skip to Main Content
Menu

LOOG – Chapitre 13

Traducteur Français : DrizztDoUrden
 Éditrice : Sehri
Check : Sehri

Chapitre 13 : Leçons non apprises

Sunan se rendit subitement compte qu’il pouvait entendre le bruit étouffé de pleurs. Il tourna sa tête et vit la jeune femme enceinte, celle menacée par le soldat, blottie contre un mur à quelques mètres de lui.

Son bras droit était placé sur son ventre d’une manière protectrice pendant qu’elle avait mis sa main gauche sur sa bouche. Bien qu’elle eut fermé ses yeux, des larmes coulaient de ces derniers et elle ne réussissait pas à étouffer ses sanglots.

Sunan s’approcha de la femme et s’accroupit à environ un mètre d’elle.

Maintenant qu’il était proche, il constata qu’elle était jeune au point où il n’était pas beaucoup plus jeune qu’elle.

« Grande sœur, » dit il calmement, « C’est fini maintenant, vous êtes en sécurité. »

La femme se força à se calmer, essuya ses larmes puis ouvrit ses yeux.

Elle regarda le cadavre ensanglanté du soldat avant de trembler et de regarder de nouveau Sunan.

« Qui êtes-vous ? »

Sunan entendit les pas légers de Sun Mai pendant qu’il les rejoignait. « Nous sommes amis, » dit Sun Mai.

La femme hocha la tête.

« Pourquoi cet homme… a voulu vous faire du mal ? » demanda Sunan

La femme renifla avant de dire, « Il voulait l’argent que mon mari lui devait. Mais… je n’ai pas d’argent. »

« Votre mari n’est pas dans la cité ? » demanda Sun Mai.

Elle baissa ses yeux, « Je ne sais pas où il est. Il m’a dit qu’il avait une opportunité de travail à Nansun. C’est pour cela qu’il a emprunté de l’argent à Hu Poinçon d’Acier. Mais il ne m’a jamais donné signe de vie depuis trois mois, date depuis laquelle il est parti. À la fin, des hommes furent envoyés par Hu Poinçon d’Acier pour récupérer l’argent.

Sans même réfléchir, Sunan décrocha une bourse de sa tunique et la lui offrit.

« Ce n’est pas beaucoup, mais ça devrait vous aider. Ce n’est que quelques bêches. »

La femme regarda la bourse mais ne la prit pas.

« Prenez-là, s’il vous plaît, » dit Sunan.

Elle hésita longuement mais prit la bourse à la fin.

« Attendez un moment, » dit Sun Mai, clignant anormalement ses yeux, « Vous venez de dire que votre mari a emprunté de l’argent à Hu Poinçon d’Acier ? »

Elle fit oui de la tête.

Sun Mai fronça les sourcils puis il tourna la tête pour voir le cadavre. « Mais cet homme était pourtant un soldat de l’Empereur Démoniaque. »

Elle hocha de nouveau la tête, « J’étais toute aussi surprise. »

Sun Mai tourna la tête pour regarder Sunan, qui hocha la tête en retour.

La jeune femme commença à se mettre sur pied et les deux garçons se précipitèrent vers elle pour l’aider.

« Grande sœur, » dit Sunan, « Avez-vous un endroit sûr où loger ? »

« Mon frère est propriétaire d’une ferme à l’extérieur de la cité. Je peux aller là-bas. »

« Vous devriez vous dépêcher, » dit Sun Mai, « Dès que la nouvelle à propos de ce soldat se répandra, les choses vont se corser et devenir dangereuses. »

Elle hocha de la tête puis se prosterna, les mains jointes, devant eux. « je vous remercie, héros. J’espère pouvoir trouver un moyen plus tard pour vous remercier de votre bonté. » Après quoi, cette jeune femme se dépêcha de s’en aller de cette ruelle tout en caressant son ventre.

Après qu’elle soit partie, Sunan et Sun Mai marchèrent jusqu’au cadavre. Sunan le regarda longtemps avant de s’accroupir et de commencer à fouiller l’homme. Il sortit rapidement un bourse, un médaillon d’identification propre aux Lions de la Paix et une petite boîte en bois, scellée à la cire.

