skip to Main Content
Menu

LOOG – Chapitre 4

Traducteur Français : DrizztDoUrden
 Éditrice : Sehri
Check : Sehri

Chapitre 4 : Combattre une peureuse

Ils avaient réellement assisté à une festin, bien que ce ne soit pas un festin où se trouvait de la nourriture délicieuse et onéreuse. Un établissement à côté des docks fournit une source inépuisable de nourriture pour un prix modeste. Cet établissement était surnommé le Palace aux Viandes Célestes, il n’était pas très propre et rempli de marins en sueur et de soldats ivres.

La nourriture était simplement préparée mais abondante. Il y avait des brochettes de viandes douteuses accompagnées de haricots jaunes cuits, de gambas épicées venant de la rivière d’à côté et d’une grande quantité de pain. La plupart de cette nourriture n’était pas de saison, mais Sun Mai était conscient de cette avance de saison et acheta un sac de poivres et d’épices chez un vendeur à proximité.

Le restaurant fournissait aussi une quantité presque illimitée de bouteilles de vin jaune pour un prix modeste et Sun Mai se mit à en boire plus que jamais. Lorsque Sunan lui rappela ce qu’il avait dit plus tôt dans la nuit à propos de la boisson, Sun Mai clama qu’il avait oublié.

À un moment, Sunan pensa soudainement à quelque chose et demanda, «  Comment allons-nous payer ? »

Sun Mai le regarda pendant un moment. «  Es-tu sérieux ? As-tu oublié ? Nous sommes riches ! Tu as gagné ! Tu m’entends ? Tu as GAGNÉ ! ». Il se mit à chercher quelque chose dans sa robe et en retira une bourse qu’il déposa sur la table. Cela fit du bruit. «  Il y en a pour une corde * ! »
*Une corde ici est une expression donnée pour parler de 1000 bêches. En français nous avons le même mot argotique mais qui correspond à une autre somme et monnaie : la brique (NdT : une brique correspondait à 10 000 Francs dans le temps.)
Sunan était à deux doigts de recracher la viande grillée de sa bouche. «  Une corde?! Tu veux dire 1000 bêches ?! »

Sun Mai sourit et prit une autre gorgée de vin jaune. «  Comme je viens de le dire, nous sommes riches ! »

« Mais ne m’avais-tu pas dis que nous allions gagner 250 bêches ? »

Sun Mai gloussa. «  Seulement si tu perdais. »

« Tu pensais que j’allais perdre ?! »

Sun Mai leva son menton. «  Bien sûr que non. J’étais juste préparé au pire des cas. » Ses yeux scintillèrent soudainement et il jeta des regards aux alentours. «  Maintenant dis-moi, comment as-tu fait ça ? Était-ce de … la magie ? De la magie noire ? La plupart des érudits ne croient pas à de telles choses, mais je suis pas un érudit ordinaire. Alors ? C’était de la magie ? »

Sunan s’esclaffa. «  De la magie ? La magie n’existe pas ! Non, c’était…. je ne sais pas comment l’expliquer. »

« Tu ne sais pas comment l’expliquer ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Tu as fais voler ce bouffon sur plus de 10 mètres ! Le médecin a dit que son bras était cassé, ainsi que trois ou quatre côtes, bien que ce soit sûrement dû à la chute. Si ce n’est pas de la magie, alors qu’est-ce que c’est ? »

Sunan fronça les sourcils et prit une bouteille de vin jaune. Après avoir pris une grosse gorgée, il dit, «  Quelque chose m’est arrivé quand j’étais dans les montagnes… »

Sun Mai ricana. « Je suppose, vu l’état de tes habits, enfin si tu appelle encore ça des habits. Ce sont plutôt des haillons, vraiment. Des haillons sales ou plutôt- »

« En outre », interrompit Sunan, «  quand j’étais seul dans les montagnes, je… j’ai ressenti quelque chose. Quelque chose qui fait partie de la nature, je pense, mais à ce moment-là… c’est devenu une partie de moi. Cette chose semble être une énergie, ou une sorte de vent. Elle circule à travers mon corps et ensuite elle se développe. D’une façon ou d’une autre j’ai fait circuler cette énergie dans mon bras et … tu as vu ce qui s’est passé. »

