skip to Main Content
Menu

Chapitre 26.3 Si je te laisse, je n’aurais plus de femme !


Source : Version anglaise

Traduit par : SikGirl
Édité par : Mithestral, Zareik
Vérifié par : Kiriate


JOYAUX CÉLESTES – LIVRE 4 CHAPITRE 26-3


       ‘‘Bing’er, c’est quoi l’unité des Arcs Divins au juste ? Comment ça se fait que je n’en ai jamais entendu parler avant ?’’

‘‘Tu n’en as jamais entendu parler ?’’

‘‘Oui, vu que je n’ai jamais étudié dans un institut militaire, ou dans un institut de Maître de joyaux, alors non je n’en ai jamais entendu parler.’’

‘‘L’unité des Arcs Divins est une légende de notre Empire des Arcs Divins. En fait, dans le passé, notre pays n’était pas connu sous le nom d’Empire des Arcs Divins, et c’est seulement grâce aux exploits de l’Unité des Arcs Divins que notre nation a changé de nom.’’

‘‘Wow, ils sont si impressionnants ? Est-ce que ça veut dire qu’ils sont encore plus forts que mon père ?’’

‘‘Je ne suis pas certaine de cela, j’ai entendu dire qu’il n’y avait que quelques membres dans l’unité, mais que ce sont tous des archers hors pairs, et qu’ils ne peuvent être réquisitionnés que par sa Majesté. Dans le passé, notre pays s’est retrouvé plusieurs fois en difficulté et c’est seulement grâce à leur intervention, en tuant des personnages clefs des armées ennemies, que le cours de la bataille a basculé, nous sauvant tous. J’ai entendu dire que leur aptitude individuelle au combat n’était peut-être pas la plus élevée, mais que ce sont des assassins de génie que même les Maîtres de joyaux célestes doivent craindre.’’

‘‘À ce moment-là, l’Empire Kalise était au summum de sa puissance, et ils avaient sept Maîtres de joyaux célestes, alors que nous n’avions que le Général Zhou. Nous étions en grand danger, et nous risquions même l’annihilation alors que les armées de l’Empire Kalise étaient à nos portes. Toutefois, en une seule nuit, quatre de leurs plus puissants Maitres de joyaux célestes moururent des flèches de l’Unité des Arcs Divins. Les commandants de l’Empire et l ’Empereur paniquèrent et ordonnèrent à leur armée de se replier vers les frontières, et aujourd’hui, seize ans après, ils ne s’en sont toujours pas remis. On peut dire que ce sont les vétérans de l’Unité des Arcs Divins qui ont sauvé notre Empire. Si on est capable de passer l’examen et de rejoindre l’Unité des Arcs Divins, c’est un immense honneur qu’on se voit proposer’’

‘‘Ils sont si formidables ? Je veux vraiment les rencontrer maintenant !’’ s’exclama Zhou Weiqing, tout excité.

…..

Dix jours plus tard

Cité des Arcs Divins

Après dix jours de voyage rapide, Zhou Weiqing et Shangguan Bing’er arrivèrent enfin à nouveau dans la capitale : ‘‘Bing’er, où devons-nous aller pour trouver l’Unité des Arcs Divins ? Quand je suis parti, mon père ne m’a pas donné d’autre instruction.’’ Demanda Zhou Weiqing tout en regardant partout.

Ils étaient tout deux habillés de tenues en tissu ; même si Zhou Weiqing n’attirait pas l’attention avec son apparence honnête, la beauté de Shangguan Bing’er ne pouvait malheureusement pas être camouflée par ces vêtements simples, et de nombreuses personnes se retournaient après les avoir croisés. Heureusement, Zhou Weiqing réagit rapidement en lui donnant rapidement son chapeau d’archer pour lui couvrir le visage, réglant partiellement le problème. Shangguan Bing’er dit : ‘‘Le Général Zhou m’a donné une lettre, et il m’a dit de ne pas l’ouvrir avant d’avoir atteint la capitale.’’

Zhou Weiqing dit avec curiosité : ‘‘Bon, ouvrons-la alors. Oh au fait, est-ce que tu voudrais bien venir chez moi plus tard ? Ou devrais-je venir avec toi ?’’

