skip to Main Content
Menu

JSLC Chapitre 113

Traducteur Français : Daolateur
Éditrice : MissX
Checkeur : Lwienlin

Petit préambule avant le chapitre :

Hello, je m’appelle Axurits. Petite news, pour des raisons qui lui sont propres, Daolateur a du arrêter la traduction de Je Scellerais les Cieux, et c’est moi qui prend la suite. Le premier chapitre que j’ai traduit sera le 116, don en attendant vous pouvez encore profiter du super travail de Daolateur.

Je ferais un petit rappel sur le chapitre 116 au cas où vous releviez des différences sur certains termes.

Bonne lecture !!

Chapitre 113 : Un autel dans un lac

« Nous nous sommes assez reposés, » dit Meng Hao nonchalamment. « Allez, debout. Tu vas marcher devant. »

Chu Yuyan ne dit rien. Grinçant des dents, elle lutta pour se lever. Tandis qu’elle luttait, ses vêtements bougèrent, dévoilant davantage son corps. Son visage auparavant pâle était maintenant cramoisi. Dès maintenant, la colère dans son cœur envers Meng Hao était encore plus grande que celle ressentie par Wang Tengfei.

Mais hélas, elle avait perdu l’accès à sa base de Cultivation, et était à présent juste une faible femme. Elle ne pouvait pas du tout se comparer à Meng Hao. Bien qu’il ait commencé en tant qu’érudit, la force et la résistance de son corps étaient bien au-delà d’un Cultivateur ordinaire.

Il ne serait peut-être pas aussi fort que ces Cultivateurs qui se concentraient sur l’entraînement physique, mais en termes de récupération et de force, il était loin d’être ordinaire. Sinon, il n’aurait pas pu reprendre connaissance bien plus rapidement que Chu Yuyan.

Elle ne pouvait qu’endurer et se conformer à sa demande qu’elle prenne la tête, la rage dans son cœur s’intensifiant. Meng Hao était naturellement conscient de cela. Il lui emboîta le pas tout en observant sa silhouette gracieuse. Les déchirures dans ses vêtements révélaient de grandes parties de peau sur son dos.

La raison pour laquelle il faisait marcher Chu Yuyan devant, était parce qu’il avait toujours un sentiment de danger à propos de cet endroit. Chu Yuyan agirait comme une girouette ; elle serait capable de fournir un préavis contre toute menace éventuelle.

Ils s’avancèrent en file indienne. De temps en temps, Meng Hao changeait de direction en pointant du doigt avec de nouvelles instructions. Chu Yuyan n’avait pas d’autre choix que de serrer la mâchoire et s’exécuter. La colère envers Meng Hao avait infiltré ses os. Cependant, elle ne pouvait que lui obéir. Un long moment s’écoula, et il semblait que bientôt ils auraient exploré tout ce qu’ils pouvaient. Ils étaient confrontés partout à des fronts de falaise, sans la moindre sortie.

D’étranges rochers étaient éparpillés dans le paysage, ainsi que les squelettes de différents oiseaux et bêtes. Est-ce que cet endroit était une sorte de piège mortel ?

Meng Hao devint davantage silencieux. La mauvaise humeur de Chu Yuyan s’approfondit lentement, jusqu’à ce que le désespoir se lise dans ses yeux.

Ils suivirent le front de falaise, se rendant compte éventuellement qu’ils marchaient dans un grand cercle. Parfois, ils se reposaient contre le front de falaise pendant un moment avant de continuer. Un jour, ils atteignirent un endroit qui semblait avoir un nombre inhabituel d’os. Soudain, ils aperçurent un lac.

Les rives du lac étaient ensevelies sous d’innombrables ossements, dont la plupart était humain. C’était impossible de savoir depuis combien d’années ils se trouvaient là. L’aura de l’endroit était macabre et semblait également être remplie de la puanteur du sang.

En fait ce lac, était un lac de sang.

Tandis que Chu Yuyan approchait le lac, la surface auparavant calme se mit à onduler. Dès que les petites vagues commencèrent à se répandre, Meng Hao s’arrêta.

Le sang du visage de Chu Yuyan se vida, et son corps se mit à trembler. Un intense sentiment de danger la remplit, comme si quelque chose d’horrifiant existait dans le lac, et la regardait.

« Recule lentement, » dit Meng Hao doucement. Il se tenait un peu plus éloigné du lac. « Ne panique pas. Un pas à la fois. »

Tout en mordant la lèvre, Chu Yuyan recula lentement de plusieurs mètres. Le lac se mit à gronder, et un cri perçant put être entendu venant de l’intérieur. Chu Yuyan recula le plus vite possible.

Parmi le cri retentissant qui remplissait l’air, un autel vert foncé s’éleva soudain de l’intérieur du lac. Des vagues gonflaient à travers la surface du lac de sang. Des silhouettes apparurent depuis le sang. Il était difficile de dire lesquelles étaient mâles ou femelles, puisqu’elles n’avaient pas de peau, qu’une chair sanglante. Elles portaient l’autel vert foncé sur leurs épaules alors que ce dernier s’élevait du lac.

