skip to Main Content
Menu

LMDAM Chapitre 25

Traduction : Vilipendeur
 Édition : à pourvoir
Révision : Albo, Noxvae

C'est mon devoir d'apporter la paix

Lin Ming l’y attendait déjà lorsque Lin Xiaodong arriva à la Salle des Cents Trésors.

« Frère Lin, qu’est-ce que tu comptes acheter ? Ne me dis pas que tu as réussi à vendre ces trois papiers à symbole ? »

« J’ai eu de la chance et j’ai tout vendu », répondit Lin Ming, en souriant.

« Nooooooon ! » cria Lin Xiaodong, de manière exagérée.

De quel idiot est-ce qu’il avait abusé ? Ça pouvait être un présage…

« Frère Lin, tu as tellement vendu, si des gens essaient de te retrouver on risque de se faire tabasser dans le futur… » dit-il, sans cacher son inquiétude.

« Humph ! Tu penses sincèrement que j’ai fabriqué de faux symboles d’inscription pour tromper des gens ? » répondit sèchement Lin Ming.

« Je ne dis pas que tu l’as fait intentionnellement, je réfléchis juste à ce qu’il pourrait arriver si tes symboles d’inscription ne fonctionnaient pas. Si on dépense 100 liangs d’or aujourd’hui, on risque de ne plus pouvoir rembourser s’il y avait un problème… »

Lin Ming sourit :

« Ne t’inquiète pas, il n’y véritablement aucun problème. Allons juste faire nos achats », dit-il.

Lin Ming prononça ces mots en même temps qu’il passait l’entrée de la Salle des Cents Trésors. Lin Xiaodong le regardait, l’air bête. Il avait pensé qu’ils ne feraient que se retrouver ici avant de partir vers des plus petits commerces, comme ceux de la place de la ville. Il ne s’était jamais imaginé aller directement dans la Salle des Cents Trésors. Certains objets se vendaient fréquemment à plusieurs centaines de liangs d’or dans ce lieu ; c’était l’un des magasins les plus luxueux de la Ville du grand Avenir.

« Mon frère, mon très cher grand frère, allons-nous réellement acheter des choses ici ? »

« Mm. C’est ici », dit Lin Ming en entrant dans le magasin.

Le commerçant se dit que cet individu lui était familier, ses habits étaient ordinaires, il était jeune et d’un petit statut. L’attention du commerçant avait été attirée par son apparence, il se souvint rapidement que Lin Ming, qui venait d’entrer, était le jeune qui avait essayé de lui vendre des symboles d’inscription il y a quelques jours.

« C’est encore toi, je t’ai déjà dit que je ne prendrai pas tes symboles d’inscription », dit-il immédiatement, avec impatience.

Lin Ming se souvenait bien évidemment de ce commerçant de la Salle des Cents Trésors. Aucun vendeur qu’il avait rencontré en visitant les magasins privés ne lui avait témoigné ne serait-ce qu’un semblant de respect. Ces commerçants n’étaient en réalité pas les propriétaires. Les patrons étaient généralement de riches individus qui n’étaient que très rarement dans le magasin. Ils déléguaient la gestion de leurs affaires à des commerçants. Commerçants dont le salaire dépendait de leur efficacité ; ils n’hésitaient donc pas à faire des courbettes devant les jeunes de riches familles afin d’essayer de gagner quelques pourcents de profits. Lin Ming était toujours énervé à cause de cette expérience.

« Mes symboles d’inscriptions sont vendus. Aujourd’hui, je suis venu pour faire des achats », dit-il.

Vendus ? Les yeux du commerçant étaient emplis d’une légère trace de dédain. Selon son expérience, ces symboles d’inscription ne valaient pas le moindre argent. Leur valeur ne devait pas excéder, au mieux, quelques douzaines de liangs d’or. Ce provincial était vraiment un péquenaud. Il pensait être riche avec quelques douzaines de liangs d’or, quelle plaisanterie !

