skip to Main Content
Menu

Chapitre 25.2 Arrivée du Général Zhou


Source : Version anglaise

Traduit par : SikGirl
Édité par : Zareik
Vérifié par : Kiriate


JOYAUX CÉLESTES – LIVRE 4 CHAPITRE 25-2


Le général Zhou sourit légèrement et dit : ‘‘Très bien, tu ne m’as pas déçu.’’

Shangguan Bing’er fut surprise et ne put s’empêcher de lever la tête pour le regarder.

Le Général Zhou se leva lentement et s’avança vers elle, souriant et disant : ‘‘Originellement, quand sa Majesté et moi avons discuté de cela, je l’ai fait avec l’objection de sa Majesté, t’entraînant dans le camp militaire. Sais-tu pourquoi j’ai fait cela ?’’

Shangguan Bing’er secoua la tête, confuse.

Le Général Zhou continua : ‘‘C’est parce que le camp d’une armée est la meilleure place pour tempérer une personne, et puisque tu as choisi d’être un soldat, alors tout doit partir du camp de l’armée. Seulement, une fois que nous en avons fait l’expérience nous-même, quand nous avons vu le sang couler, et vu les vies des soldats s’éteindre devant nos yeux, alors seulement là tu pourras connaître ton chemin, ce que tu veux atteindre comme objectif. Ta démission, je l’accepte. Dans le futur, quand tu retourneras au camp de l’armée, tu reprendras ton poste de commandant de bataillon. Et cette fois, je crois que tu ne me répéteras pas ces mots ‘je démissionne’.’’

Après avoir dit cela, le Général Zhou retourna à sa chaise de commandement et s’assit, disant d’une voix solennelle : ‘‘Shangguan Bing’er, vos ordres sont arrivés.’’

Shangguan Bing’er s’agenouilla sur un seul genou et dit : ‘‘Votre subordonnée est présente.’’

Le Général Zhou dit : ‘‘Permission accordée à Shangguan Bing’er d’être relevée de ses fonctions comme 3e commandant de bataillon du 5e régiment. La position de commandant de bataillon sera accordée à Xiao Ru Se. Demain matin, Shangguan Bing’er retournera à la cité des arcs divins, et fera son rapport à l’unité des Arcs Divins.’’

Entendant les trois mots ‘Unité des Arcs Divins’, Shangguan Bing’er en trembla un peu. Quand elle releva une fois encore la tête vers le Général Zhou, ses magnifiques yeux contenaient une intense joie. Le Général Zhou dit avec un sens caché profond dans ses yeux : ‘‘L’Unité des Arcs Divins est un endroit encore mieux pour tempérer une personne. Mais cette fois, tu ne pourras pas retourner en arrière. Comprends-tu ?’’

Les yeux remplis d’excitation et même de ferveur, Shangguan Bing’er dit : ‘‘Je comprends. Merci Général de me donner cette opportunité. Peu importe le prix que j’aurai à payer, je vais faire de mon mieux pour devenir un vrai membre de l’unité des Arcs Divins.’’

Le Général Zhou acquiesça et dit : ‘‘Très bien. Retourne plier tes bagages, tu pars demain matin.’’

‘‘Oui, monsieur.’’ Avec un acquiescement respectueux, Shangguan Bing’er se leva, lançant un regard vers le docile et soumis Zhou Weiqing prostré sur le côté avant de sortir de la tente.

Dès que Shangguan Bing’er sortit de la tente, le visage du Général Zhou vira au noir, plus noir que le fond d’une poêle en fonte. Regardant Gao Shen et Qian Zhan Tian sur les côtés il dit : ‘‘Vous pouvez vous retirer maintenant tous les deux. Sans ma permission, personne n’a le droit de m’interrompre.’’

Les deux officiers étaient considérés comme faisant partie des plus hauts gradés militairement de toute l’armée de l’Empire des Arcs Divins, mais ils n’hésitèrent pas une seule seconde avant d’obéir à l’ordre du Général, faisant une révérence et sortant immédiatement. À ce moment, il ne restait que trois personne dans la tente, le Général Zhou, Zhou Weiqing et Xiao Ru Se.

