skip to Main Content
Menu

LOOG – Prologue

Traducteur Français : DrizztDoUrden
 Éditrice : Sehri
Check : Sehri

Prologue : Le Temps

1075e année du règne de l’Empereur Démoniaque

Une flèche tomba dans la boue devant le nez de Hui, qui cligna des yeux. Elle se rendit tout de suite compte que l’ensemble du côté gauche de son visage se trouvait dans la rue boueuse. Sa tête tournait comme un tourbillon.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Elle entendit des bruits de combats. Du métal qui s’entrechoquait. Des hurlements.

Des râles d’agonie .

La douleur se trouvait entre son œil droit et sa tempe gauche, secouant sa lucidité.

Elle cligna des yeux une fois de plus, puis se retourna et se redressa sur ses genoux. Elle vit le chaos.

Des individus étaient en train de combattre dans tous les sens. Tout d’un coup, une boule lumineuse illumina le ciel étoilé, suivie d’un coup de tonnerre qui retentit dans ses oreilles.

De la pluie tomba sur son nez.

Elle secoua lentement la tête, essayant de retrouver ses esprits, lorsqu’à ce moment-là tomba une flèche juste à côté de ses pieds. Puis une autre, et encore une autre, finissant par devenir une volée de flèches se dirigeant directement vers elle.

Au moment même où elle allait être transformée en bouillie, un voile flouté apparut devant elle, et quelqu’un la saisit par l’épaule. Elle vit une épée tournoyer à travers l’air pour dévier les flèches en approche.

-Ping-ping-ping-

« Va-t’en d’ici ! » Elle entendit quelqu’un crier, et la personne qui l’avait saisie la tira.

Soudainement, sa vision se troubla de nouveau, et elle se sentit jetée par dessus une épaule. Sa tête claqua sur le dos de quelqu’un, qui commença à courir à toute vitesse.

À ce moment-là, elle commença à reprendre conscience.

L’épée, pensa-t-elle. Où est-elle ?!

« Je l’ai » répondit la personne. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle se rendit compte qu’elle avait dit ces mots à voix haute. La voix qui lui avait répondu appartenait à un homme, un homme qu’elle reconnut. «  Laisse-toi faire », dit-il, «  Je te tiens »

Courir. Tourner à gauche, puis à droite, puis à gauche et… elle perdit le compte, mais pendant que l’homme courait, elle recouvrit peu à peu ses sens.

Nous avons été trahis ? Par qui ? Et…. Bao Yang détient l’épée. Bao Yang ? BAO YANG ?!

Elle essaya de tourner sa tête pour confirmer l’identité de l’homme qui la transportait. Elle était presque sûre que c’était Bao Yang, mais une fois de plus il était difficile de le dire.

Bao Yang a l’épée…. Et MOI ?!

La mâchoire de Hui commença à trembler. Tout était en train de tomber à l’eau. Tous les plans. Toute la formation. Tout ça… pour rien ?

Tout d’un coup, elle se sentit se balancer hors de l’épaule de Bao Yang, et se laissa tomber sur une surface dure. Une boîte, une caisse ordinaire. Elle regarda autour d’elle. Ils se trouvaient dans une chambre souterraine ou un entrepôt. Elle entendit de l’eau couler et vit la lueur qu’émettaient des torches. Quelque part en arrière-plan, elle était sûre de pouvoir détecter les sons qu’émettaient les rats et souris.

Bao Yang s’accroupit devant elle. Il était grand, détenteur d’une carrure imposante, avec des yeux perpétuellement suspicieux. À ses débuts, il avait été considéré comme l’une des figures les plus prometteuses dans le monde des arts martiaux et avait même pu construire une puissante organisation criminelle qui contrôlait une grande partie des terres du sud du continent. Au final, il rencontra l’Empereur Démoniaque. D’après les rumeurs, il avait été forcé de voir sa femme et ses filles se faire violer puis décapiter, ses lieutenant écorchés vivants, et ses apprentis bouillis à mort.

Après s’être échappé tant bien que mal, il vendit ses services au plus offrant en tant que mercenaire. Bien qu’il ne soit pas un méchant, il n’était néanmoins pas un héros, et Hui commença à le détester. Ce qui est pire, c’est qu’il ait le même prénom Bao que la femme la plus connue dans l’Histoire, l’héroïne Bao. Hui idolâtrait l’Héroïne Bao et rêvait d’accomplir des actes héroïques tout comme elle.

