skip to Main Content
Menu

LOOG – Chapitre 1

Traducteur Français : DrizztDoUrden
 Éditrice : Sehri
Check : Sehri

Chapitre 1 : Un Choc

50ème année du règne de l’Empereur Démoniaque

Quelque part dans le nord-ouest reculé de Qi Xien se trouvait un village pittoresque. C’était le genre de village qui aurait pu, à un moment, être trouvé presque n’importe où, et selon les histoires transmises par les anciens du village, il avait même existé dans la légendaire Ère du Mars Tonitruant, qui exista avant même la création de Qi Xien.

Le village n’était ni grand, ni petit. Quelques personnes célèbres y étaient nées. La majorité des villageois étaient heureux de pouvoir vivre leurs vies comme celles qu’ils ont eu les mille dernières années. Les dynasties se sont élevées, puis tombèrent, mais ce village resta le même.

Les adultes du village étaient pour la plupart des fermiers et des artisans. Bien que des histoires existaient dans les registres du village à propos de périodes où des guerres se sont déroulées et que les hommes du village avaient été recrutés en tant que soldats dans de grandes armées, les villageois considéraient ces histoires comme des légendes, ou même pas réelles. D’ailleurs, aucun de ces hommes ne s’était élevé au rang de héros ou de général.

Associé aux centaines d’années de paix et de prospérité que le village avait connu, et l’on pouvait donc dire que les villageois étaient… satisfaits. Heureux et complaisants.

À l’exception d’un d’entre eux.

Il y avait une personne dans le village qui était tout sauf complaisant, et son nom était Fan Sunan, bien qu’il déteste d’être appelé par son nom complet et a insisté pour être appelé uniquement Sunan. Il était âgé de dix ans et il émanait de la curiosité et de l’énergie. Bien sûr, l’énergie et la curiosité sont des choses que la majorité des jeunes garçons possèdent, mais ils semblaient s’épanouir sans aucune limite chez Sunan.

Il s’intéressait à tout et n’importe quoi. Il posait des questions à tout le monde, et voulait apprendre tout ce qu’il y avait à apprendre. Il aimait se battre et lutter,il aimait grimper sur les arbres et adorait l’équitation, ou plutôt serait-il préférable de dire de l’équitation à dos d’âne… vu que les chevaux n’étaient pas monnaie courante dans le village. Il s’ennuyait facilement quand il parlait aux gens. Cependant, ce n’était pas parce qu’il était facilement distrait, bien qu’il donnait l’impression de l’être. Au contraire, son cerveau était en constante ébullition. Il ne s’arrêtait jamais. Sunan pensait, méditait, considérait et réfléchissait à propos de tout, constamment. Il lisait les registres du village, ce que peu de personnes de son âge penseraient faire.

Il voulait connaître les anciennes légendes. Il voulait entendre les vieilles histoires.

Certains jeunes bâillaient lorsque les anciens du village parlaient de la façon dont les humains étaient apparus grâce aux larmes versées par la déesse Xian Nu Shen, mais quand Sunan entendit de telles histoires, ses yeux brillèrent.

Sunan était né dans des temps importants et unique. Environ cinquante ans avant sa naissance, le monde avait changé. Un palais spectral était apparu dans les profondeurs des Montagnes de Banyan. Personne ne savait exactement quand il était apparu, parce que c’était à l’origine un lieu dans lequel peu d’individus voyageaient. Finalement, des armées sortirent de ce palais et commencèrent à se propager à travers le pays. La dynastie de cette époque, la dynastie des Hen-Shi, combattit, mais des années de paix les avaient affaiblis.

La dynastie tomba, et un nouveau gouvernement pris sa place. Le dirigeant de ce nouveau gouvernement se faisait appelé l’Empereur Démoniaque, bien que peu d’individus l’eussent jamais vu. Selon les histoires qui ont commencés à se propager à travers Qi Xien, il était un monstre venu d’un autre monde, qui voulait asservir les peuples. Effectivement, après avoir exterminé la dynastie des Hen-Shi, les armées de l’Empereur Démoniaque commencèrent à se répandre et à instiguer de la terreur au sein de la population.

Quelque chose d’autre fit son apparition au même moment que l’Empereur Démoniaque, bien que peu de personnes ont reliés ces deux événements. Une nouvelle énergie est apparue dans les terres, qui fut plus tard appelée Qi. Cette nouvelle énergie a donné un nouveau pouvoir aux plantes, aux animaux et à tous les êtres vivants, et semblait interférer avec les barrières ancestrales qui existaient avec le monde des esprits.