« Sunan, nous devrions partir, » dit Sun Mai en regardant nerveusement dans la ruelle. « Si nous nous retrouvons impliqués dans la mort de cet homme, cela pourrait entraîner de lourdes conséquences. »

Sunan hocha sa tête et se releva. Après avoir jeté un dernier coup d’œil vers la ruelle, il se dépêcha de se remettre dans la rue.

Comme prévu, la nouvelle concernant la mort d’un des soldats de l’Empereur Démoniaque se répandit comme une traînée de poudre dans la cité. Cette nuit-là, dans le Palace aux Viandes Célestes, Sunan et Sun Mai ne parlèrent pas pendant qu’ils mangeaient, mais écoutaient plutôt les conversations autour d’eux.

« As-tu entendu entendu la nouvelle disant qu’un des Lions de la Paix a été tué ? »
« Bon débarras ! Personne ne veut l’Empereur Démoniaque ici ! »

« Il a apparemment été tué par un héros qui passait par là ! On m’a dit qu’il a été poignardé pile entre ses deux yeux. »

« Tu es dans le faux sur ce coup là, mon ami. Sa tête a été coupée net. Je l’ai vu de mes propres yeux ! »

« Vous pensez que ça va attirer l’attention de l’Empereur Démoniaque? »

« C’est peu probable, ce n’était qu’un soldat lambda. »

« J’ai entendu dire qu’il n’était pas qu’un simple soldat mais qu’il était en vérité un espion ! Il paraît que l’Empereur Démoniaque a des vues sur le nord ! »

« C’est vrai ! Il a déjà rayé plusieurs endroits, se trouvant au nord-est, de la carte. Nous sommes sûrement les prochains ! »

Tout le long de la nuit, Sunan et Sun Mai apprirent quelques petites informations très utiles.

Plus tard, juste avant de dormir, Sun Mai dit, « Tu sais ce que j’étais en train de me dire ? »

Se préparant à avoir une autre conversation bizarroïde, Sunan répondit, « Non, qu’est ce que tu étais en train de te dire ? »

« Pourquoi un soldat de l’Empereur Démoniaque récolterai des dettes pour Hu Poinçon d’Acier ? »

La normalité de cette conversation prit Sunan au dépourvu. Après avoir cligné les yeux de nombreuses fois, il respira profondément et dit, « Cela me semble assez clair. Hu Poinçon d’Acier travaille sûrement pour l’Empereur Démoniaque. »

« C’était aussi ce que je me disais. Hmmm… » Sun Mai se plongea dans le silence.

Quelques minutes s’écoulèrent, pendant lesquelles Sunan commença à fermer les yeux de sommeil. Juste au moment où il allait se retrouver aux bras de Morphée, Sun Mai se dressa tout d’un coup bruyamment. « La vertu et l’ordre social. »

Les yeux de Sunan s’ouvrirent. « Quoi ? »

« La vertu et l’ordre social sont des principes fondamentaux de Dehua. Kong Zhi nous a dit que l’homme vertueux qui voit des méfaits et qui ne fait rien pour les arrêter n’est pas un homme vertueux ! »

« Es-tu sûr que cela venait de Kong Zhi ? » demandant Sunan d’une voix lointaine. « Je pense l’avoir déjà entendu dans un spectacle de rue. »

Comme il faisait noir, Sunan ne put voir le regard noir que Sun Mai lui jetait.

« Bien sûr que c’était Kong Zhi. Et c’est effectivement vrai. Sunan, le fait de devenir riche grâce aux combats n’est pas fondamentalement mauvais, mais on nous a conféré un immense pouvoir. Ce que Hu Poinçon d’Acier est en train de faire est mauvais. S’il est en train de vendre la cité à l’Empereur Démoniaque, nous, en tant qu’hommes vertueux, avons le devoir de l’arrêter ! »

Sunan passa de suite d’un état ensommeillé à totalement éveillé. S’asseyant lentement sur son lit, il se frotta les yeux et dit, « Sun Mai, qu’est-ce que tu es en train de dire ? Vendre la cité à l’Empereur Démoniaque ? Tu n’as aucune preuve ! Tout ce qu’on sait, c’est que ce soldat se faisait un peu d’argent supplémentaire en travaillant pour Hu Poinçon d’Acier. »

