skip to Main Content
Menu

🌀 JSLC Chapitre 46 🌀


Traducteur : Daolateur
Editrice : Miss X
Checkeur : Lwienlin


Chapitre 46 : Trois longues lances

Meng Hao était déjà venu plusieurs fois au Comté de Yunkai auparavant. La plupart du temps c’était quand il avait besoin d’acheter des stylos, de l’encre, du papier et des pierres à encre. Peut-être à cause de la richesse excessive du village, les prix des provisions d’écriture étaient moins chers que la moyenne.

Bien que trois années soient passées, l’endroit semblait exactement comme auparavant. Alors que Meng Hao parcourait les rues, il ne put s’empêcher de remarquer que plusieurs magasins suspendaient des lanternes, où était écrit le caractère ‘Li’ dessus, dans une calligraphie souple et élégante.

D’après ce que Fatty avait raconté, son père était la personne la plus riche de Yunkai, et possédait en fait la moitié du pays. De plus, ce n’était pas que des terres qu’il possédait, mais également des affaires, dont tout avait le caractère ‘Li’ marqué dessus.

Après s’être renseigné, il trouva la localisation de la maison de Fatty et se dirigea dans cette direction. Le soleil commençait à disparaître à l’horizon, transformant le ciel dans une lueur noire, couvrant toute la terre dans une lumière douce.

Cela ne prit pas longtemps pour qu’il atteigne le côté est du Comté de Yunkai, où il vit une énorme propriété, garnie d’une vraie forêt de grands bâtiments. Au-dessus de la porte principale, qui était surveillée par des domestiques, se trouvait une plaque avec les mots ‘Manoir Li.’ Le son animé de chansons et de la danse pouvaient être entendus à l’intérieur.

Le corps de Meng Hao s’élança, et il se retrouva à l’intérieur.

Au sein du grand manoir, entourant une cour d’intérieure se trouvait des chanteuses et des danseuses qui faisaient actuellement un spectacle. Meng Hao aperçut un homme d’âge mûr extrêmement gros, vêtu d’une robe luxueuse. Il ressemblait fortement à Fatty ; Il s’agissait manifestement de son père. Assis à côté de lui se trouvait un jeune homme, dont le visage était recouvert d’une expression prudente.

Bien qu’il semblait dramatiquement arrogant, et portait des vêtements couteux, son corps paraissait un peu fragile, comme s’il s’était trop épuisé avec des vins et des femmes. Il tenait un verre de vin dans la main, et ses yeux rayonnaient avec une expression légèrement indécente alors qu’il observait les chanteuses et danseuse.

« Toujours pas là? » dit le jeune homme, fronçant les sourcils. Le ton de sa voix était à la fois froid et ennuyé.

« Bientôt, bientôt, » dit le père de Fatty, bien qu’il avait l’air extrêmement gêné, il força un sourire obséquieux sur son visage. « Jeune Seigneur Zhao, s’il vous plaît, attendez un peu plus longtemps. Ma belle-fille a tendance à prendre les choses en douceur. » Alors même que ces mots sortaient de sa bouche, plusieurs servantes apparurent au loin. Marchant derrière elles se trouvait une jeune femme. Elle portait une robe longue et fine, et ses cheveux étaient attachés avec des épingles en phénix. Bien que son apparence fût pure et belle, il y avait un regard d’effroi sur son visage ; alors qu’elle s’approchait, on aurait dit qu’elle frissonnait comme si elle avait froid.

« Père… » dit-elle alors qu’elle s’approchait. Elle s’inclina en salutation.

« Xiang’er, ceci est le jeune Seigneur de la maison de Zhao du Comté de Yunhai, » dit le père de Fatty doucement. « Pourquoi ne portes-tu pas un toast pour lui? » Il lança à sa belle-fille un regard d’excuse. Malgré la disparition de son fils depuis plusieurs années, elle avait continué à attendre son retour, sans jamais rechigner. Elle traitait son beau-père avec la plus haute piété filiale.

« Salutations, jeune Seigneur Zhao, » dit-elle doucement en baissant sa tête. Bien qu’elle ait peur, elle savait que sa famille n’était pas dans une bonne position en ce moment. Elle leva un pichet de vin et servit un peu de vin dans un verre, qu’elle tendit vers lui avec les deux mains.

Il l’inspecta avec des yeux étincelants. Il déglutit fortement. La fille était incroyablement belle, et dans son cœur, il était déjà prêt à causer des problèmes. Un sourire vicieux apparut sur son visage. Il accepta le vin et essaya de saisir sa main. La fille recula d’un pas, effrayée, poussant le verre à dégringoler par terre.