La combinaison de l’invasion de l’Empereur Démoniaque et des changements opérés par le Qi, a jeté les terres de Qi Xien dans le chaos. Des shamans qui commencèrent à étudier des façons de manipuler et d’utiliser le Qi surgirent, ce qui fut d’une certaine aide dans la résistance contre l’Empereur Démoniaque. Des batailles se déroulèrent. Des héros surgirent, et furent tués.

Peu de ce chaos affectait Sunan.

Son village était situé dans un coin éloigné dans le nord-est, et était un lieu de peu d’importance. En tant que tel, pendant des années, les effets de la violence et de la terreur présents dans ce pays n’ont pas affectés les villageois. Pendant des décennies, les armées de l’Empereur Démoniaque étaient surtout concentrées sur la résistance venant du Sud et de l’Ouest, et avaient peu de temps pour prêter attention aux régions négligeables du nord-ouest de Qi Xien.

De ce fait, Sunan est né dans des conditions pacifiques et a grandi en entendant seulement parler des choses horribles qui se produisaient plus au sud. Les voyageurs qui passaient par le village racontaient des histoires sanglantes, que les parents avaient l’habitude d’utiliser pour menacer leurs enfants de faire les corvées. Cependant, la vie des villageois n’a pas été affectée d’une façon sérieuse.

Même les effets du Qi étaient minimes.

Cependant, quand Sunan était adolescent, les choses commencèrent à changer.

L’Empereur Démoniaque avait asservi la majorité du royaume, et il tournait dorénavant son attention vers les lieux qu’il avait si longtemps ignoré. Au fur et à mesure que ses forces s’avançaient vers le nord, de plus en plus de réfugiés trouvèrent refuge dans le village.

La vie changea.

Les villageois commencèrent finalement à sentir leurs cœurs battre de peur.

L’Empereur Démoniaque avait déjà vaincu toutes les forces majeures qui existaient, et maintenant il se dirigeait dans leurs direction.

Il y avait des rebelles, bien sûr, et certains passaient par le village pour tenter de trouver des soutiens pour leurs causes. Peu de villageois furent conquis. Jusqu’à présent, malgré l’inquiétude persistance qu’ils éprouvaient, l’Empereur Démoniaque n’était encore qu’un vague concept, une histoire, quelque chose d’effrayant mais amorphe.

Les villageois étaient complaisants.

Sauf Sunan.

Alors que les anciens du villages avaient tendance à regarder le passé et à réfléchir à la stabilité des choses, Sunan était rempli d’une sensation de changement imminent. Toutes les histoires de combats et de guerres remplissait son esprit de pensées d’aventure. Bien qu’il n’ait jamais songé à s’enfuir de chez lui, il avait soif d’action.

Le hasard fit qu’un des réfugiés qui trouva refuge dans le village pendant quelques mois soit un soldat à la retraite. Il fallut quelques encouragements avant que le soldat n’accepte d’enseigner à Sunan quelques choses à propos des combats.

Quand ses parents le découvrirent, cela causa un peu d’esclandre. C’était l’heure du dîner quand une des jeunes sœurs de Sunan se leva soudainement et dit «  Sunan, as-tu appris quelque chose de ton maître aujourd’hui ? »

« Maître ? » demanda sa mère.

« Sunan apprend à être un combattant » déclara son autre sœur.

« Est-ce vrai? » demanda son père, tout en buvant une gorgée de vin jaune.

La mâchoire de Sunan bougea « Tais-toi, sœurette, je ne veux pas combattre les gens. Je veux juste être capable de me défendre. »

Sa mère sourit «  Sunan, te rappelles-tu ce que ta grand-mère a toujours dit ? Les garçons se battent avec les poings, les hommes se battent avec les mots. »

Sunan leva les yeux au ciel et changea de sujet.

Plus tard dans la nuit, lui et son père étaient dehors et regardaient les étoiles.

