skip to Main Content
Menu

Chapitre 1.3 – Grande sœur, j’ai peur que ce ne soit une erreur !


Source : Version anglaise

Traduit par : SikGirl
Édité par : Zareik
Vérifié par : Kiriate et Wilden


JOYAUX CÉLESTES – LIVRE 1 CHAPITRE 1.3


         La garde royale fut clairement embobinée par son innocente apparence, et la fureur dans ses yeux diminua, lui disant d’une voix froide : ‘‘ Ce n’est pas à moi de décider si tu peux t’en aller, c’est la Princesse qui décidera de ta punition ’’.

‘‘ Princesse ? Oh mon Dieu ! Parles-tu de la Princesse Difuya ? ’’ Répondit Zhou Weiqing, choqué.

‘‘ Tu me connais ? ’’ Dit une voix derrière la garde royale d’un ton froid et hautain agrémenté d’une pointe de colère.

En un éclair, une autre personne apparut face à Zhou Weiqing, à côté de la garde, les cheveux roses mouillés cascadant sur ses épaules, une séduisante silhouette couverte d’une robe rose, son fin visage mettant en valeur ses profonds yeux bleus. Ses seins, pas complètement développés, bougeaient au rythme de sa respiration teintée de rage et d’émotions.

Alors que leurs regards se croisèrent, ils s’exclamèrent en chœur : ‘‘ C’est toi ?!? ’’

Zhou Weiqing, rouge d’embarras, se dit qu’il était vraiment dans de beaux draps maintenant. D’une voix confuse il répondit : ‘‘ Salut Princesse Difuya, je ne pensais pas vous voir ici.’’ Pour échapper à la crise présente, il essaya fortement d’avoir l’air et de sonner le plus sincère possible.

Malheureusement, la princesse Difuya n’était pas aussi facilement bernée. Après un court instant de surprise, son beau visage se déforma de rage, les poings solidement fermés ensemble : ‘‘ Alors c’est toi, espèce d’inutile, comment oses-tu me suivre pour faire ton voyeur ! Niya, tue-le ! ’’

La garde royale Niya s’avança sans hésitation pour suivre les ordres de la princesse. Même si elle croyait que c’était une erreur, car après tout, comment un roturier aurait pu les suivre sans qu’elle ne le détecte ? Par contre, il avait regardé le corps de la Princesse et ça, c’était définitivement punissable par la peine de mort.

‘‘ Attends !’’ Zhou Weiqing n’avait pas souvent vu la Princesse et ne lui avait encore jamais parlé, même s’il avait déjà entendu parler de sa fière nature. Il ne pensait pas qu’elle allait directement ordonner sa mort. S’il ne se défendait pas il allait mourir.

Alors que l’épée de Niya ralentit, Zhou Weiqing dit rapidement : ‘‘ Je suis son fiancé !’’

Niya s’arrêta, confuse avant de regarder la Princesse, qui se mit à pâlir.

‘‘ Qui a dit que j’avais un fiancé aussi inutile, en plus tu es misérable et dégoûtant, comment oses-tu me regarder nue… Niya tue-le maintenant, j’en prends l’entière responsabilité !’’ Cria Difuya enragée, comme une tigresse. Elle était tout particulièrement énervée, car la journée précédente, elle venait juste de demander à son père d’annuler le mariage et il lui avait refusé cette demande, alors voir Zhou Weiqing alors qu’elle se rafraîchissait… dans son esprit, Zhou Weiqing avait entendu parler de sa requête et était venu faire des choses indécentes pour se venger. Surtout qu’elle l’avait toujours regardé de haut, lui qui était incapable de cultiver, naturellement sa colère ne pouvait qu’augmenter.

