skip to Main Content
Menu

Chapitre 4.1 – Les Secrets des Maîtres des Joyaux Célestes


Source : Version anglaise

Traduit par : SikGirl
Édité par : Zareik
Vérifié par : Kiriate


JOYAUX CÉLESTES – LIVRE 1 CHAPITRE 4.1


        Le camp était juste à l’extérieur des portes de la cité, Zhou Weiqing s’y dirigea tout excité, touchant sa toute nouvelle armure interne et son tout nouveau chapeau fabriqué sur mesure qui pesait 1 kg. Il semblait avoir tout oublié des problèmes qu’il avait causés hier.

En entrant dans le camp, il tomba directement sur un visage familier. C’était le lieutenant qui lui avait demandé comment étaient les ‘‘pectoraux’’ du commandant. La seule différence étant qu’il avait un visage sérieux lorsqu’il arrêta Zhou Weiqing d’un signe de la main.

‘‘Tu es petit gros Zhou non ?’’

Zhou Weiqing lui répondit avec un sourire tout heureux : ‘‘Oui ! Grand frère lieutenant, je suis petit gros Zhou.’’

Le lieutenant le reprit d’une voix sévère : ‘‘Quel grand frère ? Dans l’armée il n’existe que nos postes et nos rangs. Je suis Mao Li, lieutenant du 5e régiment, 3e bataillon, 4e compagnie. À partir de maintenant, tu es un membre de ma 4e compagnie compris ?’’

Zhou Weiqing lui répondit : ‘‘Compris’’. Même s’il disait cela, dans son cœur il était déjà en train de se moquer du lieutenant : Mao li ? Âne ? Lieutenant âne ?

(Mao Li sonne comme Mao Lu qui veut effectivement dire âne)

Le lieutenant ne savait pas que ce court instant de silence avait laissé à ce petit vaurien le temps nécessaire pour lui trouver un surnom, surnom qui le suivra tout le long de sa carrière militaire.

‘‘Suis-moi’’ Mao Li se retourna et se dirigea vers la tente principale.

Zhou Weiqing le suivit, perplexe, en se demandant pourquoi le lieutenant s’occupait personnellement de lui. Après tout, il n’était qu’une nouvelle recrue, et normalement un chef d’escouade était assez haut gradé pour s’occuper de lui. Après tout, un lieutenant s’occupait de 100 hommes et pour l’Empire des Arcs Divins qui n’avait qu’une petite armée, ils étaient déjà considérés comme des officiers de rang moyen dans l’armée, tandis qu’un commandant de bataillon comme Shangguan Bing’er était déjà considérée comme un général de haut rang.

Mao Li l’emmena de plus en plus loin dans le camp, jusqu’à un endroit désolé, avant de finalement entrer dans une petite tente, en bordure extérieure du camp.

Zhou Weiqing le suivit à l’intérieur. La tente faisait 10m à l’intérieur et il y avait seulement un petit lit militaire, sans aucune décoration ou équipement.

Mao Li se tint au centre de la tente et dit : ‘‘Jusqu’à la fin de la période de recrutement et jusqu’à ce que nous partions pour l’entraînement des recrues, tu resteras ici. Cette fois, notre régiment recrutera 5000 hommes et notre 3e bataillon en récupérera une centaine, donc j’estime que cela va prendre au moins 2 semaines avant la fin.’’

Zhou Weiqing s’exclama, surpris : ‘‘Wow, lieutenant, le traitement des soldats est merveilleux, on a nos tentes personnelles ?’’

‘‘Heh heh’’ Mao Li rit, en répondant : ‘‘Bien sûr que non, c’est spécialement pour toi. Petit vaurien, je ne peux pas t’aider maintenant, tu dois assumer la responsabilité de tes actions. Bon, repose-toi pour l’instant. La cafétéria de l’armée est dans le cadrant gauche du camp et devrait être assez facile à trouver. Quand le moment sera venu de se rendre à l’entraînement des recrues, quelqu’un viendra t’informer.’’ Après avoir dit cela, il se retourna et s’en alla.

Une fois Mao Li parti, Zhou Weiqing eut un mauvais pressentiment à propos du scénario actuel. Il enleva son arc et son carquois, les déposa par terre avant de sortir de sa tente.

Plus tôt, il n’avait pas vraiment fait attention à l’endroit où il se trouvait. Mais maintenant, avec un pincement au cœur, il fit attention aux détails qui l’entouraient et réalisa que la plus proche tente était à 50 m de lui. On pouvait dire qu’il était vraiment tout en bordure du camp.

Se pouvait-il que sa vraie identité ait été découverte ? C’était impossible ! Il avait été tellement prudent. Soudainement un magnifique mais contrarié visage apparut dans l’esprit de Zhou Weiqing et son cœur pleura, murmurant pour lui-même : ‘‘Shangguan Bing’er… cette fille est le plus grand génie de l’Empire. Elle ne devrait pas être une minette à gros seins et être trop difficile ou vindicative envers moi non ?’’

‘‘Petit…gros…Zhou… !’’ À ce moment une voix furieuse qui avait clairement les dents serrées de rage se fit entendre à ses oreilles. La voix était enchanteresse comme le gazouillis des oiseaux mais le ton ne laissait présager rien de bon pour Zhou Weiqing.

