence de la Maison Martiale des Sept Véritables.

S’aider de remèdes facilitait grandement les choses afin de rentrer dans la Maison Martiale des Sept Véritables. Lin Ming, qui en plus de ça disposait d’une force supérieure à quelqu’un du même rang, avait donc de grandes chances d’arriver à entrer.

Zhu Yan souhaitait qu’il n’y parvienne pas. Non pas qu’il avait peur d’être surpassé par Lin Ming, après tout ça n’était qu’un Talent de Grade 3 et Zhu Yan était absolument sûr de lui. Même si Lin Ming était parvenu à passer une étape et à vaincre Wang Yigao, ça n’était pas grand-chose. Après tout, Wang Yigao n’en était qu’à la deuxième étape de l’Entraînement Physique et son niveau de force en combat était très mauvais.

Zhu Yan était confiant dans le fait qu’il n’aurait aucun problème à garder Lin Ming en dessous de ses pieds. Mais s’il rejoignait la Maison Martiale des Sept Véritables, alors ça risquait définitivement de soulever de puissantes vagues dans le cœur de Lan Yunyue.

Elle n’avait pas oublié leur ancienne amitié. Est-ce que ça serait pareil si Lin Ming venait à entrer dans la Maison Martiale des Sept Véritables ? Zhu Yan appréciait Lan Yunyue ; d’une part parce qu’elle était magnifique et qu’elle avait un sacré tempérament, et d’autre part parce qu’il était possessif vis-à-vis de tout ce qui était bon. Il ne pouvait absolument pas tolérer que le cœur de Lan Yunyue puisse être épris de sentiment à l’égard d’un autre.

Zhu Yan avait quelques connections avec la Maison Martiale des Sept Véritables grâce aux liens entre sa famille et la Famille Royale. Toutefois, l’examen de la Maison Martiale était un évènement bien trop public pour empêcher Lin Ming de réussir. Le seul plan qu’il lui restait était… de ne pas le laisser participer à l’examen.

 

  1. Un lèche-bottes.
Cet article comporte 14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top