« Fils, je suis d’accord avec ta mère et ta grand-mère. Mais si tu veux apprendre à combattre, à être un soldat ou un guerrier, alors…. Je te soutiens. »

Sunan sourit ; « Merci, père »

« Trouves ce que tu veux faire dans la vie, et fais le. Je serai toujours là pour t’aider quoi qu’il arrive. »

Le lendemain, Sunan décida que sa sœur avait raison, il devrait appeler son professeur « Maître ». Ils s’entraînaient matin et soir, et absorbait ses leçons comme une éponge asséchée.

« Mets ton pied là, et là » disait son maître. «  Rappelle-toi, tu es jeune et petit, mais cela peut être un avantage. Utilise le poids de ton adversaire contre lui »

Ils s’entraînèrent et pratiquèrent au point où Sunan pourrait le vaincre trois fois sur dix lorsqu’ils s’affrontèrent.

Une nuit d’été, quand Sunan avait dix-sept ans, il se réveilla à cause de la chaleur. C’était étrange, parce qu’il était habitué aux fortes températures estivales, ayant vécu toute sa vie avec elles.

Ses yeux étaient voilés par la sueur, et il lui a fallu un moment pour se rendre compte que la chaleur ne venait pas des températures estivales, mais du feu. Sa chambre était en flammes !

Il chuta hors de son lit, les yeux à moitié fermés, pour faire face à un mur de flammes. Couvrant son visage et son bras, il sauta par la petite fenêtre vers l’extérieur.

Ce qui l’attendait était une scène de cauchemar.

Les armées de l’Empereur Démoniaque étaient finalement arrivées. Les soldats étaient partout, riant et sabrer avec leurs épées. Les villageois que Sunan avait connu depuis sa naissance étaient abattus devant ses yeux.

Il vit son troisième oncle Fan à genoux sur le sol, ses intestins se déversant de son ventre.

Il vit la tête de Mamie Chu détachée, faisant déverser du sang comme une fontaine.

Il vit la gorge du chef du village coupée par une lame dentelée.

Alors qu’il se tenait là, choqué, un homme corpulent se mit à se diriger vers lui. Il portait une étrange armure de cuir blasonnée d’une marque ressemblant au visage d’un monstre.

Sunan éclaircit immédiatement son esprit. Les paroles de son maître résonnaient dans son esprit, et il plaça rapidement ses pied et ses hanches dans la bonne position.

Il est plus gros que moi, pensa Sunan, mais si je fais attention, je peux le jeter au sol comme un sac de farine !

Alors que le gros soldat approchait, Sunan se prépara. Cependant, au lieu de se lancer à l’attaque, l’homme s’arrêta à environ un mètre de Sunan.

« Que penses tu être en train de faire, gosse » grogna-t-il. « Tu vas essayer de me combattre ? »

Sunan ne répondit pas, mais à la place étendit sa main gauche devant lui et plaça sa main droite près de sa taille.

L’homme rit et se dirigea en avant.

Au dernier moment, la main de Sunan se dirigea vers la hanche du soldat. Puis, il tourna sa taille et ses genoux, seulement pour découvrir… qu’il n’a rien fait.

Le soldat se moqua, puis tendit la main vers l’épaule de Sunan, l’agita dans un mouvement de dédain pour lui donner un coup, et Sunan se sentit comme si un arbre l’avait percuté. Il vola en arrière , pivotant sa tête vers ses talons plusieurs fois jusqu’à ce qu’il percuta un mur, qui s’écroula sur lui.

Plusieurs heures passèrent.

Quand Sunan se réveilla, ce qu’il prenait d’abord pour être l’odeur du rôti grillé se révéla être l’odeur de chair grillée. Rien ne restait du village que du sang et des cendres. Il trouva ses parents, décapités. Son maître avait été arraché membre par membre. Il trouva une de ses sœurs, et quand il pris conscience de ce qui lui est arrivée il vomit immédiatement. Quant à ses deux autres sœurs, elles n’étaient nulle part visibles… finalement son esprit vacilla.

Il s’effondra, pleurant jusqu’à ce qu’il n’ait plus de larmes en lui.

Finalement, il s’enfuit, se dirigeant vers le nord, vers les montagnes Huang, le cœur rempli de tristesse et de terreur. Le temps s’estompa, et finalement il pris refuge dans une caverne.

Les horribles souvenirs le hantèrent pendant des semaines et des mois. Afin de s’en échapper, il se mit à voyager, se dirigeant vers l’ouest à travers les montagnes. À ce moment, le temps n’avait aucun sens pour lui.

