skip to Main Content
Menu

Chapitre 19.1 La jambe droite démoniaque


Source : Version anglaise

Traduit par : SikGirl
Édité par : Zareik
Vérifié par : Kiriate


JOYAUX CÉLESTES – LIVRE 3 CHAPITRE 19-1


Une froide lumière passa dans les yeux de Zhou Weiqing et il dit : ‘‘Ce n’est pas quelque chose que l’on peut changer. Pris entre ces deux gros Empires, nous n’avons aucune échappatoire. Peut-être que les autres peuvent s’enfuir, mais moi et grande sœur ne le pourrons jamais. Parrain est un bon roi, et il a fait beaucoup pour faire progresser notre gouvernement et notre pays. Hélas, notre puissance est trop limitée et si faible. Nous ne pouvons qu’y aller un pas à la fois et faire de notre mieux.’’

Xiao Se sourit faiblement et acquiesça d’un air satisfait : ‘‘C’est bien que tu penses comme cela, cela rend ta grande sœur heureuse. Petit Wei, nous sommes seuls maintenant, juste nous deux, frère et sœur. Même si tu es encore jeune, il y a des mots que je dois te rappeler.’’

‘‘Quels mots ?’’ Demanda Zhou Weiqing.

Xiao Ru Se le regarda solennellement : ‘‘Si un jour, la guerre devient trop désavantageuse pour nous, tout le monde peut mourir pour notre pays, mais toi, tu ne peux pas.’’

Zhou Weiqing fut surpris : ‘‘Hein, pourquoi ?’’

Les beaux yeux de Xiao Ru Se se fermèrent légèrement : ‘‘Il n’y a de l’espoir que tant que nous sommes en vie. Tu es différent des autres. Tu es le neveu de sa majesté, et le seul fils du Général Zhou. Tu as le pouvoir de rallier l’Empire comme personne d’autre. Plus important encore, tu es un Maître de joyaux céleste, quelqu’un avec un potentiel et un talent infini. J’ai aussi entendu parler de l’Alexandrite Œil de chat, et c’est quelque chose qui n’existe que dans les légendes, un incomparable et formidable joyau élémental. Je pense que tant qu’on te laissera suffisamment de temps, un jour, tu seras capable de changer le cours des choses. Ne crois pas que ta grande sœur raconte des âneries. Ta cultivation est peut-être actuellement faible et basse, et tu ne comprends peut-être pas à quel point les Maîtres de joyaux Célestes peuvent être terrifiant. Mais les Maîtres de joyaux célestes ont toujours fait une forte impression sur le continent, le plus récent étant il y a environ 15 ans. Un formidable Maître de joyaux célestes, pour sa bien-aimée, a chargé seul dans l’Empire Wan Shou. Sur son chemin, sur chaque route qu’il a prise, sur chaque place qu’il a visitée, il a tué tous ceux qui lui barraient la route. Quand il est finalement arrivé dans la capitale de l’Empire Wan Shou, il avait déjà tué plus de mille Maîtres de joyaux et bêtes célestes de l’Empire. Finalement, quand il arriva en face de l’Empereur de l’Empire Wan Shou, il apprit que sa bien-aimée n’avait pas été enlevée par eux, et est reparti sans que personne ne puisse l’arrêter. À ce moment–là, outre l’Empereur, il y avait plus de 100 Maîtres de joyaux physique et élémentaux de niveau Zong, et plus de 30 puissants Maîtres de joyaux célestes de niveau Zong, et pourtant personne n’a pu l’arrêter. On dit que cet homme avait un ensemble de 11 bracelets joyaux.’’

Tout en racontant cette histoire, les yeux de Xiao Ru Se brillaient d’un regard captivé et charmé, peut-être même un peu adorateur : ‘‘Petit Wei, je pense que ton talent est certainement comparable à celui de ce Maître, et tu pourrais même le surpasser. Si un jour, tu peux cultiver jusqu’à un tel niveau, qui oserait toucher à notre Empire des Arcs Divins ? Même si l’Empire se trouvait en crise, tu serais capable de retourner la situation à ce moment-là. Je crois que tu peux faire encore mieux qu’oncle Zhou dans le futur. Promets à ta grande Sœur que peu importe ce qui arrivera dans le futur, tu resteras toujours calme.’’

Zhou Weiqing acquiesça silencieusement. Pour la première fois depuis qu’il était né, il sentait une certaine pression peser sur ses épaules. Ce poids était placé là car ses bracelets joyaux s’étaient éveillés, mais il n’en reculerait pas ni ne s’enfuirait. Son tempérament naturel était d’être libre et insouciant, mais au plus profond de ses os, il restait aussi obstiné que son père, le Général Zhou.

Xiao Ru Se lui fit un sourire et dit : ‘‘Stupide, détends-toi. Grande sœur ne faisait que te parler de la pire situation possible. Avec oncle Zhou aux alentours, on n’arrivera pas tout de suite à cette situation. De toute façon, je m’écarte du sujet. Que veux-tu faire avec Shangguan Bing’er ? N’oublie pas que dans l’Empire des arcs divins, il reste Difuya.’’

Zhou Weiqing retroussa ses lèvres et dit : ‘‘Difuya ? Oublie-la. Cette fille, je ne suis même pas capable de l’apprécier ne serait-ce qu’un peu. Si ce n’était pas grâce à l’apparition de la Perle noire, je serais déjà mort par sa faute. Quand j’ai quitté la maison, n’ai-je pas laissé une note à mon père ? Il ne devrait pas y avoir de problème.’’