Il se retourna rapidement, pour voir Shangguan Bing’er habillé d’un uniforme d’entraînement de l’armée avec un long arc violet sur le dos. Zhou Weiqing ne put s’empêcher de la fixer des yeux, ébahi ; ses cheveux étaient attachés en queue de cheval, et elle ne portait pas d’armure, permettant à ses vêtements d’accentuer ses courbes. Ajoutant à cela l’arc dans son dos, elle était l’image même d’une belle et vaillante guerrière. Malheureusement, l’expression sur son beau visage était très noire, comme si elle allait cracher du feu. Clairement elle venait de l’entendre dire ‘‘minette à gros seins’’.

Urgh, mais quelle sorte de chance est-ce là ? Zhou Weiqing soupira dans son cœur, plaquant rapidement sur son visage son sourire honnête qui était devenu sa signature : ‘‘Lord commandant ! J’étais justement en train de faire votre éloge sur… euh… votre croissance… développement… …’’ Ayant été pris la main dans le sac, même la langue habile de Zhou Weiqing n’avait plus d’idées pour se sortir de cette coïncidence-là.

Shangguan Bing’er était furieuse ! Elle avait originalement demandé au lieutenant Mao Li d’assigner Zhou Weiqing à cette tente isolée pour qu’elle puisse prendre sa revanche sur lui. Au début elle se sentait un peu coupable, se demandant si elle n’était trop dure avec lui ; après tout il n’était qu’une nouvelle recrue, et même s’il excellait pour la mettre en rage, ses précédents méfaits avaient tous été des accidents. Mais après avoir entendu ses paroles à l’instant, comment aurait-elle pu être dupée par son visage honnête.

‘‘Soldat Zhou, garde-à-vous !’’ Lui cria-t-elle fortement.

Zhou Weiqing obéit immédiatement et se tint droit, en position de garde-à-vous. Il n’y avait aucune comparaison entre les deux, après tout Shangguan Bing’er n’était pas seulement son officier commandant et possédait donc un rang beaucoup plus élevé ; elle était aussi un Maître de joyaux célestes. Et comme on dit, un homme sage ne se battait pas quand les probabilités étaient contre lui.

Shangguan Bing’er prit dans sa main un fouet pour chevaux qui se trouvait attaché à sa hanche et regarda méchamment Zhou Weiqing en lui disant : ‘‘Soldat Zhou, pour avoir insulté un officier supérieur, votre punition est de 10 coups de fouet, la pénalité sera administrée par moi-même. Petit gros Zhou retourne-toi maintenant.’’

Zhou Weiqing regarda d’un air abattu le fouet que tenait Shangguan Bing’er entre ses mains, tout en pleurant dans son cœur. Il n’avait pas imaginé qu’il se ferait fouetter dès sa première journée dans le camp, mais maintenant qu’il se trouvait sous les ordres du commandant il ne put que se retourner, sans volonté, le cœur lourd.

Shangguan Bing’er lui donna un Hmhp fâché, et d’un pas rapide se retrouva derrière Zhou Weiqing tandis qu’un *PAH* résonna lorsqu’elle le fouetta au travers du dos.

‘‘AHHHHHHHHHH !’’ Zhou Weiqing poussa un cri perçant comme s’il se faisait castrer, et tout son corps tomba face la première contre le sol, roulant par terre d’agonie.

Shangguan Bing’er regarda le fouet dans sa main, hésitante en se demandant : était-ce si douloureux ? Je n’ai même pas utilisé d’énergie dans ce coup ! Ce petit gros Zhou a l’air tellement solide, qui aurait cru qu’il serait si fragile ?

Les talents d’acteurs de Zhou Weiqing étaient si réalistes que son corps se courbait de douleur alors qu’il se roulait par terre comme s’il allait mourir.

Si l’on parle de se faire battre, qui pourrait bien avoir plus d’expérience que lui ? Depuis qu’il était jeune il s’était fait punir un nombre incalculable de fois par son père et avait maintenant suffisamment d’expérience pour savoir recourir à toutes sortes de tricheries lorsqu’il se faisait battre.

Au moment même où Shangguan Bing’er l’avait fouetté, il avait déjà propulsé son corps en avant avec un timing parfait afin de réduire l’impact sur son dos, avant d’ajouter ses talents d’acteur et le scénario qui consistait à utiliser la douleur pour gagner sa sympathie. Il avait énormément d’expérience pour utiliser cette tactique et était très habile dans son exécution, au point que c’en était une seconde nature. En vérité, ce vaurien exultait dans son cœur, car après tout, il portait une armure de titane en dessous de ses vêtements, et comme Shangguan Bing’er n’avait pas utilisé d’énergie céleste, il n’avait quasiment rien senti. C’est pourquoi son impression de douleur provenait uniquement de son subconscient. Mais puisqu’il avait déjà commencé à exagérer, il s’était dit qu’il allait en profiter.

Voyant petit gros Zhou avoir aussi mal, Shangguan Bing’er ne put se résigner à le frapper une seconde fois. Après s’être roulé pendant un moment, Zhou Weiqing se calma enfin, mais il se tenait toujours par terre en frémissant comme s’il ne pouvait plus se tenir tranquille.


Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top