« Une énergie du vent, hein ? » Sun Mai décortiqua une crevette épicée et la mangea. Un regard distrait apparu dans ses yeux. «  Le vent. L’énergie. Le vent et l’énergie. Énergie venteuse. Un vent énergétique ? La force énergétique du vent ? Un vent énergique ? Non, ce n’est pas bon. Hum. Qi. Le Classique Fei. Qi. Oui, c’est ça. » Son regard refléta une netteté soudaine. «  Tu sais, il n’y a pas beaucoup de monde qui peuvent lire le Classique Fei de nos jours, sans mentionner de pouvoir le parler. Es-tu au courant que dans les anciens temps, les individus croyait que le monde entier était constitué de seulement cinq éléments ? C’est marrant bien sûr, parce que nous avons prouvé plus tard que c’était faux. Cependant, dans le Classique Fei, le caractère pour ‘air’ est le même que celui qu’ils ont utilisé pour identifier un des cinq éléments, une sorte d’énergie qui maintient le monde en mouvement. Dans le Classique Fei, la prononciation de ce caractère est ‘Qi’. ‘L’énergie venteuse de l’air’ est un terme très compliqué, alors pourquoi ne pas le surnommer Qi ? »

« Quoi ? »

« Qi », dit Sun Mai, corrigeant légèrement sa prononciation.

« Qi », répéta Sunan. Il hocha la tête. «  J’aime bien. »

La conversation s’écarta sur d’autres sujets après ça, et plus ils buvaient du vin jaune, plus la conversation était étrange. Finalement, la nuit se transforma en un grand flou, au point où plus tard Sunan pensa que c’était une hallucination.

Le lendemain matin, sa douloureuse tête était remplie d’images de lui et de Sun Mai chantant des chansons avec de séduisantes femmes ayant un peu trop de maquillage, débattant avec un mendiant sur un melon et sur un tigre.

Cela lui a pris plusieurs heures avant qu’il récupère. Quand sa tête fut finalement limpide et son estomac stable, il eut une discussion plus sérieuse avec Sun Mai à propos de ce qui s’est passé et ce qu’il allait faire par la suite.

Avec la fortune qu’ils avaient gagné, ils louèrent une petite chambre dans une auberge à côté des docks, pas très loin du Palace aux Viandes Célestes qui allait sûrement devenir l’une de leurs meilleurs destinations.

Sun Mai lui expliqua davantage à propos des duels clandestins. Tout le monde était payé, même les perdants. Cependant, les gagnants pouvaient gagnés des sommes exorbitantes d’argent. D’après Sun Mai, s’il gagnait une fois de plus, ils pourraient gagner 1500 bêches et non seulement 1000. Et le nombre augmentera dans ce sens. Il existe des rumeurs selon lequelles le combattant n°1, qui portait le nom de l’Immortel Doré, gagnait 50 colliers par combat, et n’avait jamais perdu.

Avec les encouragements de Sun Mai, il commença à passer plus de matinées à méditer et à manipuler son Qi. Il commença aussi à enseigner les techniques de méditation de son village à Sun Mai. Cinq jours passèrent. Au matin du sixième jour, le jour précédent le tournoi clandestin, Sun Mai fit une percée dans sa cultivation et atteint un niveau supérieur.

Il relâcha un hurlement plein d’excitations et bondit sur ses pieds.

« Je l’ai fait ! Je le sens ! Le Qi ! C’est incroyable ! Qu’est-ce que je fais maintenant ? »

Sunan s’assit jambes croisées à côté de lui et commença à l’instruire sur les façons les plus basiques de manipuler le Qi à l’intérieur de lui.

Ce soir-là, Sunan fit un étrange rêve. Il entendit un rire, un rire de maniaque. Ensuite il y eut un ouragan noir, dévastant les plaines, déracinant les arbres, envoyant des hommes et des soldats voler. Il se réveilla avec une sueur froide et ne réussit à se rendormir qu’après une heure.

Le jour suivant, après avoir passé la journée à méditer et faire circuler leur Qi, Sunan et Sun Mai allèrent sur le marché pour acheter de nouveaux habits. Sun Mai échangea ses anciennes robes d’érudit pour des nouvelles à base de soie, et Sunan acheta une tunique et des pantalons résistants de chanvre pour que ce soit plus convenable pour son combat.

Sun Mai essaya de le convaincre d’acheter un gilet avec un dragon brodée sur le do mais Sunan refusa.

« Mais tu es Sunan le Dragon ! » s’exclama Sun Mai.

Sunan renifla simplement et continua de marcher à travers le marché.

Plus tard, pendant qu’ils mangeaient leurs repas de l’après midi, Sun Mai lui demanda soudainement, «  Alors ? Qui était cette fille ? » Il leva les yeux, suggestif.