« Bon, c’est… je veux dire…. » Sun Mai bafouilla quelque peu, mais ne savait pas trop quoi répondre au début. Après quelques propos incohérents, il dit finalement, « Ce sont tout deux des méchants ! »

Sunan secoua sa tête. « Des méchants ? Peut-être, mais ça ne veut pas dire que Hu est impliqué dans une quelconque conspiration visant à vendre la cité à l’Empereur Démoniaque. »

Sun Mai soupira, mit son coude sur son genou puis plaça son menton dans sa main. « Je suppose que tu as raison. Mon jugement n’est probablement pas très au fait du sujet. Attends. Jugement. Clarté. Perfection. Dehua. » Il bondit soudainement de son lit. « Sunan, tu es un génie ! C’est pile ce qu’il me faut pour mon classique ! »

Après quoi, il commença à vadrouiller dans la pièce, préparant dans le noir les matériels d’écriture et du papier, avant de commencer à marmonner et prendre des notes.

Sunan leva les yeux au ciel et tenta de s’endormir.

Le lendemain après le petit déjeuner, Sun Mai relança la conversation qu’il venait d’avoir dans la nuit. « Sunan, après la soudaine illumination d’hier soir, j’ai noté de nombreuses idées. Malheureusement, à cause du fait qu’il faisait noir, nombre de mes notes n’ont aucun sens. Cependant, j’ai écrit quelque chose qui a l’effet d’une révélation. Zhui zhen qiu shi ! »

Sunan le regarda d’un regard vide. « Quoi ? »

« C’est vrai, tu ne comprends pas le Classique Fei. Tu devrais vraiment commencer à l’étudier, tu sais ? Hum, comment traduire cela… ? Je pense que la meilleure traduction serait, « Cherche la vérité, poursuis le concret ! »

Sunan haussa les épaules. « Cela semble…profond ? »

« Oui. Tu avais raison cette nuit. Nous ne pouvons pas accuser Hu Poinçon d’Acier de travailler pour l’Empereur Démoniaque à moins que nous en ayons la preuve. C’est pour cela qu’à partir d’aujourd’hui, nous allons chercher cette preuve. Nous allons enquêter sur cette affaire et nous irons jusqu’au bout ! En tant qu’hommes vertueux, nous allons chercher la vérité et poursuivre le concret ! Nous allons voir ce qu’il se passe vraiment à Daolu ! »

Sunan grimaça. « Sun Mai, n’est-ce pas le boulot du Shérif et des agents de police de la cité ? »

Sun Mai s’esclaffa. « Des policiers ? Tout le monde sait qu’ils sont tous sous le joug d’Hu Poinçon d’Acier ! Non, mon ami, nous avons été bénis par Xian Nu Shen avec le pouvoir du Qi et nous allons l’utiliser pour répandre la justice ! »

« Je pensais que tu ne croyais pas en Xian Nu Shen… »

« Hum. Et bien, je parlais au figuré évidemment. Bref, qu’en penses-tu ? N’es-tu pas d’accord ? Nous devons commencer l’enquête dès maintenant ! »

Sunan se caressa le menton. Ce que Sun Mai venait de dire était sensé, mais Sunan n’était pas sûr du fait que ce soit sa voie. Il avait vu ce que les soldats de l’Empereur Démoniaque étaient capables de faire de ses propres yeux dans son village et dans cette ruelle. Ils étaient clairement entraînés pour utiliser le Qi au combat et cela changeait toute la vue d’ensemble.

Je ne souhaites pas être un héros, pensa-t-il. Je veux juste…et bien. Hum. Qu’est ce que je souhaite ?

C’était une question qu’il ne s’était jamais posée. Dans les Montagnes Huang, il se concentrait sur la survie et ne pensait qu’à se soigner. Après être arrivé à Daolu, les choses étaient arrivées si vite qu’il avait choisi de se laisser emporter par ces dernières. De ce fait, il n’avait jamais pensé à quel but il voulait poursuivre dans sa vie.

Il leva les yeux pour voir un Sun Mai patientant vivement, et attendant clairement une réponse avec des yeux brillants d’enthousiasme.

