skip to Main Content
Menu

Chapitre 25.1 Arrivée du Général Zhou


Source : Version anglaise

Traduit par : SikGirl
Édité par : Zareik
Vérifié par : Kiriate


JOYAUX CÉLESTES – LIVRE 4 CHAPITRE 25-1


‘‘Touche ta propre tête oui !’’ dit Shangguan Bing’er fâchée. ‘‘Et à propos de ce qui est arrivé hier ? Humph, si tu me laisses couper cette chose, je te donnerais une récompense.’’

Involontairement Zhou Weiqing serra les jambes et fit quelques pas en arrière, avec un air apeuré sur le visage : ‘‘Bing’er, ne sois pas si impulsive ! Pour ton futur bonheur… je vais oublier la récompense d’accord.’’

‘‘Humph, continue de faire semblant.’’ Shangguan Bing’er était autant amusée qu’agacée alors qu’elle regardait Zhou Weiqing. Et alors que les images des derniers jours flashaient une fois encore dans son esprit, son regard s’adoucit. Soudainement, un flash de lumière verte l’entoura, et Zhou Weiqing sentit une ombre passer devant ses yeux, avant qu’une figure douce lui fasse un léger câlin. Avant qu’il ne puisse réagir, la figure avait, d’un autre flash de lumière verte, disparut, avec le seul mouvement du rabat de la tente pour prouver que quelqu’un était là un instant plus tôt.

‘‘Haha…haha…’’ Zhou Weiqing se tint cois, riant tout seul, et il baissa la tête vers le petit tigre blanc dans ses bras et dit tout heureux : ‘‘T’as vu ça ? T’as vu ça ? ! Elle m’a pris dans ses bras, elle m’a fait un câlin volontairement ! Haha ! C’est si bien d’être moi !’’

Le petit tigre blanc roula des yeux comme s’il voulait dire : regarde-toi. Puis il l’ignora et se replaça dans ses bras pour dormir.

…..

En un clin d’œil, quinze jours étaient déjà passés. Il ne semblait pas y avoir de représailles de la part de l’Empire Kalise pour l’attaque surprise qu’ils avaient lancée, et les seules batailles entre les deux côtés étaient les petites escarmouches comme d’habitude.

Durant ces deux semaines, Shangguan Bing’er passa son temps seule, à cultiver. Mis à part pour prendre ses trois repas par jour, elle ne quittait jamais sa tente. Zhou Weiqing passa aussi la plupart de son temps dans sa tente, à s’entraîner pendant cette période. En plus de cultiver son énergie céleste, il passait de longs moments à se rappeler les sentiments qu’il avait ressentis durant son changement démoniaque, et la manière dont il avait tué les sabres-loups, essayant d’explorer une meilleure façon d’utiliser ses compétences et d’obtenir une meilleure cohésion avec ses différents alignements. Avec son taux de récupération d’énergie céleste rapide, il était capable de combiner plusieurs compétences de bases ensembles.

Le plus étrange pour Zhou Weiqing fut que durant ces quinze jours, le petit tigre refusa de manger quoi que ce soit. Au départ, il en fut alarmé, et essaya même de le forcer, mais alors que le temps passait, cette petite chose semblait rester pleine de vie et de vigueur, et ne semblait pas le moins du monde affamé ou sans force. Zhou Weiqing qui était normalement assez décontracté, mit cela sur le compte du pouvoir d’une bête céleste et ne s’en occupa plus après cela.

Dans la soirée.

‘‘Petit Wei, tu es là ?’’ La voix familière de Xiao Ruse résonna à l’extérieur de la tente. Zhou Weiqing était capable d’arrêter sa cultivation à n’importe quel moment, puisque ses cinq cyclones d’énergies continuaient d’absorber de l’énergie à tout moment, et quand il cultivait, cela voulait simplement dire qu’il se concentrait pour les faire tourner plus rapidement et absorber plus d’énergie. C’est pourquoi il pouvait faire cela en étant assis ou couché, sans aucun changement d’efficacité. Naturellement la plupart du temps il choisissait de se coucher, même si occasionnellement, il s’endormait à cause de cela.

Entendant la voix de Xiao Ru Se à l’extérieur, il s’arrêta de cultiver et l’appela : ‘‘Grande sœur Ru Se, je suis là, entre.’’

Xiao Ru Se entra, vêtue de son uniforme militaire complet, ayant l’air extrêmement vaillante et capable. Durant les derniers jours, alors que Shangguan Bing’er et Zhou Weiqing cultivaient sans soucis, elle avait travaillé dur pour organiser les troupes, les entraîner, et répartir les nouvelles recrues entre leurs différentes escouades et compagnies. Maintenant qu’elle était entrée, Zhou Weiqing pouvait clairement voir la dignité et l’aura d’un soldat compétent émaner d’elle.

‘‘Aïe’’ Zhou Weiqing lança un regard vers le plastron de Xiao Ru Se et il laissa échapper un léger soupir.