‘‘Maudit gamin, viens ici !’’ cria le Général Zhou.

‘‘Orh.’’ Zhou Weiqing se leva et s’avança avec une tête d’enterrement. Tandis qu’il passait à côté de Xiao Ru Se, il lui lança un rapide regard.

Xiao Ru Se lui fit un haussement d’épaule impuissant : petit Wei, dans l’armée, connaître une information et ne pas la rapporter est un crime capital. Si Oncle Zhou n’était pas venu, j’aurais pu te cacher, mais puisqu’il est venu personnellement, si je ne lui disais pas la vérité et qu’il t’arrivait quelque chose dans le futur, comment pourrais-je lui faire face ?

Juste alors que Zhou Weiqing allait dire quelque chose, le pied du Général Zhou arriva en volant sans avertissement. *BANG* Zhou Weiqing fut propulsé de cinq mètres, roulant sur le sol avant de rester couché là.

La mâchoire de Xiao Ru Se en tomba. Même si elle savait que le Général Zhou avait un tempérament de feu, elle n’aurait jamais imaginé qu’il serait aussi violent envers son fils.

‘‘Hein ?’’ Les yeux du Général Zhou montrèrent une touche de surprise. Quand il avait frappé Zhou Weiqing, au point d’impact, son pied avait senti une force douce et flexible transférant la force dans le néant.

Zhou Weiqing était étendu sur le sol, pleurant et disant : ‘‘Père, j’avais tort ! Après tout, je suis votre seul fils, pour le bien de mère, ne pouvez-vous pas frapper moins fort ?’’

Le Général Zhou dit froidement : ‘‘Tu sais encore qui est ta mère ? Elle a presque été fâchée à mort à cause de toi. Arrête de faire semblant et lève-toi.’’

Zhou Weiqing n’osa pas continuer sa mascarade en face de son père et se leva immédiatement, faisant tomber son chapeau d’archer sur le sol dans le même mouvement. Avec un regard de quelqu’un qui ne mérite pas ce qui lui arrive, il lança un rapide coup d’œil à son père. Devant l’apparence qu’il donnait, si similaire à un simple sac de frappe, rajoutée à son honnête et triste visage, même le cœur de Xiao Ru Se l’élança à ce moment.

C’était la première fois que Xiao Ru Se voyait le Général Zhou administrer une punition à Zhou Weiqing, et elle pensa : cette paire de père et fils vont vraiment ensemble, le père frappant son fils et l’envoyant cinq mètres plus loin et pourtant petit Wei n’a pas une égratignure.

‘‘Père laisse-moi une chance de t’expliquer ! Cette fois ce n’est vraiment pas de ma faute !’’ Alors que Zhou Weiqing disait cela, il se rapprocha de Xiao Ru Se. Si son père essayait encore de le frapper, il courrait se cacher derrière elle !

Le Général fit un geste vers le sol en face de lui : ‘‘Viens ici et agenouille-toi pour me donner tes explications.’’

Zhou Weiqing dit avec une expression d’excuse sur son visage : ‘‘Père, devant grande Sœur Ru Se, ne peux-tu pas me laisser un peu de dignité ?’’

Le général Zhou roula des yeux et le menaça du regard une fois encore : ‘‘Dignité ? Tu veux encore avoir de la dignité ? Tu penses que moi, ton Père, je vais te frapper au visage à la place ? Humph, laisse-moi te dire, petit vaurien, ton père, moi, ai un estomac rempli de rage accumulée, alors si tu me dis encore une fois n’importe quoi, je vais te battre jusqu’à ce que ta propre mère ne te reconnaisse plus !’’

Zhou Weiqing était habitué à se faire battre, et il n’eut d’autre choix que de s’accroupir, pensant intérieurement : si tu me bats jusqu’à ce que mère ne me reconnaisse plus, c’est elle qui va te battre !