Cela avait l’air stupide. Dangereux ! Nous pouvons nous faire tuer !! Mais… Sun Mai a raison. Nous ne pouvons juste pas laisser l’Empereur Démoniaque conquérir le monde entier et ne rien faire pour l’empêcher ! Un jour, je vais lui faire payer pour ce qu’il a fait à ma famille et mes amis.

Il hocha la tête, exprimant sa décision. « Oui. Je suis d’accord. Nous allons chercher la vérité et poursuivre le concret ! Par où commençons-nous ?! »

Pendant ce temps-là, près de la porte nord de la ville se dressait l’une des demeures les plus somptueuses de tout Daolu. Un étang de poissons et des saules pleureurs se trouvaient dans la cour intérieure. Deux hommes se trouvaient dans cette cour intérieure. L’un des deux était vêtu de robes dorées et buvait du thé dans un pavillon.

L’autre se tenait à quelques mètres de lui, dans un endroit pavé de dalles. Grand et avec de larges épaules, cet hommes était actuellement torse nu, laissant voir son torse musclé. Sa main gauche tenait le pommeau d’une pique d’environ 30 cm.

L’homme torse nu n’était autre que l’un des hommes les plus forts de Daolu, si ce n’est le plus fort, Hu Poinçon d’Acier.

L’homme en robes dorées était évidemment l’Immortel Doré, le combattant des combats clandestins le plus renommé.

Plusieurs mannequins en bambou aux formes humaines étaient alignés devant Hu Poinçon d’Acier.

Hu joua avec son poinçon pendant un moment avant de pousser soudainement un cri, laissant filer son poinçon dans l’air en direction de l’un des mannequins.

Le poinçon produisit un son pendant qu’il était projeté dans les airs, avant de se précipiter dans la poitrine du premier mannequin.

* Pouf *

De la paille et des copeaux de bois s’envolèrent pendant que le poinçon perçait à travers la poitrine du mannequin et continuait en direction du second mannequin.

* Vlan *

Le poinçon transperça le torse du second mannequin et continua sa course en direction du troisième.

* Bruit sourd *

À la fin, le poinçon transperça le troisième mannequin et s’enfonça jusqu’au pommeau.

Hu Poinçon d’Acier grogna puis marcha en direction du pavillon, après quoi il s’assit à côté de l’Immortel Doré et accepta une tasse de thé.

« Ce n’est pas encore parfait, » dit-il.

« Quand ce le sera, ce sera redoutable. » dit l’Immortel Doré.

Hu Poinçon d’Acier hocha la tête. « Sa version définitive devrait être capable de passer à travers 3 hommes d’un seul coup. J’ai juste besoin de réfléchir à quel beau nom lui donner. »

Un serviteur apparut soudainement, passant à travers la cour intérieure avant de se prosterner devant Hu, un message scellé à la main. Hu Poinçon d’Acier le prit et renvoya le servant avant de l’ouvrir et de le lire.

« Des problèmes ? » demanda l’Immortel Doré.

« Peut être. Un des Lions de la Paix a été tué dans une ruelle hier. Il y avait du sang partout. »

L’Immortel Doré fronça les sourcils. « L’officier ? »

« Non, c’était l’un des plus faibles. Cela étant dit, seul quelqu’un avec… les mêmes capacités que nous pourrait faire quelque chose comme ça. Peut-être… »

L’Immortel Doré hocha la tête. « Le garçon des tournois clandestins ? Ne lui avais-tu pas envoyé quelques hommes pour lui donner une leçon ? »

« Je l’ai fait, mais la leçon n’a peut-être pas été apprise. »

« Dois-je m’en occuper ? »

« Oui, mais attends un peu, juste le temps qu’il faut pour que l’agitation à propos de la mort de se soldat se calme. Il n’y aura plus de leçons cette fois-ci. Si c’est lui le coupable, finis-le. Je l’aurais bien fait moi même, mais je suis proche d’avancer dans ma cultivation. »

L’Immortel Doré sourit. « Très bien. Cela doit-il être rapide ou douloureux ? »

Hu Poinçon d’Acier esquissa un sourire inquiétant. « Douloureux. »

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top