skip to Main Content
Menu

Chapitre 7.2 – La Triple Promesse


Source : Version anglaise

Traduit par : SikGirl
Édité par : Zareik
Vérifié par : Kiriate


JOYAUX CÉLESTES – LIVRE 1 CHAPITRE 7-2


         Shangguan Bing’er poussa Zhou Weiqing sur le côté, et se dirigea vers l’entrée de la tente, permettant à l’air frais d’entrer. Elle prit de grandes inspirations pour se calmer.

Cela faisait maintenant une journée entière, et avec l’aide de son énergie céleste, son corps était presque complètement guéri. Mais comment les blessures de son cœur pourraient-elles guérir aussi facilement ? Après avoir réfléchi pendant une journée, sa raison avait pris le dessus sur sa rage, et elle avait décidé de venir voir Zhou Weiqing.

‘‘Petit gros Zhou’’ Dit-elle en refermant le rabat de la tente encore une fois, avant de se retourner pour faire face à Zhou Weiqing.

‘‘Oui’’ Entendant son nom, Zhou Weiqing répondit rapidement et baissa les yeux avec son air de chien battu qui donnait envie à Shangguan Bing’er de lui donner une bonne correction.

Prenant une autre grande inspiration, Shangguan Bing’er lui dit solennellement : ‘‘Rappelle-toi, hier n’est jamais arrivé. Si une seule rumeur court, tu connais les conséquences…’’

‘‘Ah ?’’ Zhou Weiqing avait les yeux grands ouverts en la regardant. À ce moment, même s’il avait une expression d’obéissance, intérieurement il était assez content. Il savait que Shangguan Bing’er ne le tuerait pas, et maintenant, en regardant sa beauté, il ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle avait été en dessous de lui hier soir, et son cœur s’enflammait.

‘‘As-tu compris ce que j’ai dit ?’’ Demanda Shangguan Bing’er faisant la moue.

‘‘J’ai entendu… clairement entendu… commandant, je… je…’’ Zhou Weiqing hésita.

‘‘Toi, quoi toi ? Qu’est-ce que tu marmonnes ? Si tu as quelque chose à dire, dis-le’’ Lui dit Shangguan Bing’er, exaspérée, ne pouvant s’empêcher de faire un pas en avant pour lui donner un coup de pied.

Zhou Weiqing secoua immédiatement la tête : ‘‘Je ferais mieux de me taire, j’ai peur que vous ne me frappiez’’

‘‘Dis-le, je ne te frapperai pas’’ Les gens étaient curieux par nature, et après tout, Shangguan Bing’er n’avait que 15 ans. Même si elle était encore fâchée après Zhou Weiqing, elle voulait quand même savoir ce qu’il avait à dire.

Zhou Weiqing la regarda secrètement, et d’une voix faible lui demanda : ‘‘Vous n’allez vraiment pas me frapper ?’’

‘‘Tu vas parler, oui ou non ?’’ Le visage de Shangguan Bing’er devint froid.

‘‘C’est bon, je parle, je parle, ok ?’’ Zhou Weiqing afficha une expression affligée sur son visage, comme si c’était lui le sacrifice de la nuit passée. ‘‘Commandant, c’était aussi ma première fois, comment je pourrais oublier la nuit passée ?! Même si vous n’allez pas prendre la responsabilité pour moi, je ne vous blâmerais pas. Mais je ne peux m’empêcher de m’en souvenir. Commandant, ne me regardez pas comme cela, j’ai peur. Je dis seulement la vérité. Ahh ! À l’aide ! Au meurtre !’’

Dès que Zhou Weiqing avait commencé à dire sa première phrase, Shangguan Bing’er avait déjà réalisé que ce petit vaurien n’avait rien de bon à dire. Comme prévu, plus elle l’écouta, plus elle s’énerva et à la fin, son beau visage était devenu vert de rage. En un éclair elle se retrouva à ses côtés, et pinça sa peau sur ses hanches, avant de tourner sa main à 180 degrés, et instantanément les cris d’un cochon qu’on égorgeait se firent entendre.

Shangguan Bing’er leva sa main pour couvrir la bouche de Zhou Weiqing, car elle ne voulait pas que ses autres subordonnés sachent qu’elle était dans la tente de ce vaurien aussi tard dans la nuit.

‘‘Si tu dis encore des bêtises pareilles, je te castre !’’ Même si elle le menaçait, Shangguan Bing’er était autant fâchée qu’embarrassée.

Zhou Weiqing se tut immédiatement, ses mains couvrant précautionneusement ses parties intimes, regardant Shangguan Bing’er avec une expression alarmée. Cette fois il avait vraiment peur de cette menace.

‘‘Toi… assis’’ Shangguan Bing’er était heureuse de ne pas avoir emmené son épée, sinon elle n’aurait pu promettre qu’il serait encore en vie.

