skip to Main Content
Menu

LMDAM Chapitre 18

Traduction : Vilipendeur
 Édition : à pourvoir
Révision : à venir

Vendu !

Le dernier arrêt de Lin Ming fut la salle de ventes de l’Erable Rouge. Lin Ming ne nourrissait pas vraiment l’espoir d’y faire affaire, et comme il s’y attendait, la belle commissaire-priseur de la salle de ventes prit elle-même la peine de l’éconduire.

Toutefois, cette belle dame se dit que Lin Ming avait été traité de manière un peu injuste, elle lui donna donc deux conseils. Premièrement d’essayer l’Association de l’Inscription. Ils pouvaient éventuellement être intéressés par ses papiers à symbole pour les collectionner ou les utiliser à des fins pédagogiques. Un symbole d’inscription réalisé par un apprenti était déjà relativement rare à cause de la faible probabilité de réussite, pourtant Lin Ming en avait quatre, ce qui était encore plus incroyable. Il pouvait, en dernier recours, essayer d’aller faire du porte à porte avec ses produits sur la place de la ville.

Lin Ming n’était encore jamais allé à l’Association de l’Inscription. Il n’avait ni recommandations ni références d’un authentique maître de l’inscription. De toute manière, même un maître de l’inscription de haut niveau serait incapable de déceler les mystères entourant ses inscriptions. Les différences entre les inscriptions du Royaume du Grand Avenir et celles du Domaine des Dieux étaient trop importantes.

Il ne lui restait plus qu’une chose à faire, aller sur la place de la ville en espérant pouvoir y vendre ses papiers à symbole. Il était malheureusement impossible d’en tirer un prix décent de la sorte.

Bien que la place de la ville soit un centre de commerce de rang inférieur, ça restait un établissement officiel soutenu par le gouvernement. On pouvait y vendre en consignation une grande variété de marchandises. Le centre de commerce prenait une commission de cinq pourcents. Un grand nombre de personnes utilisaient ces services, le centre avait bonne réputation et les gens ne craignaient pas d’être escroqués.

Les prérequis qualitatifs du centre de commerce étaient bas ; n’importe quel produit pouvait être vendu à condition qu’il s’agisse d’un produit véritable et non d’une contrefaçon. Les symboles d’inscription de Lin Ming représentaient une affaire en or, personne ne pouvait le nier. Mais Lin Ming restait un apprenti et par conséquent son travail n’avait que peu de valeur.

Le corpulent estimateur du centre de commerce examina les produits de Lin Ming et lui proposa un prix de départ de 100 liangs d’or.

Lin Ming ne put que se figer en entendant ce nombre. Et ta sœur ? Qu’est-ce que c’est que ça !

Les matériaux pour l’inscription lui avaient coûtés 7-800 liangs d’or et cet homme lui en proposait 100 par symbole. S’il les vendait à 100 liangs d’or unité, Lin Ming ne gagnerait qu’un total de 400 liangs d’or.

« Alors tu veux les vendre ou non ? »

Lin Ming grinça des dents, « Oui, je vais en vendre deux, » dit-il.

Il avait récemment dépensé tout son argent et serait probablement déjà en train de mourir de faim dans les rues sans le salaire confortable et les bonnes conditions que lui offrait le Pavillon de la Grande Clarté.

Il pouvait accepter d’en vendre deux, même si c’était vendre à perte. Quant aux deux derniers, il préférait attendre un peu. Son cœur n’était pas enclin à vendre les deux derniers pour 100 liangs d’or l’unité.

« Laisse ton adresse au verso » dit le corpulent estimateur. Le centre de commerce n’était responsable que des produits vendus en consignation. Les vendeurs n’étaient payés qu’après que le centre de commerce ait vendu leurs produits. Lin Ming n’avait d’ailleurs aucune garantie que ces deux symboles se vendent.

« C’est 1 liangs d’or la petite location, 3 liangs d’or la moyenne et 5 liangs d’or pour la location supérieure, et ce pour une durée d’un mois. Si ça n’est pas vendu d’ici là, le produit est sorti des rayons et l’argent n’est pas remboursé, » dit le corpulent estimateur.