Xiao Ru Se gloussa et dit : ‘‘Tu rêves. Ton père va peut-être accepter sans problème, mais que penses-tu de Sa Majesté ? Sais-tu combien de fois oncle Zhou a accompagné sa Majesté dans des moments dangereux, combien de fois il a risqué sa vie pour le sauver ? Même si tu n’étais pas le talentueux Maître de joyaux céleste que tu es maintenant, tu restes le même qu’auparavant, et sa Majesté va toujours forcer Difuya à se marier avec toi. Les rois ne disent pas les choses à la légère après tout.’’

Le visage de Zhou Weiqing se décomposa immédiatement et il s’exclama : ‘‘Mais que puis-je faire alors ? Grande sœur, tu dois m’aider à trouver une solution ! Je ne veux pas avoir à souffrir tous les jours à cause de Difuya, cette fière petite fille avec les yeux au-dessus de sa tête, non ?’’

Xiao Ru Se lui donna un froid *Humph* : ‘‘Les idées ne sont pas gratuites tu sais, ne devrais-je pas avoir une récompense ?’’

Zhou Weiqing sourit et dit : ‘‘Héhé, grande sœur, si tu essaies de me voler, tu as choisi la mauvaise personne. Ce petit frère est complètement fauché.’’

Xiao Ru Se dit : ‘‘Je ne veux pas de ton argent. Petit Wei, que dis-tu de cela, si tu acceptes une condition de ma part, je te donnerais des conseils ?’’

Zhou Weiqing regarda d’un air taquin le beau visage de Xiao RU Se : ‘‘Te donner un autre baiser ? Aucun problème !’’

‘‘Bah, tu veux recevoir une autre raclée ? Sois sérieux un instant ! Tu dois me promettre, que si un jour tu deviens le pilier de notre Empire, tu dois m’aider à devenir le premier ministre.’’

Zhou Weiqing la regarda d’un air totalement ahuri. Il n’aurait jamais pensé que la condition que demanderait Xiao Ru Se serait celle-ci, et il en fut stupéfait l’espace d’un instant : ‘‘Grande sœur, tu vois les choses en grand ! Tu désires vraiment monter dans les rangs !’’

Xiao Ru Se lui redonna un froid *Humph* et dit : ‘‘Comment un jeune morveux comme toi pourrait-il comprendre ? Je veux juste prouver que ce que les hommes peuvent faire, les femmes peuvent le faire aussi bien. Je veux laisser les hommes de ce monde voir la force des femmes. De quel droit les femmes devraient-elles rester à la maison pour s’occuper des tâches ménagères, pour ne faire qu’assister leur mari et enseigner aux enfants ? Pourquoi seuls les hommes peuvent-ils avoir du pouvoir et de l’influence ? Mon but ultime est d’utiliser mes propres compétences et mon propre pouvoir pour me tenir au-dessus des hommes aussi.’’

Zhou Weiqing la soutint d’un signe du pouce et dit : ‘‘Maintenant je comprends le sens des mots ‘La coiffure des femmes n’est pas donnée aux hommes.’ Grande sœur, je te supporte de tout mon cœur ! Par contre, si tu te maries dans le futur, tu n’auras pas beaucoup de pression ?’’

Xiao Ru Se lui re-redonna un froid *Humph* : ‘‘Quand j’ai commencé à m’entraîner au tir à l’arc, je me suis déjà fait la promesse que je ne me marierais pas de toute ma vie. Pourquoi devrais-je perdre de l’énergie avec les hommes ? J’ai plusieurs choses que je veux accomplir. Au pire, je trouverais un homme pour avoir un enfant avec lui et ensuite je le virerai !’’

Zhou Weiqing cligna des yeux : ‘‘Grande sœur, que dis-tu de cela ? Au lieu de donner l’avantage à d’autre, pourquoi ne pas me le donner ? Après tout, nous sommes proches. Pouvoir faire de mauvaises choses sans en prendre la responsabilité, c’est ce que je préfère ! Hé hé !’’

‘‘Dégage !’’

…..

Le matin suivant, l’aube venait juste de se lever, mais le camp militaire à l’extérieur de la cité des arcs divins qui était là depuis plusieurs mois déjà s’était volatilisé silencieusement. Lorsque le soleil finit par se lever complètement, la terre à l’extérieur des portes de la cité était retournée à son état original. Sous le commandement du 5e régiment, le 3e commandant de bataillon, Shangguan Bing’er, le camp complet de 3000 soldats, ainsi qu’un nombre impressionnant de bagages militaires et de rations, en plus de l’approximativement 5000 chariots à bagages, se dirigeait vers le sud, vers la frontière avec l’Empire Kalise.

Avoir un nombre aussi important de chariots était nécessaire. Pour le dire simplement, en guerre, il était normal d’avoir un ratio de 1 :1 avec le personnel de support de l’armée. Pour les branches d’élite comme l’infanterie lourde, ils nécessitaient presque 2 personnes de supports pour chaque soldat, tandis que la cavalerie lourde pouvait même avoir besoin de plus de 4 personnes en supports pour assister chaque cavalier. Ce n’était qu’avec ce ratio de personnes que ces élites pouvaient démontrer leur force maximum sur le champ de bataille. C’était aussi une des raisons pour laquelle de telles troupes d’élite coûtaient autant à entretenir.


Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top