skip to Main Content
Menu

Chapitre 2.3 – L’étrange Perle noire


Source : Version anglaise

Traduit par : SikGirl
Édité par : Zareik
Vérifié par : Kiriate


JOYAUX CÉLESTES – LIVRE 1 CHAPITRE 2.3


‘‘Quoi tu plaisantes ?’’ Le lieutenant se leva d’un bond, furieux. Son mètre quatre-vingt-dix regarda de haut Zhou Weiqing, et projeta une aura intimidante tandis qu’il le prenait par le collet et approchait son visage non loin de celui de Zhou Weiqing.

‘‘Euh… non, ce que je veux dire c’est juste que j’ai besoin de plus de temps pour choisir dans quelle branche je veux aller…’’ dit rapidement Zhou Weiqing avec un sourire amer. Comme on dit, un homme sage doit savoir choisir ses batailles, surtout que Zhou Weiqing n’avait pas l’intention de se faire rosser. En vérité, s’il avait révélé ses origines, il était fort probable que tous les soldats se seraient prosternés devant lui. Mais même si le caractère de Zhou Weiqing était d’une nature sournoise et rusée, il restait néanmoins très obéissant vis-à-vis des instructions de son père. Depuis sa plus jeune enfance, son père lui avait appris qu’un vrai homme travaille et vit de ses propres mérites et non pas des origines de sa famille. Contrairement à une certaine princesse, malgré le fait que sa famille appartenait aux plus hauts rangs de l’Empire, il n’avait jamais utilisé cela comme un avantage.

En vérité, si Zhou Weiqing retirait sa demande, le lieutenant ne pourrait rien y faire. Dommage qu’il ait été trop jeune et inexpérimenté, l’intimidation fonctionna et il accepta.

Entendant la réponse de Zhou Weiqing, le lieutenant se rassit avec un sourire satisfait, penchant sa tête pour le regarder avant de dire : ‘‘Bon décide-toi vite pour que tu puisses compléter le formulaire et passer ton test. Laisse-moi te dire que tu es chanceux car c’est le premier recrutement, alors on est encore gentil avec les tests de passage. Sinon crois-tu que tu pourrais rejoindre l’armée aussi facilement ?’’

Zhou Weiqing demanda avec une expression renfrognée : ‘‘Frère officier, euh… est-ce que je peux demander : sur le champ de bataille, quelle unité se tient en arrière ligne et n’a pas trop de contact avec l’ennemi ?’’

Zhou Weiqing avait son propre raisonnement, car après tout, quels garçons ne rêvent pas de devenir un héros lorsqu’ils sont jeunes ? Mais lui ne voulait pas devenir cuisinier ou rejoindre la logistique, alors s’il devait devenir un soldat, autant qu’il en soit au moins un vrai. Sinon, si son père l’apprenait, il allait probablement le battre à mort ! Et lui-même ne voulait pas non plus perdre la face. Après, en tant que soldat, il allait quand même devoir se battre, donc autant choisir un rôle plus sécuritaire, car après tout dans sa tête, la sécurité passe avant tout. Pour lui, avoir peur de la mort était une émotion naturelle pour tout humain et il n’était pas assez héroïque pour oser regarder la mort en face.

Le lieutenant lui répondit rapidement avec des petits yeux sournois brillants : ‘‘C’est facile, ce sont les archers. Les archers sont généralement sur la ligne arrière et même s’ils doivent tirer à partir du front quand les deux côtés se percutent ils se retirent à l’arrière des combats. À moins que l’armée complète ne soit anéantie, les archers n’ont généralement pas de contact direct avec l’ennemi.’’

Entendant cela Zhou Weiqing fut immédiatement fou de joie et répondit : ‘‘Super, c’est super ! Mais pourquoi n’ai-je pas pensé à la meilleure unité de notre Empire. Frère officier, je veux être un archer !’’ Les archers sont habituellement positionnés derrière les combattants rapprochés pour leur protection, ça au moins il le savait.

En sachant que son plan avait fonctionné, le lieutenant lâcha un léger rire de plaisir avant de se relever et de prendre un crayon : ‘‘Nom, âge ?’’

‘‘Je m’appelle Zhou…’’ Zhou Weiqing avait presque prononcé son vrai nom avant de se reprendre à temps. ‘‘ Petit gros Zhou, 16 ans.’’ Même s’il n’avait en réalité que 13 ans, il était né après tout dans une famille noble et avait un certain degré de compréhension des affaires du monde, au moins plus important que celui d’un enfant ordinaire. Puisqu’il s’était déjà décidé à rejoindre l’armée, pour pouvoir le cacher à son père, il devait se donner un surnom, et le seul qui lui était venu en tête était celui qu’on lui donnait lorsqu’il avait 3 ans. Il était donc peu probable que son père le découvre.