Quel garçon ridicule. Le commerçant ne le jeta pas dehors pour autant. La Salle des Cents Trésors n’avait pas de règle disposant que ne pouvait entrer que ceux qui en avaient les moyens. Lin Ming se promena du regard sur les étagères, sur lesquelles s’amassaient de précieux matériaux et de rares objets ; c’était vraiment stupéfiant. Le ginseng d’une centaine d’années qu’avait acheté Lin Xiaodong n’était qu’on produit inférieur parmi tous ces produits.

Il y avait également de rares et précieux remèdes, matériaux, symboles d’inscription de maîtres, même des trésors d’une valeur de plusieurs milliers de liangs d’or.

« Xiaodong, est ce qu’il y a quelque chose que tu voudrais acheter ? » demanda négligemment Lin Ming.

L’intéressé fit un sourire forcé :

 « Frère Lin, quelle drôle de chanson chantes-tu aujourd’hui, ah. Ça n’a beau ne rien coûter de jeter un coup d’œil, n’as-tu pas vu comment le vendeur nous a regardés ? Comme si nous étions un genre de plouc… ça m’a mis vraiment mal à l’aise », dit Lin Xiaodong.

« C’est juste un idiot à l’esprit étriqué, ce qu’il pense importe peu. Je vais t’aider si tu ne choisis rien, ou t’acheter une armure flexible », dit Lin Ming.

Lin Xiaodong secoua vivement la tête. « Frère Lin, ne perdons pas notre temps, nous serions incapable de payer si je choisissais quelque chose dans la Salle des Cents Trésors, et ils s’en prendraient à nous. Penses-y, si ça venait à se produire, toi tu cours plus vite. Je suis plus gros que toi donc je finirai par me retrouver tout seul derrière à me faire frapper. »

Lin Ming ne trouvait pas les mots pour répondre, « Quand est-ce que je t’ai déjà fait perdre ton temps ? » demanda-t-il alors.

« Depuis quand est-ce que tu ne penses qu’à ces plans diaboliques ? Ah, regardez-moi, je suis quelqu’un d’honnête, j’ai un bon fond, ayez pitié… » se lamenta Lin Xiaodong.

Lin Ming éclata de rire et entrouvrit les plis de son habit. Le bout de billets de banque dorés dépassait d’une poche au niveau de sa poitrine.

« Bien, n’est-ce pas de l’argent ? » dit-il.

Lin Xiaodong vit les nombreux billets dans une enveloppe rouge et se figea un moment. Il sentait que son esprit l’abandonnait, ses yeux étaient apathiques.

« Chaque billet vaut 1 000 liangs d’or », dit Lin Ming.

Il s’avérait que c’était des billets de 1 000 liangs d’or. De plus, vu l’épaisseur de la liasse, Lin Xiaodong pouvait voir qu’il y en avait plusieurs, peut-être jusqu’à 10 000 liangs d’or !

Jusqu’à 10 000 liangs d’or ! Qu’est-ce que c’était que ça ?

Lin Xiaodong court-circuita et chancela sur ses pieds.

« Frère Lin, tu as volé des gens ? Ce n’est pas bien, tu ne devrais pas voler autant, même avec tes arts martiaux… »

Le front de Lin Ming était couvert de lignes noires. Mon dieu, ce type…

« J’ai obtenu cet argent en vendant des inscriptions, c’est juste que tu ne veux pas me croire », dit-il avec réticence.

« Symbole d’inscription ? Tu veux dire ces trois bouts de papier toilette que tu appelles symboles d’inscription ? Tu les vends… à combien les as-tu vendus ? »

« 3 000 liangs d’or », répondit Lin Ming.

« 3…….3-3-3000 ?!?!?!? »

Le visage rondelet de Lin Xiaodong se mit à trembler. Il était choqué mais il parvint à dire d’une voix basse, craignant qu’on puisse l’entendre :

 « Tu les as vendus à 3 000 liangs d’or ? Tu m’as dit que tu as pratiqué pendant un mois, et tu serais déjà capable de créer un symbole d’inscription qui vaudrait 3 000 liangs d’or ? »

Lin Ming acquiesça. Lin Xiaodong était son meilleur ami et bon frère. Il ne souhaitait pas lui cacher la vérité, encore moins le pouvait-il. S’il souhaitait aider son ami en dépensant de l’argent, il se devait de lui expliquer ce qu’il s’était passé. Qui plus est, il allait très probablement être contacté par Muyi, Qin Xingxuan, ou d’autres personnages de haut niveau dans le futur. Ça serait impossible de cacher la vérité à Lin Xiaodong à partir de ce moment-là.

