skip to Main Content
Menu

LMDAM Chapitre 22

Traduction : Vilipendeur
 Édition : à pourvoir
Révision : à venir

Force et délicatesse

Lin Ming s’était entraîné à désosser avec le dos de la lame de son couteau au cours de ces derniers jours. Il avait utilisé la moitié des 92 liangs d’or qui lui restait pour acheter des traitements. Il était désormais capable de laisser une empreinte de 18 centimètres de profondeur dans le tronc de l’Arbre de Fer. Sa force n’était pas inférieure à 1.500 jins.

Il n’avait cependant pas atteint la frontière de l’immatériel comme décrite dans le manuel des Vertus Chaotiques des Méridiens de Combat, où chaque poing s’écoulait comme de la soie. Ce prétendu état « Fluidité de la Soie » correspondait simplement à contrôler sa propre force. Il serait capable, une fois accompli dans ce domaine comme décrit dans les Vertus Chaotiques des Méridiens de Combat, de broyer le bois à l’intérieur de l’Arbre de Fer avec son poing sans laisser ne serait-ce qu’une légère trace sur le tronc. Lin Ming n’avait pas encore atteint cette frontière de la Fluidité de la Soie.

Lin Ming avala un bol de soupe médicinale puis retira son haut. Il s’était entraîné chaque jour à désosser de cette manière et il commençait doucement, par le biais de cette méthode, à comprendre comment contrôler sa force.

Il faisait chaud dans la cuisine et Lin Ming dépensait plusieurs fois la quantité de force nécessaire en choisissant de n’utiliser que le revers de la lame. Il activa même la Formule de l’Authentique Chaos Primordial en même temps qu’il découpait. Son corps ruissela rapidement de sueur. Il ne savait pas, pour le moment, que son symbole d’inscription avait déjà causé d’importantes controverses.

« Monsieur Muyi, Mademoiselle Qin, je souhaiterais personnellement vous accueillir dans notre établissement. Nous avons déjà préparé une pièce privée spécialement pour vous, si vous voulez bien entrer. » Sœur Lan avait été prévenue en avance et elle était venue pour accueillir ces invités d’honneurs. Le Pavillon de la Grande Clarté  et les restaurants de classe supérieure disposaient de pièces préparées spécifiquement pour les dignitaires et les personnalités de haut rang. Ce genre d’individus ne souhaitaient, en général, pas se trouver dans la grande salle et en public. Ainsi, ces établissements mettaient des salles privées à leur disposition.

« Xiao Lian, prépare le meilleur thé bleu de printemps que nous ayons et informe la cuisine de se préparer convenablement. Qu’ils produisent les meilleurs plats ! » Le Pavillon de la Grande Clarté accueillait souvent de nombreux clients honorables ; toutefois, Muyi et Qin Xingxuan représentaient la crème de la crème de la société. Le Palais Royal comme les Quartiers du Maréchal disposaient tous les deux de plusieurs maîtres cuisiniers, dont les compétences étaient au-delà de celles du Pavillon de la Grande Clarté. Muyi et Qin Xingxuan n’avaient tout simplement pas besoin de venir prendre un repas ici.

« Ce ne sera pas nécessaire, mon maître et moi sommes venus ici pour rencontrer quelqu’un, » dit Qin Xingxuan.

« Oh ? Pour rencontrer quelqu’un ? »

« Oui, j’ai entendu dire qu’un garçon d’une quinzaine d’années résidait ici. Il doit plus ou moins faire ma taille et son nom de famille est Lin. » Qin Xingxuan n’évoqua que le nom de famille de Lin Ming car il était courant de n’enregistrer que le nom de famille des clients. Par exemple, Monsieur Lin. Qin Xingxuan imaginait qu’il était peut-être avec son maître et que, dans ce cas, l’enregistrement pouvait ne pas être sous le nom de Lin.

 « Un garçon d’une quinzaine d’années… » Sœur Lan réfléchit, « Est-ce qu’un jeune homme s’est récemment installé chez nous ? » demanda-t-elle à Xiao Lian.

Xiao Lian fit non de la tête, « Je ne m’en souviens pas, mais je vais regarder le registre pur vérifier, » dit-elle.

Sœur Lan tenta de divertir Qin Xingxuan et Muyi, qui s’étaient assis après que Xiao Lian fut partie. Elle ne revint qu’après un certain temps, « J’ai regardé le registre et je n’ai pas trouvé d’enregistrement concernant l’arrivée récente d’un jeune homme, » dit Xiao Lian.

