skip to Main Content
Menu

IRAS – Chapitre 24

Traducteur : Amane

Édition: Tic

Check : Miss X

Chapitre 24 : Donnez-leur un autre poème!

Zhang Ye s’assit devant son ordinateur, pour regarder les commentaires postés. À 10h, un bruit retentit à l’extérieur des bureaux de la chaîne de littérature. C’était vraiment bruyant!

“Laissez-nous rentrer! Je veux parler au Professeur Zhang Ye!”

 

“Ce sont des bureaux. Cet endroit est interdit à ceux ne faisant pas partie du personnel!”

 

“Nous voulons juste lui dire quelques mots et après nous nous en irons. Nous ne vous dérangerons pas plus!”

 

“Cela ne change rien. Allez au bureau d’inscription et attendez un moment. Prenez d’abord un rendez-vous! »

 

Avec quelques bousculades, un homme et une femme essayaient de se frayer un chemin dans les bureaux. Un agent de sécurité les retenait à peine, tout le monde pouvait le voir. Et en même temps, peut-être était-ce dû à une petite réunion qui s’était terminée, mais il y avait plusieurs personnes des chaînes de musique et de trafic routier qui passaient par là. Ils se demandaient ce qui se passait. Au final, même Zhao Guozhou, surpris par tous ce bruit, sortit de son bureau pour savoir ce qui se passait.

 

“Que se passe-t-il ici?” Zhao Guozhou fronça les sourcils.

 

“Ils veulent absolument rentrer! Ils refusent d’écouter ce que je leur dis!” expliqua l’agent de sécurité.

 

“Nous voulons juste parler au Professeur Zhang Ye! Laissez-nous juste le rencontrer une fois! Juste une fois!” crièrent-ils ensemble.

 

En voyant la situation, Zhang Ye n’avait d’autre choix que de se montrer donc il se faufila à travers la foule, “Je suis Zhang Ye. Qui êtes-vous?”

 

Ils se précipitèrent et prirent fermement les mains de Zhang Ye. L’homme dit, “Professeur Zhang! Merci! Merci! Vous êtes le bienfaiteur de Xiaoli! Vous êtes aussi mon bienfaiteur! Je  veux vous remercier! Merci!” Quand il dit ça, les larmes jaillirent de ses yeux. Ce n’est pas facile pour un homme de pleurer, alors cette scène avait l’air un peu bizarre.

 

Zhang Ye était sidéré, “Quel bienfaiteur?”

 

La fille silencieuse derrière lui commença aussi à pleurer après avoir vu son petit-ami pleurer, “Professeur Zhang, je suis Xiaoli. Si vous n’aviez pas récité ces deux poèmes hier, je serais peut-être…”

 

Immédiatement, tout le monde comprit!

 

Zhang Ye avait aussi compris, “C’est vous. Est-ce le petit ami que vous avez mentionné? Ne pleurez pas! Tous les deux, arrêtez de pleurer!”

 

L’homme avait des larmes de remord, “ Je n’étais pas au courant de ce qui se tramait hier soir. Si vous n’aviez pas persuadé Xiaoli, nous aurions été séparés, pour toujours dans des mondes différents! Vous êtes le bienfaiteur de notre famille!”

 

Xiaoli ouvrit soudain son sac et sortit une grande bannière rouge, “Cela a été fait par mes parents du jour au lendemain.” Son petit ami s’avança rapidement avec et la déplia!

 

Shua!

 

La bannière était étalée devant tout le monde!

 

“La reconnaissance d’un discours, reste en mémoire tout une vie”!

 

En plus, les deux personnes qui se tenaient debout, se prosternèrent devant Zhang Ye!

 

Une telle situation émut beaucoup Zhang Ye tandis qu’il les aidait à se relever, “Vous avez traversé une telle peine. Il n’y avait vraiment pas besoin d’agir ainsi. Vraiment pas. Je n’ai pas fait grand-chose. Tout ce qui importe maintenant est de savoir si vous vivez en sécurité et en bonne santé. Hehe, vous ne vous battez plus? Alors vous en avez discuté?”