Bao Yang la regarda dans les yeux. «  As-tu les idées claires? » demanda-t-il. «  Tu as pris un sacré coup sur la tête »

Elle posa ses doigts sur ses tempes et les frotta avec précaution. « Je vais bien », répondit-elle. « Que vas-tu faire de moi ? »

Son visage était pratiquement inexpressif alors qu’il la regardait fixement. «  Qu’est-ce que tu penses ? Apporter cette épée à ton Maître. »

Elle fronça les sourcils. «  Mais vous… vous êtes… »

Cette fois, il fronça les sourcils «  Je suis quoi ? Pas un idiot idéaliste comme vous ? Non, je ne le suis pas. Mais je vais profiter de n’importe quelle opportunité qui se présente à moi afin de planter une épine dans le pied de l’Empereur Démoniaque, et vous aider est exactement l’une de ces opportunités. De plus, j’ai beaucoup d’argent ici. Peux-tu marcher ? Peux-tu courir? »

Elle se leva sur ses pieds et détendit lentement ses bras et ses jambes. « Je peux courir »

« Alors, allons-y »

Bao Yang commença à courir, et elle le suivit. C’est alors qu’elle remarqua le paquet en tissu attaché sur son dos, le paquet qui jusqu’à récemment, lui avait été confié. L’épée. CETTE épée.

Cette épée était la clé de tout. C’était l’espoir. L’unique espoir.

Bao Yang l’avait évidemment prise quand elle est tombée inconsciente après avoir été cognée.

Alors qu’elle courait, elle put éclaircir ses idées, et la douleur qui était présente jusqu’alors s’évanouit. Sa formation pris le dessus, et elle commença à faire circuler son Qi. Il lui fallut un certain temps, mais elle obtint ses repères.

Elle connaissait ces ruelles. Ils se trouvaient à Yu Zhing, une ancienne ville qui remontait à des milliers d’années. Bien avant l’avènement de l’Empereur Démoniaque. Avant que le monde commence sa descente vers les ténèbres.

Certaines légendes racontent que l’héroïne Bao était née à Yu Zhing, et Hui ne pouvait s’empêcher de se demander si elle avait couru dans cette allée à un moment de sa vie.

Comme elle suivait Bao Yang à travers les ruelles, elle réalisa rapidement ce qu’il faisait. Il prenait une route tortueuse vers leur destination, là où son Maître l’attendait.

Pendant qu’elle courait, elle se concentrait sur sa respiration et ses pensées. Peut-être le plan pouvait-il encore être achevé. Si Bao Yang pouvait réellement apporter l’épée au temple souterrain, à son Maître, si le rituel pouvait vraiment se réaliser, alors… peut-être que les choses changeraient.

Le temps passa.

Vingt minutes plus tard, ils se trouvaient dans un large couloir, au milieu duquel se trouvait un canal rempli d’eau qui s’écoulait. La pluie avait nettement repris à l’extérieur.

« Tout te semble-t-il normal ? » demanda Bao Yang.

Elle acquiesça.

« Bien », dit-il, « tu sais quoi faire, dépêche-toi ».

Cette fois, elle prit l’initiative. Elle le conduisit à travers le couloir, évitant soigneusement les pierres qu’elle savait être piégées. À un endroit, elle lui indiqua de descendre, et il le fit. Lorsqu’ils atteignirent l’épaisse porte en bois au bout du couloir, elle vérifia les symboles secrets sculptés sur le côté afin de s’assurer que c’était sécurisé, puis frappa de la manière prescrite.

La porte s’ouvrit, et la lumière se répandit pour révéler un hall rempli de bougies.

Son maître était assis les jambes croisées au fond de la salle, flanqué de part et d’autre par plusieurs silhouettes habillées de robes. Certains étaient des moines ou des nones, des dévots de Hen-Shi, que la plupart des gens pensaient morts. Les autres étaient des disciples de son maître, les restes d’une des sectes les plus anciennes du monde, dont les robes étaient brodées d’un symbole ressemblant à l’entrelacement d’un dragon et d’un phénix, la marque de Sunan et Bao.

Chaque fois que Hui voyait ce symbole, son cœur se remplissait d’admiration… et d’espoir. Elle avait grandi en écoutant des histoires à propos de Sunan et Bao, et pouvait réciter chacune d’entre elles par cœur. Elle connaissait le Conte du Moine Émeraude, la Ballade du Maître Intemporel, la Défaite de la Crête du Cœur, le Vol du Soleil par Sunan et Bao… et tant d’autres.