Comment Xiao Ru Se ne pouvait-elle pas savoir à quoi ce vaurien pensait, et elle dit donc immédiatement fâchée : ‘‘Stupide petit Wei, mais qu’est-ce que tu regardes ?’’

Zhou Weiqing la regarda avec une expression innocente sur le visage, et dit : ‘‘Mais rien ! Qu’est-ce que je regardais ?’’ Agir sans gêne était après tout l’un de ses meilleurs atouts.

Xiao Ru Se lui fit un fort *Humph* comme réponse et dit : ‘‘Espèce de vaurien qui pue, suis-moi. Je dois encore appeler Shangguan Bing’er.’’

Zhou Weiqing dit paresseusement : ‘‘Qu’allons nous faire ?’’

L’expression de Xiao Ru Se devint bizarre et elle sourit de toutes ses dents en disant : ‘‘Contente-toi juste de venir avec moi et tu vas le savoir. Le campement général a envoyé les ordres à propos de Shangguan Bing’er, tu ne veux pas les entendre ? Grande sœur va t’amener avec elle, après tout, tu es son aide personnel.’’

Entendant les mots de Xiao Ru Se, l’intérêt de Zhou Weiqing fut réveillé. Après tout, il avait dit à Shangguan Bing’er que peu importe ce qu’elle ferait, il la suivrait. Toutefois, c’était l’armée, et les ordres se devaient d’être suivis. Naturellement, plus tôt il connaîtrait les ordres qu’elle recevrait, plus facile ce serait de planifier la suite. Ainsi, il cacha donc le petit tigre blanc dans son armure de cuir et suivit Xiao Ru Se hors de la tente.

Xiao Ru Se alla immédiatement à la tente d’à côté pour appeler Shangguan Bing’er, avant de les emmener vers la grande tente qui servait de base au 5e régiment.

Après avoir fait quelques pas, Zhou Weiqing vit que Shangguan Bing’er avait la tête baissée, et que son expression était pâle. Il la poussa légèrement de l’épaule et lui demanda doucement : ‘‘Bing’er, qu’est-ce qu’il y a ? À quoi tu penses ?’’

Shangguan Bing’er soupira légèrement et dit : ‘‘Petit gros, Sa Majesté et le Général m’ont tant fait confiance, et ils m’ont donné la position de commandant de Bataillon… mais je les ai déçus, et j’ai même démissionné de mon poste de ma propre volonté…’’

Zhou Weiqing dit d’un ton imposant : ‘‘Ne déprime pas, ce n’est pas de ta faute, c’est clairement eux qui ont fait une erreur de jugement, avec ta nature si douce et gentille, tu n’as jamais été faite pour diriger une armée. Humph, un jeune Maître de joyaux céleste si talentueux et il ne te laisse même pas cultiver proprement, insistant pour t’envoyer à l’armée à la place. Comment pourraient-ils te blâmer ?’’

Shangguan Bing’er sauta presque de surprise et lui couvrit rapidement la bouche d’une main, lançant un rapide regard vers Xiao Ru Se, devant eux : ‘‘Petit gros, ne dit pas n’importe quoi. Comment peux-tu parler en mal de sa Majesté et du Général Zhou ? En plus, c’est de ma propre faute.’’

Zhou Weiqing saisit sa chance et lui prit la main, la serrant fort et disant : ‘‘Héhé, ça n’a pas d’importance. De toute façon, peu importe les ordres, je te suis.’’

Xiao Ru Se qui était devant eux se retourna pour leur lancer un regard, un intéressant petit sourire sur le visage. Shangguan Bing’er fut horrifié par les actions intimes de Zhou Weiqing, ils étaient après tout dans le camp de l’armée ! Elle retira rapidement sa main des siennes et lui lança un regard fâché : ‘‘Tu es mon aide personnel maintenant, tiens-toi bien !’’

Pendant le court instant où ils s’étaient parlés, ils avaient déjà atteint la tente principale de l’armée. C’était la première fois que Zhou Weiqing entrait dans une tente avec un rang aussi élevé, elle était grande et était entièrement faite de cuir de vache, avec une structure d’acier pour la maintenir en place. Elle était assez large pour contenir un rassemblement de plus de cent personnes.

Alors que le rabat de la tente s’ouvrait, Xiao Ru Se s’arrêta et dit d’une voix forte : ‘‘3e bataillon, Xiao Ru Se, au rapport.’’

‘‘3e bataillon, Shangguan Bing’er, au rapport.’’

Les entendant parler aussi fort, Zhou Weiqing lança un rapide regard à l’intérieur de la tente, et ce regard lui fit assez peur pour que son âme s’enfuie.

Au milieu de la tente était assis un homme qui était très bien bâti, et qui donnait l’air d’avoir une cinquantaine d’année. Ses muscles bronzés semblaient briller de santé, il avait un visage carré, une paire d’yeux perçants et un nez droit. Même s’il était assis, il était clair qu’il était large d’épaules, ses muscles durs comme de la roche ressortait en dessous de son habit noir, et ses yeux étaient remplis de volonté.