Le Pavillon de la Grande Clarté était un établissement fréquenté majoritairement par des professionnels et des hautes figures des affaires, des individus relativement âgés. Il n’y avait que rarement des familles qui venaient, et bien évidemment, encore plus rarement des jeunes hommes.

Muyi fronça les sourcils, « Pas au cours des dix derniers jours ? Comment ? Ce jeune homme était au Pavillon de la Grande Clarté il y a encore huit jours, » dit-il.

Sœur Lan envisagea sérieusement la question, « Il n’y a pas de jeune garçon ou de jeune fille qui réside dans notre Pavillon de la Grande Clarté. Si vous recherchez quelqu’un avec le nom de famille Lin, il y a éventuellement un jeune garçon qui travaille en cuisine depuis plus d’un mois, mais… il ne doit pas être celui que Mademoiselle Qin recherche, » dit-elle.

Elle s’imaginait que Muyi et Qin Xingxuan était à la recherche d’un jeune d’une famille aristocratique. Lin Ming avait beau avoir une histoire intéressante par rapport à sa place dans la cuisine, ses origines familiales étaient ordinaires et sa cultivation martiale n’était pas élevée. Il ne pouvait pas avoir eu d’interactions avec les Quartiers du Maréchal.

« Cuisine ? » dit Qin Xingxuan avec une pointe de surprise.

« Mm. C’est un désosseur… c’est un jeune garçon très responsable… c’est un travail qui consiste à découper la viande. » Sœur Lan se doutait que Qin Xingxuan ne savait pas quel était le rôle d’un désosseur, d’où les explications.

« Découper la viande ? Ce n’est pas possible. » Muyi perdit tout espoir en entendant cela. Comment un honorable maître de l’inscription pourrait-être un découpeur de viande ?

Mais Qin Xingxuan ne laissa pas tomber. « Comment se fait-il appeler ? » insista-t-elle.

« Je ne sais pas vraiment ; il ne parle quasiment pas. Nous savons seulement que son nom de famille est Lin. Il devrait être en train de travailler dans la cuisine en ce moment. Souhaitez-vous aller voir ? »

« Mm. Nous vous suivons. » Qin Xingxuan acquiesça tout en se levant.

Ils suivirent Sœur Lan et arrivèrent à la cuisine du Pavillon de la Grande Clarté. Qin Xingxuan se sentit enveloppée par des volutes d’air chaud et de vapeur en ouvrant les portes. L’été était déjà bien avancé, et combiné à la chaleur de la cuisine, l’atmosphère était étouffante.

Qin Xingxuan fit simplement circuler sa force d’âme pour disperser l’air sec et brûlant, puis elle entra dans la cuisine avec Sœur Lan. Les chefs cuisiniers écarquillèrent les yeux de stupéfaction ; la mâchoire de certains jeunes rongeait presque le sol.

Le Pavillon de la Grande Clarté voyait passer de nombreux clients, ces serveurs et ces chefs avaient donc une expérience et des connaissances assez larges pour discerner qui était important. Beaucoup d’entre eux reconnurent Qin Xingxuan et n’en crurent pas leurs yeux. Il n’y avait personne à travers la Ville du Grand Avenir qui n’avait pas entendu parler de son nom ou de son talent hors du commun. Pourquoi viendrait-elle dans la cuisine du Pavillon de la Grande Clarté ?

Sœur Lan s’arrêta finalement et pointa du doigt vers une pièce dans le coin de la cuisine, « Là-bas…»

La cuisine du Pavillon de la Grande Clarté était très grande, Lin Ming travaillait dans sa propre petite pièce. Il découpait la viande de bêtes féroces ici avant de la faire envoyer vers le congélateur pour la conservation.

Les portes s’ouvrirent et Qin Xingxuan jeta un coup d’œil à l’intérieur. Elle put seulement voir un jeune qui portait seulement un pantalon vert. Le haut de son dos légèrement musclé était nu et il tenait un couteau à os des plus communs, qu’il utilisait pour découper à l’intérieur du corps d’une bête féroce.

Le jeune avait son dos exposé devant Qin Xingxuan ; vu de derrière, le jeune homme avait un dos à la musculature et à la coupe symétriques. Sa peau avait été brunie par le soleil et elle luisait d’une apparence saine, fruit de l’exercice. C’était sûrement à cause de la chaleur qui régnait ici ou à cause du fait qu’il  était en train de travailler dur, mais son dos était couvert de gouttes de sueur et il dégageait une intimidante impression de force.

Est-ce que c’était Lin Ming ?