L’autel faisait plus de cent cinquante mètres de diamètre, et alors qu’il immergeait de la surface du lac, il émettait une lueur rouge-vert chétive. Sur l’autel se trouvait un trône en pierre, vraisemblablement fabriqué par la même pierre verte foncée que l’autel.

Assis sur le trône se trouvait un cadavre. Une aura mortelle flottait autour de ce dernier, et son visage était couvert par un masque. Le masque était blanc et monotone.

Les pupilles de Meng Hao se resserrèrent et il resta immobile. Chu Yuyan se tenait là, le visage pâle, peu disposée à bouger. Suffisamment de temps passa pour prendre environ dix souffles, puis l’autel en pierre commença à s’enfoncer. Une fois de plus, la surface sanglante du lac redevint calme, et tout redevint silencieux.

Meng Hao poussa un long soupir et recula lentement. Chu Yuyan fit de même. Lorsque les deux eurent reculé d’environ trois cent mètres, le sentiment de danger imminent dans leurs cœurs s’effaça lentement.

« Qu’est-ce que c’était que ça… » demanda Chu Yuyan, c’était les premiers mots qu’elle avait prononcé volontairement depuis des jours. Sa voix était faible et enrouée.

Meng Hao ne répondit pas. À la place, il se tourna et partit. Chu Yuyan hésita un moment, puis suivit silencieusement. Ils retournèrent à la paroi de la falaise, à un endroit où ils avaient découvert plutôt une grotte naturelle. À l’intérieur, Meng Hao s’assit en tailleur. Chu Yuyan se pencha en arrière contre la paroi de la grotte, ses bras enroulés autour de ses jambes. Elle regardait l’extérieur, hébétée.

Elle était une femme fière, mais ce qui venait de se passer, couplé avec la suppression de sa base de Cultivation et la présence de l’odieux Meng Hao, tout cela, remplit au fur et à mesure son cœur avec un désespoir pernicieux. Son seul espoir était que la Secte Sort Violet pourrait d’une manière ou d’une autre la retrouver ici.

Mais cet endroit était très étrange, et pouvait apparemment supprimer les bases de Cultivation. Très probablement, il supprimait également la marque de la Secte Sort Violet dans son corps, ce qui rendrait impossible pour eux de savoir où elle se trouvait.

Ses vêtements étaient déchirés et en lambeaux, et ne pouvaient même pas la couvrir correctement. Plus de la moitié de son corps était exposé, surtout lorsqu’elle s’asseyait dans cette position. La quasi-totalité de ses jambes était visible.

Le temps passa. Chaque fois qu’il semblait qu’un jour était passé, Meng Hao posait un rocher dans un petit tas à côté de lui. Il y en avait déjà huit. Selon ses calculs, huit jours étaient passés.

Leurs bases de Cultivation étaient verrouillées, empêchant toute énergie spirituelle de se disperser. Heureusement, ils n’avaient pas besoin de nourriture. Mais cet endroit n’avait pas d’énergie spirituelle, et si les choses continuaient ainsi, ils deviendraient de plus en plus affamés. Étant donné qu’ils étaient coincés dans un précipice perdu, ils avaient vraiment besoin d’énergie des Cieux et de la terre… sauf qu’il n’y en avait pas.

Au cours des huit jours, Meng Hao avait passé environ la moitié de son temps à faire tourner sa base de Cultivation, tentant de percer ce qui la bloquait. Au moins, il espérait pouvoir ouvrir sa sacoche spirituelle. Et pourtant, il n’expérimenta aucun succès.

Le reste du temps, il le passait à amener Chu Yuyan à chercher un moyen de sortie. Mais, ayant cherché l’endroit tant de fois, ils ne trouvèrent aucun sortie. La seule chose qu’ils découvrirent était qu’il semblait y avoir de nombreuses vipères qui rodaient dans les alentours.

« Je pense que cet endroit est un volcan inactif, » dit Chu Yuyan, « et pas qu’un trou dans la terre. » Elle était assise dans la petite grotte, en sondant l’extérieur du regard. Elle n’aimait pas avoir à coopérer avec Meng Hao, mais ne pouvait pas réfléchir à un moyen de sortir de cet endroit.

Meng Hao s’assit silencieusement à l’entrée de la grotte, regardant l’extérieur avec un froncement des sourcils.

Chu Yuyan le regarda, assis en tailleur, et puis laissa échapper, « Je dois changer mes vêtements ! » Le regard dans ses yeux était solennel et sincère, encore plus qu’il ne l’avait été depuis tout ce temps.

En dépit de son état hagard, ce regard pousserait un désir à fleurir dans le cœur de n’importe quel homme qui regardait sa beauté.

Meng Hao ferma les yeux. « J’en ai pas, » dit-il nonchalamment.

