skip to Main Content
Menu

🌀 JSLC Chapitre 17 🌀


Trad : Daolateur
Edité : Mme Daolateur
Checké : Wilden


Chapitre 17 : Je compterai sur moi-même!

Meng Hao restait là, rigide, fixant Wang Tengfei. Subitement, il pouvait sentir les regards de tous les disciples dans le centre. Les Cultivateurs à côté de lui s’écartèrent, créant un espace dégagé autour de Meng Hao.

Un sentiment de solitude remplit son cœur, comme si le monde l’avait abandonné. C’était comme si cette seule déclaration de Wang Tengfei l’avait poussé au bout de l’existence.

Personne ne dit un mot. Les disciples de la Secte Extérieure ne firent que regarder Meng Hao. Wang Tengfei était trop célèbre. Ses mots retentissaient dans le cœur de tout le monde.

Personne n’était réellement surpris sur ce qui se passait ; la nouvelle des événements de la veille était déjà répandue, et de nombreuses personnes avaient déjà deviné ce qui allait se passer aujourd’hui.

Les Doyens de la Secte, sur l’estrade restèrent silencieux, en regardent Meng Hao.

« Les règlements de la Secte prévoient que ce que tu prends, t’appartiens, » dit Meng Hao, forçant les mots à sortir l’un après l’autre. Il savait que comparée à Wang Tengfei, sa voix était ridiculement faible, et qu’il serait peut-être attaqué. Malgré cela, il se défendit quand même.

Il savait que s’il sortait la gourde en jade, pour la rendre à Wang Tengfei, et demandait pardon, alors Wang Tengfei ne pourrait pas refuser ses excuses. Pas devant tous ces Cultivateurs. Il infligerait peut-être une sorte de sanction, mais laisserait au moins la base de Cultivation à Meng Hao.

Peut-être que s’il suppliait et se prosternait, avouant ses torts, acceptant l’humiliation et s’insultant lui-même, il serait complètement hors de danger.

Mais Meng Hao ne ferait jamais une telle chose ! Traite le d’idiot et de fou, mais jamais, il ferait une telle chose, jamais !

Même s’il savait qu’il était confronté à une situation désespérée, il ne supplierait jamais. Il ne s’humilierait jamais, il ne ramperait jamais à quatre pattes afin d’implorer le pardon. Jamais!

C’était son caractère, son intégrité. Certaine chose dans le monde était plus importante que la vie ou la mort, et ce noble, inflexible, caractère indestructible, était sa dignité !

C’est pour cela qu’il avait insisté sur chaque mot à la fois. Même si son adversaire était le grand Wang Tengfei. Même s’il affrontait une situation désespérée. Malgré le monde contre lui. Bien qu’il soit seul, avec personne sur qui compter. Malgré tout cela… il avait toujours sa dignité. Il releva la tête et s’exprima.

Ça, c’était Meng Hao!

Ses mots semblaient galvaniser toute l’énergie dans son corps. La mort ? C’est quoi la mort ? Et même si je n’ai pas encore vécu jusqu’à mes 17 ans ! Tu peux m’humilier, tu peux estropier ma base de Cultivation. Mais tu ne pourras jamais me faire céder ! Tu ne pourras jamais briser mon esprit !

Sa voix résonna à travers le silence, claire et distincte, mais remplie d’une certaine solitude. Alors qu’il parlait, son amertume était quelconque, mais peut-être seulement Meng Hao lui-même pouvait comprendre cela. Il serra fort ses poings. Personne d’autre ne pouvait le sentir, mais avec les mots de Wang Tengfei, il y eut une attaque invisible tentant de forcer Meng Hao à s’effondrer.

Son corps semblait se désintégrer, ses os sur le point de se briser. Il sentit une énorme pression tentant de le forcer à s’agenouiller. Son corps tremblait, mais il grinça des dents et restait là, ignorant la douleur dans ses os.

« Ce trésor est le mien, » dit Wang Tengfei d’un sourire aimable. « Il appartient à qui je le donnerai. Je ne te l’ai pas donné, alors tu n’as aucun droit de le prendre. » Ses mots semblaient gentils, mais contenait une menace, assez claire pour que tout le monde puisse l’entendre. En souriant, il s’avança, levant sa main, il brandit un doigt dans la direction de Meng Hao.

