skip to Main Content
Menu

Chapitre 11.1 Empire Fei Li, Cité de la colline volante


Source : Version anglaise

Traduit par : SikGirl
Édité par : Yihomi et Zareik
Vérifié par : Kiriate


JOYAUX CÉLESTES – LIVRE 2 CHAPITRE 11-1


            Les magnifiques yeux de Shangguan Bing’er se remplirent immédiatement de prudence, car son expérience avec ce vaurien lui disait que lorsqu’il agissait proprement, cela voulait justement dire qu’il cachait quelque chose. ‘‘Mange autant que tu veux, si tu manges jusqu’à en mourir, tu n’auras que ce que tu mérites !’’

Étonnamment, Zhou Weiqing ne s’obstina pas. Il se trouva plutôt un coin spacieux, arrachant les herbes folles sur le sol pour dégager un espace d’un peu moins de deux mètres de largeur, avant de poser les feuilles et les pousses de bambous sur le sol. Puis, il retourna dans la forêt, et après quelque temps, il réussit à trouver du bois sec et de fines lianes.

Shangguan Bing’er remarqua que les mains de Zhou Weiqing étaient très agiles, et avec ses dix doigts et quelques mouvements rapides, les lianes et le bois mort formaient maintenant un simple trépied, bien fixé au sol. Les grosses et épaisses feuilles dans ses mains semblèrent bouger de haut en bas. Elle n’eut pas le temps de réussir à voir correctement ce qu’il faisait avant qu’un petit pot apparaisse devant ses yeux, formé desdites feuilles et entouré de 4 fines lianes, avant de l’accrocher sur le trépied.

Du début à la fin, Zhou Weiqing n’avait eu besoin que de quelques minutes, et ses mouvements rapides démontraient son habitude, indiquant que ce n’était clairement pas la première fois qu’il faisait cela. Après cela, il commença à séparer en deux les pousses de bambous au-dessus du petit pot, et le bruit clair d’un liquide se versant put se faire entendre, car étonnamment l’intérieur des pousses de bambous était en fait une cavité creuse, occupé par un liquide clair. Après avoir séparé plusieurs pousses, le pot de feuilles se remplit de liquide mais encore plus mystérieusement, rien ne s’écoula hors du pot.

Zhou Weiqing empila le surplus de bois mort en dessous du pot, et fouilla dans son sac pour en sortir une pierre et un silex. Il fit rapidement apparaître une flamme, qui devient graduellement plus grosse, le bois brûlant émettant des sons de craquement, réchauffant déjà le pot de feuille.

Shangguan Bing’er s’est inconsciemment rapprochée de Zhou Weiqing tandis qu’il faisait tout cela et ne put s’empêcher de lui demander : ‘‘Le pot en feuille ne va-t-il pas brûler et se détruire ?’’

Entendant une si rare occasion où sa voix n’était pas froide et glaciale, Zhou Weiqing en fut secrètement ravi intérieurement. ‘‘Bien sûr que non, parce qu’il y a de l’eau à l’intérieur.’’ Ses mains ne s’étaient jamais arrêtées de bouger alors qu’il parlait et il sortit un petit couteau de son sac, sa main gauche prenant une des pousses de bambou qu’il avait séparé juste avant, coupant la couche extérieure avant de les lancer une couche à la fois dans le pot. Après avoir répété cette action pendant un temps, plusieurs pousses de bambous aussi épaisses que les bras d’un bébé se retrouvèrent maintenant en petits morceaux dans le pot, et au même moment, l’eau dans le pot de feuille commença à bouillir, timing parfait.

Shangguan Bing’er s’était encore une fois inconsciemment rapprochée de Zhou Weiqing et était maintenant accroupie à ses côtés, le regardant compléter tout cela, son regard devenant aussi plus doux. Un homme qui savait cuisiner allait généralement être plus facilement capable de donner un sentiment de doux réconfort aux femmes. En plus, Shangguan Bing’er préférait la nourriture légère, et cette soupe de bambou lui était donc beaucoup plus attractive qu’un repas de viande.

Zhou Weiqing claqua dans ses mains avant de refermer son petit couteau et de dire avec un sourire : ‘‘Ce bambou est l’unique spécialité locale de notre Forêt étoilée et peut seulement être trouvé ici. Peu de gens savent cela, parce que ces pousses ne grandissent que sous la protection des arbres étoilés, et absorbent la rosée du matin dans leur milieu creux, qui devient extrêmement sucrée et goûteuse. J’appelle cette soupe « la révélation des pousses de bambous », et c’est vraiment délicieux, spécialement quand c’est cuit dans son propre jus, et c’est cela qui garde le mieux son goût d’origine. Ils peuvent être mangés après avoir été bouillis un petit moment, et juste un peu de sel fera l’affaire.’’