 

L’homme mordit ses lèvres, “J’y ai beaucoup réfléchi; je ne vais plus à l’étranger!”

 

Xiaoli s’exclama, “Pas moyen! Vos parents ont déjà tout arrangé pour vous!”

 

“Qui a dit qu’on ne pouvait avoir une bonne carrière qu’en étudiant à l’étranger? Je peux aussi me développer ici. Je l’expliquerai à mes parents. C’est très bien, même s’ils ne sont pas d’accord. Je les convaincrai. Je resterai ici et te soutiendrai. Une fois que je serai diplômé, nous nous marierons!” dit l’homme avec détermination.

 

Cependant, Xiaoli répliqua, résolue, “Certainement pas! Tu dois y aller! Même si tu ne le veux pas! J’y ai beaucoup songé; je t’attendrai. Je t’attendrai, peu importe le temps que cela prendra!”

 

“Xiaoli!” Les yeux de l’homme devinrent encore rouges!

 

Xiaoli le serra gentiment dans ses bras, “Aussi longtemps que tu vas bien, j’irai bien!”

 

En voyant cette scène, beaucoup de personnes dans le bureau applaudirent de tout leur cœur. Le pouvoir de l’amour était vraiment contagieux.

 

“Tout va bien alors.” Zhang Ye se mit à rire.

 

Zhao Guozhou dit aussi, “La prochaine fois, soyez tranquilles. Ne faîtes pas quelque chose de stupide.”

 

Xiaoli dit honteusement, “Je ne le referai pas. Je vais bien aussi longtemps qu’il va bien. Je ne le ferai pas s’angoisser une seconde fois comme ça.”

 

Soudain, quelqu’un fit une suggestion, “Professeur Little Zhang, donnez-leur un autre poème.”

 

“C’est, c’est vrai.” dit l’assistante de Zhang Ye, Xiaofang, “Professeur Zhang donnez-leur un autre poème.”

 

Zhao Guozhou trouva lui aussi cela intéressant, “C’est une bonne suggestion. Quand vous vous marierez, n’oubliez pas d’inviter le Professeur Little Zhang comme votre témoin de mariage.”

 

Xiaoli était flattée, “Comment puis-je accepter? Les mots du Professeur Zhang sont en or. Je n’ose pas demander un autre poème après les deux autres qu’il a donnés hier.”

 

Zhang Ye toucha son nez. Avec les paroles du directeur, il devait donner un poème, alors il dit, “Très bien. Laissez-moi réfléchir.”

 

Le Beijing Times avait vraiment apprécié les poèmes modernes de Zhang Ye et les avait publiés, ce qui prouvait ses prouesses littéraires. Maintenant que Zhang Ye s’apprêtait à composer un autre poème, beaucoup de personnes dressèrent leurs oreilles. Les employés d’autres départements qui étaient en dehors de l’action se précipitèrent pour l’écouter!

 

“Ne bloquez pas.”

 

 »Bougez un peu; je ne vois rien.”

 

“Sœur Chen, dépêchez-vous. Il y a un autre poème.”

 

“Quel poème? De qui?”

 

“C’est la personne de la chaîne de littérature qui est apparue dans le Beijing Times. Ce poème est vraiment populaire sur internet.”

 

“L’auteur de ‘L’oiseau et le poisson’? Wow, alors je dois l’écouter. Attendez-moi.”

 

Beaucoup de personnes s’étaient entassées dans le bureau et une centaine d’yeux fixèrent Zhang Ye!

 

Xiaoli et son petit ami étaient ceux qui le regardaient le plus. Ils ne battaient même pas des cils!