Des vents déferlèrent dans le centre, hurlant en tourbillonnant, provoquant les robes des disciples à voler. Meng Hao restait là sans bouger, comme si l’air dans le centre était devenu la mort elle-même et l’encerclait. Il ne pouvait pas bouger d’un pouce. Tout à coup, le pendentif rose sortit de ses vêtements et plana devant lui. Un bouclier rose apparut, protégeant Meng Hao.

Wang Tengfei était plus affable que jamais. Ses mouvements paraissaient complètement détendus, alors qu’il fit un deuxième pas, il brandit son doigt une deuxième fois.

Un boum retentit alors que le mouvement du deuxième doigt s’arrêta. Le bouclier se déforma et se tordit, vacilla trois fois, puis éclata avec une explosion assourdissante. Le pendentif en jade devant lui, le cadeau qui lui a été donné par Sœur Aînée Xu, se cassa en morceaux. Le sang coula de la bouche de Meng Hao, et la pression sur lui se renforça. Il grinça les dents, déterminé. Il restait là, tremblant, pas disposé à céder.

Un regard extrêmement noir remplit ses yeux, et il serra encore plus fort ses poings. Ses ongles creusèrent profondément dans la chair de ses paumes.

Avec son sourire aussi aimable que d’habitude, Wang Tengfei fit un troisième pas en avant, atterrissant directement devant Meng Hao. Il brandit son doigt une troisième fois, et une force comme une main géante invisible déchira les vêtements de Meng Hao, révélant la gourde en jade qui pendait à son cou. La main invisible saisit la gourde en jade, l’arrachant de Meng Hao et la déposa dans la paume de Wang Tengfei.

Le visage de Meng Hao devint pâle, et il toussa un crachat de sang. Son corps trembla, pourtant il ne pouvait pas bouger d’un pouce. Des veines de sang apparurent dans ses yeux, et ses mains se serrèrent incroyablement fort. Il sentit la douleur de ses ongles qui creusaient encore plus profondément dans sa chair. Le sang se mit à dégouliner entre ses doigts et tombait au sol.

« Estropie ta base de Cultivation. Coupe-toi un bras et une jambe. Quitter la Secte. » Wang Tengfei continuait de sourire, sa voix chaleureuse retentissait à travers le centre. Il tendit un doigt pour la quatrième fois, le pointant vers la poitrine de Meng Hao.

Meng Hao lança un regard furieux à Wang Tengfei. Durant tout ce temps, il n’avait parlé qu’une seule fois, n’ayant jamais pu ouvrir la bouche afin de dire une seconde phrase. Il ne fit pas un seul cri, ni un hurlement, mais restait silencieux. D’autres veines de sang apparurent dans ses yeux et il serra encore plus forts ses poings. À cause de la pression exercée, ses ongles se cassèrent net, se logeant dans sa chair. Le sang dégoulinait comme de la pluie.

Tout devint silencieux alors que les autres disciples regardaient, avec leurs visages moqueurs. Le ridicule semblait le mettre à l’écart du monde, le poussant jusqu’à être placé en dehors de tout.

Et pourtant, il ne céda toujours pas ! Qu’est que c’était un peu de douleur physique ?

Au moment où le doigt de Wang Tengfei était sur le point de bouger de nouveau, un bruit résonna du sommet d’une montagne au loin et un doux pouvoir apparut à côté de Meng Hao, bloquant le doigt paralysant.

Un boum résonna. Wang Tengfei fit un mouvement rapide avec sa large manche et jeta un coup d’œil à côté. Un vieil homme se tenait là, portant une longue robe grise. Il avait quelques tâches brunes marbrées sur son visage, bien qu’il soit grand et large, il ne paraissait pas très puissant. Cette personne n’était nul autre que la personne qui avait admiré Meng Hao les deux dernières fois.

« Tu as déjà repris ton trésor, » dit le vieil homme. « Oublie cette histoire. » En fronçant les sourcils, il regarda Meng Hao qui se tenait là, silencieux, le sang dégoulinant de ses poings. Il soupira, puis tourna son regard sur Wang Tengfei.