Putain ! Ça aussi c’était payant, Lin Ming n’avait vraiment pas de chance. Il tourna la tête et prit le temps d’y réfléchir. La location supérieure était évidemment la meilleure, suivie par la location moyenne. La petite location devait probablement correspondre à un coin sombre et poussiéreux où personne ne verrait ses articles.

Lin Ming attrapa cinq liangs d’or dans ses poches et en déposa trois sur la table, « Je vais prendre la moyenne location, » dit-il.

Il n’avait pas pensé en arriver là. Son inscription était sans aucun doute au moins aussi bonne que celle d’un maître, mais il était réduit à la vendre pour seulement 100 liangs d’or. Sachant qu’il devait, par-dessus le marché, s’acquitter de cinq pourcent de taxes et d’honoraires de location. Le tout sans aucune garantie que quelqu’un achète ses produits.

Lin Ming soupira. C’était vraiment difficile d’être inconnu.

Il fit un sourire forcé en remettant les deux liangs d’or qu’il lui restait dans sa poche. Le fait d’acheter de rares médicaments pour cultiver les arts martiaux mis de côté, il serait déjà chanceux s’il arrivait à subvenir à ses besoins alimentaires.

Sans médicaments et sans aucun autre matériau, Lin Ming ne se sentait pas vraiment de demander à emprunter de l’argent à son gentil frère Lin Xiaodong. Il resta par conséquent aux abords de la Montagne Zhou pour pratiquer la Formule de l’Authentique Chaos Primordial. Les jours passèrent ainsi, l’un après l’autre.

Sept jours s’étaient déjà écoulés.

La place du commerce de la ville avait toujours été un lieu agité. Quelques individus y venaient pour faire les vitrines des magasins en espérant y trouver des objets dont la valeur aurait été sous-évaluée. C’était gratifiant que de découvrir un trésor caché.

Cependant ces individus ne regardaient généralement pas les herbes médicinales ou les symboles d’inscription. C’était trop difficile d’en percevoir la qualité, du coup ils ignoraient ces objets la plupart du temps.

A cause de cela, des centaines et des milliers de clients étaient venus sans même s’intéresser aux symboles d’inscription de Lin Ming qui ne quittèrent pas leur rayonnage.

Mais aujourd’hui, un grand homme de large carrure et à la musculature développée vint déambuler dans le centre de commerce. Son corps était entièrement recouvert de muscles épais, il avait une apparence robuste. C’était un homme fort intimidant. Il portait une épée d’un mètre vingt dans le dos et sa démarche était pleine de fierté, comme celle d’un tigre cherchant le conflit.

Il avait un regard froid. Son corps était quadrillé de cicatrices ; c’était un homme qui avait traversé d’innombrables situations de vie ou de mort. Un véritable tueur ; aucun de ces petits garçons qui s’entraînaient à la Maison Martiale ne pouvait se comparer à une telle présence1.

Le corpulent estimateur se fit tout petit en le voyant. Cet homme était à la cinquième étape de l’Entraînement Physique ! Un puissant individu au sommet du Façonnage Osseux.

Il n’était qu’à un pas de l’étape de la Condensation de l’Impulsion. Mais ce pas représentait une barrière infranchissable pour un grand nombre de gens, chez qui les efforts combinés de toute une vie ne suffiraient jamais.

« Qu’est-ce que ce client souhaite acheter ? » Le corpulent estimateur s’était levé pour l’accueillir.

L’homme ne dit pas un seul mot et regarda autour de lui, l’estimateur fit donc preuve de tact et resta également silencieux.

Son regard de promenait sans que rien ne semble retenir son attention, quand soudainement, il fit un signe de la main vers deux bouts de papier qui étaient pressés entre des panneaux de verre. « Ce sont des symboles d’inscription ? »

« Oui. »

« C’est 100 liangs d’or ? » dit l’homme, quelque peu surprit. Un symbole d’inscription valait habituellement plus de 1.000 liangs d’or. Cent liangs d’or c’était vraiment peu.