Niya regarda encore une fois la Princesse, puis demanda à Zhou Weiqing, d’une voix hésitante : ‘‘ Tu es le fils du général en chef Vicomte Zhou ? ’’

Zhou Weiqing, un regard implorant sur son visage, répondit sarcastiquement : ‘‘ Oui ! Je suis Zhou Weiqing ! Le très connu tas de merde produit par le surpuissant Général et aussi le fiancé de la Princesse. Je n’avais vraiment pas l’intention de la voir. Je viens juste souvent ici pour prendre un bain et ce n’était qu’une coïncidence. ’’

La garde royale Niya se retourna vers la Princesse Difuya : ‘‘ Votre Honneur, probablement que ce n’est qu’une erreur. Le Vicomte ne voulait pas faire cela surtout qu’il est votre…’’

‘‘ Tais-toi !’’ Les sourcils de Difuya complètement remontés de rage, d’un pas elle poussa Niya sur le côté et se tint directement face à Zhou Weiqing : ‘‘ Je n’ai pas de pathétique fiancé. Moi, Difuya, j’ai pour but de devenir un Maître élémental Zong, de faire partie des puissants de ce monde. Mon mari se doit d’être un héros parmi les héros. Comment est-ce qu’une inutile, méprisable et effrontée ordure pourrait être digne de moi ? ’’

L’expression d’adulation et de respect qui était sur le visage de Zhou Weiqing pour une question de survie, se transforma lentement en rage. Même la plus tolérante des personnes a une limite, alors les yeux brillants de rage, il regarda la princesse Difuya droit dans les yeux : ‘‘ Alors quoi ? Selon les lois de l’empire, tu es ma fiancée alors même si je te prends maintenant devant la garde, même l’Empereur ne me punirait pas ! Pff, je suis peut-être méprisable et effronté, mais si je le suis envers ma propre fiancée, quelles lois peuvent aller contre cela ? Et toi tu vas quand même te marier à cette ordure méprisable et effrontée ! De quoi peux-tu être fière maintenant ? Tu es simplement née princesse et tu as la chance d’avoir un peu de talent. Si je n’avais pas mes méridiens bloqués, tu serais probablement en train de me supplier de te regarder, me sautant dessus. Une femme aussi stupide que toi avec les yeux par-dessus la tête, tu crois que je veux vraiment me marier avec toi ? Pff ! ’’. Après s’être défoulé, il se retourna et marcha dans l’autre direction. Même si ce vaurien était normalement calme et rusé, quand son tempérament explosait, il pouvait être aussi têtu que n’importe qui.

S’ils ne font que comparer leur statut, même si Difuya était une princesse, Zhou Weiqing n’avait pas peur d’elle. Alors qu’il était considéré comme une bonne blague par presque tout l’Empire, son père restait le seul Général en chef des armées de l’Empire et il était le plus fort combattant dans tout l’Empire au complet, il était donc le pilier de soutien qui maintenait la force de celui-ci. L’empereur Di Fengling et le père de Zhou Weiqing s’appelaient frères en privé, ce qui était aussi la raison pour laquelle Zhou Weiqing et Difuya étaient fiancés ensemble.

Zhou Weiqing avait touché un point sensible de Difuya. Tout comme il venait de le dire, même si elle ne voulait pas marier cette farce, elle ne pouvait pas désobéir aux ordres de son père. D’un mouvement brusque, ses vieux griefs et sa nouvelle colère se combinèrent sur le visage de Difuya qui en pâlit de rage.

Soulevant sa main gauche, un éclat rouge apparut autour de son poignet et 2 bracelets joyaux se révélèrent. Comparé à Niya, les deux bracelets sur son poignet gauche étaient deux rubis rouges vifs, et représentaient ses joyaux élémentaux. Âgée de 16 ans, elle pouvait être considérée comme un rare génie dans la famille royale, son énergie céleste avait déjà été cultivée jusqu’au 7e niveau Jing et elle avait obtenu son 2e bracelet.

Les joyaux élémentaux étaient fondamentalement différents des joyaux physiques, au lieu de donner un bonus physique, ils permettaient de contrôler l’énergie élémentale. Alors que les joyaux physiques étaient tous de différents types de jades, les joyaux élémentaux étaient tous de différents types de gemmes, ayant des couleurs différentes, distinguant les affinités élémentales. Pour exemple, l’affinité de Difuya avec ses rubis rouges signifiait le feu. Outre ceux-là, le saphir pour l’eau, le diamant pour la terre, la tourmaline pour le vent, l’émeraude pour la lumière, perle noire pour l’obscurité, les joyaux œil de chats pour l’espace, et dernièrement jade vert pour la vie. Il était donc beaucoup plus facile de différencier l’élément d’affinité d’un Maître de joyaux élémentaux que d’un Maître de joyaux physique.


Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top