skip to Main Content
Menu

LMDAM Chapitre 21

Traduction : Vilipendeur
 Édition : à pourvoir
Révision : à venir

Le symbole d'inscription d'un « apprenti » ?

Tie Feng ne s’attendait pas à ce que Muyi réagisse de manière aussi vive. « Oui, ça coûtait 100 liangs d’or. Le marchand de la place de la ville m’a dit que ça avait été fabriqué par un apprenti… »

« Apprenti ?! Sûrement pas ! » Muyi était surpris mais pas au moins de croire que ça pouvait être un apprenti. Le marchand avait dû faire une erreur. Mais de là à savoir qui pouvait bien être assez stupide et déraisonnable pour jeter de l’argent par les fenêtres de cette manière… C’était véritablement une injustice de prendre quelque chose réalisé par un grand maître de l’inscription pour le vendre comme un vulgaire chou.

« Emmène-moi là-bas ! »

« Oui, monsieur. »

Ainsi, Monsieur Muyi prit Qin Xingxuan avec lui et ils partirent, sous les indications de Tie Feng, en direction de la place de la ville.

Tout le monde ne connaissait pas nécessairement la voiture du domaine des Qin dans la Ville du Grand Avenir, mais la plupart des gens reconnaissaient les quatre chevaux blancs comme la neige qui constituaient l’attelage. Les passants s’arrêtaient pour regarder la voiture descendre le long des rues, ils se rangeaient sur le côté pour les laisser passer ; c’était le respect dû au Maréchal Qin.

La chaude après-midi d’été apportait une pointe de paresse avec elle ; affaiblissant et alanguissant les corps et rendant réfractaire à ne serait-ce que l’idée de bouger. Le corpulent marchand qui avait vendu l’inscription de Lin Ming était assis dans un fauteuil à bascule, à l’entrée du centre de commerce de la place de la ville. Il était étendu là, un éventail à feuilles lui recouvrant le visage, sur le point de s’endormir.

Les affaires d’aujourd’hui n’avaient pas été très bonnes et il envisageait de fermer un peu plus tôt cet après-midi. Il entendit alors très clairement le bruit des sabots sur le sol et fut extirpé de sa torpeur.

Il ouvrit les yeux avec difficulté en pestant intérieurement contre ces gens qu’il s’apprêtait à réprimander. Ne savent-ils pas que les chevaux sont interdits sur la place de la ville ?

Cependant, alors qu’il se tournait en direction des sons, il remarqua immédiatement les quatre chevaux blancs comme la neige, qui étaient tous de la plus haute race de pur-sang, ainsi que le symbole du bouclier doré sur la voiture. Il faillit en perdre l’équilibre et tomber de sa chaise.

« C’est la voiture à cheval des Quartiers du Maréchal ! »

Le corpulent marchand s’empressa de se lever. Pourquoi est-ce que le Maréchal viendrait à la place de la ville ?

Il était encore en train de se poser des questions qu’il fut d’avantage stupéfait alors que la voiture vint rapidement faire halte devant sa propre entrée. Mon dieu… qu’est-ce que c’est que ça… le maître de cette voiture était en train de venir dans son magasin ?

Le rideau de la voiture se souleva, un vieil homme et une jolie jeune fille en descendirent. Les genoux du marchand se mirent à trembler. Monsieur Muyi ! Mademoiselle Qin ! Comment ces deux personnages fameux de la Ville du Grand Avenir, ces deux Buddha incarnés, avaient-ils pu décider de venir dans son petit temple ?

« Est-ce ici ? » demanda Qin Xingxuan à Tie Feng. Elle avait également été excitée d’apprendre qu’un second symbole était en vente. Son intérêt pour l’inscription remontait à sa tendre enfance et elle aspirait ardemment à apprendre cette technique d’inscription depuis qu’elle avait vu le combat entre Li Qi et Tie Feng.

« C’est ici, » répondit Tie Feng en les guidant à l’entrée. Ils entrèrent ensemble dans le magasin avec Muyi et Qin Xingxuan.

Le corpulent marchand n’avait pas fière allure mais il faisait de son mieux pour rester le plus droit possible, comme si son dos se trouvait contre un mur. Il n’osait même pas respirer le même air que ces deux clients de marque.

« Commerçant, je t’ai acheté un symbole d’inscription hier, t’en souviens-tu ? »

Tie Feng était à la cinquième étape de l’Entraînement Physique. Il avait l’apparence d’un golem d’acier ; son corps était parsemé de cicatrices, souvenirs de dangereux et lointains champs de bataille. Il dégageait naturellement une forte impression sur le marchand, qui acquiesça. « Je m’en souviens, c’était un symbole d’inscription d’apprenti, 100 liangs d’or… »

Le corpulent marchand était effrayé. Est-ce qu’il y avait eu un problème avec le symbole d’inscription de cet apprenti ? Si c’était le cas et que ces personnes venaient pour lui demander des comptes, alors il n’aurait pas d’autres choix que de laisser tomber son commerce et mourir. Merde ! Il n’aurait pas dû laisser ce garçon louer un coin. Mais quand même, il ne s’agissait que du symbole d’inscription d’un niveau d’apprenti, un objet de second rang. Quel rapport est-ce que ça pouvait bien avoir avec les Quartiers du Maréchal ?