« Puisque c’est Grand Doyen Ouyang qui intercède, ce cadet oubliera cette histoire. » Wang Tengfei sourit, indiffèrent. Durant tout ce temps, il avait parlé seulement deux fois à Meng Hao. La lumière du soleil l’éclaira, illuminant sa silhouette gracieuse, ses longs cheveux, et son allure parfaite. En ce qui le concernait, Meng Hao était pire qu’un insecte. À partir de ce moment, il avait déjà oublié Meng Hao.

Meng Hao, recouvert de sang, était comme un insecte faisant face à un éléphant, qui pouvait l’écraser d’un seul pas.

Pour Wang Tengfei, Les chose qui venaient de se passer, n’était rien. Ce n’était pas qu’il ressentait du mépris envers Meng Hao. Il s’en fichait complètement de lui. Avec un sourire, il retourna dans la foule, bavardant indifféremment, comme si tout était normal. Il recommença à donner des conseils aux disciples bas niveau, cordialement.

Tous les disciples féminins semblaient être obsédées par lui. Les autres Cultivateurs le regardaient avec le plus grand respect. À l’inverse, tout le monde ignorait Meng Hao, comme s’il n’avait jamais existé.

Meng Hao était l’antithèse de Wang Tengfei. Recouvert de sang, ses vêtements en morceau, il faisait vraiment piètre figure.

Meng Hao pouvait sentir ce que Wang Tengfei pensait de lui. Ce n’était pas du mépris, c’était de l’indifférence. Alors que Wang Tengfei partit, Meng Hao se sentit un peu plus détendu, malgré la douleur. Son corps faisait si mal qu’il était sur le point de s’effondrer. Grinçant des dents, il salua Grand Doyen Ouyang, ses poings étaient toujours serrés.

Sans autre mot, Meng Hao cracha d’autres glaires sanguinolentes. Serrant sa mâchoire, il quitta lentement le centre. Ses pieds étaient comme s’ils allaient se désintégrer à n’importe quel moment. Il était trempé de sueur, et chaque pas lui infligea une douleur déchirante. Ressemblant à un chien battu, il disparut lentement.

Alors qu’il s’éloignait, Grand Doyen Ouyang semblait vouloir lui dire quelque chose, mais décida finalement de le laisser, et le regarda simplement partir.

Meng Hao retourna à la Caverne Immortelle, à l’instant où la porte principale se ferma, il s’effondra au sol, inconscient. Wang Tengfei était déjà au sommet du sixième niveau. Meng Hao ne pouvait en aucun cas se comparer à lui. En refusant de céder et de s’agenouiller, il avait bien sûr subit des lésions internes.

Il était comateux durant deux jours, après quoi il ouvrit finalement ses yeux, son corps perclus de douleur. Ce fut difficile de bouger, mais il se força afin de se mettre en position assise. Quand il toucha le sol avec ses mains, elles brûlaient de douleur, comme si la peau avait été décapée. Haletant, il s’assit en silence au milieu de la Caverne Immortelle.

Après un certain temps, il regarda ses mains. Il avait les dix ongles cassés, ressortant de la chair de ses paumes. Après deux jours de coma, des cicatrices se formèrent sur les ongles, mais dans sa lutte pour s’asseoir, elles s’étaient ouvertes, et maintenant du sang suintait.

Meng Hao regarda ses mains d’un regard vide. Au bout d’un moment, il commença à sortir les ongles cassés de sa peau, un par un. Le sang coulait de ses paumes mutilées, gouttant au sol et remplit la caverne d’une odeur sanguine.

Pendant toute la procédure, l’expression faciale de Meng Hao ne changea pas. C’était comme si ses mains ne lui appartenaient plus. Il y avait une sorte de force impitoyable en lui qui était maintenant clairement visible.

Il regarda les dix ongles sanglants. Après un moment, il les ramassa et les plaça à côté du lit en pierre dans la pièce. Il prévoyait de les regarder tous les jours afin de se rappeler l’humiliation qu’il avait endurée.

Le jour viendra où cette humiliation sera payée doublement!

Il n’avait pas parlé depuis longtemps, mais là il ouvrit la bouche : « Quant à moi, je compterai sur moi-même ! » Sa voix enrouée ne sonnait presque pas comme la sienne.

 


Cet article comporte 5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top