Un jour, il traversait un ravin à l’aide d’un tronc d’arbre, quand tout un coup le tronc se cassa et le fit tomber dans un bassin d’eau en contrebas.

Dès le moment où il atterrit dans l’eau, il remarqua que l’eau était différente. Elle semblait briller et rayonner d’une façon différente de l’eau qu’il avait l’habitude de voir dans son village.

Sunan ne le savait pas à l’époque, mais à cause du paysage naturel de la région, ce bassin d’eau était imprégné de cette énergie spéciale que l’Empereur Démoniaque apporta avec lui. Quand il pris une gorgée de cette eau, l’énergie commença soudainement à se répandre à travers son corps, le faisant crier de surprise.

La sensation était étrange au début, mais aussi agréable. Sunan prit rapidement une autre gorgée de cette eau, et sentit encore plus d’énergie se répandre à travers lui. Peu à peu, la fatigue et la douleur dans ses os et ses muscles commencèrent à s’estomper.

Sunan s’installa près de l’étang. Tous les jours, il buvait l’eau de l’étang et recueillait de la nourriture depuis la forêt environnante.

Un jour, pendant qu’il étais assis jambes croisées sur une pierre à regarder les étoiles dans le ciel, Sunan ferma les yeux et se concentra intérieurement. La douleur et l’horreur du massacre de sa famille et de ses amis dans son village étaient toujours présent et le hantaient toujours, et il se souvint d’une façon de traiter de tels sentiments.

De retour au village, il avait un peu appris sur quelque chose appelée méditation. C’était quelque chose que les anciens du villages pratiquaient, et que les enfants se moquaient en disant que c’était juste dormir assis.

D’après ce que l’on avait dit à Sunan, c’était un moyen de calmer son esprit et son cœur, ce qui était quelque chose qu’il avait désespérément besoin de faire.

Par conséquent, il ferma les yeux et respira d’une façon rythmée. Lentement, son esprit se vida et son cœur se calma. Dans cet état de paix et de tranquillité, Sunan pris soudainement conscience d’une chose ressemblant à une étincelle qui brûlait profondément dans son corps. Curieux, il se concentra sur cette étincelle, l’agitant avec son esprit. L’étincelle répondit, se tourna, bougea, presque comme si elle était en vie, et pourtant elle ne l’était pas.

Fasciné, Sunan passa le reste de la nuit à expérimenter cette étincelle. Il la poussa, la tira, la tendit, et finir par la faire circuler dans d’autres parties de son corps.

C’est de cette façon que Sunan commença à en apprendre à propos de cette mystérieuse énergie.

C’était durant la même nuit qu’il a eu un étrange rêve, un rêve de statues en or et d’une lumière éclatante. Normalement, Sunan ne se souvenait jamais de ses rêves, mais celui-ci était différent. Le lendemain matin, il pouvait s’en souvenir en détail. Il avait l’impression que c’était … réel. Cependant, il avait des soucis plus urgents qu’un rêve à propos de statues d’or, donc il mit de côté ce rêve et se préoccupa de question plus pratiques.

Dans les semaines qui suivirent, il continua à boire de l’eau venant du bassin, à vivre dans la nature, et à en apprendre davantage sur cette énergie. Il réalisa bientôt que l’énergie était devenue une partie de lui parce qu’il avait bu dans le bassin. Cependant, comme plus d’énergie s’accumulait en lui, et qu’il est devenu plus habile au maniement de cette énergie, il réalisa qu’il y avait d’autres moyens de l’absorber. En outre, en contrôlant sa respiration de certaines manières, il pouvait améliorer la vitesse à laquelle le Qi se répandait à travers son corps. Il atteignit bientôt le point où il ne lui était même plus nécessaire de boire de l’eau dans le bassin, sauf quand il était assoiffé.

Comme le temps passait, il devint plus compétent dans la manipulation de l’énergie. Cependant, à part les effets revigorants qu’elle avait sur lui, Sunan ne savait pas comment il pourrait en bénéficier. Finalement, le temps commença à refroidir, et Sunan réalisa que l’automne allait bientôt passer à l’hiver. S’il restait à côté du bassin, il se ferait très certainement piéger dans une tempête, et finirait certainement par mourir.

Ce n’était pas le moment d’être complaisant.

Sans un regard en arrière vers l’étang, il se dirigea hors des montagnes vers la ville la plus proche, Daolu.

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top