‘‘Petit gros Zhou ? Mais tu n’es pas gros du tout !’’ Murmura le lieutenant en écrivant ces informations. Il ne douta pas une seconde de l’âge de Zhou Weiqing, pensant qu’il avait réellement 16 ans.

Rapidement l’enregistrement fut complété et il passa le papier à Zhou Weiqing tout en pointant un coin de l’aire en disant : ‘‘Ok, va là-bas pour passer le test des archers. Du moment que tu passes ce test, tu pourras prétendre à être un soldat officiel de l’Empire.’’

‘‘Merci frère officier’’ Zhou Weiqing prit joyeusement son papier. Dans sa tête c’était le meilleur choix possible, il rejoignait une unité qui ne le mettra pas trop en danger. Parfait.

Se pressant vers l’aire de test, où environ 4-5 soldats étaient habillés en noir et gris avec une armure de cuir, des protecteurs de poignets personnalisés, la tête recouverte d’un large chapeau pour se couvrir du soleil, un long arc sur le dos et un carquois de flèches de chaque côté du bassin. C’était l’équipement normal des archers et cela avait l’air pour le moins vaillant. Présentement, personne ne passait le test mais les quelques archers restaient vigilants. Zhou Weiqing savait à quel point son père était strict par nature, et s’il était si difficile envers son fils, naturellement l’armée aussi subissait une discipline très stricte. Ainsi, même si l’Empire des Arcs Divin était assez petit, avec une armée de quelque dizaine de milliers de personnes, ils étaient tous des soldats d’élites et plus que capable de tenir tête à des ennemis en nombre similaire ou supérieur. Zhou Weiqing savait que son père n’avait encore jamais perdu une seule bataille et était très renommé dans les autres pays aux alentours.

‘‘Bonjour grands-frères, je suis ici pour passer le test.’’ Zhou Weiqing donna son papier à l’un des archers qui le regarda et dit : ‘‘Petit frère, tu as bien fait, je te félicite d’avoir choisi de nous rejoindre, c’est l’unité avec les meilleures perspectives dans l’armée. Tiens essaye de tirer à l’arc.’’ L’archer passa l’arc par-dessus son épaule avant de le donner à Zhou Weiqing.

Zhou Weiqing prit l’arc et l’examina attentivement. Il était fait de bonne qualité, en bois étoilé, d’environ 1.8m de haut et de 90cm de large. L’avant de l’arc était circulaire tandis que l’arrière était droit. La prise au centre faisait 4 cm de largeur, devenant plus fin vers les extrémités où elles étaient enveloppées de tissus.

Cette sorte d’arc avait été développé au fil du temps, après des années et des années de guerre. Partant de plusieurs matériaux mixtes dans l’ancien temps pour obtenir des arbalètes faisant moins de 1.2m de long, ayant une portée maximale inférieure à 200m, une portée efficace de moins de 100m, et ayant aussi un pouvoir de pénétration réduit. Au fur et à mesure que le temps s’est écoulé, les arcs se sont développés pour devenir plus larges, spécialement après la découverte de bois de qualité comme le bois étoilé, permettant à l’usage des arcs longs de se répandre. Cet arc long, commun pour les archers de l’Empire, était extrêmement mortel, et même les arcs ordinaires avaient maintenant une portée maximale de près de 400 m et une portée efficace de moins de 250m, presque le double des vieilles arbalètes. La cadence des tirs s’élève à 10-12 flèches/min ce qui est aussi bien mieux que celle des arbalètes. Dans les mains d’un archer expérimenté, la précision est aussi meilleure. Puisque que l’arc long est assez léger grâce à son matériau, il est plus facile de le manier malgré sa portée plus grande et ses dégâts augmentés, faisant de l’arc long une bonne arme aussi bien pour les petites escarmouches que pour les grandes batailles, et ainsi rendant obsolète les arbalètes. On pouvait dire que l’arc long était le roi des armes à longue portée.

La pure cadence de tir de l’arc long donnait le même effet qu’un barrage d’artillerie. Et lorsque l’infanterie chargeait vers l’avant, les archers derrière eux pouvaient tirer vers le haut avec un arc long pour atteindre les ennemis. C’était aussi la faiblesse de la cavalerie légère qui ne possédait pas de protection pour leurs montures. Tirées à portée maximale, les flèches pouvaient tout de même percer au travers des armures légères.


Cet article comporte 5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top