« Comment oses-tu! » hurla le jeune Seigneur Zhao, ses yeux exorbités. Il donna un coup de pied dans la table, envoyant le vin et la nourriture partout. Il pointa le père de Fatty. « Écoute-moi bien, Li Dafu. Mon jeune frère est de retour, et il est maintenant un Immortel. Il voulait ta propriété, pas ta vie! J’ai eu pitié pour toi et je lui ai parlé de toi en bien, mais c’est alors que tu me humilies ainsi!? »

« Jeune Seigneur Zhao, ceci… » le père de Fatty tenta de répondre de façon précipitée.

« Ferme-la! Écoute-moi bien, cette affaire n’est pas terminée! Si tu sais où est ton intérêt, tu laisseras ta belle-fille passer la nuit avec moi. Si elle me plait, je dirais alors des bonnes choses sur toi à mon jeune frère… » Il poussa un rire froid, ses yeux fixés sur la fille, dont le visage était devenu d’un blanc pâle. Un regard vicieux apparut à nouveau sur son visage.

Le visage du père de Fatty blêmit. Au début, le jeune homme avait mentionné uniquement un toast, auquel il avait acquiescé. Mais ceci était trop excessif. Il grinça les dents. Son fils avait disparu, et il ne pouvait même pas protéger son unique belle-fille. À quoi ça servait de continuer à vivre?

« Dégage! » hurla-il. « Fous le camp d’ici! Gardes, foutez cet homme dehors! Même si la famille Li fait faillite, je ne tolérais pas d’insultes de la maison de Zhao! »

« Impressionnant, » rit jeune Seigneur Zhao. Il se tourna et partit, ses yeux remplis de meurtre.

Regardant le banquet être débarrassé, la jeune fille se mordit la lèvre, les larmes coulant le long de son visage. Elle baissa la tête ayant l’air de vouloir dire quelque chose.

« Ne t’en fais pas par rapport à ce sujet, » dit le père de Fatty calmement.  » La loi existe toujours dans ce monde. S’il te plaît, ramène la jeune Mlle. » Des servantes apparurent pour escorter la jeune femme. Le père de Fatty se mit à trembler. Il tituba, semblant tout à coup plus âgé.

Puis il secoua la tête et commença à marcher. Sous peu, il atteignit un bâtiment. Il poussa la porte et entra. C’était une chambre luxueuse, mais elle aurait été encore plus luxueuse si tout n’avait pas été recouvert de traces de morsures.

« Fugui, où es-tu? » murmura le père de Fatty alors qu’il s’asseyait sur une chaise. « Pourquoi n’es-tu pas revenu…? »  Il paraissait encore plus âgé qu’auparavant. Il caressa doucement la trace de morsure sur la table.

« Il va bien, » dit une voix, brisant le silence. Le père de Fatty leva la tête, et ses yeux se remplirent de peur alors qu’il réalisait qu’il y avait quelqu’un d’autre dans la chambre, à côté de la fenêtre. Il n’avait aucune idée de quand ou comment il en était venu à se trouver là.

Il portait une longue robe bleue, et ressemblait à un érudit. C’était nul autre que Meng Hao.

« Tu… » Li Dafu se précipita à ses pieds, ayant l’air alarmé. Il fit quelques pas en arrière.

« Je suis un ami de Li Fugui de la Secte, Meng Hao, du Comté de Yunjie. » Meng Hao se tourna. Son regard se déplaça des traces de morsures sur le rebord de la fenêtre pour se poser sur Li Dafu.

« Meng Hao! » s’exclama Li Dafu, stupéfait. Il reconnaissait ce nom. Lorsqu’il s’était renseigné sur la disparition de son fils à l’époque, il avait découvert que trois autres garçons avaient disparu en même temps. Dont l’un s’appelait Meng Hao.

« Fugui, il… » Le corps de Li Dafu se mit à trembler. Intérieurement, il sentit l’hésitation.

« Il n’est pas dans l’État de Zhao pour l’instant, mais je pense qu’il pourrait bientôt revenir. » Meng Hao s’avança et s’assit sur une chaise. « J’ai vu ce qu’il s’est passé à l’instant dans la cour, » dit-il nonchalamment. « Je vais rester ici quelques jours pour m’en occuper. » Il retira un bout de papier et le posa sur la table. » Forgez-moi s’il vous plaît trois lances selon ces spécifications. Une en fer, une en argent, et une lance en or. » Sur cela, il ferma les yeux.

Li Dafu hésita, puis acquiesça. Peu importe combien cette situation semblait inconcevable, il préférait croire ce que Meng Hao venait de dire. Sans un mot, il ramassa le papier et partit précipitamment.