« C’est le travail d’un apprenti de l’inscription. Son niveau de cultivation n’en est qu’à la troisième étape de l’entraînement physique. Ça ne doit probablement pas permettre une augmentation de force de plus de 10%, » dit honnêtement l’estimateur.

« Dix pourcents… » L’homme fronça les sourcils. C’était vraiment peu. Mais il n’avait, hélas, pas les moyens d’acheter de symboles d’inscription du genre de ceux qui coutaient au moins 1.000 liangs d’or.

Ce héros s’appelait Tie Feng. Il venait d’un milieu ordinaire et ses revenus dépendaient directement de ce que lui donnait l’armée. Il devait entretenir ses parents vieillissants et s’acheter des traitements, il ne pouvait donc pas dépenser beaucoup d’or. Sans même parler de 1.000 liangs d’or, 100 liangs d’or ça représentait déjà une jolie somme.

Tie Feng avait accompagné les forces armées au cours d’une expédition, un mois auparavant, durant laquelle il avait tué le leader ennemi qui était aussi au Façonnage Osseux. Il lui avait pris son épée en gage de récompense. C’était une épée du degré-humain !

Les règles de l’armée disposaient que les trésors appartenaient à ceux qui les avaient obtenus. C’est ainsi que Tie Feng avait pu obtenir une si précieuse épée. Toutefois, l’épée avait été endommagée ; la pointe était brisée.

Ce trésor incomplet ne pouvait plus déployer qu’un pouvoir limité. Qui plus est, une épée incomplète résultait en une puissance de combat réduite, car l’arme n’était plus capable de concentrer la force d’âme de la même manière.

En outre, Tie Feng fut désappointé encore d’avantage en découvrant que l’épée n’avait pas de symbole d’inscription. Ce qui réduisait encore sa force d’un niveau supplémentaire.

Il n’avait pas envisagé de graver une inscription sur l’épée, n’ayant pas les moyens d’en acheter une et parce que l’épée était endommagée, ce qui la rendait à priori inqualifiable pour une inscription. En revanche, ce symbole d’inscription réalisé par un apprenti était attrayant.

Un symbole qui augmentait la force d’environ 30% coûtait généralement aux alentours de 1.500 liangs d’or. Quant à celui-ci, il n’augmentait la force que de 10% et son prix n’était que de 100 liangs d’or. Le ratio efficacité/coût était particulièrement élevé, et plus important encore, il avait les moyens de l’acheter !

Le troisième round du tournoi d’arts martiaux de l’armée avait lieu le lendemain. Son prochain opposant allait être assez difficile à vaincre. Ses chances de victoires seraient bien meilleures s’il était capable d’augmenter la force de son épée, ne serait-ce qu’un tout petit peu.

Le tournoi requérait la participation de tous les artistes martiaux de moins de trente ans au sein de l’armée. Il était possible d’obtenir de grandes récompenses voir même une promotion militaire, en fonction des résultats.

Tie Feng avait accumulé de nombreux fait d’armes à travers les années. Il avait des chances d’être promu capitaine d’une dizaine de milliers d’hommes s’il montrait de bons résultats au cours du tournoi. Il désirait en outre obtenir les récompenses. Sa mère s’était brisé les deux jambes en chutant d’une falaise alors qu’elle ramassait des herbes médicinales pour l’aider dans sa pratique des arts martiaux, il y a dix ans de cela. Elle était condamnée depuis lors à vivre dans un lit. Tie Feng avait juré devant les cieux qu’il obtiendrait la Pâte de Jade Noir pour sa mère. C’était une ressource rare aux propriétés médicinales permettant de réparer des os brisés si elle était convenablement appliquée. Ça lui permettrait de soigner sa mère, de lui rendre l’usage de ses jambes et de lui permettre de remarcher. Mais cette préparation avait un prix, 5.000 liangs d’or! C’était tout simplement un chiffre inimaginable pour lui.