« Tu es juste en train d’insulter mon intelligence ! » s’exclama Lin Xiaodong.

« Tu pratiques depuis seulement un mois et tu es capable de créer un symbole d’inscription comme ça ? Tu me prends pour un gamin de trois ans qu’on peut tromper en prétendant qu’une feuille de chou est une ressource médicinale précieuse, ou quelque chose du genre ? »

Lin Ming haussa les épaules :

 « Les faits sont les faits. Je ne peux rien y faire si tu ne me crois pas… »

« Grand frère, oh frère Lin, ne joue pas avec moi, dis-moi juste ce qu’il s’est passé. »

Lin Ming soupira :

 « Bien, je vais te le dire, mais tu dois me promettre de ne pas le répéter »

 « C’est une promesse ! » annonça immédiatement Lin Xiaodong.

« Mm… bon, la vérité c’est que j’ai un maître secret… Ce maître est apparu quand j’avais douze ans, il m’a dit que j’avais un bon talent et une bonne intelligence et que j’étais promis à une grande destinée. Il souhaitait de moi que je puisse maintenir la paix dans le monde et m’a donc donné le devoir d’en faire ainsi en me prenant en tant qu’apprenti. J’ai finalement commencé à apprendre les techniques d’inscription avec lui… »

« Bien sûr ! » Lin Xiaodong avait l’impression d’être pris pour un pigeon.

 « Frère Lin, est-ce que tu peux être sérieux ? »

« Je ne te mens pas, j’ai vraiment un maître », dit Lin Ming.

« Laisse tomber avec ça, si tu avais un maître avec qui tu as étudié l’inscription pendant plusieurs années, alors comment peux-tu m’avoir demandé ce que c’était que la technique d’inscription il n’y a pas si longtemps de ça ? »

« Mon maître m’a appris la technique mais ne m’a jamais donné d’argent. Quant à la technique d’inscription, j’ai beau avoir étudié, je ne savais pas à quoi ça servait avant que tu ne me le dises, ce n’est qu’à ce moment que j’ai su que je pouvais utiliser ça pour faire de l’argent… »

« Sans déconner ! »

Lin Xiaodong avait l’impression que le monde s’effondrait autour de lui. Ca revenait à prendre un chaton de manière complètement aléatoire, à le nourrir et à le caresser afin qu’il grandisse, pour finalement le voir se transformer en la plus belle des femmes. Femme qui se trouverait être, encore une fois par hasard, la légendaire princesse déchue du clan de l’empereur démoniaque, qui, pour couronner le tout, tomberait amoureuse de vous. Ce n’était pas plus improbable que ce que venait de dire Lin Ming.

« Bien. Bon, uh… allons faire nos achats, maintenant que tu as compris. » Lin Ming tira son ami hagard et continua de sélectionner des armures flexibles.

 Lin Xiaodong n’était pas quelqu’un de très ambitieux et il n’aimait pas pratiquer les arts martiaux. Il faisait le strict minimum pour pouvoir maintenir sa position de descendant direct de la Famille Lin. C’est pourquoi Lin Ming souhaitait lui acheter une armure flexible, ça serait une bonne protection.

« De quel matériau cette armure flexible est-elle faite ? » demanda Lin Ming.

Le vendeur le regarda avec impatience :

 « C’est un trésor de haute qualité de notre commerce, la description se trouve dans les notes affichées derrière la table. Regarde par toi-même. »

Ses mots étaient naturellement railleurs afin de se moquer de Lin Ming, en lui rappelant qu’il était dans un magasin de ‘haute qualité’.