Quant au jeune Seigneur Zhao, il quitta le foyer de Li, et le Comté de Yunkai, le visage sombre. Accompagnés par ses domestiques, il retourna au Comté de Yunhai dans l’obscurité de la nuit, grinçant des dents. Tandis qu’il marchait, il se gifla durement sur le visage, laissant une empreinte évidente de paume de main. Rapidement, il arriva à une grande cour, et son expression changea subitement en une de respect et même d’émerveillement. Avec une voix basse, il parla.

« Petit frère, es-tu réveillé? »

« Que se passe-t-il!? » demanda une voix froide. La voix était un peu stridente, comme si le détenteur n’était qu’un garçon commençant la puberté.

« Non seulement la maison de Li a refusé d’écouter tes suggestions, ils m’ont aussi humilié. Ils m’ont même giflé. » Jeune Seigneur Zaho essayait de montrer son expression la plus humiliante.

La porte s’ouvrit lentement, et un jeune homme sortit. Il avait environ douze ou treize ans, et portait une blouse richement brodée. Il avait un visage ciselé et paraissait presque beau. Si Meng Hao était là, ce jeune homme commencerait instantanément à agir de manière flatteuse. Il avait été l’un des disciples sauvés par Grand Doyen Ouyang le jour où la Secte Reliance avait été dissoute. Il s’agissait du servant de Meng Hao, Zhao Hai.

Il avait eu la même idée que Fatty, à devenir un grand propriétaire du terrain. Avec Fatty parti, il était revenu à cet endroit pour commencer à piller les familles fortunées locales. Il avait en fait commencé à planifier comment s’occuper de Li Dafu quand il était toujours dans la Secte Reliance. Malheureusement, après être revenu, il avait appris que la famille Li prohiber à ses membres de divulguer les informations concernant les actifs familiales.

« Que tu es un bon à rien et un con, » dit Zhao Hai en poussant un grognement froid. « Tu penses vraiment que je suis aussi con que toi? L’angle de cette empreinte de paume est complètement faux. Tu t’es manifestement frappé toi-même. » Une expression de dédain apparut sur son visage. Cependant, cette personne était son grand frère. Il fronça les sourcils. « Ce n’est pas grave. Je suis sur le point de faire une percée dans ma base de Cultivation. Dans sept jours, j’irais avec toi à la maison de Li. » Il se tourna et rentra dans sa chambre, claquant la porte derrière lui. Jeune Seigneur Zhao était content. Son cœur brûlait alors qu’il imaginait les cris plaintifs de la jeune fille venant d’en-dessous lui, dans sept jours.

Sept jours passèrent. Zhao Hai quitta la maison de Zhao dans le Comté de Yunhai, les mains croisées derrière son dos, suivi par jeune Seigneur Zhao. Ils amenèrent un groupe de domestiques de la famille avec eux. Leurs yeux étaient remplis avec une intention de meurtre alors qu’ils se dirigeaient directement vers le Comté de Yunkai.

Dans le Comté de Yunkai, Meng Hao était assis jambes croisées dans la chambre de Fatty, méditant en silence. Vers midi, une légère frappe put être entendue à la porte. Meng Hao ouvrit lentement les yeux pour voir Li Dafu entrer dans la chambre. Derrière lui se trouvait dix domestiques de la famille. Trois groupes de trois hommes, chacun portant une lance, une en fer, une en argent, et une en or.

Un maillage de fine lignes étaient gravées sur leurs surfaces, les faisant paraitre à la fois primitives et luxueuses. Meng Hao brandit sa main, et la lance en fer s’envola vers lui à travers l’air. Li Dafu et ses servants regardèrent bouche bée avec étonnement et choc.

La lance en fer était extrêmement lourde ; de voir Meng Hao la saisir d’une telle distance les effraya.

Le corps de Li Dafu trembla, et ses yeux étincelèrent. Antérieurement, il avait présumé que Meng Hao n’était pas une personne ordinaire. Bien qu’il lui fît à moitié confiance, il avait tout de même respecté sa demande de fabriquer les trois lances. Mais désormais, il croyait totalement ses propos précédents. Cette personne n’était clairement pas ordinaire.

Meng Hao fit un signe de la tête, récupérant les lances d’argent et d’or. Il les testa, puis il les rangea dans sa sacoche spirituelle avec un mouvement rapide de la manche. Lorsque ceci se passa, des sons d’effondrement résonnèrent alors que les servants chutèrent sur leurs genoux pour se prosterner devant lui, leurs expressions remplies de stupeur.

 


 

Cet article comporte 16 commentaires
    1. Jeudi dans la soirée, si l’édite et le check se font plus tôt, ça sera mercredi 😉 D’ailleurs, je mets à chaque fois dans mon article quand sortira le prochain chapitre…

  1. merci pour ces chapitres! ^^
    j’ai hâte de lire la suite , je sens que sa va être drôle!
    quelle tête il va faire quand il reconnaîtra Meng Hao !? XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top