Qin Xingxuan n’en était pas sûre, alors elle s’approcha un petit peu plus. Elle vit le visage du jeune homme de profil ; c’était un visage doux et jeune qui affichait une expression résolue. Ce n’était pas visible au premier coup d’œil, mais le fait de s’attarder du regard pouvait faire palpiter le cœur et donner l’inoubliable impression qu’il était un personnage noble.

Elle avait beau ne voir qu’un petit côté de lui, Qin Xingxuan reconnu ce regard vif et concentré, qui coïncidait de plus en plus avec l’image qu’elle avait conservée de Lin Ming au Département de la Cithare. Elle ne savait pas pourquoi mais son esprit tressaillit et son cou se teinta de rougeurs.

Elle n’avait pas imaginé la scène devant ses yeux. Le magnifique symbole d’inscription qui nécessitait un contrôle précis de la force d’âme et un contact délicat, doux, était identique à ce jeune homme qui était en train de découper la viande animale de manière barbare ? Ces deux idées tout à fait contradictoires apparaissaient dans le même garçon ; le contraste entre la mystérieuse et complexe beauté teintée de noblesse et la force brute fit éprouver un désagréable sentiment passager à son cœur.

Lin Ming se retourna alors. Il y avait de nombreuses personnes qui circulaient dans la cuisine et Lin Ming avait l’habitude d’ignorer son environnement lorsque qu’il pratiquait, mais il avait senti que l’on était en train de l’observer. Peut-être que quelqu’un était venu pour le rencontrer.

Mais il s’arrêta en voyant qu’il s’agissait de Qin Xingxuan. Qin Xingxuan ? Pourquoi était-elle venue au Pavillon de la Grande Clarté ? Pour lui ?

Qin Xingxuan avait remarqué le couteau rudimentaire dans les mains de Lin Ming. Il faisait moins d’une trentaine de centimètre et il n’avait rien de spécial ou de particulier. Mais Qin Xingxuan fut choquée de s’apercevoir que Lin Ming avait utilisé le revers de la lame pour couper la viande. C’était, c’était vraiment…

Son regard se déporta sur les morceaux de viandes découpés par Lin Ming. Les sections étaient concordantes, régulières et ordonnées. Les avait-il réalisées avec le dos d’un couteau ?

« Mademoiselle Qin, étiez-vous à ma recherche ? » demanda Lin Ming.  Il aperçut Muyi et son cœur tressaillit. Ce vieil homme lui donnait une impression de force absolue, comme si des forces constantes et invisibles étaient constamment en train de l’opprimer. Il devait avoir l’expérience d’un individu très puissant, c’était peut-être l’un de ces maîtres de l’étape de la Condensation de l’Impulsion ou encore de la plus rare étape Houtian.

« Petit frère, es-tu Lin Ming ? » demanda le vieil homme à Lin Ming, un sourire sur le visage. Lin Ming acquiesça ; il ne pouvait rien cacher à un maître de ce niveau. Il se dit que la vente des deux symboles d’inscription avait dû parvenir à l’attention de cet homme. Il avait beau  s’attendre à ce que ses symboles attirent l’attention, il n’avait pas anticipé que ça puisse arriver aussi vite.

Ce genre de circonstances pouvait-être un coup de chance comme une calamité. Dans le premier cas, ses symboles d’inscription connaîtraient une hausse brusque en termes de prix et de prestige et il obtiendrait une fortune colossale, avec laquelle il n’aurait aucun mal à acheter les traitements nécessaires à sa cultivation. Mais dans le second cas, parce qu’il était trop faible, il ne serait rien d’autre qu’un rhinocéros chassé pour sa corne. Lin Ming n’avait pas la capacité de se défendre et risquait de se faire arrêter par certaines parties qui l’obligeraient à créer des symboles d’inscription pour leur compte.

Il avait considéré tous ces points avant d’entrer dans la salle de ventes. Il avait pensé à changer son identité et son apparence mais il ne connaissait pas de techniques particulières pour le faire, de plus il n’avait que quinze ans et n’importe laquelle de ses illusions serait facilement brisée.

Ses symboles d’inscription allaient tôt ou tard attirer l’attention, des forces majeures allaient enquêter à son sujet. Il n’était qu’un jeune garçon à la première étape de l’Entraînement Physique et ses origines étaient modestes. Utiliser des petits tours de passe-passe de bas niveau pour essayer de se cacher de ces forces majeures n’avait pas plus de sens que le discours d’un fou.

Par conséquent, Lin Ming ne prévoyait pas de cacher son identité, il avait pensé à quelque chose de différent.

Cet article comporte 11 commentaires
    1. Hum… il fallait « lire la suite » haha. Je publierai le prochain chapitre entre dimanche et lundi, à 00:01 le 01/05 pour être précis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top