Zhou Weiqing s’assit sur le lit, étant cette fois un bon garçon. Même s’il aimait voir son expression fâchée quand il la taquinait, il savait qu’il ne devait pas trop en faire. Surtout que, s’ils passaient beaucoup de temps ensemble dans le futur, il serait probable que sa seule joie dans l’armée soit celle-ci.

‘‘Petit gros Zhou, laisse-moi te demander. Que sais-tu réellement des Maîtres de joyaux célestes ?’’ Shangguan Bing’er s’assit en tailleur de l’autre côté du lit, gardant au moins un mètre de distance entre elle et Zhou Weiqing.

‘‘Euh… fondamentalement ce que tu m’as dit hier’’ Répondit Zhou Weiqing sans hésitation.

Avec un *piak* un livre de cuir lui fut lancé au visage. Zhou Weiqing tâtonna pour l’attraper et découvrit que c’était le manuel de la technique des Dieux Immortels.

‘‘Dis-moi ce qui s’est passé hier ? Dans la journée d’hier, je n’ai pas du tout senti d’énergie céleste dans ton corps alors comment as-tu pu éveiller tes bracelets joyaux durant la nuit, alors qu’en plus, ils ont plusieurs éléments ? Ne me dis pas que c’est parce que tu as appris cette technique des Dieux Immortels ? Cette chose, même si ce n’est pas impossible, c’est presque du suicide. Avec seulement cette technique, peu importe la chance que tu as, ça reste impossible de monter de 4 niveaux d’énergie céleste en partant de zéro !’’

Zhou Weiqing dit : ‘‘C’est probablement à cause de cette étrange perle noire que j’ai avalé. Avant de rejoindre l’armée, je m’amusais dans la forêt étoilée. Après un certain temps, comme j’étais fatigué, je me suis endormi. D’un coup, le ciel s’est assombri et j’ai découvert que je ne pouvais plus bouger. Une fissure est alors apparue dans le ciel, et cette perle noire, entourée de vert, bleu et argent, a émergé de la fissure et est rentrée dans ma bouche. À ce moment j’ai juste senti tout mon corps devenir froid et je me suis évanoui. Quand je suis revenu à moi, je n’ai rien trouvé d’anormal avec mon corps alors je suis retourné en ville. Lorsque j’ai atteint la cité, j’ai vu l’annonce de recrutement de l’armée et je me suis engagé.

La nuit dernière, j’essayais justement d’apprendre cette technique des Dieux Immortels, et j’essayais de percer le premier point de la mort, celui de la clavicule, et j’ai réussi. Mais tout de suite j’ai senti mon corps se paralyser et j’étais incapable de bouger. Mais soudain, un fort courant d’air froid est apparu depuis mon Dantian, et je pense avoir vu ce tigre ailé avant de perdre conscience. Je ne sais pas ce qui s’est passé après cela. Quand je me suis réveillé j’ai vu cette fille nue en face de moi, et j’ai réalisé que 4 des points de la mort avaient actuellement été percés…’’

‘‘Ta gueule’’ S’exclama Shangguan Bing’er avec un visage livide. D’un geste de la main, une lumière verte apparut en face de Zhou Weiqing et avec un *Bam* une fissure apparut sur le lit juste en face de lui. Cela lui fit assez peur qu’il se taise, car si ce coup avait été plus loin de quelques centimètres de plus, le petit oiseau dans son pantalon n’aurait plus été de ce monde.

Après un rapide et violent regard vers Zhou Weiqing, Shangguan Bing’er se mit à réfléchir. Elle n’avait jamais entendu parler de circonstances telles que Zhou Weiqing avait décrit, mais avec cette façon de parler qu’il avait, pouvait-elle le croire ? Cependant, même si elle ne le croyait pas, il n’y avait pas d’autres explications pour ce qu’il lui était arrivé hier. En plus, quand il donnait son explication, elle le regardait dans les yeux, et avait réalisé qu’il avait des yeux sincères, donc il semblerait que ses paroles soient au moins un peu crédibles.

‘‘D’où viens-tu ?’’ Lui demanda sérieusement Shangguan Bing’er. Elle ne demandait pas seulement pour sa propre curiosité, mais à cause de son unique et légendaire joyau élémental. Une telle personne, même si elle avait un talent inné incroyable, s’il avait des origines douteuses, elle ne pensait pas qu’elle puisse lui apprendre à cultiver.

Zhou Weiqing hésita pendant un instant puis dit : ‘‘Bing’er, veux-tu entendre la vérité ou une histoire inventée ?’’

S’entendant adresser par son nom, Shangguan Bing’er eut un frisson et lui répondit fâchée : ‘‘Appelle-moi commandant, et bien sûr que je veux entendre la vérité !’’


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top