skip to Main Content
Menu

Lazy Dungeon Master Chapitre 4

<- Chapitre précédent Index | Chapitre suivant ->

Traduction : Ishamael
Check : P’tit Lu

Occupons-nous des bandits… en quelque sorte

Deux jours sont passés depuis que j’ai été invoqué.
D’une façon ou d’une autre, mes DP étaient à 179, ah non, 180. Je pouvais invoquer neuf gobelins.
En passant, j’ai découvert pourquoi le cœur du donjon n’avait pas été détruit. Ils l’utilisaient comme une bouteille d’eau chaude.
Il luisait légèrement et était un peu chaud.
Le boss des bandits avait fait de la pièce du cœur sa chambre, et je comprenais pourquoi il mettait ses pieds sur le cœur avant de s’endormir. Et comme je m’y attendais, quand j’ai voulu voir ce qu’il se passait dehors, j’ai utilisé la fonction du menu et vu la plante de ses pieds sales sur le mur.
Il avait blessé le cœur de cœur du donjon-san.

« Eh- eh bien ? Même moi je peux gagner des DP avec ces types ? C’est gagnant-gagnant tu sais ? Fufun. »

Sachant que des pieds malodorants jouaient avec son cœur, la loli blonde était presque en larmes. J’ai vu quelque chose d’adorable.

« Bon, maintenant, qu’est-ce qu’on peut faire… »
« Invoque quelque chose ! Invoque des gobelins pour les massacrer ?! Ah, un homme lézard à 150 DP serait pas mal ! Ce gars ne pardonnerait jamais ce boss, il le plantera encore et encore ! »
« Idiote. Quelque chose comme ça se ferait juste massacrer. »

Il semblerait qu’elle ait vraiment été humiliée à avoir son cœur traité comme ça après tout.

« Il y a huit ennemis, notre potentiel de guerre est complètement insuffisant. Pour commencer, si tu n’avais pas invoqué un gobelin, on aurait économisé un peu plus sur les dépenses de nourriture. »
« Hmph, je ne savais pas qu’ils avaient un coût de maintenance… attends, tu n’as pas aussi utilisé des DP pour invoquer un [Futon] ?! »

Et une autre chose, on pouvait voir n’importe où dans le donjon depuis le cœur. C’était une fonction du menu.
D’ailleurs, Rokuko ne savait pas ça. Ce qui avait du sens, puisque ce n’était pas nécessaire quand le donjon n’a qu’une pièce.

« Mais, qu’est-ce qu’on fait ? »
« Ah, quoi… hé, et des lettres ? Est-ce que Rokuko peut écrire ? Est-ce que les bandits peuvent lire ? »
« Si c’est que ça… Oui, je peux écrire. Je me demande si les bandits savent lire ? Ils avaient l’air de lire un livre, donc si c’est facile… »
« Je vois. Alors, s’il te plait écrit ce que je vais te dicter. »
« Oka~y. »

*

« Booooss ! Réveillez-vous ! »
« Ngah… ? »

Quand le boss des bandits se réveilla, il y avait une boîte dans la grotte.
Est-ce qu’il y avait quelque chose comme ça hier ? Non, ce n’était pas là. Je l’aurais remarqué plus tôt.

« C’est quoi ça ? Comment c’est arrivé là ? »
« Je sais pas. Mais Rodriguez était de garde et a dit que personne n’est entré. »
« Alors quoi, c’est juste apparu comme ça ? »
« Du coup… on fait quoi ? »

J’ai vérifié la boîte, mais il ne semblerait pas qu’il y ait de piège. Quand je l’ai ouvert prudemment, il y avait un heaume en acier dedans.
C’est un bon objet, et neuf en plus.

« Hey, il est pas mal. On dirait que ça pourrait se vendre cher. On pourrait même l’utiliser. »
« Boss, il y a quelque chose d’écrit au fond de la boîte. »
« Hm ? C’est quoi cette merde… de l’écriture ? Oi ! Braken, tu devrais être capable de lire ça, lis-le-nous ! »
« Yah ! Voyons voiiiir ? »

Montrant la boîte à son sous-fifre, il le lut.
Le contenu était inattendu.

[Je-suis-le-cœur-du-donjon. Merci-pour-avoir-tué-les-gobelins. C’est-un-cadeau. Si-vous-faites-plus, je-peux-donner-plus.]