Bao Yang passa devant le disciple qui avait ouvert la porte, qui lui sourit étrangement tandis qu’il passait, bien que ni Hui ni Bao Yang s’en aperçurent. Alors que Bao Yang marchait à travers le temple vers le maître de Hui, il tendit la main et détacha le paquet attaché à son dos. L’épée.

Hui se dépêcha de le rattraper.

« Salutations, Crabe de Fer » dit son Maître. C’était un homme d’âge moyen avec des cheveux poivre et sel et des yeux perçants.

« Prive-toi de formalités », répondit Bao Yang. «  Voici l’épée, maintenant, où est l’argent? »

Hui se dépêcha de s’asseoir les jambes croisées à côté de son Maître.

« Toujours aussi direct à ce que je vois » dit le Maître de Hui. « Donne-moi l’épée. Dès que le rituel aura commencé, et qu’on se sera assurés que cette épée est la vraie, je vous donnerai votre argent. » Il chercha dans sa robe et sortit un sac bien garni qu’il posa sur son genou. Un cliquetis étouffé pouvait être entendu pendant qu’il le faisait.

Bao Yang regarda cela pendant un moment, puis fronça les sourcils. Finalement, il jeta le paquet contenant l’épée.

Le Maître de Hui l’attrapa et déballa rapidement le tissu qui entourait l’épée. Ce qui se trouvait à l’intérieur du paquet semblait n’être rien de plus qu’une ordinaire épée Jian (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jian).

Quand Bao Yang la vit, il renifla. «  C’est elle ? »

Le Maître de Hui expira lentement. «  C’est sans aucune doute cette épée… »

Il tint l’épée en l’air à deux mains, après quoi l’un des moines qui étaient jusqu’alors agenouillés à côté de lui se leva et la prit dans ses mains.

« Commence le rituel » , dit le Maître de Hui. « Notre ami ici présent est tout aussi impatient que moi de partir »

Le moine hocha la tête. Simultanément, deux nones apparurent de l’ombre, portant un petit chaudron en fer qui semblait être rempli de sable blanc. Elles le placèrent sur le sol devant le maître de Hui, après quoi le moine inséra avec précaution l’épée jian dans le sable blanc. Une poignée de bâtonnets d’encens apparut dans la main du moine, qu’il plaça dans le sable autour de l’épée, en les plaçant dans une formation complexe. Les nones produisirent un brasier, qu’ils utilisèrent pour allumer les bâtonnets d’encens.

Rien ne se passa.

Bao Yang renifla de nouveau. « Vous êtes malades », dit-il. «  Je vous avais dit dès le début que ce petit tour n’allait pas marcher. Croyiez-vous réellement que vous pouviez forcer cette épée à échouer dans sa fonction ? Maintenant, donnez-moi l’argent. »

«  Il s’avère qu’il y a plus que ça « , répondit le maître de Hui.

Soudainement, une fumée verte commença à se répandre à partir de l’encens. Au début, elle tourbillonnait simplement autour du chaudron comme une fumée ordinaire, mais ensuite, elle commença à prendre la forme d’un sablier. Au même moment, des symboles verts et jaunes complexes apparurent sur la lame de l’épée jian. De la lumière commença à briller. Le maître de Hui sourit.

« Elle est authentique », dit-il. «  Très bien, prends ton argent et vas-t’en », il balança le sac à Bao Yang.

Celui-ci la saisit en l’air et, sans rien dire d’autre, partit.

C’est à ce moment là qu’une voix froide retentit dans l’air.

«  Tu n’iras nulle part, Bao Yang ! ». La voix appartenait au disciple qui lui avait ouvert la porte il y a quelques instants.

Bao Yang s’arrêta sur place et posa sa main sur la poignée de sa massue qui était attachée à sa ceinture.

Le disciple s’avança et, en même temps, les traits de son visage commencèrent à couler comme de l’eau. Il grandit, ses vêtements changèrent, et un instant plus tard, il était une tout autre personne.

Il ressemblait à un érudit, avec de longues robes verts, et un éventail placé dans sa ceinture.