« T’en as dans ta sacoche spirituelle. » Ses vêtements étaient déchirés et souillés, relevant plus de la moitié de son corps. Davantage de ses sous-vêtements était maintenant visible. Sa chair avait l’air douce et souple. La moitié couverte, l’autre découverte, la vue d’elle était incroyablement séduisante.

Les yeux de Meng Hao s’ouvrirent brusquement, et il regarda Chu Yuyan froidement. Son regarda la balaya, sur son corps, sur ses courbes, et sur ses beaux traits. La plupart des hommes qui verraient quelque chose de semblable seraient immédiatement consumés par une chaleur brûlante.

Huit jours auparavant, il aurait été impossible pour Meng Hao d’apercevoir le corps de Yuyan, même s’il l’avait voulu. Et s’il avait vu, elle n’aurait jamais abandonné jusqu’à ce qu’il soit mort.

Mais maintenant… tandis que Meng Hao la regardait, la seule chose qu’elle fit fut d’inconsciemment couvrir sa poitrine. Elle n’avait aucun moyen de l’empêcher de la regarder.

« Tu as raison, » dit-il lentement. « J’ai en effet des vêtements dans ma sacoche spirituelle. Mais pour une raison quelconque, je suis incapable de l’ouvrir à cause du manque d’énergie spirituelle ici. »

« Je connais un moyen, » dit-elle doucement. « Il y a une façon d’ouvrir ta sacoche spirituelle et sortir des vêtements. »

Il la regarda nonchalamment, son visage toujours aussi calme, sans la moindre expression.

Chu Yuyan avait à la base assumé que dès qu’il entendrait ses mots, il lui demanderait pour plus de détails. Mais après avoir attendu pendant un long moment, elle put voir qu’il n’avait nullement l’intention de parler. Avec un air offusqué et froid, elle continua de parler.

« Ma méthode de Cultivation est le ‘Violet Qi de l’Est’ de la Secte Sort Violet’ 1. En fait, deux personnes peuvent pratiquer ce type de Cultivation ensemble. Bien que l’énergie spirituelle dans cet endroit soit supprimée, si je peux t’enseigner la méthode, et que nous travaillons ensemble, nous pourrions avoir une chance à succès. Ensuite, ta sacoche spirituelle pourra être ouverte. »

Il réfléchit pendant un moment, puis secoua la tête. « Je ne te crois pas. Explique-toi davantage. »

« Crois ce que tu veux, » rétorqua Chu Yuyan froidement tout en faisant la moue. « Si tu ne me crois pas, alors oublie. » Elle s’assit dans un coin reculé de la grotte. Lorsque Meng Hao lui jeta un coup d’œil, elle essaya inconsciemment de se couvrir. Elle lui lança un regard noir tout en couvrant ses jambes avec ses bras.

« Je n’ai pas beaucoup de vêtements, » dit-il calmement, « mais il y en a assez pour que tu puisses te couvrir. Si tu ne les veux pas, il n’y a pas de problème, laisse tomber. » Il ferma les yeux.

Une heure passa, pendant laquelle Chu Yuyan fit grincer ses belles dents. Elle ne pouvait vraiment pas tolérer d’être exposée de cette manière. Bientôt, elle ne serait plus du tout capable de se couvrir.

Grinçant des dents, elle dit, « J’ai perdu ma sacoche spirituelle dans le vent, je n’ai donc aucun moyen de l’essayer. Mais la méthode que je viens de mentionner devrait marcher. ‘Violet Qi de l’Est’ n’est pas une technique ordinaire. Elle a été transmise des Terres de l’Est. Si deux personnes pratiquent la technique ensemble, sa puissance peut ouvrir les voûtes des Cieux.  »

« Si tu as des doutes, je peux t’apprendre le premier mnémonique du ‘Violet Qi de l’Est’. Si tu peux le maîtriser, je te dirai alors le deuxième, et puis le troisième. Tu peux essayer d’ouvrir la sacoche. Tout ce dont j’ai besoin, ce sont des vêtements. »

Meng Hao ouvrit les yeux et la regarda. Son visage était placide, mais dans son cœur était un ricanement froid. Il avait vécu de nombreuses épreuves dans l’État de Zhao, et n’était plus le jeune ignorant qu’il était auparavant. Il était beaucoup plus machiavélique ; comment ne pouvait-il pas voir qu’elle essayait de mettre en place un piège pour lui ?

  1. Le nom de la technique ‘Violet Qi de l’Est’ est également un idiome chinois qui veut dire bonne fortune
Cet article comporte 8 commentaires
  1. OUAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Merci pour la chapitre a l’année prochaine pour la suite 😀
    nan sans déconner merci j’ai commencé a lire ce ln quand tu t’es arrêtés -_- donc j’avais les boules ça fait plaisir que tu le reprennes. (pour info la monster no scantrad traduit le manga)

  2. oh putain !!!!!!!!! OOOUUUIIIII merci merci merci, je suis trop heureux :’) merci pour votre boulot et faite que ça dure longtemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top