« J’ai cru comprendre que vous en aviez un second, où est-il ? » demanda impatiemment Muyi.

Le marchand pointa une étagère dans un coin où se trouvait une grossière pièce de papier jaune pressée entre deux vitres.

Muyi fit trois pas et arriva devant l’étagère. Il souleva la vitre et attrapa précautionneusement le papier à symbole dans sa main, comme s’il tenait un bébé. Il sentit les fluctuations de force d’âme qui émanaient du papier et inspira une bouffée d’air frais ; ses yeux étaient plein de confusion.

« Maître, comment est-ce? » lui demanda Qin Xingxuan en s’approchant.

« Ce symbole d’inscription… » Muyi respira calmement pour se stabiliser et se calmer. Même lui ne pouvait pas croire ce qu’il allait dire. « La force d’âme contenue dans cette inscription n’est pas supérieure à la troisième étape de l’Entraînement Physique ; c’est… peut-être encore plus faible. »

Qin Xingxuan sentit son cœur sursauter. Elle prit également le symbole d’inscription pour l’analyser avec sa force d’âme. Ce que venait de dire Muyi était exact.

Qin Xingxuan n’avait pas cru Tie Feng lorsqu’il avait dit que c’était le travail d’un apprenti. Elle s’était dit que c’était impossible et qu’il avait été trompé, mais elle venait de découvrir une preuve du contraire… inconcevable !

« Est-ce possible qu’un maître de l’inscription ait intentionnellement réduit sa véritable force à la troisième étape de l’Entraînement Physique avant de créer ce symbole ? » demanda-t-elle.

« La force d’âme d’une personne à l’étape de la Condensation de l’Impulsion ou de l’étape Houtian est d’un niveau de qualité drastiquement éloigné de celle de quelqu’un d’autre à une étape inférieure de l’Entraînement Physique. En plus d’être extrêmement difficile à réduire, ça pourrait leur faire du tort. Sans compter le fait qu’il n’y a aucun intérêt ou bénéfice à faire cela, la qualité du symbole d’inscription verrait sa qualité diminuer. Je ne peux décidément pas saisir les pensées du sage qui l’a créé, » répondit Muyi.

Le corpulent marchand écoutait leur conversation à propos du symbole et il sentit son esprit court-circuiter à cause des émotions conflictuelles. Il avait initialement pensé que ce symbole d’inscription devait être défectueux et qu’ils étaient venus pour demander des comptes. Il semblait toutefois, à les écouter, que ce symbole d’inscription avait une valeur insoupçonnée qui les avait amenés à venir enquêter.

C’était Monsieur Muyi ! C’était l’un des trois plus grands maîtres de l’inscription de tout le Royaume du Grand Avenir ! Et pourtant, il était lui-même choqué par ce symbole d’inscription.

Le commerçant commençait à regretter de l’avoir vendu si peu cher. Mais bon… ces papiers à symbole avaient été vendus par un gamin à l’apparence minable, comment s’était-il débrouillé pour obtenir un symbole d’inscription aussi violent ?

« Ce commerçant, te souviens-tu de qui a apporté ce symbole d’inscription dans ta boutique ? »

« Oui oui, bien sûr que je m’en souviens, » acquiesça à la hâte l’homme potelé, « C’était un jeune garçon d’environ quinze ou seize ans avec des habits ordinaires. J’ai également son adresse. »

Il commença à parcourir rapidement son livre d’archive, aussitôt après avoir parlé. Le centre de commerce conservait toujours un point de contact pour pouvoir délivrer le produit de la vente consignée.

Un jeune de quinze ou seize ans… l’esprit de Qin Xingxuan s’agita aussitôt. Elle pensa immédiatement à Lin Ming en entendant cela, ce jeune garçon qui l’avait impressionnée de manière aussi forte au Département de la Cithare. Est-ce que c’était lui ?

Troisième étape de l’Entraînement Physique ou inférieur… apprenti de l’inscription… cela… est-ce qu’il pouvait s’agir de lui ?

Consciente de cette possibilité, le cœur de Qin Xingxuan palpita. Le terme de « génie » était loin d’être suffisant si c’était vrai ; on ne pouvait le décrire que comme un monstrueux talent qui n’apparaît qu’une fois au cours d’une vie.

Le marchand tremblait alors qu’il s’empressait d’essayer de trouver l’adresse. Il bégaya en regardant le numéro de série de l’étagère, « Grande… Pavillon de la Grande Clarté. Ce garçon vit au Pavillon de la Grande Clarté. C’est l’adresse qu’il a écrite, » dit-il.

« Pavillon de la Grande Clarté ? Allons-y, » dit Muyi.

« Cette adresse a été laissée il y a déjà huit jours. Je ne sais pas s’il y sera toujours, les gens n’y restent habituellement pas très longtemps, » dit Qin Xingxuan pleine d’inquiétudes aussitôt qu’ils montèrent dans la voiture.

Elle présumait que Lin Ming y séjournait en tant qu’hôte. Le Pavillon de la Grande Clarté était l’un des restaurants les plus luxueux de toute la Ville du Grand Avenir. Il y avait un hall de festins ainsi que de nombreuses chambres pour les invités, mais ça n’était, en temps ordinaires, destiné qu’à des séjours temporaires.

Cet article comporte 12 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top