Shangguan Bing’er sortit une lettre de son corsage, et elle rougit en entendant les mots de Zhou Weiqing : ‘‘Petit gros, non, nous sommes encore trop petits… peut-être quand nous reviendrons de notre entraînement avec l’unité des Arcs Divins.’’

Comme ils avaient voyagé ensemble dans les derniers jours, Shangguan Bing’er avait finalement commencé à accepter Zhou Weiqing. Toutefois, notre cher Petit Gros Zhou avait toujours l’impression que sa vie était une tragédie. Auparavant, Shangguan Bing’er avait toujours eu une attitude froide avec lui, et au moins, il n’avait pas osé avoir de pensées déplacées quant à ce qu’il pouvait lui faire. Cependant, maintenant qu’ils s’étaient rapprochés, avec son caractère, comment ne pouvait-il pas vouloir être intime avec elle. Hélas, Shangguan Bing’er refusait d’être trop intime avec lui à cause de son âge, et le maximum qu’elle pouvait accepter était de lui tenir la main, ou occasionnellement un rapide baiser. Le cœur de Zhou Weiqing se remplissant de désir, mais sans avoir d’autre choix.

Le regard pervers de Zhou Weiqing balaya le corps de Shangguan Bing’er de haut en bas, et il murmura pour lui-même : ‘‘Petit ? Je ne pense pas que c’est petit du tout ! C’est juste bien et parfait… humm… probablement 90 ou 95D à l’âge de 16 ans, il y a beaucoup de potentiel…’’

‘‘ZHOU…PETIT…GROS !’’ Shangguan Bing’er lui pinça l’oreille. ‘‘Qu’es-tu en train de dire ??’’

‘‘Ah ? Rien du tout ! J’étais en train de…uhh. Dire que tu n’étais pas si jeune, et que d’après…uhh … les règles de notre Empire, on peut se marier à 16 ans. Tu as déjà l’âge requis, et je suis… euhh… plus mature également !’’

Shangguan Bing’er rougit une fois encore et dit : ‘‘Être mature plus jeune ne rend pas la chose correcte. Petit gros, je ne suis pas prête. J’ai vécu avec ma mère depuis mon enfance, et nous dépendons beaucoup l’une de l’autre, et son tempérament n’est pas très bon… peux-tu attendre encore 2 ans de plus pour moi ?’’

Zhou Weiqing haussa les épaules : ‘‘Très bien, je suivrai les instructions de ma chère épouse.’’

Shangguan Bing’er leva les yeux au ciel, mais voyant qu’il l’écoutait, cela la mit de bonne humeur, et elle ne l’embêta pas plus sur le fait qu’il prenait encore une fois avantage de ses mots. Alors qu’elle ouvrit la lettre dans ses mains, elle vit qu’il n’y avait qu’une seule phrase d’écrite dessus : ‘‘Allez au premier niveau de l’Auberge Di Hao, et trouvez un alcoolique du nom de Luo Ke Di. Dites-lui ceci : ‘‘Je cherche Liu de l’incomparable Duo Liu.’’ Il vous emmènera à l’examen d’entrée de l’Unité des Arcs Divins.’’

Shangguan Bing’er passa la lettre à Zhou Weiqing pour qu’il la lise lui aussi et ils échangèrent un regard. L’auberge Di Hao était un point de repère assez connu dans la capitale, elle faisait cinq étages de haut et était l’une des auberges les plus grandes et les plus connues de la cité. Le plus intéressant à propos de cette auberge c’était qu’il convenait à tout le monde. Plus le service de l’auberge était de qualité, plus le prix était élevé. Les habitants de la capitale connaissaient donc naturellement l’endroit.

Shangguan Bing’er dit : ‘‘Je vais rentrer chez moi pour voir ma mère, rejoignons-nous demain à midi à l’extérieur de l’auberge Di Hua, ok ?’’

Zhou Weiqing ne pouvait pas supporter de la quitter, et s’accrocha à sa main.

Shangguan Bing’er lâcha un rire en disant : ‘‘Regarde-toi, tu as l’air ridicule.’’ Elle étira ses bras et lui fit un câlin, et juste alors qu’elle allait partir, son câlin lui fut retourné par Zhou Weiqing. Bien sûr, il n’osa pas aller trop loin et ne lui donna qu’un léger baiser sur le front.