«  Flèche Invisible ! », grogna Bao Yang. «  J’aurais dû te tuer quand j’en ai eu l’occasion ! »

L’homme qu’il avait appelé Flèche Invisible sourit. «  Tu as toujours su comment choisir le mauvais côté, Bao Yang. Es-tu certain de ne pas vouloir travailler pour moi ? Je pourrais toujours avoir besoin de force brute pour détruire des crânes ici et là. »

Bao Yang cracha sur la sol. «  Je préfère me frapper le crâne que d’être une sale putain de l’Empereur Démoniaque ! »

Les yeux de Flèche Invisible se braquèrent. «  Si c’est la mort que tu cherches, je peux te satisfaire ! »

Bao Yang leva sa massue. Plus loin, le maître de Hui se leva, comme tous les moines et nones. Des armes étaient tirées.

Shink-Clink-Swoosh ( bruit d’armes qui sortent de leurs étuis)

« Flèche Invisible », dit le maître de Hui. « Pourquoi suivez-vous ce chemin ? Vous voyez bien que notre monde est sinistre. Un monde rempli de douleur et de souffrance, de nuages étouffants et de feu. Si vous aviez comploté contre l’Empereur Démoniaque plutôt que contre des personnes comme nous, nous aurions pu être capable de vivre dans un monde très différent. » Il semblait évident pour Hui qu’il essayer de gagner du temps.

Flèche Invisible éclata de rire. «  J’ai mes propres plans, et vous n’avez pas besoin de les connaître. Qui êtes vous de toute façon ? La secte du Dragon d’Or ? La secte du Phénix Pur  ? Ne savez-vous donc pas que Sunan et Bao sont morts depuis un millénaire ? Ce qui est fait ne peut être annulé. »

« Tu ne le sais pas, Flèche Invisible. »

Flèche Invisible renifla. « Remets-moi tout de suite cette épée, à la suite de quoi tu pourras sortir de cet endroit en vie. » C’est à ce moment que Hui remarqua des bruissements provenant des ombres dans les quatre coins de la pièce.

La Maison des Ombres de Papier ? Pensa-t-elle, et son cœur se mit à battre encore plus fort.

Une voix retentit soudainement dans l’esprit de Hui, la voix de son Maître. Hui, la Flèche Invisible est un Maître Profond, et il utilise des poisons mortels. Prépare toi !

Oui Maître ! En fait, Hui n’avait pas besoin de recevoir des conseils de son Maître. Elle était jeune, à peine quinze ou seize ans, mais était beaucoup plus expérimentée que la plupart des combattants vivant dans ce monde.

«  Va te faire foutre, enfoiré ! » cria Bao Yang, se précipitant avec sa massue. «  Massue Éclatant les Os ! »

Sa massue fracassa l’air en direction de Flèche Invisible, mais finit par n’exploser rien d’autre que de l’air. Flèche Invisible se retourna à toute vitesse en arrière, et déplia son éventail.

Au moment même où un bourdonnement métallique remplissait l’air, Hui tourna ses doigts, faisant pivoter ses deux poignards pendant qu’elle exerçait le mouvement de la Canopée Déviée.

Devant elle, l’épée de son maître brilla à travers l’air comme il utilisait une version de l’art de niveau d’un Maître Profond.

Le monde sembla soudainement ralentir dans les yeux de Hui.

Elle vit un ouragan d’aiguilles se répandre à travers la pièce, une tempête, plus d’aiguilles qu’elle n’avait jamais vu dans sa vie. Bao Yang, qui se trouvait être le plus proche de Flèche Invisible, dévia quelques unes de ces aiguilles, mais fut touché par au moins deux d’entre elles et tomba immédiatement à genoux.

À un moment donné, les ombres s’étirèrent des murs et se s’attachèrent aux moines, aux nones et aux autres disciples, immobilisant leurs bras et leurs jambes.

Un des moines prit une aiguille dans l’œil, et se mit à reculer. Un autre fut touché dans l’épaule, le faisant tourner vers la gauche.

Hui regarda cette scène avec horreur, pendant qu’un allié après l’autre était touché par ces aiguilles. Seul son maître, avec son épée brillante, semblait capable de dévier l’intégralité de ces aiguilles. Hui se plaça directement derrière lui, ce qui lui permit de bénéficier de son bouclier. Cela, couplé avec sa propre version de la Canopée Déviée, assura qu’elle ne se soit pas touchée par l’une de ces aiguilles.

Le combat se termina en quelques secondes. Bao Yang se tenait maintenant sur ses mains et ses genoux, vomissant du sang. La plupart des moines et des nonnes avaient été tués dans la volée initiale, et ceux qui étaient encore vivants vomissaient du sang, ou étaient victimes de crises et de convulsions.