‘‘Père, c’est arrivé comme ça. Ce jour-là, je suis allé dans la forêt étoilée pour prendre un bon bain. À l’endroit habituel où je prends un bain. Qui aurait cru que je rencontrerai la Princesse en train de prendre son propre bain à ce moment-là ! C’était vraiment juste une coïncidence ! Cette Difuya est juste trop arrogante et obstinée, elle n’a même pas écouté mes explications et a directement utilisé son joyau élémental pour m’attaquer, vous avez presque perdu votre fils à ce moment-là !’’

‘‘Alors tu es parti juste comme ça ?’’ Demanda froidement le général Zhou. En réalité, Difuya lui avait déjà dit la vérité sur ce qui était arrivé cette journée-là, car sachant la sévérité de son acte, elle n’avait pas osé lui cacher quoi que ce soit. C’est pourquoi il savait déjà ce qu’il s’était passé.

Si ce n’était à cause du fait que Zhou Weiqing n’était pas en tort, ce n’aurait pas seulement été un pied qui l’aurait accueilli. Avec le tempérament du Général Zhou, il aura battu Zhou Weiqing jusqu’à ce qu’il devienne un vrai petit gros Zhou. Non. Probablement qu’il serait devenu un Énorme gros Zhou.

Zhou Weiqing dit d’un ton affligé : ‘‘Comment ne pouvais-je pas courir ? Qui sait ce que Difuya aurait bien pu dire quand elle serait rentrée, et si elle me blâmait, avec votre tempérament, ne m’auriez-vous pas simplement brisé les jambes ? Pour le bien être de votre futur petit-fils, j’ai décidé de sauver d’abord ma vie, et j’ai donc décidé de m’en aller et de me faire un nom par moi-même. Quand je serais revenu, n’aurais-ce pas été quelque chose dont vous pourriez être fier ? Je suis simplement tombé sur le recrutement, alors j’ai signé pour me joindre à l’armée.’’

Regardant son père, il pensa pour lui-même : il semblerait que Xiao Ru Se ne lui a pas tout dit. Père ne sait pas que j’ai éveillé mes bracelets joyaux. Héhéhé.

Écoutant l’explication de son fils, l’expression du Général Zhou s’adoucit un peu. Il connaissait son propre tempérament, et en vérité, si Difuya avait menti et l’avait accusé, il n’aurait probablement pas aisément pardonné à Zhou Weiqing.

‘‘Alors, dis-moi, depuis que tu es entré dans le 3e bataillon, quel nom t’es-tu forgé pour toi-même ?’’ Le général Zhou dit passivement. Avant que Zhou Weiqing ne puisse ouvrir la bouche, Xiao Ru Se qui se tenait sur le côté lui répondit rapidement : ‘‘Oncle Zhou, la performance de petit Wei a été exemplaire. Non seulement a-t-il gagné la médaille de la meilleure recrue au tournoi des nouvelles recrues et obtenu le rang d’officier, mais il a aussi été personnellement nommé par le commandant Shangguan comme aide personnel. En plus, dans l’embuscade où le commandant Shangguan a été attaquée, ce sont ses flèches qui ont renversé la situation sur le champ de bataille et lui ont sauvé la vie. Si on ne parle que des crédits sur le champ de bataille, il pourrait déjà être promu comme Lieutenant !’’

Les mots de Xiao Ru Se adoucirent encore plus l’expression du Général Zhou et il avait déjà l’air beaucoup mieux alors qu’il dit d’une voix chaude : ‘‘Ru Se, ne dis-tu pas trop de bien de ce petit gamin ? Comment pourrais-je ne pas connaître ses standards, comment Bing’er aurait-elle eu besoin de son aide pour la sauver ?’’

Xiao Ru Se sourit faiblement et dit : ‘‘Oncle Zhou, je ferais mieux de laisser petit Wei le dire lui-même. Je suis certaine que vous serez agréablement surpris. Un érudit qui est parti pendant trois jours doit être regardé avec de nouveaux yeux. Le petit Wei de maintenant n’est plus le petit Wei d’avant.’’