Avec ces pensées à l’esprit, Tie Feng n’avait pas le choix, il devait obtenir la victoire par lui-même et de ses propres mains. Demain avait lieu le troisième jour du tournoi, et Qin Xiao lui-même allait y assister. C’était la figure la plus importante du Royaume. Tie Feng ne pouvait pas se permettre de perdre alors qu’il y avait tant en jeu !

Pour sa famille, pour sa mère !

« Ce symbole d’inscription, je vais le prendre ! » dit-il au commerçant en serrant des dents.

« Impossible ! Tu t’es débrouillé pour gagner 95 liangs d’or ? » Lin Xiaodong regardait les billets dans la main de Lin Ming, il n’en revenait pas. Un imbécile avait dépensé 95 liangs d’or pour acheter une feuille de papier toilette ? Il ne dit pas ce qu’il en pensait…

« Plus précisément 92 liangs d’or, » répondit Lin Ming. Le centre de commerce de la place de la ville était très rapide en matière d’argent. Lin Ming avait reçu sa part dès le lendemain de la vente. Il restait 92 liangs d’or du prix du symbole après que le centre de commerce eut pris cinq pourcents de commission et 3 liangs d’or pour la rente.

Un symbole d’inscription qui aurait dû avoir une valeur minimale de 1.000 liangs d’or avait été vendu 92 liangs d’or. Lin Ming était atterré de se dire que celui qui l’avait acheté avait fait un aussi gros bénéfice, d’un autre côté il fallait reconnaître que l’acheteur prenait aussi des risques.

Quatre-vingt-douze liangs d’or c’était une somme ridiculement insuffisante pour acheter des préparations médicinales. C’était tout juste suffisant pour en acheter des communes qui servaient à soigner les plaies. Lin Ming haussa les épaules et partit en direction de l’échoppe médicale pour y chercher quelques matériaux.

Il ne savait pas qu’était en train de se dérouler, au moment même, un tournoi d’une splendeur et d’une grandeur inégalées. La grande assemblée des artistes martiaux était rassemblée sur les terrains de l’armée !

Au Terrain des Seize Kilomètres, portant de lourdes armures sous le soleil éclatant, dix mille soldats étaient rassemblés en formation serré, en carré. Quelqu’un qui s’approcherait d’eux ressentirait inévitablement l’aura de la guerre, comme s’il eut était en train de se noyer dans un ancien champ de bataille alors que le dieu de la mort galopait droit sur lui. Ces soldats étaient les plus fantastiques guerriers du Royaume du Grand Avenir. N’importe lequel d’entre eux pouvait se battre à dix contre un.

Une rangée de fauteuils s’étalait devant l’une des lignes du carré. Un homme portant une armure dorée était assis au milieu. Bien que ses cheveux soit déjà grisonnant, son expression restait lumineuse et ses yeux étaient vifs comme ceux d’un faucon. Il dégageait une impression de pouvoir infini, c’était un héros parmi les héros. Ce n’était ni plus ni moins que l’homme dont la force avait repoussé le Pays du Soleil de l’Est il y a 80 ans, le Maréchal Qin Xiao !

Sa présence ici témoignait de l’importance de ce tournoi. La famille Qin était également venue pour faire office de présence, incluant Qin Xingxuan et son maître, Monsieur Muyi. Monsieur Muyi était déjà âgé d’une centaine d’année. Sa cultivation avait atteint l’étape intermédiaire du Houtian. C’était un des plus grands maîtres du Royaume du Grand Avenir et également un maître de l’inscription. Même le Roi du Royaume du grand Avenir se devait de le traiter avec respect.

Il y avait également des centaines d’officiels de l’armée derrière la famille Qin.

  1. Qualité d’un acteur qui, par son talent, s’impose au public, qualité de quelqu’un dont la personnalité exerce un puissant attrait, un rayonnement. C’était le terme utilisé en anglais, j’ai utilisé le même bien que je ne l’aime pas beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top