Ce visage, Zhou Weiqing l’avait vu de nombreuses fois. N’était-ce pas son extrême et puissant père, le plus puissant homme de l’Empire des Arcs Divins, Zhou Shui Niu, le Général Zhou ?

De chaque côté du Général Zhou, se tenaient respectueusement le commandant du 5e régiment Gao Shen et le Vice-commandant Qian Zhan Tian. Présentement, les deux ne semblaient pas être des officiers de haut rang qui commandaient un régiment entier comme c’était pourtant le cas, alors qu’ils se tenaient là, avec respect.

‘‘Entrez.’’ La voix profonde du Général Zhou sonna.

Le cœur de Zhou Weiqing se remplit de regret alors qu’il lançait un rapide regard vers Xiao Ru Se, pensant intérieurement : Grande Sœur Ru Se, cette fois tu m’as mise dans le pétrin ! Une fois que mon père m’aura, je vais me faire tabasser !

Ce petit vaurien était rapide d’esprit et bougea immédiatement sur le côté, baissant la tête et ajustant son chapeau d’archer. Son plan était de se fondre dans la masse des gardes en espérant que son père ne le reconnaisse pas.

Xiao Ru Se pouvait naturellement voir ce que pensait Zhou Weiqing, et soupira intérieurement tout en pensant : Désolé petit Wei, ce n’est pas que ta grande sœur ne veut pas t’aider, mais Oncle Zhou n’a que toi, son seul fils. S’il n’était pas venu personnellement, j’aurais pu continuer à te cacher et ne le dire à personne, mais maintenant qu’il est là, comment pourrais-je le lui cacher ? En plus, toi et Shangguan Bing’er êtes trop impulsif, osant même vous faufiler jusqu’à l’Empire Kalise. Vous pensiez que personne ne le savait ? Une de leur dix principales tentes de stockage de grains a brûlé, comment une telle calamité ne pourrait-elle pas être connue ?

Il semblerait que cette nuit-là, quand Zhou Weiqing avait lâché la flèche explosive d’électricité de son Arc Suprême, elle s’était directement abattue sur l’un des dix principaux greniers de l’Empire Kalise, et une grande partie des rations de leur armée avait été détruite à cause du feu résultant de l’explosion. Les éclaireurs et les espions de l’Empire des Arcs Divins avaient rapporté ces nouvelles depuis longtemps au camp principal. Après avoir rapidement vérifié quels Maîtres de joyaux avaient quitté leur tente, il avait été facile de découvrir les ‘coupables’. Bien sûr, c’était encore plus facile pour Xiao Ru Se de savoir que Shangguan Bing’er n’avait pas fait cela toute seule.

Xiao Ru Se et Shangguan Bing’er entendirent le commandement du Général Zhou et entrèrent immédiatement dans la tente. En même temps, Zhou Weiqing essaya de se faufiler sur le côté. Il réussit à le faire et cru même avoir gagné, et respira donc calmement, soulagé. Il était même sur le point de se retourner pour s’enfuir. À ce moment précis, la voix fâchée du Général Zhou tonna une fois encore : ‘‘Espèce de maudit gamin, tu ferais mieux de revenir ici et maintenant ! Ne fais pas en sorte que moi, ton Père, je doive aller t’attraper moi-même.’’

Zhou Weiqing se figea sur place, et il sut avec certitude que Xiao Ru Se l’avait dénoncé. Il ne pouvait plus se cacher maintenant, avec son père aussi proche, comment pourrait-il s’échapper ? Frissonnant un peu intérieurement, il baissa la tête et entra dans la tente.

Xiao Ru Se savait naturellement ce qu’il se passait, et n’en fut pas surprise du tout, mais Shangguan Bing’er en fut choquée. Si ce n’était à cause du fait que le Général Zhou était là, elle se serait précipité sur Zhou Weiqing pour lui demander ce qu’il se passait ?

Le Général Zhou ne lança même pas un regard vers Zhou Weiqing et dit froidement : ‘‘Va te prosterner dans un coin. Quand j’en aurais fini avec les choses importantes, je m’occuperai de toi.’’

Peu importe à quel point Zhou Weiqing était réticent et consterné, il n’eut d’autre choix que d’aller sur le côté et de s’agenouiller là, à côté de son père, la tête baissée et son chapeau cachant son expression.

Le général Zhou se tourna vers Shangguan Bing’er, son ton devenant instantanément plus doux : ‘‘Bing’er dis-moi, pourquoi tu ne veux plus être un commandant de bataillon ?’’

Shangguan Bing’er baissa la tête et dit : ‘‘Général, Bing’er n’a pas les capacités et ses connaissances sont si maigres, je n’ai jamais appris à diriger des troupes, et je ne pense pas pouvoir prendre la responsabilité d’une telle tâche. Je n’ai pas peur de mourir en tant que soldat, et je suis prête à me battre et mourir sur le champ de bataille. Mais je ne peux pas tolérer de voir mes compagnons mourir parce que je n’ai pas su les diriger correctement. Alors, s’il vous plaît Général, libérez-moi de mon poste. Le Lieutenant Xiao est bien plus compétent que moi pour occuper cette place.’’


Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top