‘‘Humm ?’’ Le Général Zhou regarda son fils, suspicieux.

Il n’avait jamais considéré que son fils puisse seulement devenir un Maître de joyaux célestes, car après tout, il connaissait mieux que personne la condition de son fils. Avec ses méridiens bloqués, il n’avait aucune possibilité de cultiver de l’énergie céleste. Le général Zhou avait passé plusieurs années et essayé bon nombre de méthodes, investissant beaucoup de temps et d’énergie pour essayer de changer la donne, mais même avec son niveau médian Zong, il n’avait rien pu faire pour soigner les méridiens de son fils. Rendu là, il avait presque perdu tout espoir à propos de cela.

‘‘Dire, dire quoi ?’’ Le Général Zhou dit froidement alors qu’il regarda son fils.

Cette fois, Zhou Weiqing se redressa et se tint droit, pensant : héhéhé, je peux finalement être fier devant mon père. Souriant il dit : ‘‘Père, votre fils est maintenant un Maître de joyaux céleste !’’ Alors qu’il disait cela, le petit vaurien tira ses manches en arrière et révéla ses deux poignets. Manipulant son énergie céleste, le joyau physique de jade blanc glaciale et son joyau élémental d’Alexandrite Œil de chat apparurent et commencèrent à tourner autour de ses poignets.

Voyant les bracelets entourant les poignets de Zhou Weiqing, le Général fut surpris. Puis, l’instant suivant, son visage tourna au noir et il cria : ‘‘Espèce de vaurien !’’

‘‘Ah ?’’ Zhou Weiqing ne comprenait pas pourquoi il se faisait crier dessus tout en pensant : mais que se passe-t-il ? Je suis enfin un Maître de joyaux céleste et je me fais engueuler ?

‘‘Espèce de… comment oses-tu prétendre être un Maître de joyaux céleste et essayer de me décevoir pour ne pas te faire punir ? En plus, tu prétends avoir un joyau d’œil de chat bleu, ne sais-tu pas comment faire semblant correctement ? Humph, rendre ton Père, moi, heureux pendant une minute, attend un peu que je te batte à mort !’’ Disant cela, le Général fit un pas en avant, ses deux mains s’avançant vers la tête de Zhou Weiqing.

En réalité, ce n’était pas étonnant qu’il ne croit pas Zhou Weiqing. Après tout, une idée préconçue avait préséance sur la plupart des gens, et qui plus est sur lui, quelqu’un ayant essayé toutes les méthodes possibles pendant plus de dix ans pour réparer les méridiens de son fils et échouant, c’était quelque chose qu’il ne fallait pas mentionner. Voilà pourquoi il pensa immédiatement que Zhou Weiqing mentait. De plus, c’était maintenant le jour, et l’œil de chat bleu était beaucoup trop unique, naturellement il n’aurait jamais pensé à une gemme aussi rare que l’Alexandrite Œil de chat.

Alors que sa paume furieuse s’abattait vers le bas avec une dose de force effrayante, lancé dans un moment de rage. Cependant, c’était après tout, son fils, et à mi-chemin, avant de le frapper, il réussit à dévier sa trajectoire, visant l’épaule de Zhou Weiqing à la place. Sinon, si sa paume touchait son visage, Zhou Weiqing deviendrait Zhou ‘sans dent’.

‘‘Wuu wuu’’ un son énervé résonna, et une jolie petite tête blanche sortit de l’armure de cuir de Zhou Weiqing, montrant ses crocs vers le Général Zhou. Bien sûr, Zhou Weiqing ne resta pas là pour prendre le coup cette fois, et avec un *swoosh*, sa jambe droite tapa contre le sol et son corps bondit en arrière de plusieurs mètres, évitant le coup.


Cet article comporte 4 commentaires
    1. Oui, SikGirl continuait de traduire de manière constante (2-3/semaine) et c’est juste que Zareik ne suivait plus trop au niveau de l’édit. Il s’y est donc mis dernièrement et a pu en enchaîner plusieurs ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top