Après tout, il avait déjà été lancé dans la nature par son Général de père pour une question d’entraînement de survie, et que ce soit la jungle, le désert ou même des chaînes de montagnes, il avait fait l’expérience de tous ces environnements. Depuis l’âge de 10 ans, lui qui était connu comme un bon à rien par les autres, avait déjà vécu une vie de souffrance. Alors trouver de la nourriture dans sa chère Forêt étoilée ne lui était que trop facile.

La soupe de pousses de bambous dans le pot en feuilles produisit de petites bulles d’air, et une légère fragrance flotta dans l’air, l’odeur accentuant l’appétit de tous ceux qui la sentaient.

Zhou Weiqing lança un regard furtif vers Shangguan Bing’er, juste à temps pour voir la jeune femme de 15 ans déglutir alors qu’elle essayait subtilement de ravaler sa salive. D’abord il avait voulu la narguer un peu mais maintenant, son cœur était inexplicablement rempli de chaleur. Prenant deux cuillères qu’il avait faites à partir de l’écorce des pousses de bambous et en donnant une à Shangguan Bing’er, il sortit un peu de sel de son sac avant de l’éparpiller dans la soupe.

Les pousses de bambous étaient très fraîches et tendres, et pouvaient donc être mangées après avoir bouilli pendant peu de temps dans la soupe. Zhou Weiqing fit un signal invitant à Shangguan Bing’er, avant d’impatiemment lui-même prendre une cuillère de soupe de pousses de bambous, soufflant un peu pour refroidir avant de le manger tout de suite. Il était après tout, autant affamé qu’assoiffé maintenant.

Shangguan Bing’er souleva sa cuillère, et juste alors qu’elle allait commencer à manger, sa main s’arrêta en plein milieu, et elle mordit sa lèvre inférieure, un regard complexe dans ses yeux alors qu’elle regardait Zhou Weiqing. Un moment plus tôt, elle avait refusé de lui donner des rations sèches à manger, comment pouvait-elle maintenant manger la nourriture qu’il avait préparée ? Elle se sentit réellement mal dans son cœur.

‘‘Donne-moi un bout de rations sèches, s’il te plaît. Cette soupe n’est pas suffisante pour supprimer ma faim ! Je fais un échange avec la soupe, ça te va ?’’ Zhou Weiqing la regarda et lui dit cela avec une expression pitoyable.

Shangguan Bing’er resta bouche bée devant lui pendant un instant, avant de retirer son sac à dos et d’en sortir un morceau de ration sèche pour le donner à Zhou Weiqing. Elle eut soudainement l’impression que ce vaurien n’était pas si mauvais que cela…

La soupe de bambous était d’une couleur verte pâle, les morceaux de bambous flottant comme des pièces de jade.

La fragrance sucrée qui s’en dégageait était légère, mais elle ne se dispersait pas, même s’il n’y avait rien d’autre comme condiment, les fraîches et tendres pousses de bambous étaient déjà extrêmement délicieuses, surtout après avoir été cuites dans leur propre jus et les feuilles des arbres à côté desquels elles poussaient.

Dès que Shangguan Bing’er avala sa première gorgée de soupe, elle en tomba follement amoureuse, la fragrance si sucrée et délicate qui touchait le bout de sa langue et descendait jusque dans son estomac, un sentiment de chaleur et de bien-être envahit son corps, l’arrière-goût sucré qui restait sur sa langue et dans son nez, un tel sentiment merveilleux était définitivement bien meilleur que des rations sèches.

Elle eut même une pointe de regret pour avoir empêché Zhou Weiqing de chasser ce lapin, peut-être qu’il serait capable d’en faire quelque chose d’aussi extraordinaire ?!

Zhou Weiqing ne taquina et ne provoqua pas Shangguan Bing’er, se contentant de s’asseoir à côté du pot de feuille, mangeant les rations sèches avec sa soupe, les yeux perdus dans le vague.

L’apparence de Shangguan Bing’er qui mangeait était juste trop belle, tout particulièrement l’expression qu’elle avait révélé lorsqu’elle avait pris sa première gorgée de soupe, expression qui avait soudainement fait trembler le cœur de Zhou Weiqing. À ses yeux, le beau visage de Shangguan Bing’er était encore plus délicieux que la soupe qu’il avait faite.

Alors que Shangguan Bing’er tombait amoureuse de ladite soupe, à ce moment il tombait encore plus amoureux de son expression satisfaite. Il serra les poings, se décidant à la poursuivre et ce, à n’importe quel prix, pour en faire sa femme.

Alors qu’il rêvait debout de son mariage avec Shangguan Bing’er, d’être capable de la serrer dans ses bras pour sentir sa fragrante odeur, le sourire de Zhou Weiqing devint immédiatement lubrique. Heureusement pour lui, la belle jeune femme en face de lui avait son attention complètement tournée vers la soupe de pousse de bambous, et elle ne vit pas l’expression perverse de cette fripouille.


Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top