Le vendeur avait réalisé suffisamment d’affaires pour développer une capacité à reconnaître qui était susceptible d’acheter et qui ne l’était pas. Il se serait précipité pour accueillir et conseiller n’importe quel individu riche et puissant, mais il ignorait ceux qui n’avaient pas d’argent, sans parler de Lin Ming, qui, en plus d’avoir une apparence ordinaire, avait essayé de lui vendre du papier toilette une dizaine de jours plus tôt. Le commerçant était impatient, il était impossible que ce genre de garçon puisse être un personnage important de n’importe quelle sorte.

Lin Ming se dirigea à l’endroit où se trouvait l’armure flexible et commença à lire la description. Cette armure flexible était constitué de 10 000 tiges de chanvre supérieures de près de deux mètres. Il y avait également plusieurs  centaines de ficelles de soie, et pas n’importe laquelle, une soie produite par des vers de Racine en Bois d’Or. Le tout assemblé ensemble à l’aide de plus de vingt techniques d’artisanat avancées. Le prix était de 392 liangs d’or.

Ce genre d’armure flexible était un véritable trésor. Elle pouvait résister aux attaques jusqu’à la quatrième étape de l’Entraînement Physique, après quoi elle cèderait facilement, ce qui la rendait inutile pour Lin Ming. C’était quelque chose de beaucoup plus approprié pour Lin Xiaodong.

Lin Ming continua de fouiller jusqu’à ce que quelque chose attire son regard – c’était une pilule de Cerf Doré et une pilule de Rassemblement de l’Ame.

Lin Ming n’avait, jusqu’à maintenant, jamais pris de pilule à cause du coût trop élevé.

Les pilules étaient réalisées en combinant des herbes médicinales et des matières premières issues de bêtes féroces, et en les raffinant. C’était bien plus efficace que d’utiliser ces matériaux de manière brute. De plus, grâce à l’effet des formules, il était possible d’obtenir certains effets additionnels.

Les pilules de Cerf Doré étaient particulièrement rares ; elles étaient fabriquées avec un embryon de cerf doré vieux d’une centaine d’années, auquel était ajoutée une variété d’herbes. Les cerfs dorés étaient peu communs, ils se trouvaient principalement dans les forêts montagneuses. L’on pouvait dire qu’il n’était pas évident de les approcher, et qu’arriver à récupérer un embryon était vraiment une tâche complexe et difficile.

Ces pilules contenaient une vitalité riche et parfumée parce qu’elles étaient raffinées avec un embryon de cerf. Comme il n’avait jamais quitté le ventre de la mère, l’embryon n’était pas contaminé par les impuretés de l’air du monde. La pilule permettait ainsi d’éliminer les impuretés du corps et de faciliter l’accroissement de la force d’âme et de la cultivation physique.

Ce type de pilule était jaune, de la taille d’un grain de riz, et coûtait 200 liangs d’or.

La pilule de Rassemblement de l’Ame nécessitait également de précieuses matières premières pour être raffinée. L’ingrédient principal était un champignon de sang d’au moins cent ans. La pilule servait principalement à augmenter le taux d’absorption de la force d’âme et à accélérer la cultivation de l’artiste martial.

Ce type de pilule coûtait aussi 200 liangs d’or. Même les jeunes issus de familles aristocratiques devaient recourir à leurs économies afin d’en acheter.

Lin Ming arrêta de regarder autour de lui, il savait ce qu’il allait acheter. Il se retourna vers le vendeur :

 « Je vais prendre cette Armure de Ver à Soie de Racines en Bois d’Or. Emballez-la pour moi. Je vais également prendre six Pilules de Cerf Doré et dix Pilules de Rassemblement de l’Ame, ainsi que les matériaux listés sur ce papier. N’en omettez pas un seul. »

Lin Ming sortit une liste sur laquelle il avait noté les différents matériaux dont il avait besoin en même temps qu’il s’adressait au vendeur. Tous ces matériaux étaient destinés à l’inscription. Il avait pris le temps de vérifier qu’ils étaient tous vendus ici.

Cet article comporte 13 commentaires
  1. on peut dire que c est une bonne releve ,mythestral si tu nous entends . l art de la trad de super novel est toujours avec nous, comme au bon vieux temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top