Regardant Shangguan Bing’er disparaître au coin de la rue, Zhou Weiqing regagna ses esprits et retourna aussi chez lui.

La maison du Général Zhou était un manoir relativement petit avec une petite cour, la surface totale faisait moins de 1000m². Il n’y avait qu’une douzaine de serviteurs et aucun garde. S’ils ne le voyaient pas eux-mêmes, personne ne croirait que le commandant en chef de l’Empire des Arcs Divins avait une maison comme celle-là. Cependant, le Général Zhou disait que les soldats étaient formés pour se battre sur un champ de bataille et non pas travailler comme gardes.

Même l’Empereur Di Feng Ling avait conseillé au Général Zhou d’agrandir son manoir, mais il avait refusé. Le Général Zhou était l’une des personnes les plus respectées de tout l’Empire, non seulement parce qu’il était le plus puissant de l’Empire ou le commandant en chef des armées, mais aussi parce qu’il était un bon modèle à suivre. Avec un tel leader, comment les officiers de hauts rang oseraient-ils escroquer qui que ce soit ?

‘‘Maman, je suis à la maison !’’ Dès que Zhou Weiqing entra, il cria aussi fort que possible.

‘‘Petit garnement, tu connais encore le chemin de la maison ! As-tu entendu que ton père allait au front et c’est pour ça que tu es revenu en courant ? Allez, laisse maman te voir, est-ce que tu as mangé convenablement ? N’as-tu pas maigri ?’’ Dès que la voix de Zhou Weiqing s’était fait entendre, une voix lui répondit, mêlée d’excitation, d’amour et de colère. Une dame arriva depuis la cour intérieure ; c’était la femme du Général Zhou, la mère de Zhou Weiqing.

La mère de Zhou Weiqing, Ling Zihan n’était pas une grande beauté, mais pouvait probablement être considérée comme plus belle que la normale. Elle était une amie d’enfance du Général Zhou, et leur amour était fort. Même après que le Général Zhou soit devenu célèbre, et qu’il ait découvert que les méridiens de son fils étaient bloqués, il ne pouvait supporter que sa femme porte un autre enfant, témoignant de cette façon l’amour qu’il lui portait. C’est pourquoi il ne prit pas d’autre épouse.

‘‘Maman !!’’ Voyant sa mère, Zhou Weiqing ne put s’empêcher de sauter en avant et de lui faire un gros câlin.

Ling Zihan était originalement très fâchée contre lui pour avoir fui la maison, mais avec ce câlin, la majorité de sa colère s’envola. Levant sa main pour donner un petit coup sur la tête de Zhou Weiqing, elle le sermonna : ‘‘Petit vaurien, tu penses que tes ailes sont prêtes à s’ouvrir ? Tu as vraiment osé t’enfuir de la maison ? Humph, n’était-ce pas simplement toi qui as regardé la princesse prendre un bain, comment est-ce que ça pouvait être si grave ? Difuya, cette fille est ta fiancée, où est le problème si tu la regardes !? Va-t-elle en perdre une partie de viande ? Pourquoi t’es-tu enfui ?!’’ Si Shangguan Bing’er était là, elle aurait définitivement été choquée par la vaillance et l’intrépidité de Ling Zihan.

Zhou Weiqing dit d’un air abattu : ‘‘N’est-ce pas parce que Père était à la maison ? S’il n’avait pas été là, je ne me serais pas enfui.’’

Ling Zihan lui fit un froid Humph : ‘‘Il était à la maison, et alors ? Il peut te battre à mort ? Quand ton père te frappe c’est pour ton propre bien. Et à chaque fois qu’il te bat, n’es-tu pas complètement rempli d’énergie ? Même si tu n’es pas capable de cultiver l’énergie céleste, quand il te battait il a toujours utilisé de l’énergie céleste pour améliorer ta condition physique. Sans ça, si ce vieil homme te battait pour rien, je me serais moi-même occupée de lui !’’

Zhou Weiqing fixa sa mère d’un air ahuri. Il réalisait seulement maintenant les efforts que son père avait fait pour lui, même ses raclées n’étaient pas seulement pour le punir mais pour l’aider. Tout ce temps, même s’il savait que son père l’aimait, il avait toujours pensé que sa mère l’aimait plus. Mais maintenant, en écoutant les mots de sa mère, il réalisa soudainement que l’amour de son père n’était certainement pas moindre, même s’il ne l’avait jamais clairement exprimé. À ce moment, le choc soudain du contraste dans son cœur le laissa sans mot.