« Cœur du donjon… ? Oi, c’est un donjon ? »
« Eh, non, cet endroit est appelé la [Grotte Ordinaire]. »
« Ah, attendez, boss ! Quand j’étais aventurier j’ai entendu parler d’un donjon appelé la [Grotte Ordinaire] ! »
« C’est vrai Johnny ?! »

Le boss des bandits était étonné.
Il y avait quelque chose qui brillait sur le sol, la chaleur faisait du bien quand il plaçait ses pieds dessus. Peut-être que c’était le cœur du donjon ?
Il n’avait jamais entendu parler de pouvoir communiquer avec un cœur de donjon, mais c’était une lettre de ce dernier. Est-ce que c’était une blague… personne n’est entré, quelqu’un montait la garde, et il y avait ce heaume en acier que personne n’aurait pu préparer.
Et d’après la lettre, le heaume semblait être un cadeau pour avoir tué les gobelins.
Peut-être que c’était les gobelins près du cœur du donjon qu’il avait massacré quand il est arrivé. Pour un boss bandit, cinq gobelins n’étaient rien d’autre que du menu fretin. Obtenir un heaume en acier juste pour ça…
« Oi oi, c’est sérieux… ? Ma chance arrive enfin… ! »

Les histoires de donjons étaient célèbres. Il y avait un donjon appelé le [Labyrinthe Blanc] dans la capitale impériale.
Non, la capitale avait été placée là où le donjon était.
Et dans le donjon, il y avait des monstres, mais c’était un endroit qui produisait divers trésors, comme des armures magiques. Et ça ici, est un donjon. Mais il n’y avait pas eu de monstres jusqu’à présent. Juste les cinq gobelins quand on est arrivés. Et puis il y a ce trésor. Ce heaume en acier.

« Il semblerait qu’on ait plu à ce donjon. »

Le boss bandit sourit de toutes ses dents.
Le donjon produisait des trésors pour ceux qui lui plaisaient… en d’autres mots, c’était comme posséder des richesses infinies.
[Si vous faites plus, je peux donner plus.] En y pensant, les corps des gobelins ont disparu avant qu’ils ne le réalisent. Ils pensaient que l’un d’entre eux avait nettoyé…
Donc c’était ça.
La boîte qui contenait le heaume avait aussi disparu avant qu’ils ne le remarquent.

 

*

 

« Pourquoiiiiiiiiii !! Lui- ! Pourquoi- ! Pourquoi on a récompensé quelqu’un comme lui ?! »

La loli blonde se tortillait dans tous les sens.
[Encre et stylo] était 5 DP, [Boîte en Bois] était 5 DP, et [Heaume en Acier de Bonne Qualité] était 170 DP.
Après avoir dépensé ça, on était fauchés, 0 DP restant.
J’ai utilisé tous les DP pour donner un [Cadeau] au boss des bandits.

« Pourquoi ?! Ça n’aurait pas été difficile d’invoquer des gobelins ! »
« Pour mourir une fois qu’ils échouent ? Hahaha, désolé. Je ne veux pas encore mourir. Je veux dormir. »
« Ce-c’est pour ça, tu es… un, un traitre ! »
« On a gagné un peu de temps avec ça. Et vu qu’on les massacrera bientôt, calme-toi. »
« Eh ? »

Peut-être parce qu’elle était étonnée d’entendre le mot massacre sortir de ma bouche, mais Rokuko fit une tête particulière.

« Pourquoi ? Toi, vu que tu es humain, tu n’as pas donné ça pour les aider ? »
« Hah ? Je veux juste être en sécurité dans mon lit. Et même sans ça, pourquoi je devrais laisser des types dangereux, comme ces bandits, se balader librement ? »
« Eeh… a-alors, tu ne devrais pas hésiter à tuer des gens de la même race que toi ? »
« Je ne sais pas. Je veux dormir. Et puis, ça ne veut pas dire que je m’occuperai d’eux directement… Ah, vu qu’il n’y a plus rien à faire pour aujourd’hui, je vais dormir. Ok, bonne nuit. »

Je prenais le futon et m’allongeais.

« A-a-attend ! Explique un peu plus ! »
« J’ai pas le choix hein… alors je vais expliquer un peu plus. Demain. Bonne nuit. »
« N-ne dors p- ?! … ! »

Alors que je m’endormais, j’entendais la voix de Rokuko s’éteindre.
Il semblerait que l’ordre donné le premier jour était toujours valide. Bonne nuit.

 

<- Chapitre précédent Index | Chapitre suivant ->

error: Contenu protégé
Back To Top