« Une fille ? » répondit Sunan, confus.

« Allez, allez, tu n’as pas besoin d’être si timide. Quand je me suis levé la nuit dernière pour parler à la lune , j’ai vu une fille dans ta chambre. Une robe grise ? Ravissante ? Qui avait une épée jian attaché sur son dos ? »

Sunan le regarda pendant un moment. «  Attends, que viens-tu de dire ? Parler à la lune ? »

« Oui, ne parles-tu pas à la lune ? »

Sunan secoua la tête, «  Euh non. Tu étais encore en train de boire ? Il n’y avait pas de fille. »

Sun Mai renâcla froidement, «  Si tu ne veux pas l’admettre, c’est pas grave. Par contre, qu’est-ce qu’elle était belle. Tu as mon approbation. »

Sunan secoua la tête et continua de manger.

Plus tard dans la nuit, ils se retrouvèrent une fois de plus dans le sous-sol de l’entrepôt. La dernière fois qu’ils étaient venus, les individus ne leur avaient pas plus prêté attention qu’une paire de mouches. Cette fois-ci, les regards étaient tournés dans leur direction et le brouhaha des conversations se leva dans la salle.

Li Cœur de Rat apparut à côté d’eux. «  Mes salutations, Jeunes Maîtres. Jeune Dragon, êtes-vous prêt pour votre combat ? »

« Juste Sunan. Il n’y a pas besoin de rajouter le ‘dragon’. »

« Hum, très bien, Jeune Maître Sunan, veuillez me suivre jusqu’au coin des combattants. Jeune Maître Sun, une table vous est réservée au coin des managers. »

Il y avait de nombreux combattants assis sur les gradins , qui regardèrent froidement Sunan pendant qu’il approchait.

« Votre performance de la semaine dernière était spectaculaire » dit Li Cœur de Rat , les mots sortant de sa bouche. « Chen Zhisheng est toujours cloué au lit ! Et avec un seul coup en plus. À cause de cette époustouflante façon avec laquelle vous avez gagné, vous êtes montés fortement dans le classement. Vous serez le quatrième à combattre, et vous allez combattre contre Wang Li, le Meurtrier de Daolu.

« Meurtrier ? » dit Sunan. «  Je pensais qu’il était interdit de tuer ses adversaires ? »

« Bien sûr que ça l’est, mais vous savez… des accidents peuvent arriver. » Après avoir guidé Sunan vers les gradins, Li Cœur de Rat se déplaça dans la foule. Sunan jeta un coup d’œil vers le coin du champion et vit un homme portant une robe dorée. Vraisemblablement, il était le fameux Immortel Doré, le champion incontesté.

Les matchs débutèrent peu de temps après. C’est la première fois que Sunan pouvait réellement voir des individus combattre d’une façon organisée. Le premier match était entre un homme costaud qui ressemblait à un marin, et un homme plus petit, mais aussi musclé qui était évidemment un soldat. Les voyant s’échanger des coups, Sunan se sentit chanceux que son adversaire de la dernière fois soit Chen Zhisheng. Le soldat et le marin n’étaient clairement pas des débutants en matière de combat.

Ils sont définitivement bons, bien qu’ils ne soient néanmoins probablement pas considérés comme des experts, pensa-t-il.

Pendant que Sunan regardait, il dénicha quelques trucs que les combattants utilisaient, comme la position de leurs pieds, comment ils envoyaient leurs coups. Dans la plupart des situations, il comprit instantanément quels facteurs étaient à l’origine des coups ratés, ou encore comment éviter un coup en se mouvant d’une manière sensiblement différente.

Les deux hommes se battirent pendant trois tours avant que le marin ne se fasse finalement par un poing au niveau de sa mâchoire.

-Splurt-

Pendant que l’homme tombait la tête la première sur le ring, un crachat de sang sortit de sa bouche et manqua Sunan de justesse.

Sunan avala difficilement sa salive.

Le combat suivant fut moins dramatique, mais plus long. Les deux combattants étaient clairement expérimentés et ils passaient la plupart de leurs temps à danser l’un autour de l’autre. Aucun des deux n’avait même pas essayé de porter un coup durant le premier round. Àpeu près à la moitié du second round, quelqu’un s’assit juste à côté de Sunan.

Sunan regarda dans cette direction et vit un maigrichon avec une grande cicatrice le long de sa joue et une grande moustache en guidon.

« Hé petit, tu es celui qu’on appelle le Dragon, c’est bien ça ? » demanda-t-il, tout en gardant ses yeux rivés sur le combat.