 

Zhang Ye n’aurait jamais cru que la situation se développerait à ce point avec un aussi grand nombre de spectateurs ayant les yeux braqués sur lui. Il devint plus prudent sur le poème qu’il devait réciter car il ne devait pas s’embarrasser avec un poème nul. Bien, quel poème devrais-je utiliser? Lequel était le plus approprié? Zhang Ye se rappela de quelque chose, aussi longtemps que tu vas bien, j’irai bien avec quoi que ce soit? Je l’ai! Il dit lentement ses mots, “Xiaoli, les mots que vous avez dit précédemment sont vraiment bien. Je vais utiliser vos mots comme la base du poème que je vais vous dédier.”

 

La pièce devint silencieuse.

 

Zhang Ye ralentit sa respiration et récita.

 

“L’écoulement du temps est comme l’eau, toujours silencieuse.”

 

“ Si vous vivez bien, alors le ciel sera clair1

 

Zhao Guozhou applaudit immédiatement, “Très bon poème!”

 

Quand le petit ami l’entendit, il prit immédiatement une feuille de papier de peur de l’oublier!

 

Xiaoli ne bougea pas et ferma ses yeux, comme si elle absorbait le poème. Après un petit moment, elle remercia Zhang Ye une nouvelle fois, “Merci! Vous serez toujours mon Professeur/Maître!”

 

“Si vous vivez bien… alors le ciel sera clair?” Une employée semblait sentir ses yeux s’embuer à ses paroles. On ne savait pas si elle s’était rappelée quelque chose ou si elle était simplement émue.

 

Wang Xiaomei et Xiaofang se le répétèrent aussi en murmurant et la façon dont elles regardaient Zhang Ye ne semblait plus pareille. Un tel poème affectait beaucoup les sentiments des femmes. Le poème était léger et simple, mais le débordement de sentiments à l’intérieur surpassait mille mots. Il était difficile de croire que ce poème avait le même compositeur masculin que “L’oiseau et le poisson”. De plus, il avait été composé sur place!

 

Quelle sorte de talent littéraire était-ce ?

 

Le simple poème de Zhang Ye avait étonné tout le monde!

 

Même Tian Bin qui n’était jamais loin pour critiquer ne dit rien. Quelques personnes croyaient que les deux poèmes récités à  Xiaoli durant la diffusion en direct n’avaient pas été composés sur place par Zhang Ye, et qu’ils avaient été écrits avant car ils ne le pensaient pas aussi talentueux. Mais maintenant, ce dernier poème venait d’être composé sur place donc il brisait les doutes de beaucoup de personnes!

 

En fait, ce poème était vraiment célèbre dans le monde de Zhang Ye. Il était très célèbre sur internet notamment la dernière phrase. Il y avait toutes sortes de réclamations  pour savoir qui en était l’auteur car on ne connaissait pas l’auteur original. Quelques-uns disaient que c’était Lin Huiyin2. D’autres disaient que c’était son père. D’autres encore disaient qu’il était apparu la première fois sur internet et qu’une autre ligne n’avait été  rajoutée durant l’émission, “Empresses in the Palace3”.Ce n’était pas très différent de “L’oiseau et le poisson”. Zhang Ye le considérait comme une œuvre collective. Quoi qu’il en soit, personne dans ce monde n’avait entendu parler de ces personnes. Il n’y avait donc aucune dispute pour savoir qui était l’auteur !

 

Il a dit que c’était le sien?

 

Elle a dit que c’était son père?

 

Puis il dit que c’était sa troisième tante?

 

Hai, n’était-ce pas gênant et fatiguant? Pour mettre fin à la controverse, Zhang Ye a décidé de tous les unifier; ce poème sera le sien. Il n’y a pas besoin de me remercier, appelez-moi juste Lei Feng4!

  1. Je n’ai pas trouvé le poème donc je l’ai traduit comme ça.
  2. Info Lin Huiyin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lin_Huiyin
  3. https://en.wikipedia.org/wiki/Empresses_in_the_Palace
  4. Traducteur anglais : Lei Feng était un soldat de l’armée chinoise dans la légende communiste. Il était apparemment altruiste dans ses actions (faisait de bonnes actions), mais il y a une controverse qui dit que son image faisait partie de la propagande communiste.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Lei_Feng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top