Son maître se tenait devant le chaudron, à seulement un bras de distance de l’épée, d’où émanait maintenant une grande quantité de pouvoir magique.

«  Tu arrives trop tard, Flèche Invisible », dit-il. «  Le rituel est complété. Le temps est venu. »

Flèche Invisible marcha d’un pas nonchalant, riant. « Je ne pense pas. Vous commencez à être lent avec votre âge. »

Soudainement, le maître de Hui chancela légèrement. Il leva sa main vers son cou, et quand il la retira, une aiguille pouvait être vue entre son pouce et son index. Une petite goutte de sang se trouvait au fond de cette aiguille.

Le cœur de Hui vacilla.

La voix de son maître arriva de nouveau dans son esprit.

Hui, prépare-toi. Je vais te jeter l’épée juste avant qu’elle ne soit activée. Tu vas prendre ma place dans l’accomplissement de cette mission.

L’esprit de Hui tournoya, et son cœur se mit à battre. Maître, je ne peux pas ! J’étais supposée rester ici !

Flèche Invisible se dirigea vers Bao Yang et le saisit par les cheveux. «  Tes arts martiaux sont devenus inférieurs aux miens il y a quelques décennies. Lorsque nous nous sommes rencontrés, tu aurais pu me vaincre en te précipitant vers moi comme un taureau., mais maintenant ? Ne me fais pas rire. » Il leva son pied vers l’épaule de Bao puis l’expulsa, l’envoyant tomber sur le sol rempli de sang et de vomissements. « Couper ta tête serait trop rapide.Je pense que te regarder mourir de cette façon sera beaucoup plus agréable. » Il se tourna vers le maître de Hui.

Tu dois accomplir la mission, Hui. J’ai été touché par le poison amélioré d’Hellébore venant des aiguilles de Flèche Invisible. Même si j’utilise l’épée, je mourrai quand même dès que j’arriverai à destination. Quand je te la lancerai, tout ce que tu devras faire est de l’attraper et de la tenir serrée.

Hui résista à son envie de pleurer. Maître, j’ai mémorisé le Chant de Bao, mais je n’ai pas maîtrisé l’Incantation de l’Exaltation du Touché.

« Je ne pense pas que cette épée fait ce que vous voulez » dit Flèche Invisible, tout en repliant ses mains derrière son dos. «  Mais je ne m’en soucie pas vraiment. Même si vous pouvez l’amener de force à ÉCHOUER, vous mourrez quand même au bout de quelques minutes, peu importe où vous vous trouvez.

« Bien alors », dit son Maître. Hui, tu as la fondation, tu as juste besoin de pratique et de plus de puissance. Une fois que tu atteindra ta destination, tu auras énormément de temps. Prépare-toi.

La main de son maître bougea, saisit l’épée, puis l’envoya vers Hui avec une rafale de Qi. Hui bondit en avant, la main tendue vers la poignée .

Cependant son cœur trembla quand elle remarqua que la main de Flèche Invisible n’était plus derrière son dos, et qu’une aiguille filait vers sa direction.

L’aiguille se déplaçait plus vite que l’épée, beaucoup plus vite. Grâce au Qi du niveau de Maître Profond de Flèche Invisible, l’impact même la tuerait sûrement, et s’il ne le faisait pas, le poison s’en occuperait. Elle regarda l’aiguille se rapprocher de plus en plus d’elle… mais avant qu’elle n’arrive, la main de Hui agrippa la poignée de l’épée.

Le temps sembla ralentir… puis s’arrêta. Des couleurs éclatantes jaillirent de la lame, entourant Hui. Elles remplirent ses yeux jusqu’à ce que tout ce qu’elle puisse voir soit une blancheur douloureuse. Puis… elle disparut.

L’aiguille frappa le mur de pierre, et des fissures apparurent et se répandirent sur au moins un mètre du point d’impact.

Le maître de Hui se mit à rire. «  C’est fait. »

Flèche Invisible serra les dents. «  Je ne crois toujours pas que vous puissiez manipuler l’Épée du Temps de cette manière ! »

«  Il n’y a pas vraiment de grande importance à ce que vous croyez, n’est ce pas ? Une chose est certaine,cependant, Flèche Invisible. Je suis sûrement sur le point de mourir… mais je vais vous emmener avec moi ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top