Sunan hocha la tête. «  Oui, c’est moi, mais vous pouvez m’appeler Sunan. »

« Mon patron est Hu au Poinçon d’Acier, tu as entendu parler de lui ? »

« Non, je ne pense pas. »

« C’est un homme important à Daolu. On est au courant que tu es nouveau dans la ville, donc tu ne connais probablement pas la loi de la jungle d’ici. Laisse-moi te l’expliquer. Hu au Poinçon d’Acier gère les choses ici. Les comptables, les soldats, tout le monde répond de lui. Tu as compris ? »

Sunan hocha la tête.

« Bien, tu as l’air d’être un garçon intelligent. Écoutes, l’homme que tu vas combattre cette nuit, Wang Li, est un ami du neveu de Hu au Poinçon d’Acier. Je pense que ce serait plus bénéfique pour toi de le laisser gagner ce match. Fais pour que ce ne soit pas évident. Assène-lui quelques frappes et des coups de pieds. Mais à la fin, tu tombes et tu restes au sol, compris ?

« Comme tu es dans le quatrième match, tu vas normalement toucher 625 bêches en perdant. On va le monter à 1000. C’est plutôt avantageux non ? » Il regarda finalement Sunan. « Tu m’écoutes, petit ? »

Sunan serra sa mâchoire. « Je vous entends. »

« Bien. Ne laisse pas le match durer plus de deux rounds. »

Après cela, l’homme se leva et se fondit dans la foule.

Le match se termina juste après, puis le troisième match commença. Cependant, Sunan ne pouvait se concentrer sur ce qui se passait sur le ring. Son esprit fonctionnait à plein régime à propos des paroles prononcées par l’homme moustachu.

Finalement, le moment arriva où son nom fut annoncé, mais il n’avait toujours pas élaboré de plan. Pour une raison quelconque, il voulait consulter Sun Mai à ce propos. Bien que Sun Mai ait tendance à divaguer et qu’il soit parfois incohérent, il finissait la majorité du temps à dire des choses intéressantes et profondes.

Pendant qu’il sautait sur le ring, il entendit quelques personnes scander son nom, le Dragon, mais la plupart était évidemment pour Wang Li, le soit-disant Meurtrier de Daolu.

Pendant que Li Cœur de Rat éméttait ses indications, Sunan regarda en direction de son adversaire. Il était jeune et bien bâti, avec des yeux froids et une bouche tordue en un rictus. Il ressemblait vraiment au type de personne qu’on pouvait désigner comme étant un meurtrier.

Le round commença, et Wang Li se mit tout de suite à l’offensive, bien que prudemment. Avant qu’il ne soit proche, Sunan commença à circuler son Qi tout en levant ses mains dans une posture défensive. Il pouvait tout de suite dire combien ce match différait fortement de son précédent combat.

Wang Li était évidemment un combattant aguerri avec de l’expérience derrière lui. Cependant, avec le Qi qui se répandait à travers lui, Sunan ne trouvait pas très difficile d’éviter les coups de l’homme. Les quelques uns qui le touchèrent ne lui firent pas très mal.

Mais par la suite, l’homme lui asséna sur le menton, le faisant tituber sur la gauche, des étoiles dans les yeux.

-Whack!-

Comment j’ai pu laisser ce coup arriver ? Pensa-t-il. Je ne laisserai pas ça se produire une fois de plus.

Il secoua la tête pour se l’éclaircir puis esquiva pour éviter le coup suivant.

Quand le deuxième round commença, Sunan ne savait toujours pas quoi faire. Il n’aimait pas l’idée de bâcler le match mais à la fin il pourrait encore se faire beaucoup d’argent. Sun Mai ne ferait sûrement aucune protestations. Et cela ne serait pas une bonne idée d’offenser un puissant patron du crime, ce que Hu au Poinçon d’Acier semblait être.

Wang Li se dirigea en avant, cherchant une ouverture.

Très bien, je vais juste bâcler le match. Cela importe peu.

Cependant, c’est à l’exact moment où Sunan était sur le point de bâcler le match que Wang Li parla pour la première fois.

« Hé petite pute, où as-tu appris à combattre ? Dans un village ? Qui te l’as enseigné ? C’est ta mère ? Ou étais-ce ta sœur ? Dis-moi d’où tu viens pour que je puisse les remercier de me laisser combattre une telle peureuse. Après cela, je vais m’assurer de leurs faire passer un bon moment ! »

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top