Juste à cet instant, une voix claire et enragée tonna depuis l’extérieur du manoir. ‘‘Zhou Weiqing ! Viens ici tout de suite !’’

La voix était extrêmement autoritaire, et fit peur à Zhou Weiqing. Même Ling Zihan à ses côtés fut surprise ; après tout, le jeune gamin venait juste de retourner à la maison, pourquoi quelqu’un pouvait-il venir le chercher ici si rapidement ? : ‘‘Mais que se passe-t-il ? Qui c’est, maudit gamin ?’’ Ling Zihan demanda curieusement.

La mémoire de Zhou Weiqing était extrêmement bonne, mais il ne trouvait aucune trace d’une telle voix dans sa mémoire, et dit avec une expression troublée : ‘‘Je ne sais pas non plus ! Laisse-moi aller voir.’’ Disant cela, il se précipita à l’extérieur.

Le manoir de la famille Zhou n’avait aucun garde et seulement quelques serviteurs, mais depuis les dizaines d’années que le manoir se tenait là, c’était la première fois que quelqu’un osait crier depuis l’extérieur du manoir du Général, avec un ton aussi énervé. Tous les servants dans le manoir en furent perplexes, se demandant qui avait autant de cran pour venir chercher des problèmes ici.

Le manoir de la famille Zhou avait ses portes normalement ouvertes, et avant que Zhou Weiqing ne puisse sortir, le propriétaire de la voix était déjà entré.

Il y avait deux personnes et en les voyant, le cœur de Zhou Weiqing se serra.

C’étaient deux femmes, la personne en arrière était celle qu’il venait de quitter moins d’une heure auparavant, Shangguan Bing’er. À ce moment, son visage trahissait son inquiétude, et ses mains étaient tenues par la femme devant elle, comme si elle avait été traînée de force jusque-là.

La femme tenant Shangguan Bing’er semblait avoir dans les 30 ans, et si la beauté de Shangguan Bing’er pouvait être décrite comme un bouton de fleur, alors cette dame était définitivement une fleur en plein milieu de son éclosion. Le genre de beauté frappante qui était généralement sans égale durant toute une génération, qui frappait les esprits. Même si son visage était vert de rage, Zhou Weiqing ne put s’empêcher de la fixer. Shangguan Bing’er et la dame avaient beaucoup en commun, et Zhou Weiqing eut peu de doutes sur son identité.

‘‘Qui est Zhou Weiqing ?’’ Demanda froidement la dame d’âge moyen, la respiration irrégulière tandis que son aura colérique semblait enflammer l’air autour d’elle.

‘‘Tante, comment allez-vous, je suis Zhou Weiqing.’’ Zhou Weiqing n’osa pas hésiter, et s’avança rapidement, la regardant avec d’une expression honnête.

‘‘Qui appelles-tu ta tante ? Tu es Zhou Weiqing ? Bien, je te cherchais. Est-ce que tu es prêt à prendre ta propre vie, ou tu veux que je le fasse personnellement ?’’ Quand la dame regarda Zhou Weiqing, il sentit un frisson parcourir sa colonne vertébrale, comme si son corps était percé par deux épées aiguisées.

‘‘Y a-t-il le besoin d’être si impitoyable… ?’’ Zhou Weiqing demanda, éberlué.


Cet article comporte 7 commentaires
  1. Merci pour le chapitre !

    « La mère de Zhou Weiqing, Ling Zihan n’était pas une grande beauté, mais pouvait probablement être considérée plus belle que la normale en termes de beauté »
    Je trouve que sa fait pas un trop de beauté/belle dans la même phrase non ? Peut être que sa passerait mieux simplement en enlevant le « en termes de beauté » à la fin ?

  2. Merci pour ce chapitre.

    Mithestral continue d’être actif sur Eden ?
    J’ai compris qu’il arrêtait Rebirth of the thief (que j’appréciais malheureusement ^^)
    mais il continue d’aider pour l’édit de JC ?

    1. Non, malheureusement, Mithestral ne continue plus d’être actif sur Eden, c’est juste qu’il avait déjà édité ce chapitre il y a une petite semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top